Press release

Bull: Résultats du premier semestre 2009

0 0 Donnez votre avis

PARIS, July 30 /PRNewswire/ — – Performance opérationnelle solide au premier semestre – Croissance du chiffre d’affaires de 1,5% (+2,7% hors effets de change) Objectif annuel d’EBIT relevé à plus de 25 millions d’euros Bull, expert des systèmes d’information ouverts, flexibles et sécurisés, l’un des premiers acteurs informatiques européens, annonce ses résultats semestriels 2009 suite

PARIS, July 30 /PRNewswire/ —

– Performance opérationnelle solide au premier semestre

– Croissance du chiffre d’affaires de 1,5% (+2,7% hors effets de change)

Objectif annuel d’EBIT relevé à plus de 25 millions d’euros

Bull, expert des systèmes d’information ouverts, flexibles et sécurisés, l’un des premiers acteurs informatiques européens, annonce ses résultats semestriels 2009 suite au conseil d’administration d’arrêté des comptes consolidés revus au 29 juillet 2009.

Compte de résultat abrégé

    
      EUR millions    Premier semestre    Variation
                        2008     2009
         Chiffre       550,6    558,6       +1,5%
       d'affaires
                                           (+2,7% à tcc*)
       EBIT (voir       14,5**   13,7       -0,8 MEUR
       glossaire)
       Taux d'EBIT      2,6%     2,5%       -0,1 pt

* taux de change constants

** retraité[1]

Chiffres clés du premier semestre 2009 :

– Les prises de commande de toutes les activités coeur progressent ; les activités Hardware & Systems Solutions, Services & Solutions, Maintenance & PRS (représentant 93% de l’activité du Groupe) croissent de 4,2%. Seules les commandes de produits tiers, segment dont Bull a volontairement décidé de se désengager progressivement, baissent, expliquant que les prises de commandes globales sont en légère baisse de -0,6%

– Le chiffre d’affaires consolidé s’établit à 558,6 millions d’euros pour le semestre, en progression de 1,5% ; hors effets de change, le chiffre d’affaires croît de 2,7%. L’ensemble des activités coeur du Groupe est en croissance de +4,6%

– La marge brute s’élève à 122,1 millions d’euros, soit 21,9% du chiffre d’affaires. Son évolution reflète la transformation du portefeuille d’offres du Groupe avec une baisse de 0,6 point par rapport à celle publiée au premier semestre 2008. La marge brute “Services et Solutions” progresse de 0,3 point par rapport aux données publiées au premier semestre 2008. A périmètre constant la marge brute des activités “Services et Solutions” progresse de 1 point. Celle des activités de “Maintenance et PRS” progresse de 0,5 point

– L’EBIT (voir glossaire) s’élève à 13,7 millions d’euros, soit 2,5% du chiffre d’affaires. Il est à comparer à 14,5 millions d’euros, soit 2,6% du chiffre d’affaires, au premier semestre 2008 (retraité1)

– Le résultat net s’élève à 2,0 millions d’euros

– La trésorerie nette (voir glossaire) s’élève à 250,4 millions d’euros au 30 juin 2009 à comparer à 171,1 millions d’euros au 30 juin 2008

Perspectives : compte tenu de la performance enregistrée au premier semestre, le Groupe relève son objectif d’EBIT (voir glossaire) pour l’exercice 2009 de “au moins 20 millions” à plus de 25 millions d’euros.

Didier Lamouche, Président-Directeur Général de Bull, déclare : “Le travail de transformation que nous poursuivons ainsi que l’effort d’innovation que nous menons renforcent la position du Groupe. Les résultats du premier semestre illustrent les atouts de Bull, avec une progression des prises de commande pour l’ensemble de nos métiers coeur, une croissance de notre chiffre d’affaires et une rentabilité qui se maintient dans un environnement économique difficile.

Nous avons accéléré le développement et la mise en oeuvre d’offres nouvelles afin d’aider nos clients à sortir renforcés de la crise. Les technologies du numérique permettent d’accompagner les entreprises dans deux types d’actions : des actions défensives visant des réductions de coûts immédiates, et des actions offensives tournées vers l’innovation, levier indispensable de sortie de crise.

La simulation numérique continue de progresser fortement au point où notre offre Extreme Computing (HPC) est devenue ce semestre la première offre produits du Groupe. Son succès démontre la pertinence de nos choix. Nous continuons d’innover dans l’Extreme Computing avec le lancement récent de bullx, une nouvelle famille de supercalculateurs qui s’inscrit dans la stratégie visant à devenir l’un des 3 leaders de l’Extreme Computing. Grâce au dynamisme soutenu de cette offre ainsi qu’à la bonne tenue des autres activités d’infrastructure, nous affichons une croissance de 15,8% du chiffre d’affaires de notre segment “Hardware et Systèmes”.

Nous poursuivons avec vigueur le recentrage de notre portefeuille d’activités pour continuer à améliorer la qualité de notre chiffre d’affaires. La marge de nos activités “Services et Solutions” et “Maintenance & PRS” a ainsi progressé ce semestre.

Notre performance du premier semestre nous permet aujourd’hui de relever notre objectif pour l’exercice 2009.”

Résultats financiers du premier semestre 2009

Les comparaisons sont établies à semestre équivalent d’une année sur l’autre par rapport aux données publiées, sauf indications spécifiques dès lors qu’un retraitement a été effectué.

Les prises de commande de toutes les activités coeur progressent ; les activités Hardware & Systems Solutions, Services & Solutions, Maintenance & PRS (représentant 93% de l’activité du Groupe) croissent de 4,2%. Seules les commandes de produits tiers, segment dont Bull a volontairement décidé de se désengager progressivement, baissent, expliquant que les prises de commande globales sont en légère baisse de ‑0,6%

Les prises de commande liées à l’activité “Hardware & Systems Solutions” sont en hausse de 3,1% grâce aux succès commerciaux des nouvelles offres d’Extreme Computing, renforcées par l’acquisition de s+c, société allemande achetée au deuxième semestre de 2008. Celles relatives à l’activité de “Services & Solutions” progressent de 4,5%, avec un dynamisme particulier des activités d’intégration de systèmes auprès des clients du secteur public. Les commandes liées aux activités “Product Related Services” croissent de 7,7%. Enfin, les prises de commande de l’activité “Fulfillment & third party products” sont en baisse de 33%, conséquence de la volonté délibérée du Groupe de se recentrer sur ses offres coeur.

Le chiffre d’affaires consolidé s’établit à 558,6 millions d’euros pour le semestre, en progression de 1,5% ; hors effets de change, le chiffre d’affaires croît de 2,7%. L’ensemble des activités coeur du Groupe est en croissance de 4,6%, portées par un premier trimestre particulièrement dynamique

Bull a enregistré un chiffre d’affaires consolidé de 558,6 millions d’euros au premier semestre 2009, en croissance par rapport au chiffre d’affaires de 550,6 millions d’euros réalisé lors de la même période de 2008. Les variations de périmètre ont eu un effet marginalement négatif[2] sur cette croissance. Corrigée des évolutions des taux de change, la croissance du chiffre d’affaires est de 2,7%.

L’activité “Hardware & Systems Solutions” bénéficie du bon niveau des prises de commande et affiche un chiffre d’affaires de 180,6 millions d’euros, en croissance de 15,8% pour le semestre. L’offre Extreme Computing contribue particulièrement à cette progression : elle est désormais la plus importante de ce segment.

Les activités de “Services et Solutions”, dont le chiffre d’affaires s’élève à 241,0 millions d’euros pour la période, croissent de 0,4 % par rapport aux chiffres publiés au premier semestre 2008. Corrigée des variations de périmètre, la progression de l’activité est de 3,4 %, une performance supérieure aux prévisions de croissance du marché sur la période. L’impact de la cession des activités de solutions Medicare aux Etats-Unis est ainsi compensé par la croissance organique des activités en France.

Le chiffre d’affaires des activités “Maintenance & PRS” affiche une meilleure performance au deuxième trimestre qu’au premier : l’érosion du chiffre d’affaires est limitée à 1,8% au deuxième trimestre, faisant ressortir une décroissance de 4,6% pour le semestre. A périmètre constant (excluant l’effet de la cession des activités de solutions Medicaid aux Etats-Unis), la décroissance du chiffre d’affaires est seulement de 2,7%. Celle-ci est la conséquence de l’expiration programmée de certains contrats de support de serveurs propriétaires.

Le chiffre d’affaires des activités “Fulfillment & third party products” décline de 23,9%, conséquence de la volonté délibérée du Groupe de focaliser ses efforts commerciaux sur les offres du Groupe à plus forte valeur ajoutée.

La répartition géographique du chiffre d’affaires consolidé montre une légère progression en France. La part de l’Europe hors France croît également, en particulier grâce aux acquisitions réalisées en Allemagne et en Belgique ainsi qu’à la progression de l’offre d’Extreme Computing. La cession des activités Medicaid aux Etats-Unis et le recentrage sur les produits coeur du Groupe expliquent l’érosion des ventes dans le reste du monde.

La marge brute s’élève à 122,1 millions d’euros, soit 21,9% du chiffre d’affaires. Son évolution reflète la transformation du portefeuille d’offres du Groupe, avec une baisse de 0,6 point par rapport à celle publiée au premier semestre 2008. La marge brute “Services et Solutions” progresse de 0,3 point par rapport aux données publiées au premier semestre 2008 ; à périmètre constant la marge brute des activités “Services et Solutions” progresse de 1 point. Celle des activités de “Maintenance et PRS” progresse de 0,5 point

Le taux de marge brute des activités “Hardware & Systems Solutions” s’établit à 28,4%, en baisse de 5,3 points. L’évolution anticipée du mix produits explique cette baisse. En revanche, la marge brute des activités “Service et Solutions” augmente de 0,3 point pour s’établir à 15,6%. A périmètre constant, hors cession des activités Medicaid aux Etats-Unis et acquisition de la société CSB en Belgique, la progression de la marge brute “Services et Solutions” est de 1 point, montrant que des actions de fond ont été engagées pour redresser la profitabilité de cette activité. Le taux de marge de l’activité de maintenance croît de 0,5 point et s’élève à 29,5%, les actions de réduction de coûts ayant permis de compenser la baisse de volumes.

L’EBIT (voir glossaire) s’élève à 13,7 millions d’euros, soit 2,5% du chiffre d’affaires. Il est à comparer à 14,5 millions d’euros, soit 2,6% du chiffre d’affaires, au premier semestre 2008 (retraité)

Deux changements expliquent le retraitement de l’EBIT du premier semestre 2008 :

(i) à partir de fin 2008 le crédit d’impôt recherche (CIR) est comptabilisé en diminution de la R&D, et donc en amélioration de l’EBIT au lieu d’être comptabilisé en diminution de l’impôt. Cette modification a été faite pour se conformer aux pratiques comptables de la plupart des bénéficiaires du crédit d’impôt recherche. Le CIR représentait 2,6 millions d’euros au premier semestre 2008.

(ii) la répartition des gains et pertes de change entre une composante opérationnelle et une composante financière. La perte de change financière au premier semestre 2008 de -0,4 million d’euros était comptabilisée dans l’EBIT lors de la publication des comptes de 2008.

Les frais administratifs et commerciaux, exprimés en pourcentage du chiffre d’affaires, sont en très légère hausse de 0,1 point ; ils s’élèvent à 99,3 millions d’euros contre 97,3 millions d’euros publiés au premier semestre 2008. Les frais administratifs de 36,8 millions d’euros au premier semestre 2009 sont à comparer à 33,6 millions d’euros au premier semestre 2008 ; ces 33,6 millions d’euros incluaient l’impact des reprises de provisions liées à la résolution favorable de litiges fiscaux en France et de litiges sociaux anciens aux Etats-Unis. Un strict contrôle des coûts a permis de faire baisser les frais commerciaux de 63,7 millions d’euros au premier semestre 2008, à 62,5 millions d’euros au premier semestre 2009. Concernant la R&D, Bull concentre désormais ses efforts sur l’Extreme Computing et sur le stockage sécurisé. Dans le domaine de l’Extreme Computing, Bull a modifié son modèle de R&D en privilégiant les investissements sur les thèmes réalisés en collaboration technique et financière avec ses partenaires stratégiques. En conséquence, bien que l’effort demeure important, les coûts nets de R&D passent de 11,7 millions d’euros au premier semestre 2008 (après prise en compte du changement de présentation décrit ci-dessus), soit 2,1% du chiffre d’affaires, à 8,9 millions d’euros soit 1,6% du chiffre d’affaires au premier semestre 2009. Parallèlement, le Groupe a réduit ses dépenses de Recherche et Développement sur ses technologies propriétaires.

Le résultat net s’élève à 2,0 millions d’euros, en diminution par rapport aux 4,7 millions d’euros publiés au premier semestre 2008

Le résultat net intègre principalement une charge nette de restructuration à hauteur de 7,7 millions d’euros destinée à poursuivre la réduction des coûts de structure du Groupe. L’augmentation des frais financiers nets comparés à 2008 est liée à la très forte baisse de la rémunération des placements de trésorerie. La charge d’impôt pour la période s’établit à 3,0 millions d’euros.

La trésorerie nette (voir glossaire) s’élève à 250,4 millions d’euros au 30 juin 2009 à comparer à 171,1 millions d’euros au 30 juin 2008

La trésorerie du Groupe affiche, comme les années précédentes, une forte saisonnalité d’un semestre à l’autre.

Au second semestre 2008, un cash flow positif et la mise en place par Bull SAS d’un contrat d’affacturage décomptabilisant ont permis de faire croître la trésorerie nette, qui s’élevait à 171 millions d’euros au 30 juin 2008, à 302 millions d’euros au 31 décembre 2008.

Au premier semestre 2009, le flux opérationnel retraité de l’impact de la cession de créances de Bull SAS (voir ci-après) est négatif de 14,5 millions d’euros à comparer à un flux négatif de 5 millions au premier semestre 2008 ; la performance du second semestre 2008 avait été particulièrement forte et une quinzaine de millions d’euros de créances exigibles début 2009 avaient pu être encaissées par anticipation l’année dernière.

Au premier semestre 2009, les encaissements clients ont été sensiblement plus élevés que la facturation sur la même période et la mise en place du nouveau contrat d’affacturage de Bull SAS en décembre 2008 se traduit par une baisse de 20 millions d’euros de la trésorerie. Ces 20 millions ne résultent que de décalages temporels entre la facturation et les encaissements, décalages qui se compensent d’un semestre à l’autre.

Enfin, les éléments non récurrents du premier semestre 2009 liés aux acquisitions et aux restructurations, ont généré un flux financier négatif de 17,5 millions d’euros.

A fin juin 2009, la trésorerie brute (voir glossaire) s’élève à 277,7 millions d’euros et la trésorerie nette (voir glossaire) à 250,4 millions d’euros. La trésorerie du Groupe est placée soit en certificats de dépôt bancaires, soit en OPCVM “monétaires Euro” selon la classification AMF.

Faits marquants au premier semestre 2009

Tout au long du premier semestre 2009, Bull a conçu et mis en oeuvre des technologies et des services afin d’aider ses clients à sortir renforcés de la crise. Les technologies du numérique permettent en effet d’accompagner les entreprises dans deux types d’actions : des actions défensives visant des réductions de coûts immédiates, et des actions offensives tournées vers l’innovation, levier indispensable pour sortir de la crise.

1) La simulation numérique offre aux entreprises la capacité de développer très rapidement de nouveaux produits, avec pour effet immédiat l’amélioration du “time-to-market”. Accélérateur du développement numérique et de l’innovation en Europe, Bull a ouvert la voie à l’Extreme Computing avec le lancement de bullx. Bull conforte ainsi son positionnement de référence en Europe.

– Avec les supercalculateurs bullx, Bull propose une nouvelle famille de supercalculateurs éco-efficaces, ultra denses et ultra performants. Conçus pour innover sans limites, les supercalculateurs bullx bénéficient de l’expertise du plus grand centre de compétences européen dédié à l’Extreme Computing. Développant une puissance de quelques téraflops à plusieurs pétaflops, les supercalculateurs bullx sont facilement utilisables, par un bureau d’études comme par un centre de calcul de niveau mondial. Des supercalculateurs Bullx ont été déjà commandés par de grands clients notamment l’Université de Cologne et le CEA.

– L’annonce de la stratégie ambitieuse de Bull dans le domaine de l’Extreme Computing a été saluée, quelques jours seulement après le lancement de bullx, par le cabinet Gartner (« Si vous avez pour objectif d’installer un supercalculateur en Europe ou aux alentours, mettez bullx dans votre shortlist surtout si vous avez des problématiques de place, de puissance ou de chaleur »), ainsi que par IDC.

– En janvier le Forschungzentrum Jülich en Allemagne a retenu Bull pour la fourniture d’un deuxième supercalculateur. D’une puissance de 100 téraflops, ce supercalculateur est destiné à héberger les applications du projet Fusion de l’Union Européenne. Il constitue avec le supercalculateur Bull JuRoPA commandé en 2008 une plate-forme de calcul de près de 300 téraflops. Selon le classement du TOP500, il se place dans le peloton de tête des supercalculateurs en Europe et est no10 au niveau mondial.

– Autre preuve tangible du dynamisme commercial de Bull dans le domaine de du supercalcul: en juin son association avec ffA (Foster Findlay Associates Ltd), pour fournir aux clients du secteur pétrolier et gazier des supercalculateurs à haute performance Bull équipés du logiciel d’analyse sismique 3D de FFA accéléré par GPU.

– HPC à la demande : une offre innovante qui allie compétitivité, sécurité et optimisation des coûts. Pour accélérer certains calculs complexes de sa branche Banque d’Investissement et de Financement, Société Générale a choisi la formule particulièrement flexible de l’offre de Bull de location de HPC à la demande. Ainsi, Bull fournit à Société Générale Corporate & Investment Banking des serveurs de calculs, une infrastructure réseau et l’hébergement de façon totalement transparente pour ses utilisateurs métiers et en toute sécurité.

– Prix Bull-Joseph Fourier : à l’occasion du Forum Ter@tec 2009, Didier Lamouche, Président-Directeur Général de Bull, et Catherine Rivière, Président-Directeur Général de GENCI, ont remis le Prix Bull-Joseph Fourier à trois jeunes chercheurs pour leurs travaux dans le domaine de la simulation numérique. Ce prix a pour objectif de récompenser un chercheur pour ses travaux dans le domaine de la parallélisation des applications de simulation numérique, sur des architectures traditionnelles ou hybrides.

2) Bull a renforcé son offre pour offrir à ses clients des solutions de stockage compétitives et leur permettre de relever les principaux défis auxquels elles doivent faire face, en particulier celui de la consommation d’énergie.

– Le Bio Data Center(TM) : une approche innovante pour mieux gérer les ressources du Data Center. Bull a signé un partenariat avec GlassHouse Technologies, société américaine leader dans les services et le conseil pour les infrastructures informatiques, pour offrir conjointement des services de conseil en stockage dans toute l’Europe. Ces nouveaux services d’audit permettront aux entreprises d’identifier et de quantifier les économies et les bénéfices qu’elles pourront tirer des technologies d’optimisation du stockage.

– Dans sa recherche permanente de produits associant compétitivité et réduction des coûts, Bull a renforcé ses solutions de centre de données virtuel avec le lancement des systèmes de stockage haut de gamme EMC Symmetrix V-Max. Au coeur de la gamme de produits StoreWay, les systèmes de stockage Symmetrix V-Max permettent à Bull d’étendre ses solutions de virtualisation pour les centres de données hébergeant des applications critiques, en satisfaisant les engagements de service (SLA) toujours plus exigeants et la demande des clients pour optimiser les infrastructures de stockage et réduire les coûts.

– Bull a réalisé des projets d’intégration d’infrastructures de stockage pour de grandes entreprises comme la Maif ou Dassault-Aviation.

3) Le contexte de crise actuel constitue une opportunité pour les grandes administrations publiques et les entreprises pour relever dès aujourd’hui les défis de demain. Durant le premier semestre, Bull a démontré la forte attractivité de ses offres, compétitives et sans contrainte.

– La Poste du Maroc a procédé avec Bull à la refonte, à partir de technologies numériques, de tout le système de lecture automatique du courrier au Maroc. Pour ce faire, Bull a dirigé un consortium entre sa filiale AddressVision Inc. (AVI), spécialisée dans des solutions postales automatisées utilisées dans le traitement de plus de 50 % du courrier mondial, et la société National Presort Inc. (NPI), constructeur américain majeur de machines de tri. Le projet met également en oeuvre les moteurs de reconnaissance de Prime Vision B.V.

– Autre preuve tangible de la capacité du Groupe à adresser efficacement les grandes administrations publiques, Bull a été retenu pour assurer dès le premier semestre 2009 la maintenance et l’évolution du système d’information de Pôle Emploi.

– L’OPT, l’Office des Postes et Télécommunications de Nouvelle-Calédonie, a choisi Bull pour lancer des services innovants de messagerie et de ‘Multi-Play’. Bull intègre un système de médiation, de provisionnement et de valorisation Comptel, permettant d’offrir le prépaiement pour la téléphonie fixe, des services de messagerie vocale sur ligne fixe et des services internet haut débit ‘Multi-Play’.

– La CNAF a renouvelé sa confiance à Bull pour la réalisation de son projet de concentration de serveurs NovaScale 9000 sur un centre national unique.

– Kredyt Bank S.A. (membre du groupe bancaire KBC) a choisi Bull Escala pour la mise en place de sa nouvelle infrastructure informatique. La solution de Bull répondait en tous points aux besoins de la Kredyt Bank en termes de consolidation, de migration de ces applications bancaires phares comme la disponibilité 24h/24, 7j/7, les transactions de paiement par carte de crédit ainsi que l’implémentation d’une solution de “Disaster Recovery”.

– Convaincu que l’Open Source est un levier majeur de compétitivité, Bull a lancé 20 solutions immédiatement opérationnelles pour renforcer la compétitivité des entreprises en période de crise. Sur chacune de ces solutions, matures et éprouvées, Bull propose un support clé en main, permettant de bénéficier de la même qualité de service qu’avec un logiciel propriétaire comparable, pour un TCO[3] de 60% inférieur en moyenne.

Bull Evidian a confirmé son positionnement de leader européen de la gestion des identités et des accès

– Bull Evidian a poursuivi au cours de ce premier semestre son développement commercial, en France et à l’international, dans plusieurs secteurs, notamment bancaire. En Allemagne, par exemple, GAD eG, le centre de données et fournisseur de services pour environ 500 agences du groupe Raiffeisen, a choisi Bull Evidian pour gérer l’accès de quelques 50 000 de ses utilisateurs.

– P&T Luxembourg, le premier opérateur de services postaux et de télécommunications au Luxembourg, a sélectionné Evidian Enterprise SSO pour faire partie d’une offre intégrée d’externalisation informatique en mode « cloud computing ». Evidian Enterprise SSO permettra à P&T Luxembourg et à ses clients potentiels de respecter plus facilement les contraintes réglementaires luxembourgeoises, en conformité avec les exigences de la Commission nationale de protection des données.

– Bull Evidian aide l’hôpital AZ Sint Blasius en Belgique à améliorer sécurité et efficacité : l’hôpital a en effet sélectionné sa solution Enterprise SSO pour tout son personnel. La décision de l’hôpital est notamment due à la capacité de Bull Evidian à intégrer les fonctions de provisionnement des utilisateurs et de gestion des identités à sa solution d’authentification unique. Incorporant SSO et gestion des identités, le logiciel d’Evidian fournit une solution unique qui ne nécessite pas de travail d’intégration. A la clé pour l’hôpital : réduction significative de la charge du help desk, gestion administrative plus rapide des soins, diagnostic et donc correction plus rapide des pratiques de sécurité insatisfaisantes.

Enfin, Bull propose une version dédiée du globull, le “vaccin” des entreprises contre le virus H1N1. Face au risque économique majeur (absence des employés de leur lieu de travail et donc baisse d’activité) représenté par la propagation rapide du virus A (H1N1), globull est la plate-forme mobile de sécurité la plus sûre au monde. globull assure l’usage sécurisé des postes de travail au domicile des personnes en télétravail, en évitant la propagation de virus et de malwares sur les réseaux privés de l’entreprise et en protégeant des risques d’espionnage et de vol de données sensibles qui pourraient affecter durablement la survie de l’entreprise. globull répond ainsi de manière rapide, efficace et pragmatique au maintien de l’activité économique.

Perspectives : compte tenu de la performance enregistrée au premier semestre, le Groupe relève son objectif d’EBIT (voir glossaire) pour l’exercice 2009 de “au moins 20 millions” à plus de 25 millions d’euros.

Les facteurs clés permettant d’atteindre ces objectifs seront l’amélioration de la marge des Services et la croissance des ventes de produits intégrés tels que le Calcul Haute Performance ou le stockage.

Glossaire :

Clause de Retour à Meilleure Fortune (CRMF): En contrepartie du versement d’une aide à la restructuration de la part de l’Etat Français , Bull s’est engagé en 2004 à lui verser annuellement une portion de son Résultat Courant Avant Impôts (RCAI) pour les exercices 2005-2012, sous les conditions cumulatives suivantes : (i) le RCAI de l’exercice considéré est supérieur ou égal à EUR10m ; (ii) le flux de trésorerie généré par les opérations de l’exercice est supérieur ou égal à EUR10m ; (iii) les capitaux propres de Bull ne deviennent pas inférieurs à EUR10m par l’application de la CRMF pour un exercice. Si l’un des trois critères n’est pas rempli, aucune somme n’est due. Une description complète de la CRMF est disponible dans le rapport annuel de Bull.

EBIT (Earnings before interest and taxes) correspond au résultat avant impôts, autres produits et charges opérationnels, autres charges et produits financiers et quote part des résultats des sociétés associées.

La trésorerie brute est constituée de la trésorerie et équivalents de trésorerie (y compris OPCVM classés monétaire Euro par l’AMF), des actifs financiers disponibles à la vente (autres OPCVM de trésorerie), des dépôts et comptes de garantie.

La trésorerie nette correspond à la trésorerie brute moins l’endettement.

Endettement : financement sur cession de créances avec recours, emprunts bancaires et obligataires.

Investissements opérationnels : acquisition d’actifs par Bull pour son propre compte ou pour le compte de clients dans le cadre de contrats d’infogérance et « managed services ».

A propos de Bull

Bull est une société des technologies de l’information. Notre mission est d’être le partenaire privilégié de nos clients, corporate et administration, en optimisant l’architecture, en opérant et en rentabilisant leur Système d’Information, pour soutenir leur activité et les processus critiques liés à leur métier.

Bull est un spécialiste des systèmes ouverts et sécurisés, le seul européen positionné sur les principaux maillons de la chaîne de valeur de l’informatique.

Pour plus d’informations : http://www.bull.fr

Calendrier Financier

– 30 octobre 2009: chiffre d’affaires du troisième trimestre 2009

Chiffres clés du premier semestre 2009

    
              EUR millions           Premier semestre  Premier semestre
                                        2008 publié          2009
    Chiffre d'affaires                550,6     100%    558,6     100%
    dont Services & Solutions         240,0      44%    241,0      43%
    dont Hardware & Systems           156,0      28%    180,6      32%
    Solutions
    dont Fulfillment & 3rd party       54,6      10%     41,5       7%
    products
    dont Maintenance & PRS            100,0      18%     95,5      17%
    Marge brute                       124,0    22,5%    122,1    21,9%
    EBIT (voir glossaire)              11,5     2,1%     13,7     2,5%
    Résultat net                        4,7     0,9%      2,0     0,4%

La somme des arrondis peut être différente de l’arrondi de la somme.

Répartition géographique du chiffre d’affaires :

    
       Chiffre d'affaires     Premier semestre Premier semestre Variation
          EUR millions              2008             2009
    France                         282,7            285,3         +0,9%
    Europe hors France             184,4            197,1         +6,9%
    Reste du monde                  83,5             76,2         -8,7%
    Total                          550,6            558,6         +1,5%

La somme des arrondis peut être différente de l’arrondi de la somme.

La répartition géographique du chiffre d’affaires fait apparaître une légère croissance de l’activité en France. L’Europe hors France accroît sa part dans le chiffre d’affaires du Groupe grâce notamment à la croissance externe. Les autres activités internationales de Bull subissent un tassement relatif résultant notamment de la cession aux Etats-Unis des activités de solutions Medicaid.

Trésorerie

    
       EUR millions    Premier semestre Premier semestre Premier semestre
                        2008 retraité*        2009       2009 retraité**
    EBIT                    14,5             13,7             13,7
    Amortissements           6,6              7,0              7,0
    Investissements         (7,7)            (7,0)            (7,0)
    opérationnels
 
    (voir glossaire)
    Variation du BFR       (15,5)           (42,6)           (22,6)
    Frais financiers        (1,4)            (2,5)            (2,5)
    Impôts                  (1,6)            (3,0)            (3,0)
    Flux provenant des      (5,0)           (34,5)           (14,5)
 
    opérations
    courantes (hors
    cessions créances
    sans recours Bull
    SAS)
    Impact cessions           -                -             (20,0)
    créances sans
    recours Bull SAS
    Total flux              (5,0)           (34,5)           (34,5)
    provenant des
    opérations
    courantes
    Flux provenant des     (16,5)           (17,5)           (17,5)
    opérations non
    courantes
    Flux de trésorerie     (21,5)           (52,0)           (52,0)
    Trésorerie brute       283,8            277,7            277,7
    Trésorerie nette       171,1            250,4            250,4

* retraité des deux modifications de présentation comptable, portant sur le crédit d’impôt recherche et les pertes et gains de change, mises en place à partir de la clôture 2008 et décrites ci-dessus.

** flux des opérations courantes du 1er semestre 2009 retraité en annulant l’impact des cessions de créances sans recours de Bull SAS, permettant la comparaison avec le flux du 1er semestre 2008.

Comptes consolidés résumés

– Compte de résultat consolidé

    
                            EUR millions    1S08          1S09
                                        retraité*
    Chiffre d'Affaires                     550,6         558,6
    Marge Brute                            124,0  22,5%  122,1  21,9%
    Frais de R&D                           (11,7)  2,1%   (8,9)  1,6%
    Frais Administratifs et Commerciaux    (97,3) 17,7%  (99,3) 17,8%
    Gain / (Perte) de change                (0,5)         (0,2)
    EBIT : (voir glossaire)                 14,5   2,6%   13,7   2,5%
    Autres produits opérationnels            0,4           3,4
    Autres charges opérationnelles          (6,9)         (8,4)
    Quote-part dans les résultats nets des 
    entreprises associées                    0,2           0,1
    Résultat Opérationnel                    8,2           8,8
    Résultat de change sur flux financiers  (0,4)         (1,3)
    Résultat Financier                      (1,4)         (2,5)
    Impôt                                   (1,7)         (3,0)
    Résultat Net                             4,7           2,0
    Intérêts Minoritaires                      -             -
    Résultat Net part du Groupe              4,7           2,0

* retraité des deux modifications de présentation comptable portant sur le crédit d’impôt recherche et les pertes et gains de change.

– Bilan consolidé simplifié

    
                   EUR millions                  30 juin    30 juin
 
                                                  2008       2009
 
                                                retraité*
    Immobilisations corporelles & incorporelles   42,0       44,9
    Goodwill                                      43,4       57,8
    Actifs financiers non courants                13,8       13,4
    Impôts différés                               28,0       16,5
    Actifs non courants                          127,2      132,6
    Stocks et en cours                            52,2       51,3
    Créances clients                             238,8      142,0
    Autres actifs courants                        70.9       75,3
    Placements en garantie                         3,8       10,7
    Trésorerie & équivalents                     257,3      234,4
    Actifs courants                              623,0      513,7
    Total de l'actif                             750,2      646,3
    Capitaux Propres - part du Groupe             81,0       95,2
    Intérêts Minoritaires                           -         0,1
    Réserves & Passifs non courants              159,4      148,6
    dont CRMF (voir glossaire)                    26,7       19,4
    Réserves et Passif courants                  509,8      402,4
    dont dette financière**                      112,6       27,2
    Total du passif                              750,2      646,3

* retraité de la modification de présentation comptable portant sur le crédit d’impôt recherche ** La part à court terme des emprunts est de 101,3 millions d’euros au 30 juin 2008, et de 16,8 millions d’euros au 30 juin 2009.

Annexe

Chiffres d’affaires trimestriels publiés des exercices 2009 et 2008 (données non auditées) :

    
                            Premier  Deuxième  Troisième Quatrième  Année
                           trimestre trimestre trimestre trimestre
       millions d'euros
    2009 Services &         111,1     129,9        -         -        -
         Solutions
         Hardware &          74,7     105,9        -         -        -
         Systems
         Solutions
         Maintenance & PRS   45,0      50,5        -         -        -
         Fulfillment &       19,0      22,5        -         -        -
         third
         party products
         Total              249,8     308,8        -         -        -
    2008 Services &         106,6     133,4     111,1     143,2    494,3
         Solutions
         Hardware &          58,1      97,9      66,9     115,2    338,1
         Systems
         Solutions
         Maintenance & PRS   48,6      51,4      46,8      51,0    197,8
         Fulfillment &       21,2      33,4      16,0      32,2    102,7
         third
         party products
         Total              234,5     316,1     240,7     341,5  1 132,8

La somme des arrondis peut être différente de l’arrondi de la somme.

Avertissement

Ce communiqué de presse contient des éléments fondés sur des projections ou des prévisions dont la nature est sujette à risques et incertitudes. Ainsi, il se pourrait que les résultats anticipés diffèrent.

Même si Bull estime que les prévisions et l’information du présent communiqué sont basées sur des hypothèses raisonnables au moment où elles ont été établies, aucune garantie ne peut être donnée sur la réalisation des objectifs ou l’atteinte des anticipations décrites dans le présent communiqué.

Ni Bull ni aucune autre société du groupe ne donnent de garantie de quelque ordre que ce soit sur l’exactitude, la fiabilité ou la complétude des informations dans le présent communiqué et ni Bull, ni une autre société du groupe ni ses responsables ne peuvent être tenus responsables de l’utilisation des informations de ce communiqué.

———————————

[1] Deux changements, introduits à fin 2008, expliquent le retraitement de l’EBIT du premier semestre 2008. (i) le crédit d’impôt recherche (CIR) est désormais comptabilisé en diminution de la R&D. Le CIR représente 2,6 millions d’euros au premier semestre 2008. (ii) la répartition des gains et pertes de change entre une composante opérationnelle et une composante financière. Le résultat de change financier au premier semestre 2008 est de (0,4) million d’euros. L’EBIT publié au premier semestre 2008 était de 11,5 millions d’euros ; retraité de l’effet des deux changements de présentation il ressort à 14,5 millions d’euros.

[2] Périmètre retraité : les activités cédées en 2008 ont apporté un chiffre d’affaires de 15,9 millions d’euros au premier semestre de 2008. La contribution au chiffre d’affaires des sociétés acquises en 2008 et 2009 est de 14,9 millions d’euros au premier semestre 2009.

[3] Total cost of ownership; coût de possession total

Relations Investisseurs : Bull : Peter Campbell : Tél : +33(0)1-30-80-32-36 – peter.campbell@bull.net

Relations presse : Bull : Barbara Coumaros: Tél: +33(0)6-85-52-84-84 – barbara.coumaros@bull.net

Source : Bull