Press release

Celgene annonce que ses études expérimentales sur les cancers du sang feront l’objet de présentations lors de la réunion 2016 de l’EHA

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Dans le cadre de l’engagement continu de la société à répondre aux besoins non-satisfaits dans le domaine des cancers du sang rares, les données présentées lors de ce congrès permettront de fournir des informations relatives à l’avenir des soins apportés aux patients dans le domaine de l’hématologie SUMMIT, N.J.–(BUSINESS WIRE)–Celgene Corporation (NASDAQ:CELG) a annoncé aujourd’hui

Dans le cadre de l’engagement continu de la société à répondre aux
besoins non-satisfaits dans le domaine des cancers du sang rares, les
données présentées lors de ce congrès permettront de fournir des
informations relatives à l’avenir des soins apportés aux patients dans
le domaine de l’hématologie

SUMMIT, N.J.–(BUSINESS WIRE)–Celgene Corporation (NASDAQ:CELG) a annoncé aujourd’hui que plus de 40
présentations portant sur des études expérimentales dans le domaine des
cancers du sang seront effectuées lors de la 21e réunion annuelle de la
European Hematology Association qui se tiendra à Copenhague, au
Danemark, du 9 au 12 juin 2016.

« Cette année, lors de la rencontre de l’EHA, de nombreuses études seront
présentées couvrant tout l’éventail des cancers du sang, démontrant
l’engagement de Celgene à développer des thérapies visant à répondre aux
importants besoins encore non-satisfaits des patients atteints de
maladies telles le myélome multiple, les lymphomes et les maladies
myéloïdes, » a affirmé Michael Pehl, Président du Département
d’hématologie et d’oncologie chez Celgene. « Les données présentées lors
de rencontres scientifiques telles celle de l’EHA sont les premières
occasions de discuter et de débattre des éléments de preuve de diverses
voies de traitements; il sera passionnant de constater les progrès
réalisés dans le traitement de cancers du sang rares aux besoins parfois
mal satisfaits, ainsi que le rôle que Celgene peut continuer de jouer
dans ce secteur, » a-t-il ajouté.

Parmi les donnés d’études présentées figurent:

Myélome multiple:

  • n°S103 – Une méta-analyse de la survie générale chez les patients
    atteints de myélome multiple traités par un traitement d’entretien au
    lénalidomide, après une forte dose de Melphalan et une transplantation
    de cellules-souches autologues – Présentation orale – Le 10 juin à
    12:15
  • n°S104 – Transplantation initiale ou de rattrapage chez des patients
    jeunes récemment diagnostiqués comme étant atteints de myélome
    multiple : une analyse regroupée impliquant 528 patients –
    Présentation orale – Le 10 juin à 12:30 – Hall A1
  • n°E1316 – Revlimid, Bendamustine et Prednisolone (RBP) dans le
    traitement du myélome multiple récurrent/réfractaire: les résultats
    finaux d’un essai clinique de phase II OSHO #077 – Affiche –
    Présentation par affiches électroniques
  • n°E1459 – Qualité de vie liée à la santé chez les patients atteints de
    myélome multiple, par rapport aux lignes de traitement et aux réponses
    – Affiche – Présentation par affiches électroniques
  • n°E1300 – Résultats actualisés d’un examen systémique de l’efficacité
    relative des traitements du myélome multiple récurrent/réfractaire –
    Affiche – Présentation par affiches électroniques
  • n°E1284 – Gestion des événements indésirables chez les patients
    atteints de myélome multiple récurrent/réfractaire traités par
    Pomalidomide plus une faible dose de Dexaméthasone: une analyse
    regroupée de sécurité portant sur trois essais cliniques – Affiche –
    Présentation par affiches électroniques
  • n°E1295 – Analyse regroupée sur l’impact de l’âge sur les résultats
    chez les patients atteints de myélome multiple récurrent/réfractaire
    traités par Pomalidomide + une faible dose de Dexaméthasone – Affiche
    – Présentation par affiches électroniques
  • n°E1460 – Utilisation de Pomalidomide ou de Carfilzomib chez des
    patients atteints de myélome multiple récurrent : modes de traitement
    réels, temps jusqu’au traitement suivant et résultats économiques –
    Affiche – Présentation par affiches électroniques
  • n°P653 – Pomalidomide, Bortezomib et une faible dose de Dexaméthasone
    chez les patients atteints de myélome exposé à l’inhibiteur de la
    protéasome et réfractaire traité au Lénalidomide : résultats d’un
    essai multicentrique de phase 1 en doses croissantes (MM-005) –
    Affiche – Le 11 juin à 17:30, Hall H
  • n°PB1981 – L’essai Stratus (MM-010): analyse du sous-groupe italien de
    patients atteints de myélome multiple récurrent/réfractaire et traités
    par Pomalidomide plus une faible dose de Dexaméthasone – Publicité
    électronique
  • n°PB1968 – Etude multicentrique de phase 2 du Pomalidomide combiné à
    une faible dose de Dexaméthasone chez les patients atteints de myélome
    multiple récurrent/réfractaire au Japon: l’essai MM-011 – Publicité
    électronique

Lymphome:

  • n°E1150 – MCL-002: Résultats actualisés de l’efficacité et de
    l’innocuité d’un traitement par Lénalidomide, en comparaison avec une
    monothérapie basée sur une substance choisie par l’investigateur chez
    les patients atteints de lymphome du manteau récurrent/réfractaire –
    Affiche – Présentation par affiches électroniques
  • n°E1152 – Impact de la stabilité de la maladie ou meilleures réponses
    de la Lénalidomide sur les résultats, en termes de survie, des
    patients atteints du lymphome du manteau récurrent/réfractaire: études
    MCL-001 (EMERGE) et MCL-002 (SPRINT) – Affiche – Présentation par
    affiches électroniques
  • n°E954 – Identification en temps réel du sous-type de cellules
    d’origine via le profil d’expression génique dans l’essai solide de
    phase 3 comparant un traitement basé sur le Lénalidomide + R-CHOP
    contre un placébo + R-CHOP, chez les patients atteints de lymphome
    diffus à grandes cellules B de type ABC (ABC-DLBCL) encore jamais
    traités – Affiche – Présentation par affiches électroniques

Myéloïde:

  • n°S129 – CC-486 (Azacitidine par voie orale) chez les patients
    atteints de syndromes myélodysplasiques souffrant de thrombocytopénie
    avant le traitement – Présentation orale – Le 10 juin à 11.45, Hall C14
  • n°S811 – Azacitidine en doses séquentielles adaptées aux réponses des
    patients et chimiothérapie d’induction chez les patients âgés de plus
    de 60 ans récemment diagnostiqués avec une leucémie myéloïde aiguë
    (LMA) étant éligibles pour une chimiothérapie (RAS-AZIC): analyse
    provisoire finale de l’étude DRKS00004519 – Présentation orale – Le 12
    juin à 8.45, Hall C13
  • n°S136 – RAP-536 (Murine ACE-536/Luspatercept) inhibe la signalisation
    Smad2/3 et promeut la différentiation érythroïde en restaurant la
    fonction GATA-1 dans le modèle murin de bêta-thalassémie –
    Présentation orale – Le 10 juin à 12.30, Hall C15
  • n°S836 – Luspatercept (ACE-536) permet de réduire la charge de la
    transfusion et la concentration hépatique en fer chez les adultes
    régulièrement transfusés souffrant de bêta-thalassémie – Présentation
    orale – Le 10 juin à 8.45, Salle H6
  • n°S131 – Luspatercept (ACE-536) permet d’accroître le taux
    d’hémoglobine et de réduire la charge de la transfusion chez les
    patients présentant un risque faible à intermédiaire de développer des
    syndromes myélodysplasiques : résultats à long terme de l’essai
    PACE‐MDS de phase 2 – Présentation orale – Le 10 juin à 12.15, Hall C14
  • n°S809 – Résultats des patients atteints de LAM récurrente ou
    réfractaire avec mutations IHD1 et IHD2 après une thérapie de
    rattrapage conventionnelle: une étude du groupe d’étude LAM
    germano-autrichien (AMLSG) – Présentation orale – Le 12 juin à 8:15,
    Hall C13
  • n°E1217 – Evénements indésirables apparus sous traitement chez les
    patients traités par Lénalidomide présentant un risque faible à
    intermédiaire de contracter des syndromes myélodysplasiques sans
    Délétion (5q): résultats d’un essai randomisé de phase 3 (MDS-005) –
    Affiche, Présentation par affiches électroniques
  • n°P626 – Niveaux de charge de transfusion et de coûts associés pour
    les patients atteints de syndromes myélodysplasiques dépendants des
    transfusions – Affiche – Le 11 juin à 17.30, Hall H.
  • n°E1211 – Changements en termes de coûts associés à l’accès à
    l’indépendance des transfusions chez les patients atteints de
    syndromes myélodysplasiques – Affiches, Présentation par affiches
    électroniques
  • n°P618 – Impact de la thérapie par Azacitidine sur la survie générale
    des patients récemment diagnostiqués comme présentant un risque élevé
    de développer des syndromes myélodysplasiques: une analyse Post Hoc de
    l’étude ERASME – Affiche – Le 11 juin à 17.30, Hall H
  • n°P252 – Bénéfice clinique parmi les patients traités par Lénalidomide
    atteints d’un risque faible/intermédiaire 1 de développer des
    syndromes myélodysplasiques dépendants des transfusions de GR sans
    Délétion (5q) – Affiche – Le 10 juin à 17.45, Hall H
  • n°P758 – Luspatercept (ACE-536) permet d’accroître le taux
    d’hémoglobine, de réduire la concentration hépatique en fer et
    d’améliorer la qualité de vie des adultes non-dépendants des
    transfusions atteints de bêta-thalassémie – Affiche – Le 11 juin à
    17.30, Hall H
  • n°P573 – Azacitidine (AZA) contre les régimes de soins conventionnels
    chez les patients atteints de leucémie myéloïde aiguë (LMA) avec
    changements liés à la myélodysplasie selon l’analyse centrale In
    AZA-AML-001 – Affiche – Le 11 juin à 17.30, Hall H
  • n°P576 – Hospitalisation en raison d’événements consécutifs au
    traitement chez les patients âgés (≥65 ans) atteints de leucémie
    myéloïde aiguë (LMA) avec des blastes dans la mœlle osseuse dans
    l’étude AZA-AML-001 de phase 3 – Affiche – Le 11 juin à 17.30, Hall H
  • n°PB1917 – Test de détection de l’érythropoïétine et modes de
    traitement pour les patients dépendant des transfusions atteints de
    syndromes myélodysplasiques – Publicité électronique

Les autres présentations porteront sur des données provenant d’études
expérimentales d’utilisation de thérapies et de candidats-médicaments en
pipeline, approuvés par Celgene pour le traitement des cancers du sang.

Pour consulter la liste complète des résumés, veuillez visiter le site
web de l’EHA
.

*Tous les horaires sont indiqués en Heure d’Europe centrale (CET)

À propos du REVLIMID®

REVLIMID® (lénalidomide) en combinaison avec
la dexaméthasone (dex) est indiqué pour le traitement de patients
atteints de myélome multiple (MM).

REVLIMID® est indiqué pour le traitement de
patients atteints d’une anémie avec dépendance transfusionnelle due à
des syndromes myélodysplasiques (SMD) de risque faible ou intermédiaire
1 associés à une anormalité cytogénétique de délétion 5q avec ou sans
anormalités cytogénétiques supplémentaires.

REVLIMID® est indiqué pour le traitement de
patients atteints du lymphome à cellules du manteau (LCM) dont la
maladie est en rechute ou a progressé après deux traitements préalables,
dont l’un incluait du bortézomib.

REVLIMID n’est pas indiqué ni recommandé pour le traitement des
patients atteints de leucémie lymphocytaire chronique (LLC) en dehors
d’essais cliniques contrôlés

Informations importantes de sécurité

AVERTISSEMENT : TOXICITÉ EMBRYO-FŒTALE, TOXICITÉ HÉMATOLOGIQUE et
THROMBO-EMBOLIE VEINEUSE et ARTÉRIELLE

Toxicité pour l’embryon ou le fœtus

Ne pas utiliser REVLIMID pendant la grossesse. La lénalidomide, un
analogue de la thalidomide, a généré des malformations des membres lors
d’une étude du développement chez les singes. La thalidomide est un
tératogène humain connu qui génère des malformations congénitales graves
et potentiellement mortelles chez les humains. La prise de lénalidomide
pendant la grossesse peut entraîner des malformations congénitales ou le
décès d’un fœtus en développement. Les femmes en âge de procréer doivent
obtenir deux tests de grossesse négatifs avant de commencer un
traitement par REVLIMID. Elles doivent utiliser deux modes de
contraception ou s’abstenir en permanence de tout rapport hétérosexuel
pendant le traitement par REVLIMID et pendant les quatre semaines qui
suivent. Pour éviter l’exposition du fœtus à la lénalidomide, REVLIMID
n’est disponible que dans le cadre d’un programme de distribution
restreinte appelé REVLIMID REMS
® (anciennement
programme « RevAssist
® »).

Des informations relatives au programme REVLIMID REMS®
sont disponibles sur
www.celgeneriskmanagement.com
ou en composant le numéro vert du fabriquant 1-888-423-5436.

Toxicité hématologique (neutropénie et
thrombocytopénie)

REVLIMID peut provoquer une neutropénie et une thrombocytopénie
graves. Quatre-vingts pour cent des patients atteints de SMD associés à
une délétion 5q ont nécessité de retarder / réduire le dosage au cours
de l’étude majeure. Trente-quatre pour cent des patients ont nécessité
un deuxième report / une deuxième réduction du dosage. Une toxicité
hématologique de grade 3 ou 4 a été observée chez 80 % des patients
participant à l’étude. L’hémogramme complet des patients sous traitement
pour un SMD associé à une délétion 5q doit être surveillé chaque semaine
pendant les 8 premières semaines de traitement et au moins une fois par
mois par la suite. Certains patients peuvent nécessiter une interruption
ou une réduction du dosage, ou avoir besoin de produits sanguins ou de
facteurs de croissance.

Thrombo-embolie veineuse et artérielle

REVLIMID a démontré un risque considérablement accru de thrombose
veineuse profonde (TVP) et d’embolie pulmonaire (EP), ainsi qu’un risque
d’infarctus du myocarde et d’accident vasculaire cérébral, chez les
patients atteints de MM qui ont été traités par une polythérapie au
REVLIMID et à la dexaméthasone. Il est conseillé aux patients et aux
médecins de surveiller les signes et symptômes de thrombo-embolie. Il
convient de recommander aux patients de consulter un médecin s’ils
développent des symptômes comme un essoufflement, des douleurs
thoraciques ou une tuméfaction des bras ou des jambes. Le recours à la
thromboprophylaxie est recommandé et le choix du schéma posologique doit
reposer sur une évaluation des risques sous-jacents du patient.

CONTRE-INDICATIONS

Grossesse : REVLIMID peut nuire au fœtus lorsqu’il est administré
à une femme enceinte ; il est contre-indiqué chez la femme enceinte. Si
ce médicament est utilisé en cours de grossesse ou si la patiente tombe
enceinte pendant le traitement avec ce médicament, elle doit être
informée des dangers potentiels pour le fœtus.

Réactions allergiques : REVLIMID est contre-indiqué chez les
patients ayant montré une hypersensibilité (p. ex. œdème de Quincke,
syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique) à la
lénalidomide.

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Toxicité embryo-fœtale :

  • REVLIMID est un analogue du thalidomide, un tératogène humain connu
    qui entraîne des anomalies congénitales potentiellement mortelles ou
    le décès de l’embryon ou du fœtus. Une étude sur le développement
    embryofœtal chez des primates non humains indique que le lénalidomide
    produit des malformations chez les petits de guenons qui avaient reçu
    le médicament en cours de gestation, similaires aux anomalies
    congénitales observées chez les humains après une exposition au
    thalidomide en cours de grossesse.
  • Femmes en âge de procréer: elles doivent
    éviter toute grossesse pendant au moins 4 semaines avant de débuter un
    traitement par REVLIMID, lors de celui-ci, lors des interruptions de
    traitement et pendant au moins 4 semaines après la fin du traitement.
    Doivent s’engager à continuellement s’abstenir de rapports
    hétérosexuels ou à utiliser 2 formes de contraception fiables dès 4
    semaines avant le début du traitement par REVLIMID, lors de celui-ci,
    lors des interruptions de traitement et pendant au moins 4 semaines
    après l’interruption du traitement. Doivent obtenir 2 tests de
    grossesse négatifs avant de démarrer un traitement par REVLIMID.
  • Hommes : le lénalidomide est présent dans
    le sperme des patients recevant ce médicament. Les hommes recevant
    REVLIMID doivent donc toujours utiliser un préservatif en latex ou
    synthétique pour tout rapport sexuel avec une femme en âge de procréer
    pendant le traitement au REVLIMID et jusqu’à 28 jours après
    l’interruption du traitement, même s’ils ont subi une vasectomie
    réussie. Les patients masculins recevant REVLIMID ne doivent pas faire
    don de leur sperme
  • Don de sang: les patients ne doivent pas
    procéder à un don de sang lors du traitement par REVLIMID et pendant
    un mois après l’interruption du traitement, car une femme enceinte
    pourrait recevoir ce sang et son fœtus pourrait alors être exposé au
    REVLIMID

Le programme REVLIMID REMS®

Étant donné les risques pour les embryons et les fœtus, REVLIMID est
disponible uniquement via un programme de distribution restreint en
vertu d’une stratégie d’évaluation et d’atténuation des risques (REMS)
appelé programmeREVLIMID REMS® (anciennement
connu sous le nom de Programme « RevAssist
® »
). Les prescripteurs et les pharmacies doivent être habilités dans
le cadre du programme et les patients doivent signer un formulaire
d’acceptation, puis se conformer aux exigences stipulées. Pour en savoir
plus à propos du programme REVLIMID REMS®
veuillez consulter le site
www.celgeneriskmanagement.com
ou composer le 1-888-423-5436

Toxicité hématologique: REVLIMID peut provoquer une neutropénie
et une thrombocytopénie graves. Surveiller les patients souffrant
de neutropénie à la recherche de signes d’infection. Recommander aux
patients de surveiller tout signe de saignement ou de contusion,
notamment en cas d’utilisation parallèle de médicaments susceptibles
d’accroître le risque de saignement. Myélome
multiple:
Les patients atteints de myélome multiple recevant
REVLIMID/dexaméthasome doivent réaliser un suivi de leur hémogramme
complet tous les 7 jours pendant les 2 premiers cycles, aux jours 1 et
15 du cycle 3, puis ensuite tous les 28 jours. Lymphome
du manteau
: les patients prenant REVLIMID pour traiter le
lymphome du manteau doivent réaliser un suivi de leur hémogramme complet
chaque semaine pendant le premier cycle de 28 jours, toutes les 2
semaines pendant les cycles 2 à 4, puis chaque mois. Les patients
peuvent nécessiter une interruption et/ou une réduction de dose. Pour les
syndromes myélodysplasiques:
Voir les
AVERTISSEMENTS encadrés

Thrombo-embolie veineuse et artérielle: Les événements veineux et
thrombo-emboliques (embolie pulmonaire et thrombose veineuse profonde)
et les thromboses artérielles sont accrues chez les patients traités par
REVLIMID. Un risque considérablement accru d’embolie pulmonaire (7,4%)
et de thrombo-embolie (3,7%) a été enregistré chez des patients atteints
de myélome multiple après au moins une thérapie, traités par
REVLIMID/dexaméthasone en comparaison avec un placebo/dexaméthasone
(3,1% et 0,9%) dans des essais cliniques impliquant une utilisation
variable de thérapies anticoagulantes. Dans l’étude portant sur les
patients récemment diagnostiqués comme atteints de myélome multiple,
dans laquelle pratiquement chaque patient a reçu une prophylaxie
antithrombotique, l’embolie pulmonaire (3,6%) et la thrombose veineuse
profonde (3,8%) ont été signalées dans la branche Rd continue.
L’infarctus du myocarde (1,7%) et l’AVC (2,3%) sont accrus chez les
patients souffrant de myélome multiple après au moins une thérapie
préalable, traités par REVLIMID/dexaméthasone, en comparaison avec un
placebo/dexaméthasone (0,6% et 0,9%) dans les essais cliniques. Dans
l’étude portant sur les patients récemment diagnostiqués comme atteints
de myélome multiple, l’infarctus du myocarde (notamment, aigu) a été
signalé (2,3%) dans la branche de traitement Rd continu. La fréquence
des réactions indésirables graves d’AVC était de 0,8% dans la branche de
traitement Rd continu. Les patients possédant des facteurs de risque
connus, tels une thrombose préalable, peuvent présenter davantage de
risques et tout doit être fait pour tenter de minimiser tous les
facteurs modifiables (par ex. l’hyperlipidémie, l’hypertension, le
tabagisme). Dans des essais cliniques contrôlés n’utilisant pas une
prophylaxie thrombotique parallèle, 21,5% des événements thrombotiques
généraux se sont produits chez des patients souffrant de myélome
multiple réfractaire ou récurrent, traités par REVLIMID/dexaméthasone,
en comparaison avec 8,3% de thrombose dans le groupe traité par
placébo/dexaméthasone. La durée moyenne jusqu’à l’apparition du premier
événement thrombotique était de 2,8 mois. Dans l’étude portant sur les
patients récemment diagnostiqués comme atteints de myélome multiple,
dans laquelle pratiquement tous les patients ont reçu une prophylaxie
anti-thrombotique, la fréquence générale des événements thrombotiques
était de 17,4% dans les branches de traitement Rd continu et Rd18
combinées. La durée moyenne jusqu’à l’apparition du premier événement
thrombotique était de 4,37 mois. Une prophylaxie thrombotique est
recommandée et le régime est basé sur les risques sous-jacents des
patients. Les ASE et les œstrogènes peuvent accroître davantage le
risque de thrombose et leur utilisation doit être basée sur une décision
évaluant les risques et les bénéfices correspondants. Voir
AVERTISSEMENTS encadrés

Mortalité accrue chez les patients atteints de LLC : Lors
d’un essai clinique dans le traitement de première intention de patients
atteints d’une leucémie lymphoïde chronique (LLC), une monothérapie au
REVLIMID augmentait le risque de décès par rapport à une monothérapie au
chlorambucil. Lors d’une analyse intermédiaire, 34 décès ont eu lieu
parmi les 210 patients du groupe de traitement sous REVLIMID par rapport
à 18 décès parmi 211 patients du groupe de traitement sous chlorambucil
et le rapport des taux d’incidence pour la survie globale était de 1,92
[IC de 95 % : 1,08 à 3,41] correspondait à une hausse de 92 % du risque
de décès. Les réactions indésirables graves sur le plan
cardiovasculaire, dont fibrillation auriculaire, infarctus du myocarde
et défaillance cardiaque, se sont produites plus fréquemment dans le
groupe de traitement sous REVLIMID. Le REVLIMID n’est pas indiqué et il
est déconseillé pour une utilisation dans le cas de la LLC en dehors
d’essais cliniques contrôlés

Malignités principales secondaires: les patients atteints de MM
traités par REVLIMID présentaient une incidence supérieure de malignités
principales secondaires, particulièrement la leucémie myéloblastique
aiguë (LMA) et les syndromes myélodysplasiques. Cette augmentation s’est
principalement produite chez les patients récemment diagnostiqués comme
atteints de myélome multiple traités par REVLIMID, combiné au Melphalan
(5,3%) ou immédiatement après une dose importante de Melphalan en
intraveineuse et une AGCS (jusqu’à 5,2%). La fréquence des cas de LMA et
de syndromes myélodysplasiques dans les branches de traitement par
REVLIMID/dexaméthasone était de 0,4%. Des cas de malignités de cellules
en B (dont le lymphome de Hodgkin) ont été observés dans des essais
cliniques dans lesquels les patients ont reçu REVLIMID après une AGCS.
Les patients ayant bénéficié d’un traitement par REVLIMID jusqu’à la
progression de la maladie n’ont pas montré d’incidence supérieure de
malignités principales secondaires, par rapport à ceux traités dans les
branches REVLIMID à durée fixe. Surveiller le développement de
malignités principales secondaires chez les patients. Tenir compte de
l’avantage potentiel du REVLIMID et du risque de malignités principales
secondaires si un tel traitement est envisagé

Hépatotoxicité: Des cas d’insuffisance hépatique, y
compris des cas mortels, sont survenus chez des patients traités par
REVLIMID en combinaison avec la dexaméthasone. Le mécanisme de
l’hépatotoxicité induite par des médicaments est inconnu. Une maladie
hépatique virale préexistante, des enzymes hépatiques de base élevées et
des médications concomitantes peuvent être des facteurs de risque.
Surveiller régulièrement les enzymes hépatiques. Arrêter le REVLIMID en
cas d’élévation des enzymes hépatiques. Après un retour aux valeurs de
base, un traitement à un dosage inférieur peut être envisagé

Réactions allergiques: Des cas d’œdème de Quincke et des
réactions dermatologiques graves, notamment le syndrome de
Stevens-Johnson (SSJ) et le syndrome de Lyell, ont été signalés.

Contacts

Pour Celgene:
Investisseurs,
908-673-9628
investors@celgene.com
ou
Médias,
908-673-2275
media@celgene.com

Read full story here