Press release

« Contrôle Epigénétique & Plasticité Cellulaire »

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Symposium scientifique d’une nouvelle série de colloques avec l’INSERM et le CEM(Centre Beckman de l’Académie Nationale des Sciences, Irvine, 6 & 7 octobre 2016) IRVINE, Calif.–(BUSINESS WIRE)–La Fondation IPSEN (Boulogne-Billancourt, France), l’INSERM (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale, France) et le Centre pour l’Epigénétique et le Métabolisme (CEM) de l’Université de

Symposium scientifique d’une nouvelle série de colloques avec
l’INSERM et le CEM
(Centre Beckman de l’Académie Nationale des
Sciences,
Irvine, 6 & 7 octobre 2016)

IRVINE, Calif.–(BUSINESS WIRE)–La Fondation IPSEN (Boulogne-Billancourt, France), l’INSERM (Institut
National de la Santé et de la Recherche Médicale, France) et le Centre
pour l’Epigénétique et le Métabolisme (CEM) de l’Université de
Californie Irvine (UCI) sont heureux de vous annoncer leur nouveau
symposium de 2016: « Contrôle Epigénétique et Plasticité Cellulaire”.
Cette année, ce colloque, organisé par le CEM, dirigé par Paolo
Sassone-Corsi propose, comme à son habitude des conférences d’un grand
intérêt scientifique, il se déroule au Centre Beckman de l’Académie
Nationale des Sciences (Irvine, Etats-Unis), les 6 et 7 Octobre.
Cet
évènement est l’occasion de rassembler les plus grands experts de
l’épigénétique et du métabolisme et nous vous invitons à découvrir ces
thématiques aux multiples facettes, qui sont en lien direct avec la
médecine moléculaire, la pharmacologie et la recherche.

L’Epigénétique
La capacité à stocker des informations durant une
longue période est au cœur de l’identité cellulaire. Ce procédé de
mémorisation est assuré par l’expression d’un certain nombre de gènes,
ce qui permet à la cellule de se « souvenir » d’un évènement et comment
adapter sa réponse au cours de son développement et sa différenciation.
A titre d’exemples, le développement des connections des neurones
s’effectue au moment de leur différenciation, à travers des
modifications qui leur permettent de contrôler correctement les
fonctions cognitives et comportementales. Or, comment un schéma
génétique déterminé peut-il être flexible et s’adapter à une variabilité
de signaux provenant de l’environnement ou de l’alimentation, par
exemple.
Les cellules sont sujettes à un nombre extraordinaire de
stimuli différents et, en réponse, sont capables de les intégrer dans
des fonctions complexes et de moduler leur métabolisme. Ces propriétés
uniques reposent sur une très grande flexibilité du génome, une
caractéristique qui s’appuie sur des mécanismes moléculaires complexes,
qui contrôlent l’expression des gènes. Mais qu’est-ce qui est au cœur de
cette plasticité cellulaire ? Aujourd’hui, nous en savons plus sur le
rôle central joué par les facteurs épigénétiques. Auparavant, ce terme
désignait des facteurs capables de modifications héréditaires de
l’expression de gènes, sans pour autant modifier la séquence de l’ADN.
Ces dernières années, cette définition a évolué et a acquis une
signification plus large, puisque le contrôle épigénétique intègre la
méthylation de l’ADN, les modifications des histones, les variants des
histones, le métabolisme des micro-ARNs et les modifications des
protéines non-histones. Ainsi, la plasticité cellulaire est intimement
associée avec la notion de contrôle génomique, qui ne se réduit pas à la
seule information génétique contenue dans la séquence ADN, mais va bien
au-delà. La multitude des mécanismes épigénétiques opérant à l’intérieur
de nos cellules pose toutefois la question de savoir comment ceux-ci
sont coordonnés et comment leur spécificité est assurée.
Ces
dernières années des progrès spectaculaires ont été effectués dans
l’étude des facteurs épigénétiques, fédérant au passage des chercheurs
spécialisés dans des disciplines variées. Dans les dix années à venir,
la recherche en biologie, le développement de stratégies
pharmacologiques et thérapeutiques dépendront indubitablement des études
sur le contrôle épigénétique. Le CEM de la faculté de médecine de l’UCI
organise depuis plusieurs années des symposiums sur le « Contrôle
Epigénétique et la Plasticité Cellulaire » rassemblant des experts
internationaux afin de présenter et de discuter des développements
récents et des perspectives qui en découlent. Cette année, ce symposium
est co-organisé par l’INSERM, dont l’unité de recherche U904 est
localisée au sein de l’UCI, et la Fondation IPSEN.

Orateurs invités & Titres de la conférence
Yang SHI (Department
of Cell Biology, Harvard Medical School, Boston, USA)

Régulation de la méthylation des histones, reconnaissance et relation
avec les pathologies humaines

Robert G. ROEDER (Laboratory of Biochemistry and Molecular
Biology, The Rockefeller University, New York, USA)

Etudes mécanistiques des fonctions coopératives des cofacteurs
transcriptionels sur la chromatine

Asifa AKHTAR (Max Planck Institute of Immunobiology and
Epigenetics, Freiburg, Germany)

Régulation épigenetique des complexes MOF

Paolo SASSONE-CORSI (U904 INSERM, Center for Epigenetics and
Metabolism, UCI, USA)

Le Cycle circadien: Relier le métabolisme à l’épigénétique

John DENU (Department of Biomolecular Chemistry, Wisconsin
Institute for Discovery, Madison, USA)

Flore intestinale microbienne et programmation épigénétique de l’hôte

Leonard P. GUARENTE (Glenn Labs for the Science of Aging, MIT,
Cambridge, USA)

Sirtuines, NAD et cellules souches

Juleen ZIERATH (Department of Molecular Medicine and
Department of Physiology and Pharmacology, Section of Integrative
Physiology, Karolinska Institutet, Stockholm, Sweden)

Rôle du régime alimentaire et de l’exercice sur les modifications
épigénétiques dans le cadre du diabète de type 2.

Melanie OTT (Gladstone Institute of Virology and Immunology,
University of California, San Francisco, USA)

Régulation épigénétique de la transcription du VIH

Eric SOLARY (INSERM U1170 Hématopoïèse
normale et pathologique
, Institut Gustave Roussy, Villejuif,
France)

L’hypométhylation améliore le phénotype des leucémies myélomonocytaires
sans diminuer le niveau des altérations génétiques.

Gerald R. CRABTREE (Howard Hughes Medical Institute, Beckman
Center, Stanford, USA)

Equilibre de l’accessibilité génomique et facteurs BAF-Polycomb

Anne SCHAEFER (Department of Neurosciences, Mount Sinai School
of Medicine, New York, USA)

Propriétés neuroprotectrices du facteur Polycomb Repressive Complex 2
(PRC2)

Marcelo WOOD (Department of Neurobiology and Behavior,
University of California, Irvine, USA)

Etude du rôle de BAF53b dans la mémorisation associative

Eric VERDIN (Gladstone Institute of Virology and Immunology,
University of California, San Francisco, USA)

Régime cétogénique : effets sur la Longévité et l’Espérance de vie

Valerio ORLANDO (Biological and Environmental Science and
Engineering Division, KAUST, Thuwal, KSA)

Rôles du système Polycomb-Mémoire cellulaire sur le cycle circadien et
adaptation aux stress métaboliques au niveau du muscle squelettique chez
les mammifères.

Salvador A. BENITAH (Institute for Research in Biomedicine,
Barcelona Institute of Science and Technology, Barcelona, Spain)

Les cellules souches adultes subissent la reprogrammation circadienne
due au régime alimentaire durant le vieillissement.

La Fondation IPSEN
Créée en 1983 sous l’égide de la Fondation de
France, la Fondation IPSEN a pour ambition d’initier une réflexion sur
les grands enjeux scientifiques des années à venir. Inscrite dans la
durée, l’action de la Fondation IPSEN vise à contribuer au développement
et à la diffusion des connaissances scientifiques en encourageant les
interactions entre scientifiques et cliniciens. La Fondation a développé
un important réseau international d’experts scientifiques qu’elle réunit
régulièrement dans le cadre de Colloques Médecine et Recherche,
consacrés à trois grands thèmes : les neurosciences, l’endocrinologie et
le cancer. Par ailleurs, la Fondation IPSEN a initié plusieurs séries de
réunions en partenariat avec le Salk Institute for Biological Studies,
le Karolinska Institutet, ainsi qu’avec les revues Cell et Science.
La Fondation IPSEN a publié plus d’une centaine d’ouvrages et a attribué
plus de 250 prix et bourses scientifiques (pour plus d’informations: www.fondation-ipsen.org).

Le Centre pour l’Epigénétique et le Métabolisme (UCI, Irvine)
Le
CEM, dirigé par Paolo Sassone-Corsi, localisé au sein de la faculté de
médecine de l’UCI, confère un environnement intellectuellement propice à
l’étude de l’épigénétique et de ses relations avec le métabolisme
cellulaire. Ce centre encourage les collaborations sûr l’épigénétique,
le remodelage de la chromatine ou le métabolisme cellulaire (plus
d’informations : http://www.som.uci.edu/cem/index.asp).

L’INSERM
Créé en 1964, l’INSERM est un établissement public à
caractère scientifique et technologique, placé sous la double tutelle du
ministère de la Santé et du ministère de la Recherche. L’INSERM, seul
organisme public de recherche français entièrement dédié à la santé
humaine, s’est vu confier, en 2008, la responsabilité d’assurer la
coordination stratégique, scientifique et opérationnelle de la recherche
biomédicale. Ce rôle central de coordinateur lui revient naturellement
par la qualité scientifique de ses équipes mais également par sa
capacité à assurer une recherche translationnelle, du laboratoire au lit
du patient. Le décret adopté en mars 2009 va permettre à l’Inserm
d’assumer ses missions dans le contexte de la recherche face aux
nouveaux défis scientifiques, sanitaires et économiques du XXIe siècle
(pour plus d’informations: www.inserm.fr).

Pour plus d’informations sur le symposium, merci de visiter
http://www.som.uci.edu/cem/epigenetics-symposium/index.asp
https://www.youtube.com/watch?v=1-dUDkg6TEU
http://www.fondation-ipsen.org/en/about-us/fondation-ipsen-news/epigenetic-control-and-cellular-metabolism-symposium-watch-the-video/

Contacts

Image Sept
Isabelle de Segonzac, Tél. : +33 (0)1 53 70 74 70
E-mail
: isegonzac@image7.fr