Press release

DEINOVE : RÉSULTATS DU 1ER SEMESTRE 2016 : STABILITÉ DE LA PERTE NETTE FOCALISATION STRATÉGIQUE SUR LES ACTIVITÉS CAROTÉNOIDES ET ANTIBIOTIQUES

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Situation de trésorerie : +10,4 m€ au 30 juin 2016 vs. +12,4 m€ au 31 décembre 2015 Stabilité de la perte nette semestrielle à -3,1m€ Décision stratégique de focaliser les activités de la Société sur les applications à haute valeur ajoutée en santé humaine (antibiotiques), nutrition et cosmétique (caroténoïdes notamment) Renforcement du projet DEINOCHEM, poursuite des

  • Situation de trésorerie : +10,4 m€ au 30 juin 2016 vs. +12,4 m€ au
    31 décembre 2015
  • Stabilité de la perte nette semestrielle à -3,1m€
  • Décision stratégique de focaliser les activités de la Société sur
    les applications à haute valeur ajoutée en santé humaine
    (antibiotiques), nutrition et cosmétique (caroténoïdes notamment)
  • Renforcement du projet DEINOCHEM, poursuite des collaborations avec
    AVRIL et FLINT HILLS RESOURCES, suspension du projet DEINOL
  • Amplification du projet antibiotiques, en lien avec la déclaration
    du 21 septembre de l’ONU et de l’OMS sur le besoin en nouveaux
    antibiotiques, et surtout l’identification par DEINOBIOTICS de
    nouvelles classes d’antibiotiques produits par le souchier de DEINOVE.
    Sélection d’une première famille chimique dont l’efficacité et les
    propriétés pharmacologiques sont actuellement évaluées
  • Projet de filialisation de DEINOBIOTICS à 100% (aujourd’hui détenue
    par DEINOVE à 49%)

MONTPELLIER, France–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News :

DEINOVE (Paris:ALDEI) (Alternext Paris : ALDEI), société de
biotechnologie qui découvre, développe et produit des composés à forte
valeur ajoutée à partir de bactéries rares, notamment du genre
Déinocoque, annonce ses résultats pour le 1
er
semestre de l’exercice 2016. Lors de sa réunion du 27 septembre, le
Conseil d’administration a approuvé les comptes et décidé d’une
focalisation stratégique de ses activités sur les marchés à haute valeur
ajoutée des caroténoïdes (nutrition et cosmétique) et des antibiotiques
(santé humaine), avec notamment la filialisation à 100% des activités de
la société DEINOBIOTICS (créée en 2012, spécialisée en recherche et
développement de nouveaux antibiotiques et filiale aujourd’hui
minoritaire de DEINOVE), par le biais d’apports en nature par les
associés de DEINOBIOTICS au bénéfice de DEINOVE.

DEINOVE mène depuis 2009 des recherches sur la découverte de nouveaux
antibiotiques à partir de sa plateforme bactérienne. Le fléau mondial de
résistance aux antibiotiques souligné solennellement le 21 septembre par
les déclarations de l’ONU et de l’OMS1 devrait créer un
nouvel environnement particulièrement favorable aux rares entreprises de
biotechnologie capables de découvrir de nouveaux antibiotiques. Compte
tenu des résultats très prometteurs de sa filiale minoritaire
DEINOBIOTICS (créée en 2012, avec des laboratoires à Lille), DEINOVE
prévoit d’amplifier sa plateforme antibiotiques à Montpellier et Lille,
en faisant de DEINOBIOTICS une filiale à 100%. En parallèle, en raison
du contexte actuel qui demeure défavorable au développement des
biocarburants de deuxième génération (prix du pétrole bas, désengagement
des industriels du secteur, manque de soutien des différents
gouvernements), et du fort potentiel des autres technologies et produits
développés actuellement par DEINOVE, il a été décidé de concentrer les
ressources de la Société sur les applications à forte valeur ajoutée que
sont les nouveaux antibiotiques, et les caroténoïdes en nutrition et
cosmétique. Au-delà de la consolidation et de l’amplification des
activités de DEINOBIOTICS, les équipes vont ainsi se concentrer sur le
programme DEINOCHEM/caroténoïdes, faire avancer les projets dans le
domaine de la nutrition avec AVRIL et FLINT HILLS RESOURCES et
développer d’autres partenariats sur les marchés cibles de la santé et
de la cosmétique, pour lesquels DEINOVE a mis en place un programme
d’identification d’autres composés d’intérêt au sein de son souchier. Le
programme DEINOL a permis une maîtrise de niveau mondial de la propriété
intellectuelle, de la génétique, du métabolisme et de la fermentation
des Déinocoques, bénéficiant directement aux autres projets. Le
développement industriel du bioéthanol est suspendu en attendant un
éventuel changement du contexte du marché des biocarburants.

« La découverte de nouveaux antibiotiques répond à un besoin médical
prioritaire au plan mondial. Peu d’entreprises de biotechnologies
peuvent prétendre découvrir de nouvelles classes d’antibiotiques. Les
travaux de DEINOBIOTICS, à partir du souchier bactérien de DEINOVE, ont
permis d’identifier un premier candidat à très fort potentiel. Les
programmes de spécialités de DEINOVE, notamment DEINOCHEM et les projets
en nutrition animale menés avec nos partenaires, avancent conformément à
nos attentes, tandis que le marché des biocarburants de deuxième
génération est en attente d’une remontée du prix du pétrole. Dans ce
contexte, nous faisons le choix de rassembler les équipes DEINOBIOTICS
et DEINOVE et de concentrer nos efforts sur les programmes à forte
valeur ajoutée et sur ceux offrant des perspectives de revenus à court
terme, afin de créer davantage de valeur pour nos actionnaires,
»
déclare Emmanuel PETIOT, Directeur général de DEINOVE. Il ajoute :
« Nous avons accompli de nombreuses avancées dans notre programme de
recherche sur les biocarburants de deuxième génération, incluant la
preuve de concept que le
Deinococcus pouvait être un vrai châssis
innovant pour la production biologique. Cela constitue une formidable
base technologique pour notre nouvelle stratégie. Nous avons également
bâti une plateforme intégrée d’ingénierie génétique, métabolique et
fermentaire de très haut niveau. Nous allons valoriser ces avancées en
nous concentrant sur les applications pour lesquelles le marché existe
déjà, notamment les caroténoïdes, dont les applications potentielles en
santé, cosmétique et nutrition sont nombreuses et à forte valeur
ajoutée »
.

Dominique LE BELLER, Directeur général de DEINOBIOTICS, ajoute : « La
découverte de nouvelles classes d’antibiotiques est un enjeu mondial de
santé publique, alors que les phénomènes de résistance aux antibiotiques
progressent rapidement. Ce besoin médical majeur en nouveaux
antibiotiques a été solennellement mis en avant la semaine dernière par
l’ONU, l’OMS, et les gouvernements de 193 pays. Depuis 2010 il n’a été
mis sur le marché aucun nouvel antibiotique innovant, et 3 seulement au
cours des 5 années précédentes. Les microorganismes sont les producteurs
d’antibiotiques les plus performants du monde vivant mais la découverte
de nouveaux antibiotiques s’est heurtée à l’exploitation
quasi-exhaustive des mêmes bactéries ; le souchier exceptionnel de
bactéries de DEINOVE jamais exploitées pour la découverte
d’antibiotiques présente un très fort potentiel d’accès à des molécules
inédites d’intérêt thérapeutique. Nous avons déjà identifié plusieurs
molécules prometteuses et un premier candidat fait l’objet
d’optimisation et de recherches précliniques avancées. L’opportunité de
financements non dilutifs, d’accords pharmaceutiques et de création de
valeur est importante. En rejoignant DEINOVE, nous accéderons à des
capacités synergiques de R&D qui vont nous permettre d’amplifier et
d’accélérer nos projets.»

ÉLÉMENTS FINANCIERS SYNTHÉTIQUES

      Période de 6 mois
se terminant le 30 Juin
(en milliers d’euros)       2016       2015
Total produits d’exploitation       208       69
Total frais opérationnels 4 344       4 059
dont frais de Recherche & Développement 3 402 3 141
dont frais administratifs et généraux 942 918
Résultat d’exploitation -4 136 -3 990
Résultat financier 15 12
Résultat courant -4 121 -3 978
Résultat exceptionnel 236 -7
Impôts sur les bénéfices (Crédit Impôt Recherche)       -745       -816
RÉSULTAT DE LA PÉRIODE       -3 141       -3 170
 
        au 30/06/16       au 31/12/15
Position financière nette 10 359 12 432
dont immobilisations financières1 0 0
dont dépôts à terme (éch.< 1 an) 0 0
dont instruments de trésorerie (éch. < 3 mois) 0 0
dont trésorerie disponible 10 359 12 432
(dont dettes financières)       0       0
Total de l’actif       14 416       17 327
TOTAL DES FONDS PROPRES 12 669 14 593
dont capitaux propres 4 919 8 096
dont avances conditionnées       7 750       6 497
1 Exclusion faite des prêts, des éléments du contrat de
liquidité (liquidités, actions propres) et des dépôts &
cautionnements.
 

RÉSULTATS FINANCIERS DU SEMESTRE

Résultat d’exploitation

La société DEINOVE a perçu 208 k€ de revenus d’exploitation sur le
semestre, provenant essentiellement de subventions et de partenariats de
R&D (AVRIL et FLINT HILLS RESOURCES). Dans le même temps, les dépenses
opérationnelles ont progressé de +7% à 4,3 m€.

Les frais de R&D, qui représentent 78% des frais opérationnels (vs. 77%
au 1er semestre 2015), progressent de +8%, en lien avec la
hausse des effectifs (+ 3 ETP moyen) et l’agrandissement des
laboratoires (loyers, équipements…). Les dépenses de sous-traitance ont
diminué en lien avec la fin de certaines prestations (réalisées au VTT
notamment). Les frais administratifs et généraux sont en légère
augmentation à 942 k€.

La Société a poursuivi ses investissements sur le semestre,
essentiellement pour l’automatisation et le développement de la
plateforme technologique, et en lien avec la montée en puissance du
programme DEINOCHEM.

Résultat net

La perte nette du 1er semestre est en ligne avec celle
enregistrée pour la même période de 2015, et s’établit à -3,1 m€. Elle
intègre un résultat exceptionnel positif de +236 k€ (dont un abandon de
créance par Bpifrance de 224 k€), et un résultat financier également
positif, de +15 k€.

SITUATION FINANCIERE

Le financement des frais opérationnels du 1er semestre 2016 a
nécessité 4,0 m€ (hors Dotations aux amortissements), auxquels sont
venus s’ajouter des investissements en équipements de laboratoire
(loyers de crédit-bail inclus) pour environ 720 k€. De plus, DEINOVE a
souscrit des obligations simples émises par DEINOBIOTICS pour un montant
de 500 k€.

Sur la même période, la Société a reçu 1,5 m€ d’avance remboursable (3ème
versement de l’ADEME, relatif au programme DEINOCHEM), et 140 k€ de
subvention (Bpifrance/CMI). DEINOVE a également perçu, fin juin 2016, la
restitution de la créance CIR 2015, pour un montant de 1,6 m€.

Au 30 juin 2016, la Position Financière Nette de la Société s’élevait à
+10,4 m€, vs. +12,4 m€ au 1er janvier 2016, soit une
consommation nette de -2,1 m€ sur le semestre.

AVANCÉES DU SEMESTRE &
CONSIDÉRATIONS STRATÉGIQUES

Lors de sa réunion du 27 septembre 2016, le Conseil d‘administration de
DEINOVE a examiné les avancées réalisées au cours du semestre et
l’environnement général de la Société :

Programme DEINOCHEM

Les études menées sur les applications potentielles des caroténoïdes
valident l’intérêt de ces molécules pour des applications cosmétiques et
dans la santé, des marchés à forte valeur ajoutée pour lesquels DEINOVE
peut envisager différents modèles de revenus, soit par cession de
licences, soit par production directe de composés avec des partenaires,
et ce sans besoin d’investissements industriels lourds.

En février, DEINOVE avait annoncé avoir élargi le nombre de molécules
accessibles, avec désormais 5 caroténoïdes fabriqués en laboratoire et
des rendements améliorés d’un facteur 6 à 8 selon les molécules2.
En juin, DEINOVE a validé l’étape-clé 2 du programme DEINOCHEM qui s’est
concrétisée par le versement de 1,5 m€ de l’ADEME3.
L’atteinte des livrables a confirmé les progrès réalisés dans le
développement de souches Déinocoques hyperproductrices de caroténoïdes.
Les principales avancées ont concerné le séquençage et l’annotation
d’une centaine de souches, le renforcement des capacités de fermentation
(x10) et l’atteinte de rendements de production cibles, jusqu’à 5 fois
plus importants que ceux de la souche sauvage.

La Société a l’ambition de commercialiser ses premiers lots de composés
cibles en 2018.

Par ailleurs, les programmes de R&D avec AVRIL et FLINT HILLS RESOURCES
dans la nutrition animale avancent conformément aux attentes des
partenaires.

Enfin, DEINOVE a été lauréate du programme d’amorçage de la 2ème
édition du Concours Mondial d’Innovation pour DEINOPLAST (programme de
R&D pour la production d’acide muconique biosourcé), auquel a été
attribuée en conséquence une subvention de 200 k€4, venant
saluer la qualité de la plateforme technologique de DEINOVE.

Programme DEINOBIOTICS

DEINOBIOTICS s’est donnée pour mission de découvrir de nouvelles
structures antibiotiques originales permettant de lutter contre les
germes multi-résistants.

La résistance aux antibiotiques pourrait être à l’origine de 10 millions
de décès par an d’ici à 2050, soit plus que les cancers aujourd’hui (8
millions par an). Déjà, certains patients, notamment atteints de
pneumonie, de tuberculose ou de gonorrhée, sont en situation d’impasse
thérapeutique du fait de la perte d’efficacité de plusieurs classes
d’antibiotiques5. Tandis que le Dr Fukuda, Sous-Directeur
Général de l’OMS, la qualifie de « vraie menace sociétale6 »,
le Dr Margaret Chan, Directrice Générale de l’Organisation Mondiale de
la Santé rappelait en avril « La situation est mauvaise et elle
est en train d’empirer
, comme je le répète inlassablement. Il
s’agit d’un tsunami au ralenti contre lequel nous devons nous mobiliser
de façon urgente »
7.

En réponse, les gouvernements et les industriels multiplient plans et
initiatives. L’Organisation des Nations Unies a par ailleurs lancé un
appel solennel le 21 septembre 20168, signé par 193 pays,
pour alerter sur les résistances aux antibiotiques. Les objectifs visent
à réduire la consommation, parfaire l’utilisation du patrimoine
antibiotique actuel et bien sûr à identifier et exploiter de nouvelles
sources d’antibiotiques qui permettront de compléter l’arsenal
thérapeutique existant et ainsi le faire passer à un niveau d’efficacité
en lien avec la menace.

Ce besoin, DEINOVE et sa filiale DEINOBIOTICS l’anticipent depuis
plusieurs années. Convaincu depuis l’origine que sa collection de
bactéries rares renfermait des souches capables de produire de nouveaux
antibiotiques, DEINOVE a réuni une équipe d’experts autour de l’un des
meilleurs spécialistes français de la Recherche et Développement
d’antimicrobiens et créé DEINOBIOTICS en 2012, sous la forme d’une
filiale. Ces derniers mois, DEINOBIOTICS a avancé considérablement dans
ses programmes de recherche dans ses laboratoires de Lille et a
identifié dans le souchier de DEINOVE de nouvelles classes
antibiotiques. De structures chimiques inédites, ces nouveaux
antibiotiques sont dotés de spectres d’activité très intéressants,
notamment vis-à-vis de bactéries pathogènes résistantes aux
antibiotiques disponibles. Un premier candidat médicament, présentant
une activité antibiotique particulièrement intéressante, a d’ores et
déjà été retenu pour des recherches précliniques avancées.

DEINOBIOTICS a besoin de ressources supplémentaires, et en priorité
d’équipements et de savoir-faire en ingénierie génétique, métabolique et
fermentaire, pour poursuivre ses recherches. DEINOVE, qui a construit
une plateforme technologique de 1er rang, dispose de ces
ressources et les mettra donc au service de ces développements. Le
programme DEINOBIOTICS sera alors amplifié dans les laboratoires de
Montpellier et de Lille.

Programme DEINOL

À ce jour, les équipes de DEINOVE sont parvenues à :

  • Sélectionner et optimiser une bactérie Déinocoque châssis adaptée aux
    contraintes de la production industrielle ;
  • Mettre au point une souche capable de produire de l’éthanol par
    hydrolyse et fermentation de différentes matières premières végétales ;
  • Produire, à l’échelle d’un fermenteur de 300L, de l’éthanol avec un
    titre de 9% d’alcool wt/v (7,3% v/v), à partir d’un mélange de sucres
    C5 et C6 (représentatif de la composition de la biomasse) ;
  • Améliorer la tolérance de la souche aux inhibiteurs communs aux
    substrats 2G.

Malgré ces avancées, la perspective de générer rapidement des revenus
dans cette activité ne semble pas aujourd’hui réaliste au vu des
facteurs économiques et de la structuration actuelle du marché.

En effet, le contexte économique global n’est pas favorable au
développement des biocarburants de 2ème génération. La baisse
durable des prix du pétrole pèse sur la compétitivité des producteurs de
biocarburants et met une pression encore plus forte sur tous les
développements de recherche : les objectifs en termes de performances de
production sont nettement plus ambitieux et plus difficiles à atteindre,
rallongeant les temps de développement.

Les différentes usines de bioéthanol 2G actuellement en opération ne
semblent pas délivrer les rendements et le niveau de production
attendus. Des blocages technologiques subsistent, et les industriels
sont peu enclins à développer de nouvelles technologies tant que les
usines actuelles ne sont pas stabilisées et tant que le prix du pétrole
n’est pas remonté. Un analyste de Raymond James & Associates, Pavel
Molchanov, spécialisé dans la bioénergie aux États-Unis, commentait le
secteur en juillet dernier : « La mise à l’échelle des
technologies de biocarburants de 2
ème
génération est considérablement en dessous des attentes. Il y a eu de
multiples incidents opérationnels et mécaniques qui résultent
aujourd’hui en l’absence quasi-totale de production de ce type de
biocarburants 
».

Plusieurs acteurs du secteur des biotechnologies industrielles ont par
ailleurs annoncé ces derniers mois un recentrage sur les composés de
spécialité, notamment dans les domaines de la nutrition et du « personal
care » (cosmétiques et produits de soin) face à la chute des prix du
pétrole et à la difficulté de financer des projets dans les
biocarburants. C’est le cas de Solazyme/Terravia, également de Codexis
ou encore d’Amyris. Dans le même temps, les principaux acteurs de la
chimie ont initié des opérations de concentration, comme l’illustre la
fusion de DuPont et Dow Chemical.

ABENGOA, principal acteur industriel du programme DEINOL, a été placé en
procédure de pré-faillite en novembre 2015. Depuis cette date, le groupe
espagnol a décidé de se focaliser sur son activité « Ingénierie et
construction industrielle » et a ainsi engagé un vaste programme de
cession d’actifs en vue d’alléger sa dette et de finaliser un accord
avec ses créanciers. ABENGOA a cédé ses usines américaines de
biocarburants9 (son usine principale au Kansas, dédiée à la
deuxième génération, a été fermée en Décembre 201510) et
cherche des repreneurs pour ses sites européens.

Ainsi DEINOVE a décidé de revoir sa stratégie dans les biocarburants et
de suspendre son programme DEINOL.

Technologie, Propriété intellectuelle et R&D

La Société a initié une structuration complète de son souchier, un
patrimoine biologique unique à DEINOVE. C’est ainsi qu’ont été
identifiés des composés d’intérêt répondant aux besoins et attentes
d’AVRIL et de FLINT HILLS RESOURCES. Les développements actuels
n’exploitent qu’une fraction du souchier de DEINOVE, un actif
stratégique à fort potentiel, qui peut constituer une nouvelle source
d’ingrédients naturels (au-delà des caroténoïdes innovants produits
naturellement par 400 des quelque 6 000 bactéries du souchier). Le
souchier va donc être exploré plus avant pour identifier de nouvelles
molécules d’intérêt.

Au travers des efforts de recherche conduits dans le cadre du programme
DEINOL, DEINOVE a développé une plateforme extrêmement sophistiquée,
tant sur la sélection des souches que sur la conception de souches à
façon ou encore l’ingénierie fermentaire. Ces avancées technologiques
bénéficient en plein aux autres programmes de recherche.

Afin d’optimiser l’utilisation du Deinococcus comme nouveau
châssis pour la production biologique, DEINOVE a engagé une
collaboration technologique avec Toulouse White Biotechnology (TWB)11
pour cartographier les flux métaboliques du Déinocoque, c’est-à-dire
réaliser un inventaire de toutes les potentialités du microorganisme
dans la production de molécules d’intérêt. Cette cartographie, à la fois
qualitative et quantitative, servira de référence pour identifier et
optimiser toutes les voies métaboliques du modèle Déinocoque, afin
d’atteindre plus rapidement les rendements et productivités cibles des
procédés industriels développés par la Société.

FOCALISATION STRATÉGIQUE ET NOUVELLE
ORGANISATION

Ayant analysé les évolutions du semestre, le Conseil d‘administration du
27 septembre 2016 a validé la focalisation des activités de DEINOVE vers
les applications à haute valeur ajoutée en santé, nutrition et
cosmétique, avec l’objectif d’accélérer la génération de revenus et de
concentrer les ressources sur les applications à plus forte valeur
ajoutée. Il a décidé des évolutions suivantes :

  • Réintégration des opérations de DEINOBIOTICS au sein de DEINOVE : une
    partie des ressources de DEINOVE sera réallouée au développement des
    programmes de DEINOBIOTICS, qui en contrepartie fera bénéficier
    DEINOVE de son savoir-faire dans la production, la caractérisation et
    l’optimisation de métabolites secondaires.
  • Sur le plan juridique et sous réserve notamment (i) de signature du
    traité d’apport et (ii) d’approbation des opérations d’apport en
    nature et de décision d’augmentation de capital subséquente par une
    Assemblée Générale de DEINOVE qui sera convoquée dans les prochaines
    semaines, DEINOVE détiendra 100% de sa filiale DEINOBIOTICS à l’issue
    des opérations d’apports en nature de leurs actions par les associés
    de DEINOBIOTICS au bénéfice de DEINOVE. La dilution subséquente des
    actionnaires de DEINOVE est estimée à environ 10%.
  • Les autres ressources de DEINOVE seront prioritairement allouées à la
    poursuite du développement de caroténoïdes (projet DEINOCHEM), des
    programmes menés en partenariat avec AVRIL, FLINT HILLS RESOURCES et
    d’autres programmes plus amont, dont les partenaires n’ont pas encore
    été rendus publics, et qui avancent tous vers leur validation
    scientifique. Tous les efforts seront focalisés sur l’atteinte des
    objectifs de ces programmes et la génération de revenus dans un délai
    aussi court que possible. Les composés de spécialité sont caractérisés
    par des temps de développement plus courts et des perspectives de
    profits plus importants.
  • Lancement d’un vaste programme de criblage du souchier de DEINOVE
    devant aboutir à l’identification de composés de spécialité dans les
    domaines de la santé, de la nutrition et de la cosmétique. Ce
    programme démarre actuellement par une phase de criblage in vitro
    qui identifiera des hits positifs, lesquels passeront par des tests
    d’efficacité plus poussés validant leur intérêt dans ces secteurs.
  • Le programme DEINOL est suspendu, de même que les partenariats
    associés. DEINOVE continuera toutefois d’étudier toutes les
    possibilités de valorisation des actifs liés à ce programme.
  • Réorganisation de DEINOVE :

    • Dominique Le Beller et son équipe seront rattachés
      hiérarchiquement à DEINOVE.
    • Un chef de projet d’étude préclinique viendra renforcer les
      développements antibiotiques.
    • Les équipes anciennement dédiées au projet DEINOL et à la
      plateforme Biomasse viennent renforcer les équipes DEINOBIOTICS,
      criblage, fermentation et analytique.
    • Le nombre d’employés de DEINOVE après intégration de DEINOBIOTICS
      restera globalement stable par rapport à la situation actuelle.

DEINOVE concentrera désormais ses recherches sur des applications à
forte valeur ajoutée dans les domaines suivants :

  • La santé, en recherchant et développant des antibiotiques nouveaux
    répondant à un fort besoin médical, et en exploitant les propriétés
    thérapeutiques d’autres composés tels que les caroténoïdes qui peuvent
    être d’intérêt dans les domaines de l’inflammation, de la santé
    oculaire, des désordres cutanés….
  • L’alimentation humaine et animale, avec des molécules aux propriétés
    colorantes, antioxydantes, nutritives…
  • La cosmétique et les produits de soin du corps, avec des molécules

Contacts

Contacts DEINOVE
Emmanuel
Petiot

Directeur Général
Tél : +33 (0)4 48 19 01 28
emmanuel.petiot@deinove.com
ou
Julien
Coste

Directeur Administratif & Financier
Tél : +33
(0)4 48 19 01 00
julien.coste@deinove.com
ou
ALIZE
RP, Relations Presse

Caroline Carmagnol / Wendy Rigal
Tél
: +33 (0)1 44 54 36 66
deinove@alizerp.com
ou
Coralie
Martin

Communication et Relations investisseurs
Tél : +33
(0)4 48 19 01 60
coralie.martin@deinove.com

Read full story here