Press release

Gecina : Résultats du premier semestre 2016

0 0
Sponsorisé par Business Wire

PARIS–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News: Gecina (Paris:GFC): Forte hausse au premier semestre du résultat récurrent net et de l’ANR triple netRésultat récurrent net part du Groupe en hausse de +17,2% (+15,4% par action)ANR triple net EPRA en hausse de +25,4% sur un an (+4,8% sur 6 mois) à 128,6€ Un important potentiel de création de valeur à

PARIS–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News:

Gecina (Paris:GFC):

Forte hausse au premier semestre du résultat récurrent net et de
l’ANR triple net

Résultat récurrent net part du Groupe en
hausse de +17,2% (+15,4% par action)
ANR triple net EPRA en
hausse de +25,4% sur un an (+4,8% sur 6 mois) à 128,6€

Un important potentiel de création de valeur à court, moyen et long
terme

Un pipeline porté à 3,6 Md€ composé à 60% de projets
engagés ou certains, majoritairement localisés à Paris, et devant être
livrés d’ici 2020

Une performance démontrant le bien-fondé de la stratégie initiée
début 2015

Gecina affirme la supériorité financière et
opérationnelle de son offre sur Foncière de Paris qui s’intègre
parfaitement dans cette stratégie

Gecina réitère son objectif de croissance du résultat récurrent net
en 2016

Croissance du résultat récurrent net part du Groupe
supérieure à +5% en 2016 hors effet de la cession du pôle santé

Chiffres clés*

             
En million d’euros   30-juin-15   30-juin-16   Var. (%)
Loyers Bruts   276,2   298,8   +8,2%

(-0,2% à périmètre constant)

Excédent Brut d’Exploitation   227,2   247,3   +8,8%
Résultat récurrent net part du Groupe 169,0 198,0 +17,2%
Par action (en €)   2,74   3,16   +15,4%
ANR dilué triple net EPRA (bloc)   102,5   128,6   +25,4%

* L’ensemble des chiffres présentés dans ce document (hors annexes)
exclut tout impact des normes IFRS 5 et IFRIC 21

Le résultat récurrent net part du Groupe ressort en forte hausse de
+17,2% (+15,4% par action)
par rapport au premier semestre 2015,
dans la continuité des performances publiées sur le premier trimestre.
Cette croissance résulte des acquisitions réalisées en 2015 (notamment
l’acquisition des immeubles T1&B à La Défense et du siège actuel du
Groupe PSA dans le QCA parisien), mais aussi de la poursuite de
l’optimisation des charges financières. Il est également à noter que
Gecina a continué de percevoir sur l’ensemble du premier semestre les
loyers provenant du portefeuille de santé dont la finalisation de la
cession pour 1,35 Md€ est intervenue le 1er juillet 2016.

Dans le prolongement d’une année 2015 exceptionnelle en matière de
rotation de son portefeuille, Gecina conserve son approche opportuniste
en termes d’investissements comme de cessions. Le Groupe a ainsi réalisé
ou sécurisé depuis début 2016 440 M€ de cessions (hors cession du
portefeuille santé), dont 327 M€ finalisées avec une prime moyenne
sur les expertises de l’ordre de 13%
, bénéficiant ainsi des
conditions favorables sur le marché de l’investissement pour céder
certains actifs matures ou non stratégiques.

En parallèle, Gecina a déjà sécurisé plus de 274 M€ de nouveaux
investissements
depuis le début de l’année au cœur de Paris et dans
la Boucle Sud du Croissant Ouest parisien, au travers de trois
opérations offrant un fort potentiel de création de valeur. Avec ces
nouveaux projets, qui devraient être livrés en 2018, Gecina augmente
encore sa réserve de création de valeur pour les années qui viennent.

Le pipeline d’opérations de développement et de restructuration
engagées augmente encore
au premier semestre 2016, grâce aux
nouveaux investissements sécurisés ces derniers mois, mais aussi au
lancement de deux nouveaux projets de restructuration dans le QCA
parisien (rue de la Ville l’Evêque) et à Levallois (Octant-Sextant) qui
viennent plus que compenser la livraison de deux projets à
Boulogne-Billancourt intervenue au premier semestre.

Au travers d’un pipeline total de 3,6 Md€, Gecina offre d’importants
gisements de valeur à court, moyen et long terme :
le pipeline
de projets engagés est porté à 1,1 Md€, rassemblant des opérations à
plus de 80% situées dans Paris intramuros et le Croissant Ouest, devant
être livrées en 2017 et 2018 sur la base d’un rendement net de 6,7%. Le
pipeline de projets « contrôlés et certains » (non encore lancés),
devant être livrés entre 2018 et 2020 est porté à 1,0 Md€, alors que le
pipeline de projets « contrôlés et probables » dont les livraisons
seraient attendues entre 2020 et 2024 est porté à 1,4 Md€. L’ensemble de
ces opérations contribuera au développement de l’ANR et du résultat
récurrent dans les années qui viennent.

Les tendances sur les marchés de l’immobilier de bureaux sont
toujours particulièrement favorables aux zones de prédilection de Gecina
(Paris intramuros, La Défense et la Boucle Sud du Croissant Ouest)
.
La demande placée est en forte hausse sur ces zones, et l’offre
immédiate en fort repli. Ainsi, le taux de vacance notamment à Paris
baisse encore, se rapprochant maintenant du point bas de ces dix
dernières années, alors que l’offre immédiate continue de décroître. En
conséquence les loyers ont amorcé une reprise à Paris. Le reste de la
Région parisienne et notamment la première et la deuxième Couronnes où
Gecina est peu présente, montrent encore des signes de faiblesse. Ces
tendances hétérogènes mais très favorables aux zones les plus centrales
renforcent encore le rationnel stratégique et financier de la
combinaison des portefeuilles de Foncière de Paris et de Gecina, menant
à la constitution d’un leader incontesté de l’immobilier au cœur de
Paris.

Sur la base des résultats obtenus au premier semestre et malgré le
volume de cessions déjà sécurisé depuis le début de l’année, Gecina
réitère son objectif d’une croissance du résultat récurrent net en 2016
supérieure à +5%, en excluant l’effet de la cession du portefeuille de
santé
finalisée le 1er juillet 2016.

Philippe Depoux, Directeur Général de Gecina: « Les
résultats publiés sur ce premier semestre ainsi que la dynamique de
marché observée sur l’immobilier de bureaux dans les zones les plus
centrales de la Région Parisienne, nous confortent dans les choix
stratégiques que nous avons fait début 2015. Nous sommes convaincus que
la performance immobilière à court, moyen et long terme proviendra des
concepts de rareté et de centralité. Ce sont ces convictions fortes qui
amènent le Groupe à se recentrer sur les zones tertiaires les plus
centrales d’Ile de France, et ce sont des valeurs que nous partageons
avec Foncière de Paris, et qui en font un partenaire naturel pour
Gecina. Notons enfin que la puissance du bilan de Gecina et l’expertise
reconnue des deux sociétés permettraient aux deux patrimoines combinés
d’accroître leur attractivité, et aux équipes des deux sociétés d’y
contribuer de façon encore plus efficace. »

Des revenus locatifs conformes aux objectifs du Groupe

Les revenus locatifs bruts ressortent à 298,8 M€ au premier semestre
2016, soit une hausse de +8,2% à périmètre courant et une légère baisse
de -0,2% à périmètre constant.

A périmètre courant, la hausse significative de +8,2% résulte
principalement des changements de périmètre opérés ou sécurisés depuis
le second semestre 2015, et notamment de l’acquisition des immeubles
T1&B à La Défense et du siège actuel du Groupe PSA au mois de juillet
2015. En parallèle, Gecina a perçu sur l’intégralité du premier semestre
les revenus locatifs provenant de son portefeuille de santé (39,4 M€),
dont la finalisation du processus de vente est intervenue le 1er
juillet 2016, actant ainsi le transfert définitif de propriété au
bénéfice de Primonial REIM.

Sur la période, les loyers engendrés par des acquisitions et livraisons
réalisées en 2015 (T1&B à La Défense, PSA-Grande Armée dans Paris QCA,
City 2 à Boulogne-Billancourt, 4 résidences étudiants et
2 établissements de santé) s’élèvent à +38,8 M€, tandis que les pertes
de loyers résultant des cessions tertiaires et résidentielles réalisées
en 2015 (essentiellement Mazagran à Gentilly, L’Angle à
Boulogne-Billancourt et Newside à La Garenne Colombes) et au premier
semestre 2016 (à Neuilly, Suresnes et Rueil Malmaison) représentent
-17,2 M€.

A périmètre constant, la baisse modérée de -0,2% enregistrée au
30 juin est conforme aux attentes du Groupe. Elle provient d’une
indexation toujours faible (+0,2%) et de la matérialisation d’une légère
réversion négative provenant de renégociations actées courant 2015, dont
certaines ont pris effet début 2016.

             
Revenus locatifs bruts   30-juin-15   30-juin-16   Variation (%)
En millions d’euros           Périm. courant   Périm. constant
Total Groupe 276,2 298,8 +8,2%   -0,2%
Bureaux 172,1 194,9 +13,3% -0,4%
Résidentiel traditionnel 61,6 57,5 -6,6% +0,2%
Résidences étudiants 5,3 7,0 +32,7% +0,7%
Santé   36,9   39,4   +6,8%   n.a.
Autres   0,3     n.a.   n.a.

Bureaux : une hausse des loyers résultant du renforcement de
la spécialisation du Groupe

A périmètre courant, les revenus locatifs de bureaux
s’inscrivent en hausse de +13,3% sous l’effet notamment de l’acquisition
des immeubles T1&B à La Défense et du siège actuel de PSA dans le QCA
parisien, compensant l’effet des cessions et mises en restructuration
(notamment l’immeuble Paris-Guersant).

A périmètre constant les loyers s’inscrivent en baisse modérée de
-0,4%, en raison d’une indexation toujours faible (+0,3%) et de l’effet
des renouvellements et renégociations, traduisant notamment des baisses
marginales de loyer octroyées en périphérie parisienne, en contrepartie
de l’allongement de la maturité des baux. L’impact de la vacance sur la
croissance à périmètre constant est légèrement positif. La
commercialisation auprès du Groupe PSA et de Credipar d‘une grande
partie de l’immeuble Pointe Metro 2 à Gennevilliers compensant le départ
d’Oracle d’une partie de l’immeuble Crystalys à Vélizy, et le départ de
certains locataires à Colombes et dans Paris.

             
Revenus locatifs bruts – Bureaux   30-juin-15   30-juin-16   Variation (%)
En millions d’euros           Périm. courant   Périm. constant
Bureaux 172,1 194,9 +13,3%   -0,4%
Paris intra-muros   91,9   94,9   +3,3%   +0,6%
Paris QCA – Bureaux 46,1 53,3 +15,7%
Paris QCA – Commerces 17,1 18,4 +7,3%
Paris hors QCA   28,7   23,2   -19,2%    
Croissant Ouest – La Défense 58,6 82,2 +40,3% +0,5%
Autres   21,6   17,8   -17,6%   -6,5%

Des tendances de marché hétérogènes mais favorables sur les zones
de prédilection de Gecina

Les tendances observées sur le premier semestre confirment la confiance
affichée par Gecina sur le redémarrage des zones tertiaires les plus
centrales de la Région parisienne. Les statistiques Immostat publiées
récemment montrent cependant une forte hétérogénéité des tendances au
sein de la région. Si les zones les plus centrales et notamment Paris
intramuros ont atteint un point de retournement, la situation reste plus
délicate dans les zones les plus périphériques (1ère et 2ème
Couronnes) où Gecina est cependant très peu présente.

La demande placée est en hausse de +20% en moyenne sur la Région
parisienne par rapport au premier semestre 2015, mais cette amélioration
ne provient que de la forte dynamique confirmée de Paris intramuros
(+25%), et de la reprise de transactions de grandes tailles ayant
bénéficié à La Défense et au Croissant Ouest (+45%). Sur ces deux
ensembles Gecina détient 91% de son patrimoine bureau.

Le reste de la région reste fragile à l’image de la 1ère
Couronne où le volume de transactions est en baisse de -14% et de -19%
pour la 2ème Couronne. Gecina ne détient cependant sur ces
zones difficiles que 7% de son portefeuille de bureaux.

L’offre immédiatement disponible se contracte également de -7% en
moyenne sur la Région parisienne. Mais là encore, les tendances sont
très hétérogènes, et encore une fois en faveur des zones les plus
centrales. Si l’offre disponible immédiatement décroit de -22% dans
Paris intramuros et de -11% dans le Croissant Ouest et La Défense, elle
augmente en périphérie (+9% en 1ère Couronne et +1% en 2ème Couronne).
Sur Paris intramuros la contraction de l’offre disponible est telle
qu’elle est aujourd’hui significativement inférieure à la moyenne long
terme, et atteint un plus bas depuis 2006/2007. A contrario l’offre
disponible atteint un volume historiquement élevé en 1ère et
en 2ème Couronnes.

Paris intramuros, rassemble ainsi seulement 17% de l’offre disponible,
alors que 49% de la demande placée s’y concentre, et le taux de vacance
s’établit maintenant à 3,8% très en deçà de la moyenne long terme.

De leurs côtés les 1ère et 2ème Couronnes
rassemblent 48% de l’offre disponible alors que ces zones ne
représentent que 17% de la demande placée totale. Les taux de vacance
sur ces zones restent stables.

Cet équilibre suggère ainsi des tendances locatives très contrastées
entre le cœur de Paris et les zones périphériques, renforçant la
confiance de Gecina dans sa stratégie de se concentrer autour des zones
de rareté et de centralité.

Le premier semestre laisse présager d’une année 2016 contrastée,
bénéficiant à la fois de signes de reprise sur le marché locatif des
zones les plus centrales, mais aussi des derniers ajustements provenant
de certains actifs ayant fait l’objet de renégociations fin 2014 et
début 2015, et dont la prise d’effet se fait sur 2015 et 2016. A
périmètre constant, les loyers de bureaux pourraient donc être en légère
baisse sur l’année.

Les portefeuilles de diversification : résilience locative et
impact des programmes de cessions

Les loyers du résidentiel traditionnel sont quasiment stables à
périmètre constant affichant une hausse modérée de +0,2%. A périmètre
courant, la baisse de -6,6% résulte notamment du programme de cession de
logements par unités vacantes au rythme des départs naturels des
locataires (programme Hopper).

Le portefeuille de résidences étudiants affiche une forte
croissance de ses revenus locatifs (+32,7%) au premier semestre 2016,
s’expliquant par d’importantes livraisons réalisées au cours du
troisième trimestre 2015 à Paris, Bagnolet, Palaiseau-Saclay et
Bordeaux. A périmètre constant les loyers progressent légèrement (+0,7%).

Les loyers du portefeuille de santé s’inscrivent en hausse de
+6,8% à périmètre courant en raison de la livraison de deux cliniques à
Bayonne et Orange au troisième trimestre 2015.

Un taux d’occupation stable, à un niveau toujours élevé

Le taux d’occupation financier (TOF) moyen au premier semestre
2016 s’établit à 96,2%, affichant une quasi stabilité (-10 pb) sur un
an, et une légère amélioration sur 3 mois.

L’amélioration marginale sur le bureau du taux d’occupation financier
provient de l’arrivée en cours d’année 2015 du Groupe Henner à Neuilly,
de la commercialisation d’une grande partie de l’immeuble Pointe Metro 2
à Gennevilliers et de l’intégration des acquisitions 2015 (T1&B et
Grande-Armée) dont le taux d’occupation est de 100%. Ces effets
compensent l’impact de certains départs de locataires notamment à Vélizy
et Colombes ainsi que la livraison au premier semestre de l’immeuble
« Le Cristallin » à Boulogne-Billancourt.

Sur les résidences étudiants, la baisse de 1,9 pt du taux d’occupation
sur un an traduit le remplissage progressif de résidences récemment
ouvertes fin 2015, ainsi que le repositionnement de l’une d’entre elle
en Région parisienne.

                 
TOF moyen   30-juin-15   31-déc-15   31-mars-16   30-juin-16
Bureaux   95,3%   95,8%   94,9%   95,4%
Diversification 98,2% 98,2% 97,7% 97,6%
Résidentiel traditionnel 97,8% 97,7% 96,8% 97,1%
Résidences étudiants 90,6% 91,7% 92,0% 88,7%
Santé 100,0% 100,0% 100,0% 100,0%
Total Groupe   96,3%   96,6%   95,8%   96,2%

Résultat récurrent net part du Groupe en hausse de +17,2%

Le résultat récurrent net part du Groupe ressort en forte
croissance de +17,2% à 198,0 M€ à fin juin 2016. Cette performance
traduit en partie l’effet des acquisitions réalisées en 2015 (notamment
les immeubles T1&B à La Défense et le siège actuel de PSA avenue de la
Grande Armée dans le QCA parisien), alors que le Groupe a continué de
percevoir des revenus locatifs du portefeuille santé dont la cession a
été finalisée le 1er juillet 2016. Cette forte performance
reflète également la gestion rigoureuse des charges opérationnelles,
ainsi qu’une forte baisse des frais financiers.

Le résultat récurrent net part du Groupe par action s’élève à
3,16 € / action au premier semestre 2016, en hausse de +15,4% sur un an.
La croissance par action intègre notamment l’effet du remboursement
anticipé de l’ORNANE au premier semestre 2015 par rachat puis annulation
de 19% de la souche et conversion du solde.

La marge locative ressort à 92,9%, en hausse de 100 pb sur un an,
tirée par l’amélioration de celle-ci sur le portefeuille de Bureaux,
bénéficiant de l’intégration dans le portefeuille de Gecina des actifs
acquis en 2015, intégralement loués et mono-locataires, et ayant donc
par conséquent une marge locative supérieure à la moyenne du Groupe. La
marge locative sur le bureau est également impactée par le retraitement
d’honoraires de gestion locative jusque-là pris en compte en tant que
revenus de « services et autres produits ». A périmètre constant la
marge locative sur les bureaux est stable. Sur le portefeuille
résidentiel traditionnel, la baisse modérée de la marge provient de
l’impact sur la vacance du programme « Hopper » de vente par unités
vacantes. A périmètre constant cette marge est stable.

    Groupe   Bureaux   Résidentiel   Santé
Marge locative au 1er semestre 2015   91,9%   94,1%   82,7%   99,1%
Marge locative à fin 2015 91,6% 94,0% 81,1% 99,4%
Marge locative au 1er semestre 2016   92,9%   95,1%   82,1%   99,0%

Les frais financiers nets sont en baisse de -16,5% sur un an à
47,0 M€, malgré un volume de dette nette en forte hausse par rapport au 1er
semestre 2015 (+809 M€) en raison du volume d’acquisitions important
réalisé au deuxième semestre 2015.

Cette baisse des frais financiers est par conséquent attribuable à une diminution
importante du coût moyen de la dette
(de -90 pb sur un an et -70 pb
sur 6 mois à 2,0% y compris lignes de crédit non tirées et 1,6% sur la
dette tirée).

             
En millions d’euros   30-juin-15   30-juin-16   Var (%)
Revenus locatifs bruts   276,2   298,8   +8,2%
Revenus locatifs nets   253,8   277,6   +9,4%
Services et autres produits (net) 3,8 1,0 -74,0%
Frais de structure (30,4) (31,3) +3,1%
Excédent brut d’exploitation 227,2 247,3 +8,8%
Frais financiers nets (56,3) (47,0) -16,5%
Résultat récurrent brut 170,9 200,2 +17,2%
Minoritaires récurrents (0,0) (0,3) n.a.
Impôts récurrents (1,9) (1,9) +1,6%
Résultat récurrent net part du Groupe   169,0   198,0   +17,2%

Baisse supplémentaire du coût de la dette

Gecina a poursuivi l’optimisation de son passif en profitant d’un
environnement particulièrement favorable pour progresser sur l’ensemble
de ses indicateurs financiers.

Le coût moyen de la dette intégrant les lignes de crédit non
tirées a ainsi baissé de -90 pb en un an à 2,0% contre 2,9% au premier
semestre 2015 et 2,7% à fin 2015, bénéficiant non seulement des efforts
d’optimisation réalisés en 2015, mais également du remboursement d’une
obligation arrivée à échéance début 2016, et portant un coupon de 4,25%.
Le refinancement de cette obligation a été assuré par des financements à
très court terme dont le coût est particulièrement faible, dans
l’attente de la finalisation de la cession du pôle santé qui est
intervenue le 1er juillet 2016. A cet égard, la baisse du
coût moyen de la dette observée sur le premier semestre traduit une
performance qui ne devrait pas se refléter à l’identique sur l’ensemble
de l’exercice 2016. Gecina estime par conséquent que le coût moyen de la
dette sur l’ensemble de l’année 2016 devrait être supérieur à celui
enregistré sur le premier semestre seulement, mais restera sensiblement
inférieur au coût moyen observé en 2015. Le coût moyen de la dette tirée
s’inscrit en baisse de -70 pb sur un an à 1,6%

En conséquence de cette baisse significative du coût moyen de la dette
et des frais financier, l’ICR de Gecina s’inscrit en hausse sensible
sur le semestre, passant de 3,9x fin 2015 à 5,1x à fin juin 2016.

La dette nette au 30 juin 2016 s’élève à 4 739 M€, soit une
hausse de 809 M€ sur l’année, en raison d’un profil largement net
acheteur en 2015, et de la finalisation de la cession du portefeuille
santé qui est intervenue postérieurement au 30 juin 2016.

Au 30 juin 2016, le LTV de Gecina, s’élève à 36,1% hors droits,
en baisse de -30 pb par rapport à fin 2015. Ce niveau n’intègre pas
l’impact de la cession du portefeuille de santé qui a été finalisée le 1er
juillet 2016. En intégrant la cession de ce portefeuille, le LTV pro
forma ressort à environ 29% hors droits
. De plus, Gecina dispose de
1,1 Md€ de liquidités avant cession du portefeuille santé du Groupe,
permettant de couvrir l’ensemble des maturités de crédit jusqu’en 2019.

Le bilan du Groupe confère par conséquent à Gecina une marge de manœuvre
financière particulièrement importante, et offrant par là même, la
possibilité d’être extrêmement opportuniste, flexible et réactif sur le
marché de l’investissement.

         
Ratios   Covenant   30-juin-16
Dette financière nette / valeur du patrimoine réévaluée (bloc, hors
droits)
  < 55%   36,1%
Excèdent Brut d’Exploitation (hors cessions) / frais financiers nets > 2,0x 5,1x
Encours de la dette gagée / valeur du patrimoine réévaluée (bloc,
hors droits)
< 25% 6,8%
Valeur du patrimoine réévaluée (bloc, hors droits) en millions
d’euros
  > 6 000 – 8 000   13 136

1,8 Md€ de cessions sécurisées ou réalisées dont 440 M€ hors santé

Conformément à l’ambition du Groupe d’accélérer la rotation de son
portefeuille, Gecina a réalisé ou sécurisé depuis le début de l’année
près d’1,8 Md€ de cessions
(hors droits, part du Groupe) y compris
la cession finalisée le 1er juillet du portefeuille santé du
Groupe.

Le montant des cessions réalisées ou sécurisées, excluant le
portefeuille santé, s’élève à 440 M€ dont 327 M€ finalisées au 30
juin avec une prime sur les dernières expertises de l’ordre de +13% et
un taux de privation de l’ordre de 4,7%
sur la base des loyers
attendus en 2016. Ce montant inclut également la cession d’un immeuble
situé rue de la Bourse à Paris dans le cadre d’une opération d’échange
d’actifs au titre de laquelle une promesse de vente a été signée le 7
juillet 2016.

Accord de vente portant sur l’immobilier de santé pour 1,35 Md€ avec une
prime de l’ordre de 16%

Pour mémoire Gecina a finalisé la cession de son portefeuille santé
auprès de Primonial Reim le 1er juillet 2016. Le montant de
la transaction s’élève à 1,35 Md€ acte en mains, traduisant un taux de
rendement net de 5,9% avec une prime sur les dernières expertises de
l’ordre de 16%. Pour rappel, la valeur retenue dans les comptes à fin
2015 reflétait déjà le prix ayant fait l’objet de l’accord avec
l’acquéreur.

260 M€ de cessions de bureaux réalisées au premier semestre

Depuis le 1er janvier 2016, le Groupe a réalisé près de 260
M€ de cessions d’immeubles de Bureaux principalement à Rueil-Malmaison,
Suresnes et Neuilly. Ces opérations reflètent une prime moyenne sur les
expertises à fin 2015 de l’ordre de 9%, pour un taux de privation
d’environ 5,1% sur la base des loyers attendus en 2016.

128 M€ de cessions de logements réalisées, sécurisées ou engagées dont
120 M€ par unités reflétant des primes sur les expertises de plus de 33%

Au premier semestre 2016, Gecina a réalisé, sécurisé ou engagé 120 M€ de
cessions de logements par unités vacantes, dont 65 M€ ont d’ores et déjà
fait l’objet d’un acte authentique, matérialisant une prime sur les
expertises supérieure à 33%. A fin juin, 34 M€ de cessions sont sous
promesses, et 21 M€ font l’objet de promesses en cours de préparation.
Le rythme de cession observé sur le programme de ventes par unités
vacantes au fil du départ naturel des locataires est supérieur aux
attentes initiales de Gecina, du fait d’un taux de rotation observé sur
ce portefeuille de 20% contre environ 14,7% en moyenne sur le patrimoine
résidentiel total. Gecina a également sécurisé ou réalisé 8 M€ de
cessions de logement en bloc.

Signature d’une promesse de vente d’un actif parisien pour 56,0 M€ acte
en mains.

Le 7 juillet 2016, Gecina a signé une promesse de vente portant sur un
actif intégralement occupé situé rue de la Bourse (Paris 2), dans le QCA
parisien, pour 56,0 M€ acte en mains.

Contacts

CONTACTS GECINA
Communication financière
Samuel
Henry-Diesbach, + 33 (0)1 40 40 52 22
samuelhenry-diesbach@gecina.fr
ou
Virginie
Sterling, + 33 (0)1 40 40 62 48
virginiesterling@gecina.fr
ou
Relations
presse

Brigitte Cachon, + 33 (0)1 40 40 62 45
brigittecachon@gecina.fr
ou
Armelle
Miclo, +33 (0)1 40 40 51 98
armellemiclo@gecina.fr

Read full story here