Press release

GeNeuro : recrutement plus rapide que prévu de la moitié des patients de son étude de phase IIb dans la sclérose en plaques

0 0
Sponsorisé par Business Wire

GNbAC1, le premier candidat médicament à cibler directement une cause potentielle de la sclérose en plaques Plus de 130 patients recrutés sur les 260 prévus Design de l’étude présenté lors du congrès annuel de l’ECTRIMS Premiers résultats cliniques toujours attendus pour le 4ème trimestre 2017 GENÈVE–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News : GeNeuro (Euronext Paris : CH0308403085 – GNRO),

  • GNbAC1, le premier candidat médicament à cibler directement une cause
    potentielle de la sclérose en plaques
  • Plus de 130 patients recrutés sur les 260 prévus
  • Design de l’étude présenté lors du congrès annuel de l’ECTRIMS
  • Premiers résultats cliniques toujours attendus pour le 4ème
    trimestre 2017

GENÈVE–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News :

GeNeuro (Euronext Paris : CH0308403085 – GNRO), société
biopharmaceutique qui développe de nouveaux traitements contre les
maladies auto-immunes, en particulier la sclérose en plaques, annonce
aujourd’hui le recrutement, plus rapide que prévu, de la moitié des
patients de son étude de phase IIb CHANGE-MS qui évalue son produit
GNbAC1 dans les formes récurrentes/rémittentes (RR) de la sclérose en
plaques. GeNeuro fait cette annonce dans le cadre du 32ème
congrès annuel de l’ECTRIMS,
la plus grande conférence internationale sur la recherche fondamentale
et clinique dans la sclérose en plaques, qui se tient à Londres du 14 au
17 septembre 2016.

« Le recrutement progresse très bien et plus rapidement que prévu,
démontrant le grand intérêt pour ce nouveau traitement qui est le
premier à cibler directement une cause potentielle de la sclérose en
plaques. Nous sommes ainsi pleinement en ligne pour obtenir les premiers
résultats de cette étude dès le 4
ème trimestre
2017, »
commente Jesús Martin-Garcia, Président Directeur
Général de GeNeuro. « La protéine MSRV-ENV étant exprimée dans les
lésions actives de tous les types de sclérose en plaques, cette étude
devrait nous permettre d’établir le rôle de cette protéine comme un
facteur causal de la maladie. Nous pourrions ainsi ouvrir une nouvelle
approche thérapeutique efficace pour les patients. »

GNbAC1 est le premier candidat médicament utilisé en clinique ciblant
directement une cause potentielle de la sclérose en plaques. Il s’agit
d’un anticorps monoclonal conçu pour neutraliser MSRV-ENV, une protéine
dotée d’une action pro-inflammatoire et capable d’arrêter la
différentiation des cellules responsables de la remyélinisation des
lésions cérébrales. En neutralisant la protéine MSRV-ENV, GNbAC1
pourrait ainsi bloquer un facteur clé stimulant l’inflammation au niveau
des plaques cérébrales et permettre la reprise du processus de
remyélinisation. Contrairement aux traitements actuels de la sclérose en
plaques qui ciblent le système immunitaire des patients afin de réduire
le nombre de poussées inflammatoires, GNbAC1 vise à neutraliser une
cause potentielle de cette maladie auto-immune.

L’étude clinique en double aveugle contrôlée par placebo CHANGE-MS (Clinical
trial assessing the HERV-W Env Antagonist GNbAC1
for Efficacy in Multiple Sclerosis
)
prévoit le recrutement de 260 patients au travers de 69 centres
cliniques situés dans 13 pays européens. Le principal critère
d’évaluation mesure l’efficacité du GNbAC1 contre placebo basée sur le
nombre de nouvelles lésions T1 mise en évidence à l’IRM tous les mois
entre les semaines 12 et 24. Les critères d’évaluation secondaires sont
l’augmentation du volume de lésions T2 jusqu’à la semaine 24, la
modification du rapport de transfert d’aimantation (RTA), la
modification des volumes cérébraux, le taux de récidives annualisé, le
pourcentage de patients présentant une progression sur l’échelle EDSS1
confirmée à 3 mois, et la modification des scores d’autres échelles
cliniques entre le début de l’étude et la semaine 48.

« Nous attendons avec impatience les résultats de l’étude CHANGE-MS
dont le design répond aux meilleurs standards des produits en phase II
de développement clinique dans la sclérose en plaques. Nous disposerons
ainsi de données solides pour établir, le cas échéant, le potentiel de
notre approche innovante à améliorer l’offre de soins actuelle dans
cette indication, »
ajoute le Dr François Curtin, Directeur
Général Adjoint de GeNeuro.

L’étude CHANGE-MS est entièrement financée par un
partenariat avec Servier
de 362,5 millions d’euros2 signé
en 2014, impliquant la participation de Servier au développement et à la
commercialisation potentielle de GNbAC1 dans la sclérose en plaques à
travers le monde, à l’exception des marchés américains et japonais,
marchés pour lesquels GeNeuro conserve tous les droits. A l’exercice de
l’option, Servier devra également couvrir les coûts du programme de
développement global de phase III dans la sclérose en plaques.

À propos de la sclérose en plaques

La sclérose en plaques (SEP) est une maladie auto-immune qui touche
environ 2,5 millions de personnes dans le monde, d’après la Multiple
Sclerosis Foundation
. La SEP est la conséquence de processus
inflammatoires et neurodégénératifs qui attaquent la gaine de myéline,
un manchon protecteur qui entoure les cellules nerveuses (neurones),
provoquant des lésions sur les axones au niveau du cerveau et de la
moelle épinière. Ces lésions provoquent un ralentissement ou un blocage
de l’influx nerveux entre le cerveau et le reste du corps, à l’origine
des symptômes de la SEP.

À propos du GNbAC1

Le développement du GNbAC1 est le résultat de 25 années de recherches
sur les rétrovirus endogènes humains (HERV), dont 15 années au sein de
l’Institut Mérieux et de l’INSERM, avant la création de GeNeuro en 2006.
Présent dans le génome humain, certains HERV ont été associés à diverses
maladies auto-immunes. Les chercheurs ont ainsi démontré que la protéine
MSRV-Env, mise en évidence sur les lésions actives de la SEP, stimulait
les processus inflammatoires via une interaction avec le récepteur TLR4
de l’immunité innée et bloquait la différentiation des cellules
précurseurs des oligodendrocytes, responsables de la remyélinisation des
lésions cérébrales. En neutralisant la protéine MSRV-Env, GNbAC1
pourrait en même temps bloquer un facteur clé dans l’inflammation des
plaques et restaurer le processus de remyélinisation. La protéine
MSRV-Env n’ayant aucune fonction physiologique connue, GNbAC1
disposerait d’un bon profil de sécurité, sans effet sur le système
immunitaire du patient, comme l’ont montré toutes les études cliniques
effectuées à ce jour.

À propos de GeNeuro

La mission de GeNeuro est de développer des traitements à la fois sûrs
et efficaces contre les troubles neurologiques et les maladies
auto-immunes, comme la sclérose en plaques, en neutralisant des facteurs
causals induits par les rétrovirus endogènes humains (HERV) qui
représentent 8% du génome humain. GeNeuro ouvre cette nouvelle voie
thérapeutique depuis 2006, après 15 années de recherches en R&D au sein
de l’Institut Mérieux et de l’INSERM.

Basée à Genève en Suisse, et disposant de centres de R&D à Archamps, en
Haute-Savoie, et à Lyon, GeNeuro compte 23 collaborateurs. Elle détient
les droits sur 16 familles de brevets qui protègent sa technologie.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur : www.geneuro.com

Déclarations prospectives

Ce document contient des déclarations prospectives et des estimations à
l’égard de la situation financière, des résultats des opérations, de la
stratégie, des projets et des futures performances de GeNeuro et du
marché dans lequel elle opère. Certaines de ces déclarations, prévisions
et estimations peuvent être reconnues par l’utilisation de mots tels
que, sans limitation, « croit », « anticipe », « prévoit », « s’attend à
», « projette », « planifie », « cherche », « estime », « peut », « veut
» et « continue » et autres expressions similaires. Elles comprennent
toutes les questions qui ne sont pas des faits historiques. De telles
déclarations, prévisions et estimations sont fondées sur diverses
hypothèses et des évaluations des risques, incertitudes et autres
facteurs connus et inconnus, qui ont été jugés raisonnables quand ils
ont été formulés mais qui peuvent ne pas se révéler corrects. Les
événements réels sont difficiles à prédire et peuvent dépendre de
facteurs qui sont hors du contrôle de la société. Par conséquent, les
résultats réels, conditions financières, performances ou réalisations de
GeNeuro, ou les résultats de l’industrie, peuvent s’avérer sensiblement
différents des résultats, performances ou réalisations futurs tels
qu’ils sont exprimés ou sous-entendus par ces déclarations, prévisions
et estimations Compte tenu de ces incertitudes, aucune déclaration n’est
faite quant à l’exactitude ou l’équité de ces déclarations prospectives,
prévisions et estimations. En outre, les énoncés prospectifs, prévisions
et estimations ne sont valables qu’à la date de la publication du
présent document. GeNeuro décline toute obligation d’actualiser ces
déclarations prospectives, prévisions ou estimations afin de refléter
tout changement dans les attentes de la société à leur égard, ou tout
changement dans les événements, conditions ou circonstances sur lesquels
ces énoncés, prévisions ou estimations sont fondés, à l’exception de ce
qui est requis par la législation française.

1 EDSS (Expanded Disability Status Scale) : échelle d’handicap

2 Montant maximum atteignable en fonction des avancées, hors royalties

Contacts

GeNeuro
Jesús Martin-Garcia
Chairman and CEO
+41
22 794 50 85
investors@geneuro.com
ou
NewCap
(France)

Julien Perez (investors)
+33 1 44 71 98 52
Nicolas
Merigeau (media)
+33 1 44 71 94 98
geneuro@newcap.eu
ou
Halsin
Partners

Mike Sinclair (media)
+44 20 7318 2955
msinclair@halsin.com
ou
LifeSci
Advisors

Chris Maggos (investors)
+1 646 597 6970
+41
79 367 6254
chris@lifesciadvisors.com