Press release

GENOMIC VISION : RESULTATS SEMESTRIELS 2016

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Ventes de produits et services en hausse de +55% Evolution des charges opérationnelles en ligne avec la montée en puissance des activités R&D et Marketing Trésorerie de 11,0 M€ Cooptation de deux nouvelles administratrices au Conseil de Surveillance BAGNEUX, France–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News: Genomic Vision (Paris:GV) (FR0011799907 – GV / éligible PEA-PME), spécialiste du peignage moléculaire

  • Ventes de produits et services en hausse de +55%
  • Evolution des charges opérationnelles en ligne avec la montée en
    puissance des activités R&D et Marketing
  • Trésorerie de 11,0 M€
  • Cooptation de deux nouvelles administratrices au Conseil de
    Surveillance

BAGNEUX, France–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News:

Genomic Vision (Paris:GV) (FR0011799907 – GV / éligible
PEA-PME)
, spécialiste du peignage moléculaire de l’ADN, qui
développe des tests pour le marché du diagnostic et des applications
pour les laboratoires de recherche, annonce aujourd’hui ses résultats
semestriels1 au 30 juin 2016, arrêtés par le Directoire et
examinés par le Conseil de Surveillance le 25 juillet 2016.

Résultats semestriels 2016

En milliers d’Euros – normes IFRS   S1 2016   S1 2015
Produits de R&D Quest Diagnostics   154   515
Ventes de produits   273   176
Total chiffre d’affaires   426   691
Autres revenus   847   745
Total revenus de l’activité   1 273   1 436
Charges opérationnelles nettes   5 293   3 677
Résultat opérationnel   -4 020   -2 240
Résultat net   -3 984   -2 208

Au 1er semestre 2016, Genomic Vision a réalisé un chiffre
d’affaires de 426 K€ contre 691 K€ au 1er semestre 2015.
Cette baisse, anticipée, provient de la diminution des produits de R&D
avec Quest Diagnostics (paiements d’étapes) suite à l’achèvement des
programmes de développement collaboratif en 2015.

Les ventes de produits, qui représentent pour la première fois la
majorité du chiffre d’affaires de la société (64%), progressent de +55%
à 273 K€, niveau équivalent aux ventes de l’exercice 2015 entier (291
K€). Cette performance confirme une bonne dynamique d’activité sur les
deux marchés adressés par Genomic Vision :

  • le marché du diagnostic clinique (in-vitro Diagnostics ou IVD)
    : une hausse de +40% du chiffre d’affaires provenant des ventes
    directes du test CombHelix FSHD à l’hôpital de la Timone à Marseille
    et des royalties versées par Quest Diagnostics qui exploite ce test
    aux États-Unis.
  • le marché de la recherche (LSRT – Life Science Research Tools)
    : une hausse de +59% du chiffre d’affaires grâce aux ventes de
    consommables et d’instruments pour l’étude de la réplication de l’ADN
    et à l’offre innovante de solutions pour le contrôle de la qualité et
    l’optimisation de l’édition génétique.

Après la prise en compte des autres revenus à hauteur de 847 K€,
correspondant aux crédits d’impôt (CIR, CII, CICE) et aux subventions de
R&D, les revenus de l’activité du 1er semestre 2016
ressortent à 1 273 K€ contre 1 436 K€ au 1er semestre 2015.

Les charges opérationnelles du 1er semestre 2016 progressent
de +44% à 5 293 K€, en ligne avec le développement de Genomic Vision, et
se décomposent comme suit :

  • les frais de R&D, premier poste de dépenses, progressent de +50% à
    2 876 K€ sous l’impulsion d’études cliniques initiées fin 2015 (étude
    SMA menée avec le CHU de Rouen et HPV avec le CHU de Reims) et début
    2016 (étude BRCA menée avec Quest Diagnostics) et du renforcement
    managérial intervenu au 2ème semestre 2015 ;
  • les frais de ventes et marketing ont connu une hausse de +115% suite
    au renforcement de l’équipe commerciale et aux coûts inhérents au
    développement et à la mise en place de la stratégie partenariale sur
    les marchés IVD et LSRT ;
  • les frais généraux progressent de façon mesurée (+9%) à 1 339 K€.

L’effectif de Genomic Vision a évolué de 49 personnes au 30 juin 2015 à
62 personnes au 30 juin 2016.

Le résultat opérationnel au 30 juin 2016 s’établit à -4 020 K€ contre -2
240 K€ au 30 juin 2015.

Tenant compte du résultat financier (37 K€), le résultat net au 30 juin
2016 ressort à -3 984 K€ contre -2 208 K€ au 30 juin 2015.

Trésorerie et structure financière

Au 30 juin 2016, la trésorerie et les équivalents de trésorerie de
Genomic Vision s’élèvent à 11,0 M€, contre 15,6 M€ au 31 décembre 2015.
La consommation de trésorerie au cours du semestre écoulé, en légère
hausse par rapport à la même période de 2015, est en ligne avec la
progression des dépenses opérationnelles et l’acquisition de scanners à
haut débit destinés à être installés chez des clients et partenaires de
la société.

Au cours du second semestre 2016, Genomic Vision devrait percevoir le
remboursement de 1,3 M€ de crédits d’impôt recherche et innovation, qui
ont été comptabilisés et déclarés au 31 décembre 2015.

Au 30 juin 2016, les capitaux propres s’élèvent à 14,4 M€ et
l’endettement financier demeure très faible à 5 K€ (exclusivement du
crédit-bail), contre respectivement 18,4 M€ et 22 K€ au 31 décembre 2015.

Erwan Martin, Directeur financier de Genomic Vision, commente :
« Les résultats du 1er semestre 2016 sont
conformes à notre stratégie de développement qui a été renforcée au
cours de la période par un nouvel axe de croissance, celui du marché de
la recherche. Nous sommes ravis de la bonne progression de nos ventes
aussi bien sur le segment historique du diagnostic, avec le test
CombHelix FSHD, que sur ce nouveau marché de la recherche, où nous
observons une forte demande pour notre technologie. Cela démontre sa
polyvalence, avec des applications dans des domaines aussi variés que le
diagnostic clinique, la réplication de l’ADN ou encore le contrôle et
l’optimisation de l’édition génétique. Grâce à notre structure
financière saine et solide, nous disposons de moyens nécessaires pour
poursuivre notre développement selon ces deux axes à fort potentiel. »

Faits marquants du 1er semestre 2016

Lancement d’une étude de positionnement pour le test BRCA
Au
début de l’exercice 2016, Genomic Vision et son partenaire
américain, Quest Diagnostics, ont lancé une étude pour renforcer la
valeur clinique du peignage moléculaire dans l’identification de
nouveaux variants des gènes BRCA responsables du cancer du sein.
L’objectif stratégique des deux partenaires est de maximiser le succès
du lancement de ce test par Quest sur le marché américain.

Communications et congrès scientifiques

  • Le peignage moléculaire a fait l’objet d’un article publié en janvier
    2016 dans Scientific Reports de la revue Nature par plusieurs
    chercheurs réputés, dont le Prix Nobel, Sir Paul M. Nurse. L’article
    rapportait les résultats d’une étude démontrant la capacité du
    peignage moléculaire à analyser des fragments d’ADN de grande taille,
    voire de chromosomes entiers, ce qui représente une avancée
    significative pour l’étude du génome humain.
  • Le Prof. Christine Clavel, biologiste moléculaire du CHU de Reims, a
    présenté l’étude clinique IDAHO, lancée fin 2015 en France, lors d’une
    session orale au congrès Eurogin qui s’est tenu à Salzburg (Autriche)
    du 15 au 18 juin 2016. L’étude vise à valider l’intégration du
    papillomavirus humain oncogène (HPV-HR) comme indicateur de diagnostic
    et de pronostic du cancer du col de l’utérus.

Développement stratégique sur le marché des laboratoires de recherche
(LSRT)

Fin mars 2016, Genomic Vision a présenté un axe
de développement complémentaire qui cible le marché LSRT. Par cette
initiative, Genomic Vision vise à maximiser le potentiel du peignage
moléculaire sur un marché accessible important, estimé à 700 millions de
dollars2, au travers des outils dédiés à l’étude de la
réplication de l’ADN ainsi qu’au contrôle et à l’optimisation de
l’édition génétique.
Lancement du service EasyScan
Dans
la continuité de son développement sur le marché LSRT, Genomic Vision a
récemment lancé ce nouveau service pour permettre aux chercheurs,
étudiant la réplication de l’ADN à l’aide du peignage moléculaire,
d’accéder à distance et de manière plus rapide aux résultats de leurs
travaux.

Evènements récents et perspectives

Accélération du programme clinique HPV dans le cancer du col de
l’utérus

Parallèlement à l’étude IDAHO actuellement menée en
France, la société a lancé une étude complémentaire sur le test HPV dans
2 centres hospitaliers réputés en République tchèque. L’étude, qui vise
à valider le test de Genomic Vision comme un outil de diagnostic du
cancer de col de l’utérus, doit inclure 993 patientes et les résultats
préliminaires sont attendus au début de l’année 2017.

Cooptation de 2 nouvelles administratrices au Conseil de Surveillance
Dans
le cadre de sa politique de parité au sein du Conseil de Surveillance,
Genomic Vision proposera à la prochaine assemblée générale des
actionnaires la nomination de deux nouvelles administratrices
indépendantes :

  • Madame Beth Jacobs, citoyenne américaine, associé-gérant
    d’Excellentia Global Partners, une banque d’investissement
    internationale spécialisée dans les sciences de la vie. Titulaire d’un
    MBA de l’American University (Washington), Madame Jacobs
    dispose de 25 ans d’expérience en banque d’investissement et a tenu
    plusieurs postes à responsabilité dans des institutions prestigieuses
    comme ING Barings ou Morgan Stanley.
  • Madame Isabelle Racamier, citoyenne française, associé-gérant
    d’Arlys Consulting GmbH, une société autrichienne de conseil en
    stratégie aux sociétés de sciences de la vie. Diplômée en marketing à
    l’ESCP Europe (Ecole Supérieure de Commerce – Paris), Madame Racamier
    a 30 ans d’expérience dans le conseil stratégique en marketing du
    produit pour le compte de grandes sociétés pharmaceutiques (Novartis,
    Boehringer Ingelheim, Sanofi-Aventis).

Ces cooptations font suite au départ de deux membres du Conseil de
Surveillance :

  • Monsieur Bernard Malfroy-Camine, membre du Conseil de
    Surveillance de Genomic Vision continument depuis novembre 2005,
  • Monsieur Jean-Yves Nothias, responsable de l’activité Life
    Sciences de SGAM / Amundi, premier fonds d’investissement privé au
    capital de Genomic Vision. Monsieur Nothias siégeait au Conseil en
    tant que représentant de SGAM / Amundi jusqu’en 2011, puis en personne
    à compter de 2012.

Le Conseil de Surveillance de Genomic Vision sera ainsi composé de 8
membres, dont 4 femmes.

Aaron Bensimon, Cofondateur et Président du Directoire de Genomic
Vision, commente :
« Tout d’abord, je souhaite remercier
chaleureusement, au nom de toute l’équipe de Genomic Vision, Bernard
Malfroy-Camine et Jean-Yves Nothias pour leur apport inestimable au
développement de Genomic Vision, qui s’est transformée, sous leurs
conseils avisés, d’une start-up en une société cotée reconnue dans son
domaine d’activité. J’ai également l’honneur et la joie d’accueillir au
sein de notre Conseil Beth Jacobs et Isabelle Racamier, deux
professionnelles expérimentées. Leurs compétences complémentaires en
finances et marketing, acquises dans de grands groupes de renom, seront
essentielles pour le développement stratégique de Genomic Vision que
nous avons initié au cours de ce semestre. Nous comptons mener à bien
nos études cliniques dans le domaine du diagnostic pour proposer aux
médecins et leurs patients des tests à très fort potentiel comme BRCA
ou, à plus long terme, HPV, mais également offrir de nouvelles
opportunités dans le domaine de la recherche. Nous sommes convaincus que
grâce à la puissance de notre technologie, au savoir-faire de nos
équipes et à l’implication de nos conseils, nous allons atteindre ces
objectifs. »

Prochaine publication financière

  • Chiffre d’affaires du 3e trimestre 2016, le vendredi 28
    octobre 2016 * (avant bourse)

* date indicative, pouvant faire l’objet de modifications

A PROPOS DE GENOMIC VISION

Créée en 2004, Genomic Vision est une société spécialisée dans le
peignage moléculaire de l’ADN qui développe des tests pour le marché du
diagnostic et des applications pour les laboratoires de recherche. Grâce
à sa technologie innovante de visualisation directe des molécules
individuelles d’ADN, Genomic Vision détecte les variations quantitatives
et qualitatives du génome à l’origine de nombreuses pathologies graves.
La Société développe un solide portefeuille de tests, ciblant notamment
les cancers du sein et du colon. Depuis 2013, la Société commercialise
le test CombHeliX FSHD pour la détection d’une myopathie délicate à
déceler, la dystrophie facio-scapulo-humérale (FSHD), aux États-Unis,
grâce à son alliance stratégique avec Quest Diagnostics, le leader
américain des tests diagnostiques en laboratoire, et en France. Genomic
Vision est cotée sur le compartiment C d’Euronext Paris depuis le mois
d’avril 2014.

A PROPOS DU PEIGNAGE MOLÉCULAIRE

La technologie du peignage moléculaire de l’ADN améliore
considérablement l’analyse structurelle et fonctionnelle des molécules
d’ADN. Des fibres d’ADN sont étirées sur des lamelles de verre, comme «
peignées », et alignées uniformément sur l’ensemble de la surface. Il
devient ensuite possible d’identifier des anomalies génétiques en
localisant des gènes ou séquences spécifiques dans le génome du patient
par un marquage avec des balises génétiques, une technique développée
par Genomic Vision et brevetée sous le nom de Code Morse Génomique.
Cette exploration du génome entier à haute résolution en une simple
analyse permet une visualisation directe d’anomalies génétiques non
détectables par d’autres technologies.

Pour en savoir plus : www.genomicvision.com

Member of CAC® Mid & Small, CAC®
All-Tradable
and EnterNext© PEA-PME 150 indexes

1 Comptes semestriels faisant l’objet d’un examen limite par
le Commissaire aux comptes de la société.

2 États-Unis & 3 pays de l’UE (FR, UK, DE); Source : Société

Contacts

Genomic Vision
Aaron Bensimon, Tél. : +33 1 49 08 07 50
Co-fondateur
et Président du Directoire
investisseurs@genomicvision.com
ou
Kalima
Relations
Presse
Estelle Reine-Adélaïde
Florence Calba
Tél. : + 33
6 17 72 74 73 / + 33 1 44 90 82 54
era@kalima-rp.fr
ou
NewCap
Investor
Relations / Strategic Communications
Dušan Orešanský / Emmanuel
Huynh
Tél. : +33 1 44 71 94 92
gv@newcap.eu