Press release

Groupe SEB : Ventes et informations financières du 1er trimestre 2016

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Un début d’année très encourageant Ventes : 1 115 M€, + 2,3 % et + 5,1 % à tcpc* Résultat Opérationnel d’Activité : 93 M€, + 1,4 % et + 50 % à tcpc* Dette financière nette : 184 M€, -132 M€ par rapport à fin 2015 * tcpc : à taux de change et périmètre constants ECULLY, France–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News:

Un début d’année très encourageant

  • Ventes : 1 115 M€, + 2,3 % et + 5,1 % à tcpc*
  • Résultat Opérationnel d’Activité : 93 M€, + 1,4 % et + 50 % à tcpc*
  • Dette financière nette : 184 M€, -132 M€ par rapport à fin 2015

* tcpc : à taux de change et périmètre constants

ECULLY, France–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News:

Groupe SEB (Paris:SK) :

COMMENTAIRES GENERAUX SUR LES PERFORMANCES DU GROUPE

Le 1er trimestre 2016 n’a pas apporté de changement majeur à
l’environnement de consommation dans lequel le Groupe évolue, qui reste
très hétérogène : contexte plutôt porteur en Europe et en Chine,
croissance plus modérée aux Etats-Unis, conjoncture atone au Japon,
crise persistante en Russie et au Brésil… Le tout sur fond de volatilité
persistante des parités monétaires et d’une nouvelle dépréciation de
certaines devises émergentes face à l’euro par rapport au 1er
trimestre 2015.

Dans ce contexte, le Groupe SEB a réalisé un chiffre d’affaires de
1 115 M€
, en hausse de 2,3 %. Ajustées d’un impact devises
négatif de 39 M€ et d’un effet périmètre de + 9 M€ (OBH Nordica, non
consolidée au 1er trimestre 2015), les ventes ont progressé
de 5,1 % à structure et parités constantes. Cette croissance
organique soutenue est à mettre en perspective d’une performance déjà
très robuste au 1er trimestre 2015 (+ 9,4 % de croissance à
tcpc*). Elle est issue à la fois des volumes et d’un effet prix-mix
substantiel, reflétant les augmentations de prix passées en compensation
des fluctuations monétaires et la poursuite de la montée en gamme. Elle
est en outre tirée par le développement continu des ventes en ligne,
dans de très nombreux pays, matures et émergents.

Le Résultat Opérationnel d’Activité (ROPA) à fin mars s’élève à 93 M€,
équivalent à celui réalisé au 1er trimestre 2015 (92 M€). Il
intègre un impact devises négatif de 45 M€, qui porte le ROPA à parités
constantes à 138 M€, en croissance organique de 50 %. L’effet périmètre
est neutre sur le ROPA de la période.

A fin mars, la dette financière s’établit à 184 M€, en baisse
de 132 M€ par rapport à fin 2015
, reflétant une génération de
trésorerie en très forte progression sur le trimestre.

DÉTAIL DE L’ACTIVITÉ PAR ZONE GÉOGRAPHIQUE

Ventes en M€   1er

trimestre

2015

  1er

trimestre

2016

  Variation 2016/2015
Parités

courantes

  tcpc*
EMEA

Europe occidentale

Autres pays

  483

336

147

  508

359

149

  + 5,2 %

+ 6,9 %

+ 1,2 %

  + 5,3 %

+ 4,3 %

+ 7,4 %

AMERIQUES

Amérique du Nord

Amérique du Sud

  199

117

82

  165

100

65

  – 17,3 %

– 14,2 %

– 21,6 %

  – 5,5 %

– 12,4 %

+ 4,3 %

ASIE

Chine

Autres pays

  407

304

103

  442

336

106

  + 8,6 %

+ 10,5 %

+ 3,2 %

  + 10,1 %

+ 12,5 %

+ 3,1 %

TOTAL   1 089   1 115   + 2,3 %   + 5,1 %

*tcpc : taux de change et périmètre constants

  Chiffres arrondis en M€   % calculés sur chiffres non arrondis
 

Les chiffres et les informations donnés par zone géographique sont
présentés sur la base de la nouvelle organisation mise en place en
septembre 2015. Les données 2015 ont été retraitées en conséquence.

VENTES PAR ZONE GÉOGRAPHIQUE

EUROPE OCCIDENTALE

Moins tonique qu’en 2015, le marché du petit équipement domestique est
resté néanmoins bien orienté en ce début d’année, tiré par le petit
électroménager, et en particulier par les aspirateurs, la préparation
des aliments et la cuisson électrique. Avec une croissance organique de
ses ventes de 4,3 % au 1er trimestre, le Groupe réalise une
performance très satisfaisante, quoique plus contrastée que l’an dernier
selon les marchés et les familles de produits.

La France est restée un des moteurs de cette dynamique, avec un chiffre
d’affaires en progression de 5 %, une croissance soutenue au regard d’un
historique 2015 exigeant, qui bénéficiait d’importants programmes de
fidélisation (pour mémoire, ventes + 11,9 % au 1er trimestre
2015). Sur les trois premiers mois, l’activité a été notamment portée
par de nouvelles avancées en articles culinaires, grâce à une Chandeleur
réussie et plusieurs opérations commerciales et marketing en grande
distribution, par les succès confirmés du multicuiseur Cookeo, du robot
chauffant Cuisine Companion ou encore de l’aspirateur Air Force ainsi
que par une forte demande de cafetières Nespresso. Elle s’est avérée en
revanche plus difficile en repassage et en machines à café Dolce Gusto.

Dans les autres pays d’Europe Occidentale, la situation diffère selon
les marchés. En Allemagne, après une année 2015 en croissance à deux
chiffres, le Groupe a maintenu au 1er trimestre cette solide
dynamique, fondée sur un développement continu en articles culinaires et
sur des progressions significatives d’Actifry, d’OptiGrill, des
aspirateurs et des machines expresso automatiques. La croissance a été
de l’ordre de 5 % en Italie, résultat d’une activité courante ferme et
d’un programme de fidélisation en soin du linge. Il en est de même en
Espagne, avec en outre l’anticipation d’actions marketing spécifiques en
vue du 60e anniversaire de Tefal. A contrario, après
plusieurs années de croissance quasi-ininterrompue, les ventes sont en
retrait au Royaume-Uni du fait essentiellement de déstockages importants
par certains distributeurs, par exemple en repassage ou en préparation
des boissons. En Scandinavie, l’intégration d’OBH Nordica se poursuit
dans l’optique de synergies futures.

AUTRES PAYS

Le Groupe a réalisé dans cette zone des performances très solides au
regard des contextes dégradés de certains pays et des effets très
pénalisants de quelques devises. La croissance organique de 7,4 % sur le
trimestre reflète notamment la poursuite de la dynamique de 2015 dans
certains marchés. Ainsi, en Europe centrale, la demande est restée
globalement bien orientée et nous avons poursuivi nos avancées dans la
plupart des marchés. En Russie, le recul des ventes du Groupe provient
de la non-récurrence de deux importants programmes de fidélisation du 1er
trimestre 2015 ; dans un marché en baisse plus modérée, l’activité
courante a été en revanche ferme, portée notamment par le lancement de
la nouvelle gamme d’articles culinaires, par les multicuiseurs et les
fers. En Turquie, dans un contexte resté porteur malgré les récents
attentats, les ventes sont en progression solide en devise locale et les
principaux moteurs de cette croissance sont les articles culinaires, les
aspirateurs ou encore l’épilation. Au Moyen-Orient, après une année 2015
difficile, les ventes ont enregistré un rebond marqué au 1er
trimestre.

AMERIQUE DU NORD

C’est la seule région qui affiche une baisse du chiffre d’affaires à
taux de change et périmètre constants sur le trimestre. Celle-ci est à
mettre au compte d’un tassement marqué de l’activité aux Etats-Unis et
au Canada, alors que la dynamique est restée forte au Mexique. Aux
Etats-Unis, la problématique principale rencontrée en ce début d’année a
trait au déstockage significatif de certains grands clients
distributeurs, qui s’est traduit par de mauvaises ventes pour le Groupe.
Ce phénomène a affecté plus particulièrement les articles culinaires
Tefal – qui en outre avaient bénéficié début 2015 d’un flux
d’approvisionnement très favorable lié à un renouvellement de gamme – et
les fers Rowenta. Ces derniers ont été en outre pénalisés par la
non-récurrence d’une importante opération de télé-achat au 1er
trimestre 2015. L’activité a en revanche été bien orientée pour
All-Clad, malgré un contexte plus tendu dans la distribution sélective,
et pour Imusa, qui a renforcé ses référencements.

Au Canada, après un rebond ponctuel au 4e trimestre 2015, les
ventes sont reparties à la baisse, pénalisées par une conjoncture terne
et par les hausses de prix mises en place courant 2015, en compensation
de la dépréciation du dollar canadien. Au Mexique en revanche, la
croissance des ventes est restée robuste, portée notamment par les
articles culinaires, les fers et le café (cafetières filtre et expresso).

AMERIQUE DU SUD

Le continent reste marqué par un environnement macro-économique très
hétérogène et par une dépréciation généralisée des devises face au
dollar et à l’euro. Le Groupe y a réalisé au 1er trimestre
des ventes en baisse de près de 22 % en euros, pénalisées par des effets
devises massifs, mais en croissance de 4,3 % à périmètre et taux de
change constants. Cette progression résulte de performances contrastées.

Au Brésil, la récession économique et les problématiques politiques ont
pesé sur la consommation mais nos ventes, en légère baisse en real, ont
plutôt bien résisté dans cet environnement dégradé. En retrait
significatif en articles culinaires, l’activité a cru en petit
électroménager, tout en étant très hétéroclite : repli en ventilateurs
en raison d’une météorologie défavorable et sur Dolce Gusto du fait de
stocks élevés dans la distribution, mais croissance robuste en soin du
linge (machines à laver semi-automatiques et fers à repasser) ainsi
qu’en préparation des aliments. Dans ce marché marqué par une
conjoncture économique très tendue et une monnaie significativement
affaiblie, la nécessité de réaliser d’importants gains de compétitivité
a conduit le Groupe à accélérer la modernisation de son outil
industriel. Groupe SEB Brésil a ainsi annoncé fin mars sa décision de
transférer la production de petit électroménager réalisée sur le site de
Mooca (Sao Paulo) vers Itatiaia, au Sud de l’état de Rio de Janeiro. Le
transfert d’activité s’effectuera en plusieurs phases, de novembre 2016
à octobre 2017.

Dans les autres pays, le chiffre d’affaires du Groupe est en hausse à
parités constantes. C’est notamment le cas en Colombie, où
l’affaiblissement du peso renforce notre compétitivité industrielle
locale et favorise nos ventes de petit électroménager (ventilateurs et
préparation des aliments notamment).

CHINE

Le marché du petit équipement domestique est resté globalement bien
orienté en Chine, tiré principalement par le développement toujours
rapide de l’e-commerce. Dans cet environnement porteur, le chiffre
d’affaires de Supor sur son marché domestique a progressé de 12,5 %,
nourri de façon équilibrée par les articles culinaires et le petit
électroménager. En articles culinaires, toutes les grandes catégories
ont contribué à la croissance et notamment les poêles, casseroles et
woks, les autocuiseurs et les ustensiles, incluant les bouteilles
isothermes. Dans les produits électriques, la croissance a été portée en
particulier par les bouilloires, les autocuiseurs électriques et les
cuiseurs à riz, familles enrichies de nouveaux modèles bien accueillis
par le marché, ainsi que par le développement des aspirateurs et du soin
du linge (défroisseurs). Au-delà de l’innovation produit, Supor a
alimenté cette dynamique par une intensification de ses actions
commerciales et marketing, tant dans la distribution physique qu’en
ligne. Supor a ainsi continué à renforcer ses positions sur le marché
chinois au 1er trimestre.

AUTRES PAYS

Dans les autres pays d’Asie, la croissance organique de 3,1 % sur la
période est à mettre au compte d’une activité plutôt tonique dans les
marchés matures, sensiblement atténuée par des reculs importants dans
les marchés émergents. Ainsi, au Japon et en Corée, qui représentent
près des deux tiers des ventes de la zone, la croissance de notre
chiffre d’affaires trimestriel s’est établie autour de 10 % à structure
et parités constantes. Au Japon, elle reflète le bon accueil de notre
nouvelle gamme d’articles culinaires antiadhésifs, le succès continu de
nos bouilloires ainsi que la poursuite de notre développement en soin du
linge (fers et défroisseurs). En Corée, elle s’appuie sur une forte
dynamique en articles culinaires, avec un focus particulier sur le 60e
anniversaire de la marque Tefal, ainsi que sur une activité robuste en
bouilloires et en appareils de coiffure, notamment. En progression en
Australie et en Malaisie, les ventes du Groupe se sont en revanche
significativement tassées en Thaïlande, du fait d’une consommation en
berne dans le pays, et au Vietnam, où les conditions climatiques, des
déstockages de distributeurs et des reports de commandes ont impacté
l’activité.

RÉSULTAT OPÉRATIONEL D’ACTIVITÉ

A 93 M€, le Résultat Opérationnel d’Activité (ROPA) du 1er
trimestre 2016 est équivalent à celui réalisé à fin mars 2015, qui
constituait un record historique. Ce montant intègre un effet devises
négatif de
45 M€, l’effet périmètre étant neutre sur la
période
. Le ROPA à structure et devises constantes pour le 1er
trimestre 2016 s’établit donc à 138 M€, en progression de 50 %.
Celle-ci est à mettre au compte, principalement, de la bonne croissance
organique des ventes et de ses composantes mix-prix, mais aussi de gains
achats issus de prix favorables des matières premières et de
négociations avec nos fournisseurs. On notera en outre que les
investissements en moyens moteurs ont été accrus par rapport à un début
d’année modeste en 2015.

DETTE AU 31 MARS 2016

A fin mars 2016, la dette financière nette s’élève à 184 M€, en
baisse de 132 M€ par rapport à fin décembre 2015
. Cette amélioration
est liée à un allègement très significatif du besoin en fonds de
roulement sur le trimestre, reflétant en particulier une amélioration
des ratios de stocks, qui a permis de générer une trésorerie
d’exploitation largement supérieure à celle des années passées.

PERSPECTIVES

Dans l’activité du Groupe SEB, le 1er trimestre n’est pas
représentatif de l’ensemble de l’année et ne saurait donc être extrapolé
sur les mois à venir. Ce début 2016 solide est néanmoins très
encourageant.

Par ailleurs, sur la base des parités monétaires actuelles, l’effet
devises sur le Résultat Opérationnel d’Activité 2016 serait légèrement
moins pénalisant qu’anticipé, de l’ordre de – 120 M€.

Dans ce contexte, le Groupe confirme sa confiance dans sa capacité à
atteindre les objectifs qu’il s’est fixés pour 2016 : réaliser à nouveau
une croissance organique de ses ventes et assurer une nouvelle
progression de son Résultat Opérationnel d’Activité.

Retrouvez l’audiocast de la conférence téléphonique sur notre site
internet (en anglais seulement) : www.groupeseb.com
ou cliquez
ici

Prochains évènements

   

19 mai

Assemblée Générale 2016

25 octobre

Ventes et infos financières 9 mois 2016

 
25 juillet

Ventes et résultats S1 2016

 

Et retrouvez nous aussi sur www.groupeseb.com

Leader mondial du Petit Equipement Domestique, le Groupe SEB déploie
son activité dans près de 150 pays en s’appuyant sur un ensemble unique
de marques de premier rang (Tefal, Rowenta, Moulinex, Krups, Lagostina,
All-Clad, Supor…), commercialisées à travers une distribution multi
format. Vendant quelque 200 millions de produits par an, il met en œuvre
une stratégie de long terme fondée sur l’innovation, le développement
international, la compétitivité et le service au client. Le Groupe SEB
emploie près de 26 000 collaborateurs dans le monde.

SEB SA
SEB SA – N° RCS 300 349 636 RCS LYON – capital 50
169 049 € TVA intracommunautaire : FR 12300349636

Contacts

Investisseurs / Analystes
Groupe SEB
Direction
de la Communication Financière

et des Relations Investisseurs
Isabelle
Posth et Emmanuel Fourret

Campus SEB – 112 chemin du Moulin
Carron

69130 Ecully
+33 (0) 4 72 18 16 40
comfin@groupeseb.com
ou
Presse
Image
Sept

Estelle Guillot-Tantay
Claire Doligez
Caroline
Simon

egt@image7.fr
cdoligez@image7.fr
caroline.simon@image7.fr
Tél.
: +33 (0) 1 53 70 74 70