Press release

Inmarsat: la demande mondiale d’Internet haut débit en vol atteint de nouveaux sommets parmi les passagers des compagnies aériennes

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Une nouvelle étude réalisée par Inmarsat et GfK montre que 92% des passagers souhaiteraient disposer d’un accès à la connectivité à bord et que 54% d’entre eux préféreraient en bénéficier plutôt que de se voir offrir des plateaux-repas en vol Les compagnies aériennes doivent offrir un service haut débit fiable et de qualité supérieure afin

Une nouvelle étude réalisée par Inmarsat et GfK montre que 92% des
passagers souhaiteraient disposer d’un accès à la connectivité à bord et
que 54% d’entre eux préféreraient en bénéficier plutôt que de se voir
offrir des plateaux-repas en vol

Les compagnies aériennes doivent offrir un service haut débit fiable
et de qualité supérieure afin d’encourager son adoption par les
passagers, selon une étude approfondie, réalisée auprès de plus de 9.000
personnes originaires de 27 pays

LONDRES–(BUSINESS WIRE)–Cette étude, l’une des plus complètes jamais réalisée auprès de clients
de lignes aériennes du monde entier, révèle que les passagers non
seulement s’attendent à ce que la connectivité haut débit leur soit
offerte en vol, mais que plus de la moitié d’entre eux préfèreraient ce
service aux habituels plateaux-repas.

L’étude sur la connectivité en vol (The In-Flight Connectivity Survey) a
été menée par Inmarsat
(LSE: ISAT.L), principal prestataire de services internationaux de
communications satellitaires mobiles, et la société d’études GfK, entre
août 2015 et mars 2016. Les réactions ont été recueillies auprès de plus
de 9.000 passagers en Europe, Asie, Australasie, ainsi qu’Amérique
centrale et du Sud, ayant effectué un vol de courte distance, ou moyen
ou long courrier au cours de l’année passée, et emportant eux à bord de
l’avion au moins un dispositif personnel.

La dépendance des passagers vis-à-vis de la connexion sur leur
smartphone, tablette et autres appareils signifie désormais que la
majorité des voyageurs (83%) choisira une compagnie aérienne en fonction
de son offre de connectivité qui leur permettra de rester connecté sur
plusieurs réseaux sociaux, sites de diffusion de vidéos, applications et
courriels, tout au long de leur voyage. En outre, les passagers sont
disposés à payer pour bénéficier du meilleur service qu’il soit.

L’étude a également révélé que la majorité des passagers préfèreraient
connecter leur smartphone, tablette ou ordinateur portable à Internet
lors de leur voyage, plutôt que de se restaurer, d’avoir accès à un
service de divertissement en vol ou faire l’expérience d’achats hors
taxes.

Lorsqu’il s’agit de décider s’il convient de proposer l’Internet haut
débit à bord des avions, les passagers se préoccupent principalement de
la fiabilité, comme en témoignent 75% des personnes interrogées, puis de
la vitesse de la connexion – qui constituait une priorité pour seulement
19% d’entre eux. Parmi ceux qui ont déjà eu l’occasion d’utiliser le
haut débit en vol, un passager sur dix, n’a pas réussi à connecter son
appareil au réseau de l’avion.

Ainsi, la qualité est, pour les passagers, le facteur essentiel de
décision quant à l’utilisation de la connexion haut débit en vol. 60%
des passagers sont moins enclins à se connecter si le service est de
mauvaise qualité, mais ils sont tout à fait prêts à utiliser un service
fiable qui ne se déconnecte pas à intervalles réguliers.

Temps forts de cette étude

  • 83% des passagers préfèrent choisir une compagnie aérienne qui offre
    la connectivité haut débit en vol;
  • 78% des passagers s’attendent à voir la connectivité à bord remplacer
    les systèmes de divertissement en vol au cours des cinq à dix
    prochaines années;
  • 34% des passagers apportent leurs appareils mobiles à bord et sont
    disposés à payer pour bénéficier, pendant le vol, d’une connexion au
    réseau Internet haut débit pour leur téléphone, tablette ou ordinateur
    portable;
  • Degré de consentement à payer pour des services d’Internet haut débit,
    quel que soit la durée du vol:

    • En Europe – 69% des passagers sont disposés à payer;
    • En Asie Pacifique – 67% des passagers sont disposés à payer; et
    • En Amérique latine – 64% des passagers sont disposés à payer.

Montée en flèche de la demande

La prolifération des appareils électroniques portables fait que les
passagers s’attendent à ce que le niveau de connectivité haut débit en
vol soit de qualité identique à celui dont ils bénéficient à terre. En
outre, la demande de connectivité en vol ne se limite pas uniquement aux
vols long courrier, les passagers des vols courts, des moyens et longs
courriers sont tout autant disposés à payer pour utiliser le haut débit
(64%, 68% et 69%, respectivement).

Répartition régionale

Les passagers du monde entier possèdent des besoins différents lorsqu’il
s’agit de la connectivité haut débit en vol – ceux d’Amérique latine
sont principalement intéressés par le visionnage de vidéos en streaming.
Ils ont également davantage tendance à croire que la connectivité en vol
remplacera bientôt les services de divertissement en vol.

Les passagers originaires d’Asie Pacifique recherchent principalement
l’accès à des sites et à des applications de voyage. Quant aux voyageurs
européens, habitués à la connectivité à bord en tous lieux, ils
souhaitent être en mesure de se tenir informés et de rester en contact
avec leurs amis et leur famille, quelle que soit leur destination.

Tournant

L’étude Inmarsat In-Flight Connectivity Survey souligne la dépendance
croissante des passagers des compagnies aériennes de la connectivité,
partout et à tout moment. Il est clair que ce niveau d’exigence devrait
se poursuivre à l’avenir.

Pour des informations additionnelles au sujet de cette étude, dont les
livres blancs, l’infographie et la répartition par région pour l’Europe,
l’Asie Pacifique et l’Amérique latine, veuillez consulter le site Web d’Inmarsat.

Leo Mondale, Président d’Inmarsat Aviation, a déclaré: « La
demande de connectivité Internet haut débit en vol a atteint des niveaux
sans précédent à travers le monde, ce qui fait que les compagnies
aériennes, ainsi que l’aviation commerciale et les marchés des bailleurs
d’avions doivent satisfaire aux attentes des passagers, sous peine de
les perdre au profit de leurs concurrents.

« Notre étude démontre clairement que les passagers exigent un service
hautement fiable. La qualité est l’élément essentiel qui détermine si
les passagers choisissent de naviguer en ligne lors du vol. Les
compagnies aériennes sont par conséquent sous pression quand il s’agit
de choisir le partenaire adéquat qui les aidera à offrir un service
fiable et rentable. Inmarsat possède l’infrastructure, l’engagement et
la puissance d’investissement qui lui permet d’offrir la meilleure
capacité, maintenant et à l’avenir. »

Inmarsat a récemment dévoilé une carte de l’Internet haut débit en vol
qui vise à garantir qu’elle répond à la hausse de la demande de
connectivité en vol rapide, fiable et globale au cours des cinq
prochaines années et au-delà. Le lancement de son service aérien Global
Xpress (GX) cette année créé la première solution de haut débit rapide
au monde destinée aux passagers de l’aviation civile, dotée d’une
couverture globale transparente de bout-en-bout fournie par un opérateur
unique. Conçue pour satisfaire aux besoins complexes et en pleine
évolution des systèmes de des compagnies aériennes, parmi les clients
initiaux de cette solution figurent Lufthansa, Singapore Airlines et
Jazeera Airways.

Le réseau GX, qui a été mis en service commercial en décembre 2015 via
trois satellites puissants en bande Ka, fournira la capacité de largeur
de bande internationale requise pour satisfaire à la demande actuelle et
à court terme des compagnies aériennes. Il sert également de sous-couche
de la couverture globale, qui sera établie dans le cadre de la carte de
l’Internet haut débit de l’aviation civile, afin de répondre à la
demande future.

Inmarsat devrait lancer son quatrième satellite GX, fabriqué par Boeing,
plus tard cette année. La société a octroyé un contrat à Airbus Defence
and Space, qui vise à construire deux satellites additionnels
(Inmarsat-6 F1 et F2) dotés d’une charge en bande Ka, dans le but de
renforcer la profondeur de sa couverture GX globale. Le premier
satellite Inmarsat-6 satellite devrait être livré d’ici la fin de la
décennie.

Un autre composant crucial de cette carte est le réseau d’aviation
civile européen d’Inmarsat, qui constituera la première solution de
connectivité destinée aux passagers de l’aviation civile de tout
l’espace aérien européen à intégrer un réseau satellitaire avancée et un
réseau terrestre reposant sur la LTE; ce dernier sera exploité par
Deutsche Telekom. Les premiers essais commerciaux EAN sont attendus pour
le milieu de 2017.

FIN

NOTE: L’étude In-Flight Connectivity Survey a été achevée en deux
phases. La première phase, menée du 28 août au 21 septembre
2015, était axée sur les vols de courte distance et les vols moyen
courrier en Europe. La seconde phase, menée du 4 février au 7 mars 2016,
portait sur les vols de courte distance, les vols moyen et long courrier
en Amérique latine et en Asie Pacifique, ainsi que les vols long
courrier en Europe.

Pour de plus amples informations

A propos d’Inmarsat Inmarsat plc est le premier prestataire de
services internationaux de communications mobiles par satellite. Depuis
1979, Inmarsat fournit des communications vocales et des données haute
vitesse fiables aux gouvernements, entreprises et autres organisations,
grâce à une variété de services utilisables sur terre, en mer ou dans
les airs. Inmarsat, présente dans les principaux ports et centres
économiques sur tous les continents, emploie environ 1 600 personnes
dans plus de 60 sites à travers le monde. Inmersat est cotée à la Bourse
de Londres (LSE : ISAT.L). Pour de plus amples informations,
veuillez-vous rendre sue le site :
www.inmarsat.com
.

Le flux d’informations des communiqués de presse d’Inmarsat ainsi que
les mises à jour de la société sont disponibles sur @InmarsatGlobal

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Inmarsat
Alison Stokes
Communications d’entreprise
+44
207 728 1492
Alison.Stokes@inmarsat.com
ou
Robeel
Haq
Directeur Relations publiques, Aviation civile
+44 (0)20
7728 1352
robeel.haq@inmarsat.com