Press release

IntegraGen a présenté de nouvelles données positives sur l’efficacité du biomarqueur miR-31-3p au congrès 2016 de l’ESMO (European Society of Medical Oncology)

0 0
Sponsorisé par Business Wire

L’expression du miR-31-3p est prédictive de l’effet des anti-EGFR sur le taux de réponse objective, la profondeur de la réponse et la réduction précoce de la taille de la tumeur, chez des patients atteints d’un cancer colorectal métastatique (CCRm) lorsqu’ils sont traités par anti-EGFR plutôt que par anti-VEGF. COPENHAGUE, Danemark–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News: IntegraGen (FR0010908723 –

L’expression du miR-31-3p est prédictive de l’effet des anti-EGFR sur
le taux de réponse objective, la profondeur de la réponse et la
réduction précoce de la taille de la tumeur, chez des patients atteints
d’un cancer colorectal métastatique (CCRm) lorsqu’ils sont traités par
anti-EGFR plutôt que par anti-VEGF.

COPENHAGUE, Danemark–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News:

IntegraGen (FR0010908723 – ALINT – Eligible PEA PME) (Paris:ALINT),
société spécialisée dans la transformation de données issues
d’échantillons biologiques en informations génomiques et en outils de
diagnostic pour l’oncologie, a présenté aujourd’hui au congrès de l’ESMO
qui se tient à Copenhague, de nouveaux résultats cliniques démontrant
les bénéfices de son biomarqueur miR-31-3p. Les nouvelles données
présentées en séance plénière démontrent que le niveau d’expression du
biomarqueur miR-31-3p est prédictif des effets du traitement par
anti-EGFR à la fois sur le taux de réponse objective, sur la profondeur
et sur la précocité de la réponse chez les patients atteints de cancer
colorectal métastatique (CCRm) KRAS sauvage. Le biomarqueur miR-31-3p
identifie donc les patients pour lesquels les anti-EGFR (cetuximab)
auront une meilleure efficacité que les anti-VEGF (bevacizumab).

Ces données, basées sur une analyse de l’expression du miR-31-3p dans
les tumeurs de 370 patients atteints de CCRm KRAS sauvage inclus dans
l’essai clinique FIRE-3 (AIO KRK-0306), complètent celles présentées au
congrès de l’ASCO 2016 (American Society of Clinical Oncology)
qui démontrent que les patients ayant une faible expression du miR-31-3p
ont une survie médiane supérieure d’un an et une réduction de 40% de la
mortalité lorsqu’ils sont traités par cetuximab plutôt que par
bevacizumab.
Ces résultats confirment que la mesure de l’expression
du miR-31-3p permet de définir quelle est la première ligne de
traitement la plus efficace dans le cadre d’une prise en charge
personnalisée des patients atteints de CCRm.

« Ces nouveaux résultats montrent que le biomarqueur miR-31-3p
permet d’identifier, avant l’instauration du traitement, les patients
atteints de CCRm chez qui le traitement par cetuximab aura une
efficacité significativement plus importante que le traitement par
bevacizumab en association au FOLFIRI
», a déclaré le Professeur
Pierre Laurent-Puig, de l’unité d’oncogénétique clinique de l’Hôpital
Européen Georges Pompidou à Paris, Directeur de l’Unité de recherche
INSERM UMR-S 1147 de l’Université Paris Descartes et auteur de l’étude.
« Pouvoir identifier en amont les patients chez qui le traitement
aura une meilleure efficacité permettra aux médecins de sélectionner le
traitement le plus approprié pour apporter le plus grand bénéfice
clinique aux patients
 ».

« Nous avons démontré qu’une amélioration de la réduction
précoce de la taille de la tumeur et de la profondeur de la réponse sont
corrélées à l’augmentation de la durée de survie chez ces patients
 »,
a déclaré le Professeur Volker Heinemann, du Département d’oncologie
médicale au Comprehensive Cancer Center de l’Hôpital universitaire
Grosshadern à Munich et investigateur principal de l’étude FIRE-3. « La
présente étude démontre que près de deux tiers des patients qui ont un
niveau d’expression faible du marqueur ont un bénéfice en termes de
durée de survie et de réponse au traitement lorsqu’ils reçoivent du
cetuximab plutôt que du bevacizumab en première ligne de traitement d’un
cancer colorectal métastatique
».

« Ces résultats confirment une nouvelle fois que le marqueur
miR-31-3p d’IntegraGen permet de guider le choix de la biothérapie la
plus appropriée en première ligne
. Les données présentées en
session plénière au congrès de l’ESMO démontrent de nouveau que la
mesure de l’expression du miR-31-3p permet de déterminer quelle
biothérapie apporte le meilleur bénéfice médical aux patients
 », a
indiqué Bernard Courtieu, Président Directeur Général d’IntegraGen

Bernard Courtieu a également ajouté : « IntegraGen mettra
ce test à disposition des cancérologues et des biologistes en 2017 à la
fois en Europe et aux USA. Nous estimons que le marché potentiel pour ce
marqueur s’établit à ce jour aux alentours de 100 M$ dans le monde
».

A PROPOS DE L’ÉTUDE CLINIQUE FIRE-3

FIRE-3 est une étude clinique européenne de phase III randomisée et dont
le promoteur est l’Université Ludwig-Maximilians de Munich, en
Allemagne. L’étude compare les effets du cetuximab ou du bevacizumab
associés au FOLFIRI chez des patients atteints de CCRm stade IV non muté
pour l’exon 2 de KRAS.

A PROPOS D’INTEGRAGEN

IntegraGen est une société spécialisée dans le décryptage du génome
humain, et réalise des analyses pertinentes et rapidement interprétables
pour des laboratoires académiques et privés. Dans l’oncologie, qui se
caractérise par un dérèglement génétique des cellules cancéreuses,
IntegraGen fournit aux chercheurs et aux médecins des outils universels
et individualisés de guidage thérapeutique leur permettant d’adapter le
traitement au profil génétique du patient.

IntegraGen compte trente-sept collaborateurs et a réalisé un chiffre
d’affaires de 5,6 M€ en 2015. Basée au Génopole d’Evry, IntegraGen est
également implantée aux États-Unis à Cambridge, MA. IntegraGen est cotée
sur Alternext de Euronext à Paris (ISIN : FR0010908723 – Mnémo : ALINT –
Eligible PEA-PME).

Plus d’informations sur le site internet : www.integragen.com

Contacts

INTEGRAGEN
Bernard COURTIEU
Président Directeur Général
ou
Laurence
RIOT LAMOTTE
Directeur Administratif et Financier
contact@integragen.com
Tél.
: +33 (0)1 60 91 09 00
ou
NEWCAP
Relations
Investisseurs

Emmanuel HUYNH
Louis-Victor DELOUVRIER
integragen@newcap.eu
Tél.
: +33 (0)1 44 71 98 53