Press release

La clé du succès des opérateurs de jeux en ligne ? La confiance !

0 0 Donnez votre avis

L’activité des jeux de hasard et d’argent est désormais ouverte à la concurrence en ligne. Adoptée le 6 avril dernier, la loi sur l’ouverture à la concurrence et la régulation des jeux de hasard et d’argent en ligne, ouvre de nouvelles perspectives de gains…pour les entreprises du secteur.

PARIS, May 31, 2010 /PRNewswire/ — L’activité des jeux de hasard et d’argent est désormais ouverte à la concurrence en ligne. Adoptée le 6 avril dernier, la loi sur l’ouverture à la concurrence et la régulation des jeux de hasard et d’argent en ligne, ouvre de nouvelles perspectives de gains…pour les entreprises du secteur.

Aujourd’hui, entrer dans un casino n’est pas permis à tout le monde. Les mineurs et les personnes interdites de jeu en sont exclus. S’il est facile de filtrer l’entrée d’un casino, il sera beaucoup plus compliqué d’appliquer les mêmes règles pour un site de jeux en ligne. Actuellement, l’enregistrement des joueurs s’effectue via une carte de crédit, ce qui ne garantit nullement l’identité du titulaire du compte. De plus, la sécurisation des accès et des transactions basée sur un identifiant/mot de passe n’assure pas la sécurité des joueurs, ni même la régularité des jeux. Or, la loi prévoit que les opérateurs de jeu en ligne devront préciser les moyens mis en oeuvre pour s’assurer de l’identité des joueurs de façon à prévenir les activités frauduleuses ou criminelles.

Comment contrôler le jeu des mineurs, limiter ou interdire le jeu pour certaines personnes, protéger l’argent des joueurs contre le vol d’identité et le détournement à la volée ?

Pour Stéphane Drai, Président du directoire de CertEurope, 1er Opérateur de Services de e-Confiance(TM) qualifié, « il s’agit d’instaurer la confiance. Elle sera le facteur clé de succès des opérateurs ». En effet, l’attribution d’outil de confiance aux joueurs et la mise en place de solutions de certification électronique par les opérateurs de jeux en ligne permettra d’établir un climat de confiance, de responsabilité, de transparence et de sécurité. Et pour les joueurs, ce sera également un moyen fiable pour reconnaître un opérateur de jeux respectant la législation française.

Les outils de confiance et plus particulièrement le certificat électronique sont des éléments infalsifiables. Délivrés dans des conditions et suivant des procédures prédéfinies, ils garantissent de manière indubitable l’identité des porteurs ainsi que d’autres éléments, tels que l’âge, la qualité ou l’absence d’interdiction de jeu, et surtout la traçabilité de l’ensemble des opérations.

« Les Tiers de confiance ont un rôle majeur à jouer dans ce nouveau contexte de libéralisation », conclut Stéphane Drai. « Il faut s’appuyer sur leur expertise technologique et leur connaissance des secteurs sensibles tels que le secteur bancaire ou judiciaire. En tant que Tiers de confiance, nous pouvons contribuer à garantir un cadre de jeu exemplaire tant pour le bénéfice des joueurs que des opérateurs ».

A propos de CertEurope

CertEurope, 1er Opérateur Qualifié de Services de e-Confiance(TM), Pionnier dès 2000 des services de certification électroniques, CertEurope, Tiers certificateur et Tiers horodateur, conçoit et met en oeuvre des applications sécurisant les échanges de documents dématérialisés à l’attention des entreprises et des professions réglementées. Elles reposent sur l’utilisation de certificats numériques, et de services tels que la signature électronique, l’horodatage et l’archivage. Elles garantissent aussi la traçabilité et la confidentialité des échanges. CertEurope est également Opérateur de Services de Certification Electronique, qualifié conformément aux normes ETSI/TS 101456 et l’ETSI/TS 102042 V1 .2.1, au RGS V0.98 et à l’arrêté du 26 juillet 2004.

CertEurope a reçu le label « entreprise innovante » ANVAR en 2005 et a obtenu le Trophée de l’Innovation des Tiers de Confiance en 2003 (Opalexe) et en 2006 (CertSign(TM)).

Quelques références clients : Fédération Française du Bâtiment, Argus DMS, GE FactoFrance, GIE Infogreffe, Chambre Nationale des Huissiers de justice, Ordre des Avocats aux Conseils, Ordre des avocats à la Cour d’Appel de Paris, Conseil National des Barreaux, l’INPI, NATEXIS, Banques Populaires, GS1, Umanis, Groupe Malakoff, Asphéria, Orsid, ATOS Origin, JC Decaux, Conseil général de la Côte d’Or, Conseil général des Côtes d’Armor, Bravosolution, et 70 000 PME-PMI. http://www.certeurope.fr

Source : CertEurope