Press release

La Commission européenne délivre une autorisation de mise sur le marché pour le ZEPATIER™ (elbasvir/grazoprevir) fabriqué par la société MSD pour le traitement des patients atteints d’une infection chronique par le virus de l’hépatite C

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Lors des essais cliniques de phase 3, ZEPATIER a obtenu des taux de guérison (RVS) élevés dans divers groupes de patients atteints d’hépatite C chronique, y compris ceux atteints de cirrhose compensée, d’insuffisance rénale ou suivant une thérapie par agoniste opioïde KENILWORTH, N.J.–(BUSINESS WIRE)–MSD (nom commercial de Merck & Co., Inc., Kenilworth, New Jersey, États-Unis

Lors des essais cliniques de phase 3, ZEPATIER a obtenu des taux de
guérison (RVS) élevés dans divers groupes de patients atteints
d’hépatite C chronique, y compris ceux atteints de cirrhose compensée,
d’insuffisance rénale ou suivant une thérapie par agoniste opioïde

KENILWORTH, N.J.–(BUSINESS WIRE)–MSD (nom commercial de Merck & Co., Inc., Kenilworth, New Jersey,
États-Unis (NYSE: MRK)) a annoncé aujourd’hui que la Commission
européenne a approuvé la commercialisation du ZEPATIER™
(elbasvir/grazoprevir) avec ou sans ribavirine (RBV) pour le traitement
des adultes atteints du virus de l’hépatite C (VHC) chronique de
génotype (GT) 1 ou 4. Le ZEPATIER est une combinaison contenant de
l’elbasvir (50mg, inhibiteur NS5A) et du grazoprevir (100mg, inhibiteur
de protéase NS3/4A) à dose fixe par prise unique quotidienne, fabriquée
par MSD. Cet accord permet la commercialisation des comprimés ZEPATIER
dans les 28 pays membres de l’Union européenne, ainsi que dans les pays
membres de l’Espace économique européen (Islande, Liechtenstein et
Norvège). MSD continue ses efforts pour alimenter le marché européen,
avec une commercialisation prévue entre le quatrième trimestre 2016 et
le premier trimestre 2017. La mise sur le marché des produits de MSD
devrait se poursuivre tout au long de 2017 dans l’ensemble de l’UE.

« L’homologation du ZEPATIER dans l’Union européenne, qui fait suite à
celles obtenues plus tôt dans l’année aux États-Unis et au Canada,
constitue une étape importante permettant de proposer un traitement
nouveau et efficace à des millions de personnes atteintes du virus de
l’hépatite C de génotype 1 ou 4, » a déclaré le docteur Roger M.
Perlmutter, président de Merck Research Laboratories, une division
américaine de Merck & Co., Inc., de Kenilworth, dans le New Jersey, aux
États-Unis. « ZEPATIER représente une toute nouvelle avancée pour MSD
dans son effort de plus de 30 ans pour combattre les effets de
l’infection au virus de l’hépatite C, et donc pour réduire le poids de
cette maladie dans le monde entier. »

Dans le monde entier, des milliers de patients atteints du VHC chronique
ont participé au programme de développement clinique du ZEPATIER, conçu
pour inclure des patients représentant des défis thérapeutiques
reconnus, tels notamment les personnes atteintes de cirrhose compensée
ou celles pour lesquelles le traitement par peginterféron plus RBV, avec
ou sans inhibiteur de protéase du VHC, n’a pas eu d’effet. Durant les
essais, une réponse virologique soutenue (RVS) 12 semaines après
achèvement de la thérapie (RVS12, considérée comme guérison virologique
sur la base de taux indétectables d’ARN du VHC) a été obtenue chez 96 %
des patients (301 patients sur 312) atteints du VHC chronique GT1b ayant
suivi un traitement de ZEPATIER pendant 12 semaines. Chez les patients
atteints du VHC chronique GT1a, 93 % (483 patients sur 519) ont été
guéris suite à un traitement au ZEPATIER pendant 12 semaines et 95 % (55
patients sur 58) suite à un traitement au ZEPATIER plus RBV pendant 16
semaines. De plus, 94 % (61 patients sur 65) des patients souffrant du
VHC chronique GT4 ont été guéris suite à un traitement au ZEPATIER
pendant 12 semaines et 100 % (8 patients sur 8) suite à un traitement au
ZEPATIER plus RBV pendant 16 semaines.

L’infection chronique par le VHC, due à un virus à diffusion hématogène,
est une préoccupation de santé publique majeure touchant plus de 170
millions de personnes à travers le monde, dont 15 millions en Europe.
Des six génotypes existants de l’infection chronique par le VHC, le GT1
est le plus commun en Europe (environ 66 % des cas), et l’infection GT1b
est le sous-génotype le plus fréquent dans la majorité des pays
européens. En outre, la prévalence de l’infection GT4 est en
augmentation en Europe.

« Étant donné le caractère complexe de l’hépatite C chronique, il est
essentiel de disposer d’une variété d’options thérapeutiques efficaces
pour garantir à divers types de patients les meilleures chances d’être
soignées », a déclaré le professeur Rafael Esteban, docteur en médecine,
chef du service de médecine interne et d’hépatologie de l’Hospital
Universitario Val d’Hebron à Barcelone, en Espagne, et professeur de
médecine à l’Universidad Autonoma de Barcelone. « Durant les essais
cliniques, ZEPATIER a permis d’obtenir des taux de guérison élevés au
sein d’un vaste panel de patients atteints d’hépatite C chronique avec
infection du génotype 1 ou 4, chez des patients n’ayant jamais été
traités et chez de nombreux autres pour lesquels l’infection chronique
au virus du VHC a été difficile à traiter, ce qui représente une
innovation majeure dans la lutte contre cette épidémie mondiale de santé
publique. »

Une posologie à prise quotidienne unique pendant 12 semaines est
recommandée pour les patients atteints de l’infection chronique au VHC
GT1 ou GT4. Chez certains patients, un traitement au ZEPATIER plus RBV
pendant 16 semaines devrait être envisagé. Les posologies et les durées
recommandées avec une prise quotidienne unique de ZEPATIER pour les
patients atteints d’une infection chronique au VHC avec ou sans cirrhose
compensée (Child-Pugh A uniquement) sont indiquées dans le graphique
ci-dessous. Aucun ajustement de dose n’est requis lorsque le ZEPATIER
est utilisé avec des agents antiacides.

Génotype   Traitement et durée
GT1a  

ZEPATIER pendant 12 semaines

 

Envisager ZEPATIER pendant 16 semaines plus RBV* pour les patients
avec
un niveau d’ARN du VHC de base >800 000 UI/ml et/ou la présence de
polymorphismes spécifiques
de la NS5A pour
minimiser le risque d’échec thérapeutique.

GT1b   ZEPATIER pendant 12 semaines
GT4  

ZEPATIER pendant 12 semaines

 

Envisager ZEPATIER pendant 16 semaines plus RBV* pour les patients
avec
un niveau d’ARN du VHC de base >800 000 UI/ml pour minimiser le
risque d’échec de traitement.

*Dans les études cliniques, la dose de RBV était basée sur le
poids (<66 kg = 800 mg/jour, entre 66 et 80 kg = 1 000
mg/jour,
entre 81 et 105 kg = 1 200 mg/jour, >105 kg = 1 400 mg/jour) et
administrée en deux doses lors des repas.

Polymorphismes de la NS5A, entraînant une diminution
divisant par 5 l’activité de l’elbasvir, y compris L/M28T/A,
R/Q30E/H/R/G/K/L/D,
L31M/V/F, H58D et Y93C/H/N.

« Les patients bénéficient toujours de l’élargissement des options
thérapeutiques. Nous continuons à bâtir sur les grandes avancées
réalisées au cours de ces dernières années pour faire mieux connaître et
traiter l’hépatite C chronique dans le monde entier, » a souligné
Charles Gore, président de la World Hepatitis Alliance. « Dans ce
domaine, la concurrence contribue à alimenter le dialogue et à faire en
sorte que les gens sachent que l’hépatite C chronique peut être traitée.
Avec de nouvelles options de traitement, davantage de patients
pourraient être soignés et partager ensuite leur expérience pour inciter
d’autres personnes à suivre une thérapie. »

Programme d’essai clinique du ZEPATIER

L’efficacité et l’innocuité du ZEPATIER ont été évaluées dans le cadre
de huit études cliniques impliquant approximativement 2 000 patients. Le
programme de développement a été conçu pour observer les effets du
ZEPATIER au sein d’un panel varié de patients atteints de l’infection
chronique au VHC, y compris ceux suivant une thérapie par agoniste
opioïde, ceux atteints d’une maladie rénale chronique ou d’une
coinfection VHC/VIH-1. La RVS12 était le critère d’efficacité principal
dans toutes ces études. Un résumé de celles-ci est repris ci-dessous.
Pour consulter les études dans le détail, veuillez vous référer aux «
Résumés des caractéristiques produit » à l’adresse suivante: http://ec.europa.eu/health/documents/community-register/2016/20160722135308/anx_135308_en.pdf.

Étude   Groupe de patients   Traitement à l’étude et durée

C-EDGE TN

(en double aveugle)

 

GT1, GT4 ou GT6 TN +/-
cirrhose

 
  • ZEPATIER pendant 12 semaines (N=316)
  • Placébo pendant 12 semaines (N=105)

C-EDGE
COINFECTION
(essai ouvert)

 

GT1, GT4 ou GT6 TN avec
coinfection VHC/VIH-1 +/-
cirrhose

 
  • ZEPATIER pendant 12 semaines (N=218)

C-SURFER

(en double aveugle)

 

GT1 TN ou TE avec maladie rénale chronique
en phase 4 ou 5
+/-
cirrhose

 
  • ZEPATIER* pendant 12 semaines (N=122,
    y compris 11 patients
    en essai ouvert
    PC intensif)
  • Placébo pendant 12 semaines (N=113)

C-WORTHY

(essai ouvert)

 

GT1 ou GT3 TN +/- cirrhose,
TE non-répondeurs +/- cirrhose,

TN avec coinfection VHC/VIH-1
sans cirrhose

 
  • ZEPATIER* pendant 8, 12 ou 18 semaines
    (N=31, 136 et 63,
    respectivement)
  • ZEPATIER* + RBV pendant 8, 12 ou 18
    semaines
    (N=60, 152 et 65,
    respectivement)

C-SCAPE

(essai ouvert)

 

GT4 ou GT6 TN sans
cirrhose

 
  • ZEPATIER* pendant 12 semaines (N=14)
  • ZEPATIER* + RBV pendant 12 semaines
    (N=14)

C-EDGE TE

(essai ouvert)

 

GT1, GT4 ou GT6 TE +/-
cirrhose, et +/- coinfection
VHC/VIH-1

 
  • ZEPATIER pendant 12 ou 16 semaines
    (N=105 et 105,
    respectivement)
  • ZEPATIER + RBV pendant 12 ou 16
    semaines (N=104
    et 106,
    respectivement)

C-SALVAGE

(essai ouvert)

 

GT1 TE avec inhibiteur de la
protéase VHC +/-
cirrhose

 
  • ZEPATIER* + RBV pendant 12 semaines
    (N=79)

C-EDGE

CO-STAR

(en double aveugle)

 

GT1, GT4 ou GT6 TN avec thérapie par
agoniste opioïde, +/-
cirrhose

 
  • ZEPATIER pendant 12 semaines (N=201)
  • Placébo pendant 12 semaines (N=100)

GT = Génotype

TN = Treatment-Naïve (vierge de tout traitement)

TE = Treatment-Experienced (patients ayant reçu un traitement
antérieur, ayant échoué, à l’interféron [IFN] ou au peginterféron
alfa [pegIFN]
avec ou sans RBV ou intolérants à une thérapie
antérieure)

PC = pharmacocinétique

*Elbasvir 50mg + grazoprevir 100mg co-administrés comme agents
uniques

RBV administrée quotidiennement en dose totale de
800mg à 1 400mg en fonction du poids

Échec de traitement antérieur au boceprevir,
telaprevir ou simeprevir en combinaison avec pegIFN + RBV

Informations importantes sur l’innocuité du ZEPATIER
(elbasvir/grazoprevir)

ZEPATIER est contre-indiqué chez les patients présentant une
hypersensibilité aux substances actives ou à un des excipients, et chez
les patients souffrant d’une insuffisance hépatique modérée ou grave
(Child-Pugh B ou C). Est également contre-indiquée la co-administration
de ZEPATIER et d’inhibiteurs de polypeptide 1B de transports des anions
organiques (OATP1B) ou d’inducteurs de cytochrome P450 3A (CYP3A) ou de
glycoprotéine P (P-gp).

Les cas d’élévation du taux d’alanine aminotransférase (ALT) tardive
durant le traitement sont directement liés à l’exposition du plasma au
grazoprevir. Durant les études cliniques avec du ZEPATIER avec ou sans
RBV, < 1 % des sujets ont connu des élévations du taux d’ALT atteignant
jusqu’à plus de 5 fois la limite normale supérieure (LNS) par rapport au
niveau de départ. Des taux élevés d’ALT tardive ont été relevés chez des
sujets de sexe féminin (2 % [11 patients sur 652]), des sujets
asiatiques (2 % [4 patients sur 165]), et des sujets âgés de ≥ 65 ans (2
% [3 patients sur 187]). Ces cas d’élévations du taux d’ALT tardive sont
généralement survenus en semaine 8 du traitement, ou après celle-ci.

Des tests hépatiques en laboratoire doivent être effectués avant la
thérapie, en semaine 8 du traitement, et conformément aux indications
cliniques. Pour les patients recevant une thérapie de 16 semaines, des
tests hépatiques supplémentaires en laboratoire doivent être réalisés en
semaine 12 du traitement. Il est recommandé aux patients de consulter
immédiatement leur médecin s’ils commencent à ressentir de la fatigue,
une faiblesse, un manque d’appétit, des nausées ou en cas de
vomissements, de jaunisse ou de selles décolorées. La prise de ZEPATIER
devra éventuellement être interrompue s’il est confirmé que les taux
d’ALT sont supérieurs à 10 fois la limite supérieure de la normale
(LSN). La prise de ZEPATIER devra être interrompue si l’élévation des
taux d’ALT s’accompagne de signes ou symptômes d’inflammation hépatique
ou d’augmentation des taux de bilirubine conjuguée, de phosphatase
alcaline, ou du rapport international normalisé (RIN).

Le ZEPATIER contient du lactose monohydraté. Les patients présentant des
problèmes héréditaires rares d’intolérance au galactose (déficit en
lactase de Lapp ou malabsorption du glucose-galactose) ne devraient pas
prendre ces comprimés. Le ZEPATIER contient 3,04 mmol (ou 69,85 mg) de
sodium par dose. Ceci doit être pris en compte dans les cas de patients
ayant une alimentation réduite en sodium.

Lors des études cliniques, les effets indésirables les plus couramment
rapportés (supérieurs à 10%) étaient la fatigue et les maux de tête.
Moins de 1 % des sujets ayant suivi un traitement au ZEPATIER avec ou
sans RBV ont présenté des effets indésirables graves (douleur
abdominale, ischémie cérébrale transitoire et anémie). Moins de 1 % des
sujets ayant suivi un traitement au ZEPATIER avec ou sans RBV ont dû
interrompre définitivement le traitement en raison d’effets
indésirables. La fréquence des effets indésirables graves et les
abandons thérapeutiques en raison d’effets indésirables chez les sujets
atteints de cirrhose compensée est comparable à celle des sujets
non-atteints de cirrhose.

Lors des études cliniques portant sur la combinaison ZEPATIER plus RBV,
les effets indésirables les plus fréquents correspondaient au profil
d’innocuité connu de la RBV.

Les maux de tête et la fatigue sont des effets indésirables très
fréquents (≥ 1/10) identifiés avec le ZEPATIER, sur la base des données
regroupées de patients traités pendant 12 semaines sans RBV. Les effets
indésirables fréquents (de ≥ 1/100 à < 1/10) sont : la perte d’appétit,
les insomnies, l’anxiété, la dépression, les vertiges, la nausée, la
diarrhée, la constipation, les douleurs abdominales supérieures, les
douleurs abdominales, la sécheresse buccale, les vomissements, le
prurit, l’alopécie, l’arthralgie, la myalgie, l’asthénie et
l’irritabilité.

Les effets indésirables fréquents (fatigue, maux de tête et nausée) ont
été observés à une fréquence similaire chez les patients traités par
ZEPATIER ou placébo.

Pour des informations détaillées, veuillez consulter la page http://ec.europa.eu/health/documents/community-register/2016/20160722135308/anx_135308_en.pdf.

Engagement de MSD en faveur de la lutte contre le VHC et pour l’accès
aux traitements

Depuis plus de 30 ans, MSD occupe un rôle de premier plan dans la lutte
contre l’infection chronique par le VHC. Nos équipes continuent
aujourd’hui de travailler pour faire progresser les connaissances
scientifiques sur cette importante épidémie mondiale de santé publique.
Les programmes de développement clinique de MSD visant à combattre le
VHC chronique représentent plus de 135 essais cliniques dans une
quarantaine de pays, et ont déjà recruté près de 10 000 participants.

MSD a la conviction que les progrès scientifiques doivent être soutenus
par un engagement en faveur de l’accès aux traitements afin de pouvoir
améliorer véritablement la vie des patients. Malgré les dernières
innovations dans les traitements de l’infection chronique par le VHC au
cours des dernières années en Europe, qui ont permis d’alléger
significativement le poids du VHC, il demeure urgent de procéder à des
efforts supplémentaires. L’on estime que moins d’un patient sur cinq
diagnostiqués positifs à l’infection chronique par le VHC est
actuellement traité dans les grands pays européens (France, Allemagne,
Italie, Espagne et Royaume-Uni), avec des milliers de nouveaux cas
recensés chaque année. MSD joue un rôle clé dans la lutte contre les
maladies infectieuses et dispose d’une solide expérience en matière de
programmes d’accès conçus pour répondre aux attentes des marchés. C’est
dans cette optique que MSD continuera de collaborer avec les parties
prenantes pour s’assurer que ZEPATIER constitue une option thérapeutique
pour tous les patients pour lesquels ce médicament est indiqué.
Ensemble, nous pourrons alléger la charge que représente l’infection
chronique par le VHC à travers le monde.

À propos de MSD

Depuis 125 ans, MSD occupe une place de leader mondial dans le secteur
de la santé. MSD est une marque commerciale de Merck & Co., Inc.,
Kenilworth, dans le New Jersey, aux États-Unis. Grâce à ses médicaments,
vaccins, traitements biologiques, produits de santé grand public et de
santé animale, la société collabore avec ses clients et œuvre dans plus
de 140 pays à procurer des solutions de santé novatrices. Elle démontre
également sa détermination à améliorer l’accès aux soins de santé grâce
à des politiques, programmes et partenariats d’envergure.

Déclarations prospectives de Merck & Co. inc., Kenilworth, dans le
New Jersey, aux États-Unis

Le présent communiqué de presse de Merck & Co. inc., de Kenilworth, New
Jersey, aux États-Unis (la société) contient des « déclarations
prospectives » au sens des dispositions refuge de la Private Securities
Litigation Reform Act de 1955 des États-Unis. Ces déclarations
prospectives se fondent sur les croyances et les attentes actuelles de
la direction de la société et sont sujettes à des risques et
incertitudes susceptibles d’exercer un impact majeur sur les résultats.
En ce qui concerne les produits en cours de développement, rien ne
garantit que les produits obtiendront les approbations réglementaires
nécessaires ou connaîtront un succès commercial. Si les hypothèses
sous-jacentes s’avèrent inexactes ou si les risques ou incertitudes se
matérialisent, les résultats réels pourraient différer sensiblement de
ceux indiqués dans les déclarations prospectives.

Les risques et incertitudes incluent, sans toutefois s’y limiter, les
conditions générales et la concurrence dans le secteur ; les facteurs
économiques tels les fluctuations des taux d’intérêt et des taux de
change ; l’impact de la réglementation de l’industrie pharmaceutique et
de la législation des soins de santé aux États-Unis et ailleurs dans le
monde ; les tendances mondiales de maîtrise des coûts des soins de
santé, les progrès technologiques, les nouveaux produits et les brevets
obtenus par des concurrents ; les défis inhérents au développement de
nouveaux produits, dont l’obtention des autorisations réglementaires
requises ; l’aptitude de la société à prévoir avec exactitude les
conditions futures du marché; les problèmes ou retards de fabrication,
l’instabilité financière liée aux économies et au risque pays dans le
monde ; la dépendance vis-à-vis de l’efficacité des brevets de la
société et d’autres protections pour les produits innovants; ainsi que
l’exposition aux litiges, notamment aux litiges relatifs aux brevets, et
aux activités réglementaires.

La société n’endosse aucune obligation de mise à jour publique d’énoncés
prospectifs quels qu’ils soient, que ce soit suite à de nouvelles
informations, des événements futurs ou autres. Les facteurs
supplémentaires qui pourraient générer un écart considérable entre les
résultats réels et ceux décrits dans les énoncés prospectifs figurent
dans le rapport annuel 2015 de MSD sur le formulaire 10-K et dans
d’autres rapports de la société déposés auprès de la Securities and
Exchange Commission (SEC), disponibles sur le site Web de la SEC
www.sec.gov
).

# # #

Veuillez consulter le Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP)
européen pour le ZEPATIER (elbasvir/grazoprevir) à l’adresse
http://ec.europa.eu/health/documents/community-register/2016/20160722135308/anx_135308_en.pdf.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Merck
Médias:
Pamela Eisele, +1 267 305 3558
ou
Sarra
Herzog, +1 201 669 6570
ou
Investisseurs:
Teri Loxam, +1
908 740 1986
ou
Amy Klug, +1 908 740 1898