Press release

La thérapie combinée à base de Daratumumab (DARZALEX®) a permis de prolonger considérablement la survie sans progression de la maladie chez les patients atteints de myélome multiple précédemment traités

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Des données de l’essai MMY3004 (CASTOR) de phase 3 montrent que Darzalex permet de réduire de 61% les risques de progression de la maladie ou de décès, et de doubler les taux RC/sRC s’il est administré en combinaison avec le Bortezomib-Dexamethasone (Vd) Les données provenant de l’essai seront présentées lors de la session plénière de

  • Des données de l’essai MMY3004 (CASTOR) de phase 3 montrent que
    Darzalex permet de réduire de 61% les risques de progression de la
    maladie ou de décès, et de doubler les taux RC/sRC s’il est administré
    en combinaison avec le Bortezomib-Dexamethasone (Vd)
  • Les données provenant de l’essai seront présentées lors de la
    session plénière de la rencontre annuelle 2016 de l’American Society
    of Clinical Oncology (ASCO) (Résumé n°LBA4) et figureront dans son
    programme de presse
  • Les données seront incluses dans la présentation orale en différé,
    réalisée ors du 21e congrès annuel de la European Hematology
    Association (EHA)

BEERSE, Belgique–(BUSINESS WIRE)–Les données provenant de l’essai clinique MMY3004 (CASTOR) de phase 3
montrent que l’immunothérapie par daratumumab (DARZALEX®),
combinée à une thérapie standard, le bortezomib (un inhibiteur du
protéasome) et la dexaméthasone (un corticostéroïde), a démontré une
réduction de 61% du risque de progression de la maladie ou de décès
(survie sans progression de la maladie), en comparaison avec le
bortezomib et la dexaméthasone seuls, chez des patients atteints de
myélome multiple ayant reçu au préalable une moyenne de deux séries de
thérapies (rapport de risque =0,39; 95 % CI (0,28-0,53), p<0,0001).1

D’après les résultats rendu publics aujourd’hui par Janssen-Cilag
International NV, le daratumumab a également permis d’accroître de
manière significative le taux de réponse général (83% contre 63%,
p<0,0001]. La survie sans progression de la maladie n’a pas été atteinte
dans la branche de patients soignés par daratumumab, tandis que dans
celle des patients traités par bortezomib et dexaméthasone seuls, la
survie moyenne sans progression de la maladie était de 7,16 mois.1

Ces données seront présentées intégralement aujourd’hui entre 15:10 et
15:25 Heure avancée du Centre, lors de la session plénière intitulée
« Prix de la science de l’oncologie et conférence », qui se déroulera à
Chicago, à l’occasion de la rencontre annuelle 2016 de l’American
Society of Clinical Oncology (ASCO). Ces données ont également été
sélectionnées pour être incluses dans le programme de presse de l’ASCO.
En outre, ces résultats seront également inclus dans une présentation
orale en différé lors du 21e Congrès annuel de la European
Hematology Association (EHA), qui se tiendra le dimanche 12 juin entre
12:00 et 12:15 Heure de l’Est des Etats-Unis (Résumé n°LB2236).

« Nous avons relevé des améliorations cliniquement significatives en
termes de survie sans progression de la maladie et de taux de réponse
généraux avec le daratumumab, combiné avec la qualité des soins, » a
affirmé Antonio Palumbo, M.D., Chef de l’Unité Myélome, du Département
d’Oncologie, de la Division d’Hématologie, de l’Université de Turin, en
Italie. « Ces résultats convaincants de phase 3 démontrent qu’un régime
basé sur le daratumumab permet de renforcer la réponse clinique et aide
à souligner son potentiel pour le traitement des patients atteints de
myélome multiple ayant déjà été traités précédemment. »

Outre le fait d’atteindre le paramètre principal que constitue la
prolongation de la survie sans progression de la maladie lors d’un suivi
moyen de 7,4 mois et d’avoir permis d’accroître le taux de réponse
général de manière significative par rapport à un traitement à base de
bortezomib et de dexaméthasone seuls, le daratumumab a permis de doubler
les taux de réponse totale voire plus (19% contre 9%, p=0,0012), dont
les taux de très bonne réponse partielle (VGPR) (59% contre 29%,
p<0,0001). La survie moyenne sans progression de la maladie n’a pas été
atteinte, en comparaison avec une survie moyenne sans progression de la
maladie de 7,16 mois chez les patients traités par bortezomib et
dexaméthasone seuls. Le bénéfice en termes de traitement par le
traitement d’association à base de daratumumab a été maintenu dans tous
les sous-groupes cliniquement pertinents. 1

« Chez Janssen, nous nous engageons à redéfinir l’impact exercé par le
cancer sur les patients, en proposant des recherches et des solutions
novatrices. Nous sommes donc encouragés par les remarquables résultats
provisoires de cette étude. Les conclusions nous apportent un aperçu
majeur des effets du daratumumab, lorsqu’associé à des régimes
médicamenteux établis, et illustrent la promesse offerte par cette forme
d’immunothérapie dans les premières phases du traitement, » a déclaré
Jane Griffiths, présidente du Groupe de sociétés Janssen, pour l’Europe,
le Moyen-Orient et l’Afrique. « Nous nous consacrons à explorer la pleine
valeur du traitement à base de daratumumab pour les patients atteints de
myélome multiple et sommes impatients de faire la différence avec des
données comme celles-ci. »

Dans l’ensemble, la sécurité de la thérapie combinée à base de
daratumumab était cohérente par rapport au profil de sécurité connu de
la monothérapie à base de daratumumab (D) et de bortezomib plus
dexaméthasone (Vd), respectivement. Les évènements indésirables les plus
courants (>25%)(DVd/Vd) étaient la thrombocytopénie (59 %/44%), la
neuropathie sensorielle périphérique (47%/38%), la diarrhée (32 %/22%)
et l’anémie (26 %/31%). Les effets indésirables de grade 3 ou 4 les plus
courants (>10 %) étaient la thrombocytopénie (45 %/33%), l’anémie (14
%/16 %) et la neutropénie (13 %/4 %). Le taux d’infections/ infestation
de grade 3/4 était de 21 % dans le groupe DVd, contre 19 % dans le
groupe Vd. Les infections/infestations de grade 3/4 les plus courants
apparus sous traitement (TEAE) (≥5 %) étaient la pneumonie (8 %/10 %).
Le nombre de patients victimes de saignements de grade 3 ou 4 (3
patients dans le groupe DVd et 2 patients dans le groupe Vd) était
faible dans les deux groupes de traitement. Peu de patients (7 %/9 %)
ont interrompu le traitement en raison d’une infection/infestation
apparue sous traitement.1

A propos de l’essai MMY3004 (CASTOR)

L’essai de Phase 3, international, ouvert, randomisé, multicentrique,
contrôlé par substance active MMY3004 a impliqué 498 patients atteints
de myélome multiple ayant bénéficié précédemment de deux thérapies en
moyenne. 66% des patients ont été précédemment traités par bortezomib;
76 % par un agent immunomodulateur; et 48 % par un inhibiteur du
protéasome et un agent immunomodulateur. 33% des patients étaient
réfractaires à l’agent immunomodulateur, contre 32% – à leur dernière
série de thérapie. Les patients ont été randomisés pour recevoir soit du
daratumumab combiné à du bortezomib sous-cutané et de la dexaméthasone
(n=251), soit du bortezomib et de la dexaméthasone seuls (n=247). Les
participants ont été traités par daratumumab jusqu’à la progression de
la maladie, une toxicité inacceptable ou d’autres raisons requiérant
l’interruption de l’étude. 1

Le 30 mars 2016, l’essai MMY3004 (CASTOR) est devenu ouvert après avoir
atteint son critère d’évaluation principal – l’amélioration de la survie
sans progression de la maladie – lors d’une analyse provisoire planifiée
(HR= 0,39, p<0,0001). Sur la base de la recommandation d’un Comité
indépendant de surveillance des données (IDMC), les patients de la
branche de traitement standard ont bénéficié de la possibilité de
recevoir du daratumumab suite à la confirmation de la progression de la
maladie.2

Janssen lancera des discussions avec les autorités réglementaires, qui
porteront sur le potentiel de dépôt d’une soumission réglementaire pour
cette indication, sur la base des résultats de l’étude. Un rapport
clinique complet, devant être déposé auprès des autorités de santé
internationales, est en cours de préparation.

Données combinées additionnelles

L’étude de Phase 3 MMY3003 (POLLUX), qui compare le daratumumab combiné
au lénalidomide et au dexaméthasone, par rapport au lénalidomide et au
dexaméthasone seuls, chez les patients atteints de myélome multiple
ayant reçu au minimum une thérapie préalable, a également été ouverte en
mai 2016. Sur la base des résultats de l’analyse provisoire planifiée
réalisée par le Comité indépendant IDMC, l’étude a atteint son critère
d’évaluation principal d’amélioration de la survie sans progression de
la maladie.3 Les données POLLUX ont été choisies pour figurer
lors du symposium présidentiel, organisé à l’ EHA le vendredi 10
juin 2016 à 16:47 Heure de l’Est des Etats-Unis (Résumé n°LB2238).

À propos du daratumumab

Le Daratumumab est un produit biologique d’un nouveau genre ciblant le
gène CD38, une protéine de surface qui est fortement exprimée sur les
cellules du myélome multiple, quel que soit le stade de la maladie.4-6
Le Daratumumab induit une mort rapide des cellules tumorales par
apoptose (mort cellulaire programmée) 7,8 et via de multiples mécanismes
d’action à médiation immunologique, incluant une cytotoxicité dépendante
du complément, une cytotoxicité cellulaire dépendante des anticorps et
une phagocytose cellulaire dépendante des anticorps.7,9,10 Le
daratumumab a également démontré des effets immunomodulateurs
contribuant à la mort des cellules tumorales via une baisse des cellules
immunosuppressives dont les lymphocytes T régulateurs, les lymphocytes B
régulateurs et les cellules suppressives dérivées des myéloïdes.7,11
Cinq études cliniques de phase 3 portant sur le daratumumab dans
des situations de rechute et de première ligne sont actuellement en
cours. Des études supplémentaires sont en cours ou planifiées pour
évaluer son potentiel dans d’autres maladies malignes et pré-malignes
dans lesquelles le gène CD38 est exprimé. Pour de plus amples
informations, rendez-vous sur www.clinicaltrials.gov.

En mai 2016, le daratumumab a été approuvé par la Commission européenne
(CE) pour la monothérapie des patients adultes atteints de myélome
multiple en rechute ou réfractaire, dont l’une des thérapies précédentes
incluait un inhibiteur du protéasome ainsi qu’un agent immunomodulateur,
et qui ont démontré une progression de la maladie au cours de la
dernière thérapie. Le Daratumumab a été approuvé dans le cadre d’une
évaluation accélérée, un processus réservé aux médicaments promettant
d’être d’un intérêt majeur en termes de santé publique, notamment du
point de vue de l’innovation thérapeutique. 12

En
août 2012
, Janssen Biotech, Inc. et Genmab A/S ont conclu un accord
international qui a accordé à Janssen une licence exclusive lui
permettant de développer, de fabriquer et de commercialiser le
daratumumab.

À propos du myélome multiple

Le myélome multiple est un cancer du sang incurable qui démarre dans la
moelle osseuse et qui se caractérise par une prolifération excessive de
plasmocytes.13,14 La récidive se produit lorsque la maladie
d’un patient résiste au traitement ou, dans le cas du myélome multiple,
lorsque la maladie du patient progresse dans les 60 jours suivant leur
dernière thérapie.15,16 La récidive de ce cancer signifie que
la maladie est revenue après une période de rémission initiale,
partielle ou complète. 17 Représentant environ 1% de tous les
cancers et de 15% à 20% des hématopathies malignes du monde entier, 18
le myélome multiple est considéré comme une maladie orpheline à la fois
en Europe et aux Etats-Unis. A l’échelle mondiale, l’on estime à 124.225
le nombre de personnes diagnostiquées et à 87.084 le nombre de personnes
décédées de cette maladie en 2015.19,20 Tandis que certains
patients atteints de myélome multiple ne présentent aucun symptôme, la
plupart sont diagnostiqués du fait de symptômes pouvant inclure des
fractures ou des douleurs osseuses, une faible numération globulaire,
une élévation du taux de calcium, des problèmes rénaux ou des infections.14
Les patients qui rechutent après un traitement avec des thérapies
standards (dont des IP et des agents immunomodulateurs) présentent un
mauvais pronostic et ont peu d’options de traitement disponibles.21

À propos des sociétés pharmaceutiques Janssen

Dans les sociétés pharmaceutiques Janssen du groupe Johnson & Johnson,
nous œuvrons à créer un monde sans maladie. Transformer les vies en
trouvant des moyens nouveaux et meilleurs pour prévenir, intercepter,
traiter et guérir les maladies est quelque chose qui nous inspire. Nous
réunissons les meilleurs cerveaux et recherchons la science la plus
prometteuse. Nous sommes Janssen. Nous collaborons avec le monde entier
pour la santé de tous ceux qui y vivent. Pour en savoir plus, consultez
www.janssen.com
. Suivez-nous sur
www.twitter.com/janssenEMEA
.

###

Avertissements concernant les déclarations
prospectives

Ce communiqué de presse contient des « déclarations prospectives »
telles que définies dans le Private Securities Litigation Reform Act de
1995 en termes de développement produit incluant une nouvelle indication
potentielle. Le lecteur est prié de ne pas accorder une confiance
exagérée dans ces déclarations prospectives. Celles-ci sont basées sur
les attentes actuelles d’évènements futurs. Si des hypothèses
sous-jacentes s’avèrent inexactes, ou que des risques ou des
incertitudes, connus ou non, venaient à se matérialiser, les résultats
actuels pourraient présenter un écart important par rapport aux attentes
et aux prévisions de Janssen Research & Development, LLC et/ou de
Johnson & Johnson. Parmi les risques et incertitudes figurent, mais sans
s’y limiter: les défis et les incertitudes inhérents à la recherche et
au développement produit, dont l’incertitude pesant sur la réussite
clinique et l’obtention des approbations réglementaires; l’incertitude
pesant sur la réussite commerciale; la concurrence, dont les avancées
technologiques, les nouveaux produits et brevets obtenus par les
concurrents; les défis en termes de brevets; les difficultés et retards
de fabrication; les changements de comportements et de schémas de
dépenses, ou la détresse financière des acheteurs de produits et de
services de soins de santé; les changements intervenus dans les lois et
réglementations applicables, dont les réformes des systèmes mondiaux de
soins de santé; ainsi que les tendances de maîtrise des coûts de santé.
Une liste et description de ces risques, incertitudes et d’autres
facteurs peut être consultée dans le rapport annuel déposé par Johnson &
Johnson, sur le formulaire 10-K de l’exercice clos au 3 janvier 2016,
notamment dans l’Annexe 99 correspondante, et dans les dépôts ultérieurs
réalisés par la société auprès de la Securities and Exchange Commission.
Des copies de ces dépôts sont disponibles en ligne sur
www.sec.gov,
www.jnj.com
ou sur demande auprès de Johnson & Johnson. Aucune des sociétés Janssen
Pharmaceutical Companies ni Johnson & Johnson ne s’engage à mettre à
jour ces déclarations prospectives en résultat de nouvelles
informations, ou d’évènements ou de développements futurs.

Références

1. Palumbo A, Chanan-Khan AA, Weisel K, et al. Phase III
randomized controlled study of daratumumab, bortezomib, and
dexamethasone (DVd) versus bortezomib and dexamethasone (Vd) in patients
(pts) with relapsed or refractory multiple myeloma (RRMM): CASTOR study. J
Clin Oncol
. 2016;34(Suppl.):abstract LBA4.

2. Janssen. First phase 3 trial of daratumumab in combination with
standard therapy in relapsed/refractory multiple myeloma meets primary
endpoint in planned interim analysis. Communiqué de presse du 30 mars
2016. Disponible sur: http://www.janssen.com/first-phase-3-trial-daratumumab-combination-standard-therapy-relapsedrefractory-multiple-myeloma
Dernière évaluation juin 2016.

3. Genmab A/S. Genmab announces positive topline result in phase III
POLLUX study of daratumumab in relapsed or refractory multiple myeloma.
Communiqué de presse du 18 mai 2016. Disponible sur: http://www.genmab.com/docs/default-source/default-document-library/24_dara-pollux-interim_positive_180516_uk.pdf?sfvrsn=2
Dernière évaluation juin 2016.

4. Fedele G, di Girolamo M, Recine U, et al. CD38 ligation in
peripheral blood mononuclear cells of myeloma patients induces release
of protumorigenic IL-6 and impaired secretion of IFNgamma cytokines and
proliferation. Mediat Inflamm. 2013;2013:564687.

5. Lin P, Owens R, Tricot G, et al. Flow cytometric
immunophenotypic analysis of 306 cases of multiple myeloma. Am J Clin
Pathol
. 2004;121:482-8.

6. Santoconito AM, Consoli U, Bagnato S, et al. Flow cytometric
detection of aneuploid CD38++ plasmacells and CD19+ B-lymphocytes in
bone marrow, peripheral blood and PBSC harvest in multiple myeloma
patients. Leuk Res. 2004;28:469-77.

7. DARZALEX® Summary of Product Characteristics. Disponible
sur: http://www.ema.europa.eu/docs/en_GB/document_library/EPAR_-_Product_Information/human/004077/WC500207296.pdf
Dernière évaluation juin 2016.

8. Jansen JH, Bross P, Overdijk MB, et al. Daratumumab, a human
CD38 antibody induces apoptosis of myeloma tumor cells via Fc
receptor-mediated crosslinking. Blood. 2012;120(21):résumé 2974.

9. de Weers M, Tai YT, van der Veer MS, et al. Daratumumab, a
novel therapeutic human CD38 monoclonal antibody, induces killing of
multiple myeloma and other hematological tumors. J Immunol.
2011;186:1840-8.

10. Overdijk MB, Verploegen S, Bögels M, et al. Antibody-mediated
phagocytosis contributes to the anti-tumor activity of the therapeutic
antibody daratumumab in lymphoma and multiple myeloma. MAbs.
2015;7:311-21.

11. Krejcik J, Casneuf T, Nijhof I, et al. Daratumumab depletes CD38+
immune-regulatory cells, promotes T-cell expansion, and skews T-cell
repertoire in multiple myeloma. Blood. 2016; pii:
blood-2015-12-687749. [Epub ahead of print]

12. Johnson & Johnson. Janssen’s daratumumab accepted for accelerated
CHMP assessment for treatment of European patients with heavily
pre-treated multiple myeloma. Disponible sur: http://www.jnj.com/news/all/Janssens-daratumumab-accepted-for-accelerated-CHMP-assessment-for-treatment-of-European-patients-with-heavily-pre-treated-multiple-myeloma.
Dernière évaluation juin 2016.

13. American Society of Clinical Oncology. Multiple myeloma: overview.
Disponible sur:http://www.cancer.net/cancer-types/multiple-myeloma/overview
Dernière évaluation juin 2016.

14. American Cancer Society. Multiple myeloma: detailed guide.
Disponible sur: http://www.cancer.org/acs/groups/cid/documents/webcontent/003121-pdf.pdf
Dernière évaluation juin 2016.

15. National Cancer Institute. NCI dictionary of cancer terms:
refractory cancer. Disponible sur: http://www.cancer.gov/publications/dictionaries/cancer-terms?cdrid=45863
Dernière évaluation juin 2016.

16. Richardson P, Mitsiades C, Schlossman R, et al. The treatment
of relapsed and refractory multiple myeloma. Hematology Am Soc
Hematol Educ Program
. 2007:317-23.

17. National Cancer Institute. NCI dictionary of cancer terms: relapse.
Disponible sur: http://www.cancer.gov/publications/dictionaries/cancer-terms?cdrid=45866
Dernière évaluation juin 2016.

18. Becker N. Epidemiology of multiple myeloma. Recent results in cancer
research. Recent Results Cancer Res. 2011;183:25-35.

19. GLOBOCAN 2012: Estimated cancer incidence, mortality and prevalence
worldwide: number of new cancers in 2015. Disponible sur : http://globocan.iarc.fr/old/burden.asp?selection_pop=224900&Text-p=World&selection_cancer=17270&Text-c=Multiple+myeloma&pYear=3&type=0&window=1&submit=%C2%A0Execute
Dernière évaluation juin 2016.

20. GLOBOCAN 2012: Estimated cancer incidence, mortality and prevalence
worldwide: number of cancer deaths in 2015. Disponible sur http://globocan.iarc.fr/old/burden.asp?selection_pop=224900&Text-p=World&selection_cancer=17270&Text-c=Multiple+myeloma&pYear=3&type=1&window=1&submit=%C2%A0Execute
Dernière évaluation juin 2016.

21. Kumar SK, Lee JH, Lahuerta JJ, et al. Risk of progression and
survival in multiple myeloma relapsing after therapy with IMiDs and
bortezomib: a multicenter international myeloma working group study.
Leukemia
. 2012;26:149-57.

Juin 2016
PHEM/DAR/0516/0022

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Demandes de renseignements médias:
Natalie Buhl
Portable:
+353 (0)85-744-6696
Courriel: nbuhl@its.jnj.com
ou
Relations
avec les investisseurs:

Lesley Fishman
Tél: +1 732-524-3922
Louise
Mehrotra
Tél: +1 732-524-6491