Press release

L’administration américaine chargée des aliments et des médicaments autorise la nouvelle polythérapie au Letairis® et Tadalafil de Gilead, pour l’hypertension artérielle pulmonaire (groupe 1 de l’OMS)

0 0
Sponsorisé par Business Wire

— La combinaison de première ligne du Letairis et du Tadalafil a réduit le risque de progression de la maladie de près de 50 % par rapport à l’une ou l’autre thérapie séparément, dans une étude réalisée sur 605 patients atteints d’HAP et présentant des symptômes de classe fonctionnelle II-III de l’OMS — FOSTER CITY, Californie–(BUSINESS WIRE)–Gilead Sciences, Inc. (Nasdaq : GILD)

— La combinaison de première ligne du Letairis et du Tadalafil a
réduit le risque de progression de la maladie de près de 50 % par
rapport à l’une ou l’autre thérapie séparément, dans une étude réalisée
sur 605 patients atteints d’HAP et présentant des symptômes de classe
fonctionnelle II-III de l’OMS —

FOSTER CITY, Californie–(BUSINESS WIRE)–Gilead Sciences, Inc. (Nasdaq : GILD) a annoncé aujourd’hui que
l’administration américaine chargée des aliments et des médicaments a
approuvé l’utilisation du Letairis® (ambrisentan) combiné au
tadalafil, pour le traitement de l’hypertension artérielle pulmonaire
(HAP) (groupe 1 de l’OMS), afin de réduire les risques de progression de
la maladie et d’hospitalisation pour aggravation de l’HAP et afin
d’améliorer la capacité d’exercice. Letairis est un antagoniste du
récepteur de l’endothéline qui a été approuvé pour la première fois
en 2007 aux États-Unis en tant que monothérapie pour l’HAP, afin
d’améliorer la capacité d’exercice et de retarder l’aggravation
clinique. Le Tadalafil est un inhibiteur de PDE5 qui a initialement été
approuvé pour l’HAP aux États-Unis en 2009, afin d’améliorer la capacité
d’exercice.

« Les preuves en faveur de l’utilisation de l’ambrisentan et du
tadalafil dans le traitement de l’HAP sont solidement établies. Une
question reste cependant en suspens, celle de savoir si la combinaison à
l’avance de ces deux médicaments est susceptible de retarder davantage
la progression de cette maladie à long terme pour les patients qui
viennent de commencer la thérapie contre l’HAP », a déclaré Ronald J.
Oudiz, MD, professeur de médecine, David Geffen School of Medicine à
UCLA et directeur, Liu Center for Pulmonary Hypertension, Los Angeles
Biomedical Research Institute au Harbor-UCLA Medical Center. « D’après
les données confirmant l’approbation d’aujourd’hui, nous savons
désormais que les patients recevant ambrisentan et tadalafil à l’avance
sont moins enclins à subir une progression de la maladie ou à être
hospitalisés, et présentent une amélioration plus marquée de la capacité
d’exercice que les patients recevant uniquement l’une ou l’autre de ces
thérapies efficaces. En tant que telle, cette combinaison représente une
nouvelle stratégie thérapeutique pour les patients vivant avec cette
maladie invalidante et mettant en jeu le pronostic vital. »

Le nouveau marquage s’appuie sur des données issues de l’étude AMBITION
(une étude multicentrique randomisée en double aveugle d’une
polythérapie de première ligne à base d’AMBrIsentan et de Tadalafil
chez des patients présentant une hypertensION artérielle
pulmonaire). Dans AMBITION, 605 patients présentant une HAP de classe
fonctionnelle II ou III de l’OMS ont été randomisés (2 : 1 : 1) pour
recevoir une dose unique journalière de Letairis plus tadalafil
(n = 302) ou seulement de Letairis (n = 152) ou de tadalafil (n = 151).
Le traitement a été commencé avec 5 mg de Letairis et 20 mg de
tadalafil. Si le traitement était toléré, la dose de tadalafil était
augmentée à 40 mg à quatre semaines et la dose de Letairis était
augmentée à 10 mg à huit semaines. Le critère d’efficacité principal
était le délai avant le premier décès, la première hospitalisation pour
cause d’aggravation de l’HAP, une baisse supérieure à 15 % par rapport
au point de référence sur une distance de marche de 6 minutes (6MWD),
combinée à des symptômes de classe fonctionnelle III ou IV de l’OMS
soutenus pendant 14 jours (aggravation clinique à court terme) ou
réduction dans la 6MWD soutenue durant 14 jours combinée à des symptômes
de classe fonctionnelle III ou IV de l’OMS, soutenus pendant 6 mois
(réponse clinique inadéquate à long terme).

Dans l’étude, la polythérapie au Letairis et au tadalafil a démontré une
supériorité dans la réduction du risque du critère d’évaluation
principal composé de respectivement 49 et 45 %, par rapport à la
monothérapie au Letairis (rapport de risques = 0,51 ; 95 % IC :
0,35, 0,73 ; p = 0,0002) ou au tadalafil (rapport de
risques = 0,55 ; 95 % IC : 0,37, 0,81 ; p = 0,002). Globalement, 20 %
des patients recevant une polythérapie ont subi un événement de critère
d’efficacité principal, par rapport à 35 et 30 %, respectivement, chez
les patients recevant du Letairis ou du tadalafil.

La polythérapie a également démontré un risque réduit d’hospitalisation
pour cause d’aggravation de l’HAP de respectivement 67 et 56 %, comparé
au Letairis (rapport de risques = 0,33 ; 95 % IC : 0,19, 0,55) ou au
tadalafil (rapport de risques = 0,44 ; 95 % IC : 0,25, 0,79).
Globalement, 8 % des patients recevant la polythérapie ont été
hospitalisés pour cause d’aggravation de l’HAP, comparé à 22 et 15 %,
respectivement, chez les patients recevant du Letairis ou du tadalafil.

Les patients recevant du Letairis plus du tadalafil ont également
expérimenté des améliorations notables sur le plan statistique, par
rapport au point de référence de 6MWD, comparé à la monothérapie
individuelle, avec une différence moyenne de 24 et 20 mètres,
respectivement, par rapport au Letairis (95 % IC : 11, 37 ; p = 0,0004)
ou par rapport au tadalafil (95 % IC : 8, 32 ; p = 0,0016) à la
semaine 24.

Lorsque le Letairis est combiné au tadalafil, les effets indésirables
fréquents (> 5 % à l’une ou l’autre monothérapie) ont été l’œdème
périphérique (Combinaison : 45 % ; Letairis : 38 % ; tadalafil : 28 %),
céphalées (Combinaison : 41 % ; Letairis : 34 % ; tadalafil : 35 %),
congestion nasale (Combinaison : 19 % ; Letairis : 16 % ; tadalafil :
11 %), toux (Combinaison : 18 % ; Letairis : 13 % ; tadalafil : 16 %) et
anémie (Combinaison : 15 % ; Letairis : 7 % ; tadalafil : 11 %),
dyspepsie (Combinaison : 11 % ; Letairis : 3 % ; tadalafil : 12 %) et
bronchite (Combinaison : 10 % ; Letairis : 4 % ; tadalafil : 9 %). Le
Letairis a reçu un ENCADRÉ DE MISE EN GARDE et un programme
associé d’évaluation et de stratégie d’atténuation des risques (REMS)
ciblant le risque de toxicité fœtale de l’embryon ; voir ci-dessous les
importantes informations de sécurité aux États-Unis concernant le
Letairis.

Les données issues de l’étude AMBITION ont été publiées dans le New
England Journal of Medicine
et la polythérapie au Letairis plus
tadalafil a été la seule option initiale de polythérapie recommandée
pour l’HAP dans les « 2015 European Society of Cardiology/European
Respiratory Society Guidelines for the Diagnosis and Treatment of
Pulmonary Hypertension » (Directives 2015 de la société européenne de
cardiologie/société européenne respiratoire pour le diagnostic et le
traitement de l’hypertension pulmonaire) publiées dans le European
Heart Journal
en août 2015.

L’étude AMBITION a été coparrainée par Gilead et GlaxoSmithKline (GSK).
Eli Lilly and Company a également fourni un financement et des
médicaments tadalafil pour l’étude. Gilead commercialise ambrisentan
sous l’appellation commerciale Letairis aux États-Unis et GSK
commercialise ambrisentan sous l’appellation commerciale Volibris®
dans les territoires situés hors des États-Unis.

À propos de l’hypertension artérielle
pulmonaire (Groupe OMS I)

L’hypertension HTAP est une maladie débilitante caractérisée par la
constriction des vaisseaux sanguins des poumons entraînant des pressions
artérielles pulmonaires élevées. Du fait de ces pressions élevées, le
cœur a du mal à pomper le sang au travers des poumons pour
l’oxygénation. Les patients affectés par l’hypertension HTAP souffrent
d’essoufflement car le cœur peine à pomper face à ces pressions élevées,
ce qui entraîne à terme le décès des patients pour cause d’insuffisance
cardiaque. L’hypertension HTAP peut survenir sans cause sous-jacente
connue ou de manière secondaire à des maladies comme celle des tissus
connectifs, des malformations cardiaques congénitales, la cirrhose du
foie et l’infection par le VIH.

À propos du Letairis

Le Letairis est indiqué dans le traitement de l’hypertension artérielle
pulmonaire (HAP) (groupe 1 de l’OMS) afin d’améliorer la capacité
d’exercice et de retarder l’aggravation clinique ; et en combinaison
avec le tadalafil, pour réduire les risques de progression de la maladie
et d’hospitalisation pour cause d’aggravation de l’HAP, ainsi que pour
améliorer la capacité d’exercice. Les études établissant l’efficacité
ont essentiellement porté sur des patients présentant des symptômes de
classe fonctionnelle II-III de l’OMS et des étiologies d’HAP
idiopathique ou héréditaire (60 %) ou une HAP associée à des maladies du
tissu conjonctif (34 %).

Importantes informations de sécurité aux
États-Unis concernant le Letairis

ENCADRÉ DE MISES EN GARDE : TOXICITÉ EMBRYO-FŒTALE

  • Ne pas administrer le Letairis à une femme enceinte, car il peut
    nuire au fœtus. Le Letairis est très susceptible de produire des
    malformations congénitales graves s’il est utilisé par les femmes
    enceintes. Cet effet a été observé régulièrement lors des
    administrations à des animaux.
  • Exclure toute grossesse avant l’initiation du traitement avec
    Letairis. Les femmes susceptibles de procréer doivent utiliser des
    méthodes de contraception fiables pendant un traitement avec le
    Letairis et durant un mois après le traitement. Obtenez des tests de
    grossesse mensuels au cours du traitement et un mois après l’arrêt du
    traitement.
  • En raison du risque de malformations congénitales dues à la
    toxicité embryo-fœtal, les femmes ne peuvent recevoir le Letairis que
    dans le cadre d’un programme restreint appelé le programme REMS pour
    Letairis.

Contre-indications

  • Grossesse : Le Letairis peut être nocif pour le fœtus
  • Patients atteints de fibrose pulmonaire idiopathique (FPI), y
    compris les patients FPI atteints d’hypertension pulmonaire (groupe 3
    de l’OMS).

Mises en garde et précautions

  • Exigences en matière de toxicité embryo-fœtale et du programme REMS
    pour le Letairis :

    • Les prescripteurs doivent être certifiés par le programme en
      s’inscrivant et en suivant la formation complète.
    • Toutes les patientes femmes, quel que soit leur potentiel
      reproductif, doivent s’inscrire au programme REMS pour le Letairis
    • Les patients hommes ne sont pas inscrits dans le programme.
    • Les pharmacies doivent être certifiées par le programme et
      doivent dispenser le Letairis aux patientes qui sont autorisées à
      le recevoir.

Des informations complémentaires sont disponibles à l’adresse www.letairisrems.com
ou au numéro 1-866-664-5327.

  • Œdème périphérique : L’œdème périphérique est un effet de
    classe connu des antagonistes des récepteurs de l’endothéline et est
    également une conséquence clinique de l’HAP et de son aggravation. Il
    convient d’évaluer davantage les patients qui développent une
    rétention de liquides notable sur le plan clinique, afin de déterminer
    la cause et l’éventuelle nécessité de traitement de l’œdème ou d’arrêt
    du traitement au Letairis. Dans les études cliniques, l’œdème
    périphérique a été plus fréquent avec le Letairis qu’avec le placebo
    (la gravité de la plupart des œdèmes allait de légère à modérée) et
    avec le Letairis plus le tadalafil qu’avec uniquement l’un ou l’autre
    médicament. Des rapports de postcommercialisation ont également fait
    mention de rétention de liquide observée dans les premières semaines
    suivant le début de la prise de Letairis, nécessitant une gestion
    diurétique des liquides ou une hospitalisation pour insuffisance
    cardiaque en décompensation.
  • Œdème pulmonaire avec maladie veino-occlusive pulmonaire (MVOP) :
    La MVOP est à considérer chez les patients qui développent un œdème
    aigu du poumon au début du traitement au Letairis et ce dernier doit
    être interrompu en cas de confirmation de MVOP.
  • Des baisses du nombre de spermatozoïdes ont été observées chez
    les patients prenant des antagonistes des récepteurs de l’endothéline
    et dans les études de fertilité chez l’animal avec l’ambrisentan. Il
    convient d’exposer aux patients les effets potentiels sur la fertilité.
  • Modifications hématologiques : Mesurer l’hémoglobine avant
    l’initiation du traitement au Letairis, à 1 mois et régulièrement par
    la suite. L’initiation d’un traitement au Letairis n’est pas
    recommandée pour les patients souffrant d’anémie marquée sur le plan
    clinique. Envisager l’interruption de Letairis en cas de diminutions
    significatives de l’hémoglobine sur le plan clinique et si d’autres
    causes ont été exclues. Des diminutions de l’hémoglobine et de
    l’hématocrite ont été observées au cours des premières semaines de
    traitement au Letairis et peuvent persister pendant le traitement. Des
    rapports de pharmacovigilance ont également mentionné de l’anémie
    nécessitant une transfusion.

Effets indésirables

  • Les effets indésirables les plus fréquents, lorsqu’il est utilisé
    en monothérapie
    par rapport au placebo, ont été l’œdème
    périphérique (17 % contre 11 %), la congestion nasale (6 %
    contre 2 %), la sinusite (3 % contre 0 %) et les bouffées vasomotrices
    (4 % contre 1 %).
  • Les effets indésirables les plus fréquents dans la combinaison avec
    le tadalafil
    , par rapport à la monothérapie au Letairis ou au
    tadalafil ont été l’œdème périphérique (45 % contre 38 % ou 28 %), les
    maux de tête (41 % contre 34 % ou 35 %), la congestion nasale (19 %
    contre 16 % ou 11 %), la toux (18 % contre 13 % ou 16 %), l’anémie
    (15 % contre 7 % ou 11 %), la dyspepsie (11 % contre 3 % ou 12 %) et
    la bronchite (10 % contre 4 % ou 9 %).

Interactions médicamenteuses

  • La Cyclosporine multiplie par deux l’exposition à
    l’ambrisentan ; limiter le Letairis à une dose unique journalière
    de 5 mg

Utilisation sur des populations spécifiques

  • Allaitement : Choisir entre le Letairis ou l’allaitement.
  • Insuffisance hépatique : Le Letairis n’est pas recommandé
    chez les patients souffrant d’insuffisance hépatique modérée ou
    sévère. Examiner de manière approfondie la cause de la lésion
    hépatique chez les patients qui développent une insuffisance
    hépatique ; arrêter le traitement au Letairis si les aminotransférases
    hépatiques sont > 5 x LSN ou si les élévations sont accompagnées de
    bilirubine sont > 2 x LSN ou par des signes ou des symptômes de
    dysfonction hépatique et que d’autres causes sont exclues.

Dosage et administration

  • Dosage chez l’adulte : Initier au Letairis à raison d’une
    dose unique journalière de 5 mg, avec ou sans tadalafil en dose unique
    journalière de 20 mg. À intervalles de 4 semaines, envisager
    d’augmenter soit la dose de Letairis à 10 mg, soit la dose de
    tadalafil à 40 mg. Ne pas fractionner, écraser, ni mâcher les
    comprimés.
  • Tests de grossesse : Initier le traitement au Letairis
    chez les femmes susceptibles de procréer uniquement après un test de
    grossesse négatif. Obtenir des tests de grossesse mensuels pendant le
    traitement.

À propos de Gilead Sciences

Gilead Sciences est une société biopharmaceutique, spécialisée dans la
découverte, le développement et la commercialisation de traitements
innovants dans des secteurs insuffisamment pourvus en thérapies. La
société a pour mission de faire progresser à travers le monde le
traitement des patients souffrant de maladies engageant le pronostic
vital. La société Gilead, dont le siège est installé à Foster City, en
Californie, est présente dans plus de 30 pays.

Déclarations prévisionnelles

Ce communiqué de presse contient des déclarations prévisionnelles au
sens de la loi intitulée Private Securities Litigation Reform Act
de 1995, qui sont sujettes à des risques, des incertitudes et d’autres
facteurs, notamment la possibilité que les médecins ne voient pas les
avantages de la polythérapie au Letairis et au tadalafil. Ces risques,
incertitudes et d’autres facteurs sont susceptibles de faire
sensiblement varier les résultats réels par rapport à ceux auxquels il
est fait référence dans les déclarations prévisionnelles. Le lecteur est
avisé de ne pas se fier à ces déclarations prévisionnelles. Ces risques
ainsi que d’autres, sont décrits en détail dans le rapport trimestriel
de Gilead sur formulaire 10-Q pour le trimestre clos au 30 juin 2015,
tel qu’il a été déposé auprès de la Commission des valeurs mobilières
des États-Unis. Toutes les déclarations prévisionnelles sont fondées sur
des informations dont Gilead dispose à l’heure actuelle, et la société
rejette toute obligation de mise à jour desdites déclarations
prévisionnelles, quelles qu’elles soient.

Aux États-Unis, les informations posologiques complètes, y compris l’ENCADRÉ
DE MISE EN GARDE
pour le Letairis, sont disponibles sur le site
www.gilead.com.

Letairis et Volibris sont des marques déposées de Gilead Sciences,
Inc. ou d’une de ses sociétés apparentées.

Pour de plus amples informations sur Gilead Sciences, veuillez
consulter le site Web de la société à l’adresse
www.gilead.com,
suivre Gilead sur Twitter (@GileadSciences) ou appeler le service des
relations publiques de Gilead au 1-800-GILEAD-5 ou au 1-650-574-3000.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Gilead Sciences, Inc.
Investisseurs
Sung Lee,+ 1-650-524-7792
Médias
Nathan
Kaiser,+ 1-650-522-1853