Press release

Le 15ème Prix Régulations Endocriniennes de la Fondation IPSEN est décerné à John W. Funder

0 0
Sponsorisé par Business Wire

PARIS–(BUSINESS WIRE)–Le Prix de la Fondation IPSEN consacré aux Régulations Endocriniennes sera remis cette année le 1er septembre 2016 à Pékin à l’occasion de l’ICE-CSE (Congrès International d’Endocrinologie-Société Chinoise d’Endocrinologie). Le jury international, présidé par le Professeur Iain Robinson (National Institute for Medical Research, Londres, Royaume-Uni), a désigné comme lauréat, John W. Funder (Prince Henry´s

PARIS–(BUSINESS WIRE)–Le Prix de la Fondation IPSEN consacré aux Régulations Endocriniennes
sera remis cette année le 1
er septembre 2016 à
Pékin à l’occasion de l’ICE-CSE (Congrès International
d’Endocrinologie-Société Chinoise d’Endocrinologie). Le jury
international, présidé par le Professeur Iain Robinson (National
Institute for Medical Research, Londres, Royaume-Uni),
a désigné
comme lauréat, John W. Funder (Prince Henry´s Institute Victoria,
Australie)
, pour ses travaux pionniers sur les aspects endocriniens
de l’hypertension artérielle et tout particulièrement sur
l’aldostéronisme primaire.

John W. Funder a déclaré : “C’est un grand honneur que de recevoir
le Prix de la Fondation IPSEN consacré aux Régulations Endocrines. Je
suis très heureux de compter parmi les récipiendaires de cette
prestigieuse distinction.”

Lors de sa conférence, qui suivra la remise de son prix, John W. Funder
présentera des éléments sur le passé, le présent et le futur de
l’aldostéronisme primaire (AP) ou syndrôme de Conn. L’AP est connu pour
représenter 5 à 10% des cas d’hypertension, avec des risques plus
importants en fonction de l’âge, du sexe et de la pression artérielle du
patient. L’adolstérone est une hormone surrénalienne qui permet de
contrôler la pression sanguine en maintenant la concentration saline
sanguine et en baissant celle en potassium. L’AP est une pathologie
causée par une surproduction de l’adolstérone dans la glande surrénale,
ce qui conduit à une hypertension et à une hypokaliémie. Ces symptômes
provoquent une augmentation du risque de crises et d’insuffisances
cardiaques, d’accidents vasculaires cérébraux, d’insuffisances rénales
ou de mort prématurée. L’AP peut enfin être causée par une hyperactivité
d’une seule glande surrénale (l’aldostérone produisant l’adénome , ou
moins fréquemment un cancer surrénalien ou une hyperplasie) ou
bilatérale (syndromes génétiques rares comme des hyperaldostéronismes
familiaux de type I et II).

John W. Funder a consacré sa carrière à étudier l’hormone aldostérone,
et est internationalement reconnu comme un expert de l’étude de cette
hormone en physiologie et en médecine clinique. D’un point de vue
physiologique, lui et ses collègues ont été les premiers à identifier le
récepteur aux minéralocorticoïdes (RM) sur lequel l’aldostérone se fixe
au niveau du rein, afin de provoquer la rétention de sodium et
l’excrétion de potassium. Il a aussi démontré que l’expression de ce
récepteur n’était pas restreinte aux cellules épithéliales, mais était
étendue à des organes non impliqués dans la régulation de l’eau et du
sel, comme le cœur ou le cerveau. De nombreuses études supportent en
effet l’idée selon laquelle l’aldostérone peut exercer des effets
particulièrement délétères sur le système cardiovasculaire comme une
nécrose et une fibrose de la vascularisation et du cœur, un raidissement
vasculaire, une fibrinolyse réduite, un dysfonctionnement endothélial ou
des arythmies cardiaques.
Au cours de la dernière décennie, John W.
Funder s’est largement consacré à l’étude de l’aldostéronisme primaire.
Il a réexaminé la prévalence de l’AP, qui touche normalement 10% des
patients souffrants d’hypertension. Le rassemblement d’un ensemble de
preuves, issues d’observations réalisées dans le monde entier, suggère
que cette prévalence se situe autour de 50%. De plus, bien que seulement
1% des patients hypertendus soient testés pour l’AP, il en a conclu que
99% des patients ne seraient jamais correctement traités et que
l’administration de faibles doses d’antagonistes RM pourrait constituer
une thérapie de première ligne pour tous les patients hypertendus.

Prix Régulations Endocriniennes
Créé en 2002, ce Prix de la
Fondation Ipsen est décerné annuellement à des spécialistes de renom : Wylie
VALE
(2002), Robert LEFKOWITZ (2003), Pierre CHAMBON
(2004), Thomas HÖKFELT (2005), Roger CONE (2006), William
CROWLEY
(2007), Ronald EVANS (2008), Gilbert VASSART
(2009), Shlomo MELMED (2010), Paolo SASSONE-CORSI (2011), Jeffrey
M. FRIEDMAN
(2012) , Bert O’MALLEY (2013), Maria I. NEW
(2014) et C. Ronald Kahn (2015).

Membres du Jury
Iain ROBINSON (National
Institute for Medical Research, Londres, Royaume-Uni)
Président,
Xavier
BERTAGNA
(Hôpital Cochin, Paris, France),
Felipe
CASANUEVA
(Université de Saint Jacques de Compostelle, Saint
Jacques de Compostelle, Espagne),

Michael CONN (Texas
Tech University Health Sciences Center, El Paso, États-Unis),

Ezio
GHIGO
(Ospedale Molinette, Turin, Italie),
Ilpo
HUHTANIEMI
(Imperial College Faculty of Medicine, Londres,
Royaume-Uni),

Gérard KARSENTY (Columbia University
Medical Center, New York, États-Unis),

Paul KELLY (Faculté
de Médecine Necker Enfants Malades, Paris, France),

Stafford
LIGHTMAN
(University of Bristol, Bristol, Royaume-Uni),
Günter
STALLA
(Max Planck Institute of Psychiatry, Münich, Allemagne)
Phyllis
WISE
(University of Illinois-Champaign, Champaign, États-Unis).

La Fondation IPSEN
Créée en 1983 sous l’égide de la
Fondation de France, la Fondation IPSEN a pour ambition d’initier une
réflexion sur les grands enjeux scientifiques des années à venir.
Inscrite dans la durée, l’action de la Fondation IPSEN vise à contribuer
au développement et à la diffusion des connaissances scientifiques en
encourageant les interactions entre scientifiques et cliniciens. La
Fondation a développé un important réseau international d’experts
scientifiques qu’elle réunit régulièrement dans le cadre de Colloques
Médecine et Recherche
, consacrés à trois grands thèmes : les
neurosciences, l’endocrinologie et le cancer. Par ailleurs, la Fondation
IPSEN a initié plusieurs séries de réunions en partenariat avec le Salk
Institute for Biological Studies
, le Karolinska Institutet,
ainsi qu’avec les revues Cell et Science. La
Fondation IPSEN a publié plus d’une centaine d’ouvrages et a attribué
plus de 250 prix et bourses scientifiques.
www.fondation-ipsen.org

Contacts

Image Sept
Isabelle de Segonzac, Tél. : +33 (0)1 53 70 74 70
E-mail
: isegonzac@image7.fr