Press release

Le 27e Prix Plasticité Neuronale de la Fondation IPSEN est décerné à David Attwell, Pierre Magistretti et Marcus Raichle

0 0
Sponsorisé par Business Wire

PARIS–(BUSINESS WIRE)–Le 27ème Prix Plasticité Neuronale de la Fondation IPSEN est décerné à trois chercheurs de premier plan pour leurs travaux pionniers dans la compréhension du métabolisme énergétique cérébral : David Attwell (University College, Londres, Royaume-Uni), Pierre Magistretti (Brain Mind Institute, EPFL, KAUST, Lausanne, Suisse) et Marcus Raichle (Washington University School of Medicine, St Louis, Etats-Unis).

PARIS–(BUSINESS WIRE)–Le 27ème Prix Plasticité Neuronale de la Fondation IPSEN est
décerné à trois chercheurs de premier plan pour leurs travaux pionniers
dans la compréhension du métabolisme énergétique cérébral : David
Attwell
(University College, Londres, Royaume-Uni), Pierre
Magistretti
(Brain Mind Institute, EPFL, KAUST, Lausanne, Suisse)
et
Marcus Raichle (Washington University School of
Medicine, St Louis, Etats-Unis)
. Le Prix Plasticité Neuronale est
décerné ce jour, durant la 10ème édition du forum des
Neurosciences du FENS (Federation of European Neurosciences Societies) à
Copenhague, par un jury international présidé par Nikos Logothetis (Max
Planck Institute for Biological Cybernetics, Tübingen, Allemagne).

Contribution des lauréats à la compréhension du métabolisme
énergétique cérébral

Notre cerveau ne représente que 2% de notre poids, et pourtant, à lui
seul, il consomme 20% de l’oxygène et 25% du glucose contenus dans notre
corps. Initialement, la communauté scientifique avait admis que ce
budget énergétique gigantesque était dévolu aux différentes activités
fonctionnelles de notre cerveau (lire, penser, exécuter un mouvement,
etc.). Or, Marcus Raichle a publié en 1988 (Science) des données
montrant que ces fonctions n’impliquent que 5% de l’énergie totale
contenue dans notre cerveau, les 95% restants étant destinés aux
fonctions basales : assurer l’activité électrique et synaptique des
neurones. Cette découverte aurait été impossible sans sa contribution
majeure au développement de la tomographie à émission de positrons (TEP)
et à l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle (IRM). En 1988,
il publia dans Nature la première stratégie intégrée permettant
de faire et d’interpréter des images du cerveau en activité.
Ces
techniques ont été également déterminantes pour les travaux de David
Attwell En effet, grâce à l’IRM fonctionnelle, mais aussi à
l’électrophysiologie, il a démontré que la substance grise, qui regroupe
les corps cellulaires neuronaux, consomme plus d’énergie que la
substance blanche (Journal of Cerebral Flow and Metabolism,
2001). La myélinisation permet en effet de diminuer le coût énergétique
induit par le rétablissement du potentiel de membrane, qui fait suite à
la propagation d’un signal électrique.
Ainsi, les 100 milliards de
neurones de notre substance grise, nécessitent une énergie phénoménale
pour stimuler les 50 000 milliards de connexions qu’ils forment. Ces
fonctions sont régies par une relation étroite entre les neurones et les
cellules gliales ainsi que David Attwell l’a démontré. Les travaux de
Pierre Magistretti ont également permis de mettre en évidence
l’importance du couplage énergétique neurone/astrocyte pour assurer le
fonctionnement des voies neuronales stimulatrices (PNAS, 1994),
et notamment celles qui sécrètent le glutamate. Ces voies neuronales
sont les plus demandeuses en énergie. Une fois libéré dans la synapse,
le glutamate est capté par les astrocytes pour produire du lactate. Ce
substrat énergétique est ensuite transmis aux neurones, qui le
convertissent très rapidement en énergie (Journal of Neuroscience,
2011). Ce couplage énergétique est indispensable pour des fonctions
cérébrales majeures, comme l’apprentissage ou la mémoire (Cell,
2011), et est également capable de compenser temporairement le manque de
glucose survenant, par exemple, au cours d’un accident vasculaire
cérébral (AVC) (Stroke, 2012).
L’AVC se caractérise par une
interruption d’une partie de la circulation cérébrale, déclenchant en
quelques minutes seulement, la mort des premiers neurones localisés dans
la zone non irriguée. Cette sensibilité est due conjointement à leur
grande consommation d’énergie et à leur incapacité à constituer des
réserves énergétiques. David Attwell et son équipe ont par ailleurs
démontré que les cellules neuronales s’approvisionnent davantage à
partir des capillaires sanguins que des artères et des artérioles. Ils
ont montré que les péricytes, qui bordent les capillaires sanguins
cérébraux, sont capables de moduler la pression sanguine, et donc de
réguler l’afflux sanguin dans le cerveau (Nature, 2006). En cas
d’AVC, ces cellules meurent rapidement, altérant durablement la
circulation sanguine cérébrale, et in fine, empêchant le
rétablissement complet du patient (Nature, 2014).

Ainsi, les travaux de recherche réalisés par les trois lauréats du 27ème
prix Plasticité Neuronale de la Fondation IPSEN, ont permis d’établir de
nouveaux paradigmes en neurosciences, qui ont à la fois fait progresser
nos connaissances sur le fonctionnement de notre cerveau et ouvert de
nouvelles perspectives pour la recherche biomédicale.

Le jury

Nikos Logothetis (Max-Planck Institute for Biological
Cybernetics, Tubingen, Germany),
President
Alim-Louis Benabid
(Clinatec-LETI-Minatec, CEA, Grenoble, France)
Joël
Bockaert
(CNRS UMR 5203, Montpellier, France)
Alexis
Brice
(CRICM UMRS 975 – Hôpital de la Pitié Salpêtrière, Paris,
France)

Yves Christen (Fondation IPSEN, Paris, France)
Stanislas
Dehaene
(Centre NeuroSpin, CEA/SAC/DSV/I2BM, Gift-sur-Yvette,
France)

Kjell Fuxe (Karolinska Institutet, Stockholm,
Sweden)

Fred Gage (Salk Institute for Biological
Studies, La Jolla, USA)

Ann Graybiel (Massachusetts
Institute of Technology, Cambridge, USA)

Wolf Singer (Max-Planck
Institute for Brain Research, Frankfurt, Germany)

Le Prix Plasticité Neuronale

Créé en 1990, le Prix Plasticité Neuronale de la Fondation IPSEN compte
au nombre de ses récipiendaires des scientifiques majeurs :

1990 ■ La Greffe neuronale
Albert Aguayo (McGill
University, Montreal, Canada),
Anders Bjorklund (Lund University,
Lund, Sweden)
and Fred H. Gage (University of California San
Diego, La Jolla, USA)

1991 ■ Plasticité du système visuel
Ursula Bellugi (Salk
Institute for Biological Studies, La Jolla, USA)
, Wolf Singer (Max-Planck
Institute for Brain Research, Frankfurt, Germany)
and Torsten N.
Wiesel (The Rockefeller University , New York, USA)

1992 ■ Interactions au niveau des récepteurs
Philippe Ascher
(Ecole Normale Supérieure, Paris, France)
, Kjell Fuxe (Karolinska
Institutet, Stockholm, Sweden)
and Terje Lømo (University of
Oslo, Oslo, Norway)

1993 ■ Plasticité Neuronale au niveau synaptique dans l’hippocampe et
le cervelet

Per Andersen (University of Oslo, Oslo, Norway),
Masao Ito (Riken Brain Science Institute, Wako Saitama, Japan)
and Constantino Sotelo (INSERM Unité 106, Paris, France)

1994 ■ Facteurs neurotrophiques
Mariano Barbacid (Bristol
Myers-Squibb Pharmaceutical Research Institute, Princeton, USA)
,
Yves-Alain Barde (Max-Planck Institute for Psychiatry,
Planegg-Martinsried, Germany)
and Hans Thoenen (Max Planck
Institute for Psychiatry, Planegg-Martinsried, Germany)

1995 ■ Processus cognitifs chez l’humain et les primates
Jacques
Melher (Université Pierre et Marie Curie, Paris, France), Brenda
Milner (McGill University, Montreal, Canada) and Mortimer Mishkin (National
Institute of Mental Health, Bethesda, USA)

1996 ■ Guidance axonale
Friedrich Bonhoeffer (Max-Planck-Institute
for Developmental Biology, Tübingen, Germany)
Corey S. Goodman (HHMI
– University of California, Berkeley, USA)
and Marc Tessier-Lavigne
(HHMI – University of California, San Francisco, USA)

1997 ■ Cartes cérébrales et leurs plasticités
Antonio R.
Damasio (University of Iowa, Iowa City, USA), Richard S.J.
Frackowiak (Institute of Neurology, London, UK) and Michael M.
Merzenich (University of California, San Francisco, USA)

1998 ■ Formation des synapses au niveau moléculaire
Heinrich
Betz (Max-Planck Institute for Brain Research, Frankfurt, Germany),
Gerald D. Fischbach (Harvard University, Boston, USA) and Uel J.
McMahan (Stanford University, Stanford, USA)

1999 ■ Modèles animaux
Masakazu Konishi (California
Institute of Technology, Pasadena,
USA), Peter Marler (University
of California, Davis, USA)
and Fernando Nottebohm (The
Rockefeller University, Millbrock, USA)

2000 ■ Modulation & plasticité neuronales
Tomas Hökfelt (Karolinska
Institutet, Stockholm, Sweden)
, Lars Olson (Karolinska
Institutet, Stockholm, Sweden)
and Lars Terenius (Karolinska
Institutet, Stockholm, Stockholm, Sweden)

2001 ■ Développement psychologique chez l’enfant
Albert M.
Galaburda (Harvard University, Boston, USA), John Morton (University
College London, London, UK)
and Elizabeth S. Spelke (Massachusetts
Institute of Technology, Cambridge, USA)

2002 ■ Les Cellules souches dans le système nerveux central
Arturo
Alvarez-Buylla (University of California, San Francisco, USA),
Ronald D.G. McKay (National Institute of Neurological Disorders and
Stroke – NIH, Bethesda, USA)
, and Samuel Weiss (University
of Calgary, Calgary, Canada)

2003 ■ Le Contrôle moteur
François Clarac (INPC, CNRS,
Aix-Marseille II, Marseille, France)
, Sten Grillner (Karolinska
Institutet, Stockholm, Sweden)
and Serge Rossignol (Université de
Montréal, Montreal, Canada)

2004 ■ “Triplet diseases” et plasticité neuronale
James F.
Gusella (Massachusetts General Hospital, Boston, USA), Jean-Louis
Mandel (CNRS – INSERM – ULP Strasbourg, France) and Huda Y.
Zoghbi (HHMI – Baylor College of Medicine, Houston, USA)

2005 ■ Motivation et apprentissage associatif
Ann M.
Graybiel (Massachusetts Institute of Technology, Cambridge, USA),
Trevor W. Robbins (University of Cambridge, Cambridge, UK) and
Wolfram Schultz (University of Cambridge, Cambridge, UK)

2006 ■ Les complexes protéiques synaptiques & Plasticité neuronale
Eckart
D. Gundelfinger (Leibniz Institute for Neurobiology, Magdeburg,
Germany)
, Mary B. Kennedy (California Institute of Technology,
Pasadena, USA)
and Morgan Sheng (RIKEN – HHMI – Massachusetts
Institute of Technology, Cambridge, USA)

2007 ■ Neurophysiologie cognitive
Nikos K. Logothetis (Max-Planck
Institute for Biological Cybernetics, Tübingen, Germany),
Giacomo
Rizzolatti (Universita di Parma, Parma, Italy) and Keiji Tanaka (RIKEN
Brain Science Institute, Wako, Japan)

2008 ■ Les cibles moléculaires de la toxicomanie
Jean-Pierre
Changeux (CNRS URA – Institut Pasteur Paris, France), Peter W.
Kalivas (University of South Carolina, Charleston, USA) and Eric
J. Nestler (The University of Texas Southwestern, Dallas, USA)

2009 ■ Interactions Cerveau-machine
Alim-Louis Benabid (Inserm,
Unité 318, Grenoble, France),
Apostolos Georgopoulos (University
of Minnesota, Minneapolis, USA)
and Miguel A.L. Nicolelis (Duke
University, Durham, USA)

2010 ■ Contrôle neuroendocrinien du comportement
Bruce S.
McEwen (The Rockefeller University, New York, USA), Thomas R.
Insel (National Institute of Mental Health – NIH, Bethesda, USA),
Donald W. Pfaff (The Rockefeller University, New York, USA)

2011 ■ Musique & Plasticité cérébrale
Helen J. Neville (University
of Oregon, Eugene, USA)
, Isabelle Peretz (University of Montreal,
Montreal, Canada), Robert J. Zatorre (McGill University,
Montreal, Canada)

2012 ■ Epigénétique et fonction cérébrale
Catherine Dulac (Harvard
University, Boston, USA),
Michael J. Meaney (McGill University,
Montreal, Canada),
J. David Sweatt (University of Alabama,
Birmingham, USA)

2013 ■ Mécanismes de la mémoire
Tim V.P. Bliss (NIMR,
Division of Neurophysiology, London, UK),
Richard G.M. Morris
(University of Edinburgh, Edinburgh, UK),
Yadin Dudai (Weizman
Institute of Science, Rehovot, Israel)

2014 ■ Neuropsychologie de l’addiction
Barry J. Everitt (Department
of Experimental Psychology ,University of Cambridge, Cambridge, UK),
George
F. Koob (Neurobiology of Addictive Disorders Dept., The Scripps
Research Institute, La Jolla, USA),
Michel Le Moal (Unité
Neurogenèse et Physiopathologie, Inserm U862 – Université Bordeaux
Segalen, Bordeaux, France)

2015 ■ Gènes, synapses, et maladies psychiatriques
Mark F.
Bear (Department of Brain and Cognitive Sciences, MIT – HHMI,
Cambridge, USA),
David J. Porteous (Institute of Genetics and
Molecular Medicine, University of Edinburgh, Edinburgh, UK),
Thomas
Bourgeron (UMR 3571 Gènes, synapses et cognition, Institut Pasteur –
CNRS, Paris, France)

2016 ■ Métabolisme énergétique du cerveau
David Attwell (UCL
Neuroscience, Physiology & Pharmacology, University College London,
London, UK),

Pierre Magistretti (Brain Mind
Institute, EPFL, Switzerland and Division of Biology, KAUST, Thuwal,
KSA),

Marcus Raichle (Department of Neurology
and Radiology, Washington University School of Medicine, St Louis, USA)

La Fondation IPSEN

Créée en 1983 sous l’égide de la Fondation de France, la Fondation IPSEN
a pour ambition d’initier une réflexion sur les grands enjeux
scientifiques des années à venir. Inscrite dans la durée, l’action de la
Fondation IPSEN vise à contribuer au développement et à la diffusion des
connaissances scientifiques en encourageant les interactions entre
scientifiques et cliniciens. La Fondation a développé un important
réseau international d’experts scientifiques qu’elle réunit
régulièrement dans le cadre de Colloques Médecine et Recherche,
consacrés à trois grands thèmes : les neurosciences, l’endocrinologie et
le cancer. Par ailleurs, la Fondation IPSEN a initié plusieurs séries de
réunions en partenariat avec le Salk Institute for Biological Studies,
le Karolinska Institutet, ainsi qu’avec les revues Cell et Science.
La Fondation IPSEN a publié plus d’une centaine d’ouvrages et a attribué
plus de 250 prix et bourses scientifiques.
www.fondation-ipsen.org

Contacts

Image Sept
Isabelle de Segonzac, Tél. : +33 (0)1 53 70 74 70
E-mail :
isegonzac@image7.fr