Press release

Le Patient Safety Movement annonce les trois nouveaux défis concernant la sécurité des patients

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Le 5ème Sommet mondial annuel sur la sécurité des patients, la science et la technologie se tiendra les 3 et 4 février 2017 à Dana Point, en Californie IRVINE, Californie–(BUSINESS WIRE)–La Patient Safety Movement Foundation (Fondation du Mouvement pour la sécurité des patients) a annoncé trois nouveaux défis concernant la sécurité des patients, lors de sa réunion semestrielle de

Le 5ème Sommet mondial annuel sur la
sécurité des patients, la science et la technologie se tiendra les
3 et 4 février 2017 à Dana Point, en Californie

IRVINE, Californie–(BUSINESS WIRE)–La Patient Safety Movement Foundation (Fondation du Mouvement pour la
sécurité des patients) a annoncé trois nouveaux défis concernant la
sécurité des patients, lors de sa réunion semestrielle de planification
organisée conjointement avec Inova. La réunion semestrielle de
planification 2016 a rassemblé plus de 100 experts médicaux,
administrateurs, défenseurs des patients et représentants
gouvernementaux venus des quatre coins du monde pour des présentations
et des débats portant sur des questions essentielles relatives à la
sécurité des patients. La réunion s’est conclue par un débat et par un
vote afin de déterminer les nouveaux défis dans lesquels les décès de
patients peuvent facilement être évités si les protocoles appropriés
sont suivis au cours des soins qui sont prodigués au patient. Les
participants ont nommé 15 nouveaux défis. Ils ont voté pour inclure les
trois défis suivants comme prochains problèmes les plus urgents en
termes de sécurité des patients :

  • Thromboembolie veineuse (TEV)
  • Santé mentale
  • Événements médicamenteux indésirables chez les enfants

Les trois nouveaux défis seront ajoutés à la liste actuelle des 12 défis
et Solutions pratiques pour la sécurité des patients(Actionable Patient
Safety Solutions, APSS) et seront pris en considération à l’occasion du
5ème Sommet mondial annuel sur la sécurité des patients, la science et
la technologie du Patient Safety Movement (Mouvement pour la sécurité
des patients) en février 2017.

Cette année, le discours liminaire a été prononcé par le Dr Jeffrey
Shuren, directeur du Center for Devices and Radiological Health (Centre
des instruments et de l’hygiène radiologique) de la Food and Drug
Administration américaine Parmi les autres orateurs invités, étaient
présents : le sénateur Sheldon Whitehouse, sénateur des États-Unis pour
Rhode Island ; le Dr Charles Murphy, responsable en chef de la sécurité
des patients, le Dr Scott Betzelos, vice-président et médecin chef et le
Dr Emily Marko, directrice médicale chargée de la simulation médicale
avancée chez Inova ; le Dr Teodoro Forcht Dagi, président du Council in
Surgical and Perioperative Care (Conseil en soins chirurgicaux et
périopératoires) ; le Dr Rollin Fairbanks, directeur du National Center
for Human Factors in Healthcare at MedStar Institute for Innovation
(Centre national des facteurs humains en soins de santé) au MedStar
Institute for Innovation ; Conrad Grant, ingénieur en chef au
laboratoire de physique appliquée de l’Université Johns Hopkins et le Dr
Michael Grant, professeur adjoint et directeur de la récupération
post-chirurgicale améliorée en anesthésie cardiaque et soins intensifs
chirurgicaux, en anesthésiologie et en médecine de soins intensifs de
l’Hôpital Johns Hopkins. Parmi les sujets abordés, citons :

  • La formation d’équipes pour améliorer la sécurité des patients
  • L’utilisation de la simulation dans l’amélioration de la sécurité des
    patients
  • La communication au profit de la sécurité
  • L’ingénierie des facteurs humains
  • L’ingénierie des systèmes
  • Les principes des organisations à haute fiabilité

« Cette réunion a été la meilleure réunion semestrielle de planification
à ce jour. Nous ne pourrions pas être plus satisfaits des résultats et
sommes reconnaissants pour la participation et les contributions de tous
ceux qui étaient présents », a déclaré Joe Kiani, fondateur et président
de la Patient Safety Movement Foundation. « Nous avançons à grands pas,
même s’il nous reste encore beaucoup à faire. Tout comme les 12 autres
défis que nous avons relevés grâce à nos Solutions pratiques pour la
sécurité des patients, la thromboembolie veineuse, la santé mentale et
les événements médicamenteux indésirables chez les enfants comportent
des processus qui permettent d’éviter que les erreurs humaines ne
deviennent fatales. Cependant, ces processus sont parfois rendus
inutilement compliqués et sont considérablement sous-utilisés par les
hôpitaux dans notre pays et dans le reste du monde. Nous sommes
impatients de travailler avec des experts dans chaque catégorie, afin de
créer des APSS faciles à mettre en place pour ces nouveaux défis. Nous
sommes persuadés que si chaque hôpital dans le monde adopte ces APSS,
nous serons capables d’éliminer les décès évitables de patients. »

Et Joe Kiani d’ajouter : « Nous remercions Inova d’avoir organisé
conjointement avec nous cette réunion semestrielle de planification.
Nous souhaitons également remercier le sénateur Sheldon Whitehouse pour
la présentation du projet de loi ‘Patient Safety Improvement Act of 2016
(S. 2467)’ (projet de loi 2016 pour l’amélioration de la sécurité des
patients). Si le projet de loi est adopté, un pas de géant sera fait
vers la réduction des décès évitables. Nous sommes également encouragés
par la direction vers laquelle s’oriente la FDA pour créer un nouveau
paradigme réglementaire avec leur Système national d’évaluation
(National Evaluation System, NEST) pour les nouvelles innovations. Nous
pensons que cela va accélérer l’accès de notre nation à des innovations
qui peuvent sauver des vies et qu’en même temps cela va maintenir la
sécurité des patients au rang de priorité. »

Thromboembolie veineuse

La thromboembolie veineuse, qui est une thrombose veineuse profonde
(formation d’un caillot sanguin dans une veine profonde) et une embolie
pulmonaire (caillot sanguin qui atteint les poumons), est l’une des
causes évitables les plus courantes de décès lié aux hôpitaux. Aux
États-Unis, on estime que la thromboembolie veineuse est la cause de
plus de 50 000 décès de patients. À titre indicatif, lorsqu’un caillot
sanguin atteint les poumons, le risque de décès du patient est de 30 à
60 %.

Santé mentale

Environ 61,5 millions d’Américains souffrent d’une maladie mentale au
cours d’une année donnée. Les résultats des soins de santé mentale
prodigués dans les hôpitaux, sont insuffisants par rapport à ceux
obtenus dans les grands essais de traitements fondés sur des preuves.
Les bénéficiaires de traitements de santé mentale ont plus de chances
d’être victimes de préjudices non intentionnels et sont moins
susceptibles de se défendre eux-mêmes. Parmi les domaines de préjudice
potentiel, l’on peut citer les erreurs de diagnostic, les traitements
insuffisants, les effets médicamenteux indésirables, les préjudices
subis suite aux situations d’isolement et de contention, et l’incidence
du suicide. Entre 1970 et 2000, le nombre de lits des hôpitaux
psychiatriques publics a chuté pour passer de 207 lits à seulement
21 lits pour 100 000 habitants [selon l’Agency for Healthcare Research
and Quality (Agence de recherche et de qualité des soins de santé)]. Une
enquête menée par le groupe Schumacher en 2010 auprès de 603 chefs de
services d’urgence hospitaliers a révélé que 56 % des services d’urgence
sont « souvent incapables » de transférer en temps voulu des patients
souffrant de troubles comportementaux vers des établissements
d’hospitalisation.

Evénements médicamenteux indésirables chez les enfants

Le Patient Safety Movement dispose déjà d’une APSS pour les erreurs
médicamenteuses, mais il a été déterminé que les événements
médicamenteux indésirables chez les enfants et les nouveau-nés doivent
être gérés séparément. Les effets médicamenteux indésirables (EMI) chez
les enfants peuvent avoir un effet beaucoup plus grave que chez les
adultes. Les EIM peuvent entraîner une hospitalisation prolongée, une
invalidité permanente ou la mort. Les taux d’erreur sont les plus élevés
dans les unités de soins intensifs néonatales. De manière générale, les
enfants tolèrent moins facilement une erreur médicamenteuse du point de
vue psychologique, car leurs fonctions rénales, immunitaires et
hépatiques en sont encore au stade de développement. Les enfants ne
peuvent pas communiquer de manière efficace aux médecins tout effet
indésirable susceptible d’être causé par un médicament. Parmi les
erreurs fréquentes, citons notamment les dosages erronés, les erreurs
par omission, l’utilisation de médicaments non autorisés/inadéquats, les
erreurs d’ordonnance, les mauvaises techniques d’administration, les
préparations incorrectes, les mauvaises formes de dosage et les
mauvaises voies d’administration. De plus, de nombreux établissements de
soins de santé fonctionnent principalement autour des besoins des
adultes et manquent de personnel qualifié formé aux soins pédiatriques.

La Patient Safety Movement Foundation relèvera ces nouveaux défis lors
du 5ème Sommet mondial annuel sur la sécurité des patients,
la science et la technologie, qui se tiendra les 3 et 4 février 2017 au
Laguna Cliffs Marriott Resort and Spa à Dana Point, en Californie. Le
sommet a pour but de rassembler des médecins, des défenseurs des
patients, des administrateurs d’hôpitaux, des agents de sécurité, des
technologues médicaux, des experts en politique publique et des
représentants de gouvernements du monde entier, afin qu’ils s’engagent à
éliminer les décès évitables de patients d’ici 2020. Lors du dernier
sommet, la Fondation a fait savoir que les engagements pris par plus de
1 600 hôpitaux s’étaient traduits par 24 643 vies sauvées en 2015. Le
Patient Safety Movement a également a également fait savoir en janvier
que près de 50 sociétés avaient signé l’Open Data Pledge (l’Engagement
pour l’accès libre aux données), afin de partager leurs données et de
promouvoir ainsi la sécurité des patients par le biais de
l’interopérabilité. La Fondation vise à multiplier ces chiffres par deux
en 2016. Cette année, la Fondation a établi des réseaux régionaux pour
mobiliser les leaders du monde entier, afin d’atteindre davantage
d’hôpitaux et que leur objectif de ZÉRO décès évitables d’ici 2020
puisse être atteint. Actuellement, 19 présidents de réseaux régionaux
représentant plus de 60 pays sont répartis à travers le monde pour créer
une dynamique en faveur du Mouvement. Récemment, le Patient Safety
Movement a annoncé que la Société européenne d’anesthésiologie (SEA)
était en train de travailler avec la Fondation pour diriger les efforts
en faveur de la sécurité des patients à travers l’Europe.

À propos de la Patient Safety Movement Foundation

Chaque année dans le monde, plus de 3 000 000 de personnes,
dont 200 000 personnes aux États-Unis, meurent dans les hôpitaux de
manières qui auraient pu être évitées. La Patient Safety Movement
Foundation a été créée pour soutenir la Masimo Foundation for Ethics,
Innovation, and Competition in Healthcare, afin de réduire à 0 le nombre
de décès évitables d’ici 2020 (0X2020) aux États-Unis et de façon
spectaculaire ailleurs dans le monde. L’amélioration de la sécurité des
patients demandera la collaboration de tous les intervenants : patients,
prestataires de soins de santé, sociétés de technologie médicale,
autorités gouvernementales, employeurs et payeurs du secteur privé. La
Patient Safety Movement Foundation travaille avec toutes les parties
prenantes pour régler les problèmes et trouver des solutions liées à la
sécurité des patients. La Fondation organise également le Sommet mondial
annuel sur la sécurité des patients, la science et la technologie. Le
Sommet est l’occasion de présenter des solutions pratiques destinées à
répondre aux problèmes liés à la sécurité des patients, en encourageant
les entreprises de technologie médicale à partager les données relatives
à l’achat de leurs produits, et en demandant aux hôpitaux de s’engager à
mettre en œuvre les APSS. Retrouvez-nous sur www.patientsafetymovement.org.

@0x2020 #patientsafety #0x2020

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Patient Safety Movement Foundation
Irene Paigah, 858-859-7001
irene@paigah.com