Press release

Le président du SGI présente un plan en cinq points pour l’abolition du nucléaire

0 0 Donnez votre avis

TOKYO, September 8 /PRNewswire/ — Daisaku Ikeda, président de l’association bouddhiste Soka Gakkai International (SGI), a présenté le 8 septembre un plan contenant une série d’étapes concrètes pour l’abolition des armes nucléaires. Ce farouche opposant, qui milite depuis plus de 50 ans contre ces armes inhumaines, affirme qu’aujourd’hui, une occasion unique nous est offerte de

TOKYO, September 8 /PRNewswire/ —

Daisaku Ikeda, président de l’association bouddhiste Soka Gakkai International (SGI), a présenté le 8 septembre un plan contenant une série d’étapes concrètes pour l’abolition des armes nucléaires. Ce farouche opposant, qui milite depuis plus de 50 ans contre ces armes inhumaines, affirme qu’aujourd’hui, une occasion unique nous est offerte de construire une solidarité de base, de faire avancer les processus politiques et d’en finir avec l’immobilisme qui a ruiné les efforts en faveur du désarmement et de la non prolifération nucléaires.

M. Ikeda s’attaque aux doubles normes qui s’appliquent à la détention d’armes nucléaires dans le monde à l’heure actuelle et affirme qu’aucun argument rationnel ne peut justifier le maintien de ces normes.

Afin d’apporter la paix et la stabilité en Asie du Nord-Est, il recommande avec insistance à l’ensemble des pays impliqués dans les discussions à six sur le programme de développement d’armes nucléaires nord-coréen de déclarer cette partie du monde comme région ne faisant pas usage d’armes nucléaires, avec pour objectif final d’en faire une zone sans armes nucléaires.

La proposition de M. Ikeda, intitulée « Building Global Solidarity Toward Nuclear Abolition » (Construire une solidarité mondiale en vue de l’abolition des armes nucléaires), s’articule autour de cinq étapes clés devant être mises en oeuvre au cours des cinq prochaines années :

1. L’adoption par les cinq États dotés d’armes nucléaires de la vision partagée d’un monde sans armes nucléaires, à l’occasion de la Conférence d’examen du TNP (Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires) prévue pour l’année prochaine, qui devra être rapidement suivie par la mise en oeuvre d’initiatives concrètes en vue de la réalisation de cet objectif.

2. La création par les Nations Unies d’un panel d’experts en matière d’abolition des armes nucléaires et le renforcement de la participation de la société civile au processus de désarmement.

3. Le renforcement, à l’initiative des États parties au TNP, des mécanismes de non-prolifération et l’élimination des obstacles au désarmement nucléaire à l’horizon 2015.

4. La mise en place d’une coopération active entre les États devant permettre, à l’horizon 2015, de réduire le rôle des armes nucléaires dans les questions de sécurité nationale et de favoriser, à l’échelle mondiale, la conclusion d’accords relatifs à la sécurité qui ne dépendent pas des armes nucléaires.

5. L’implication de tous les citoyens de la planète à travers la revendication sans équivoque d’une mise hors la loi des armes nucléaires et l’instauration d’ici 2015 d’une norme internationale qui servira de base à une future Convention sur les armes nucléaires.

La proposition de M. Ikeda sera présentée le 10 septembre, à l’occasion de la prochaine Conférence annuelle du Département de l’information/ONG des Nations Unies, à Mexico. Cette conférence a pour ambition de servir de tremplin à la Conférence d’examen du TNP de 2010, qui représente une occasion déterminante dans la poursuite de l’objectif ultime de l’abolition des armes nucléaires.

En 2006, M. Ikeda avait émis une proposition de réforme des Nations Unies, en insistant sur le fait que seule une prise de position massive de l’opinion publique contre les armes nucléaires aurait assez de poids pour pousser les gouvernements à agir. En 2007, la SGI lançait l’initiative « People’s Decade for Nuclear Abolition » (Décennie des citoyens pour l’abolition des armes nucléaires) et intensifiait ses efforts de sensibilisation auprès de l’opinion publique, en partenariat avec d’autres ONG.

M. Ikeda assure qu’au bout du compte, la lutte contre les armes nucléaires est une lutte morale et affirme que « pour en finir définitivement avec l’ère de la menace nucléaire, les hommes et les femmes doivent se battre contre le véritable « ennemi ». Cet ennemi, ce ne sont ni les armes nucléaires elles-mêmes ni les États qui en sont dotés ou qui les développent, mais les modes de pensée qui justifient ces armes, le fait que les hommes soient intellectuellement prêts à purement et simplement annihiler leurs semblables lorsque ceux-ci sont perçus comme une menace ou un frein à la réalisation de leurs objectifs. »

Daisaku Ikeda est le président de l’association Soka Gakkai International, d’inspiration bouddhiste, un réseau international comptant 12 millions de membres, et dont les activités, axées sur la promotion d’une culture de la paix, reposent sur les principes millénaires de l’humanisme bouddhiste.

Pour plus d’informations sur les activités antinucléaires de la SGI, consultez le site sur : http://www.sgi.org/assets/pdf/do/SGI_NGO_AR_2009.pdf

Dans le cadre de la campagne « People’s Decade for Nuclear Abolition », la SGI a mis au point des ressources pédagogiques, comme le DVD « Testimonies of Hiroshima and Nagasaki: Women Speak Out for Peace » (Témoignages sur Hiroshima et Nagasaki : les femmes plaident en faveur de la paix), disponible en plusieurs langues. Consultez le site : http://www.peoplesdecade.org

    
    Contact :
    Joan Anderson
    Bureau d'information publique
    Soka Gakkai International
    Tél. : +81-3-5360-9482
    Fax : +81-3-5360-9885
    Adresse URL : www.sgi.org
    E-mail : janderson[at]sgi.gr.jp

Source : Soka Gakkai International