Press release

L’ENISA met en garde contre l’augmentation inquiétante des délits sur les guichets automatiques bancaires

0 0 1 commentaire

HÉRAKLION, Grèce et BRUXELLES, September 6 /PRNewswire/ — – En Europe, les pertes annuelles sur les distributeurs de billets (« GAB ») avoisinent les 500 millions d’EUR : L’ENISA offre des conseils aux consommateurs Devant les pertes annuelles liées aux délits sur les guichets automatiques bancaires (GAB) en Europe qui atteignent un demi-milliard d’euros, l’ENISA,

HÉRAKLION, Grèce et BRUXELLES, September 6 /PRNewswire/ —

– En Europe, les pertes annuelles sur les distributeurs de billets (« GAB ») avoisinent les 500 millions d’EUR : L’ENISA offre des conseils aux consommateurs

Devant les pertes annuelles liées aux délits sur les guichets automatiques bancaires (GAB) en Europe qui atteignent un demi-milliard d’euros, l’ENISA, l’Agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information, encourage les consommateurs à être davantage avertis des risques et à prendre des précautions afin d’éviter les pertes personnelles. La croissance rapide du nombre de distributeurs automatiques, conjuguée à des attaques et des fraudes plus sophistiquées, a mené à une hausse inquiétante de 149 % des agressions sur les GAB en 2008.

Ces conclusions inquiétantes, tout comme les études de cas ou les informations mettant en lumière les divers délits sur les GAB ainsi que les mises en garde pour les détecter et les éviter, sont publiées cette semaine dans un communiqué de l’ENISA traitant des délits sur les GAB intitulé : vue d’ensemble sur la situation européenne et les règles d’or pour éviter les délits.

En Europe, le nombre de guichets automatiques bancaires a augmenté de 6 % l’année dernière, à près de 400 000, dont bon nombre sont dorénavant situés dans des lieux isolés, tels que des supérettes, des aéroports et des stations-services. 72 % des distributeurs de billets automatiques européens se trouvent répartis dans seulement cinq pays : le Royaume-Uni, l’Espagne, l’Allemagne, la France et l’Italie.

Obtenir du liquide de manière illégale à partir de distributeurs de billets automatiques est toujours la méthode préférée des criminels et délinquants qui extorquent les codes confidentiels par le biais de diverses techniques, allant de l’identification du mot de passe en « regardant par dessus l’épaule » à des techniques de fraude complexes. Ces techniques peuvent impliquer l’utilisation d’une petite caméra de surveillance, d’une fausse grille recouvrant le clavier ou encore de machines trafiquées, tandis que la technologie Blue Tooth toujours plus mobile est utilisée pour transmettre les détails de la carte bancaire et du code confidentiel à un ordinateur portable se trouvant à proximité. Au cours de l’année 2008 uniquement, un total de 10 032 incidents d’identification frauduleuse de code confidentiel a été recensé en Europe.

Les autres méthodes exercées pour soutirer de l’argent incluent : bloquer la carte bancaire à l’intérieur du distributeur pour la récupérer par la suite, l’arrêt des retraits d’argent en cours de transaction pour ensuite la poursuivre une fois que la victime est partie ou même encore retenir l’argent dans la machine.

Les bandes organisées utilisent également des techniques d’hameçonnage et de piratage sophistiquées des systèmes bancaires par ordinateurs et des sites web afin d’obtenir les codes confidentiels et les informations bancaires.

Les vols sur GAB et les attaques corporelles ont également augmenté de 32 % au cours des 12 derniers mois : attaques par voitures ou explosions, utilisation de scies circulaires, lances thermiques ou foreuses à couronne diamantée.

« Les guichets automatiques de billets intéressent les criminels car ils contiennent de l’argent liquide, tandis que les cartes bancaires permettent un accès direct aux comptes bancaires des clients », déclare Mr. Andrea Pirotti, directeur exécutif chez ENISA. « Les crimes liés aux guichets automatiques sont susceptibles d’intéresser davantage les criminels à l’avenir car la dernière génération de GAB a été conçue pour offrir d’autres services et produits, tels que des recharges de crédit pour les téléphones portables ou encore des horodatages de documents. Le premier moyen de défense contre les délits sur les GAB est de mieux sensibiliser les utilisateurs aux risques encourus afin qu’ils prennent des précautions simples, comme par exemple protéger leur code confidentiel lorsqu’ils le composent ou demeurer vigilants vis-à-vis de tous signes suspects ou de toutes de manoeuvres abusives. »

Le communiqué de presse publié cette semaine par l’ENISA recommande que davantage d’information et de conseils soient donnés à l’échelle nationale dans les États membres de l’UE par les banques, les institutions financières, les agences d’indemnisation et d’application des lois. Dans le cadre de ce processus, l’ENISA a élaboré une liste des Règles d’or visant à offrir un maximum de protection avec un minimum d’efforts.

Règles d’or de l’ENISA

Choix du distributeur de billets automatique

1) N’utilisez pas de GAB vous rappelant de manière excessive de rester vigilant

2) Utilisez si possible un GAB à l’intérieur d’une banque

3) N’utilisez pas de GAB autonome

Les alentours

4) Utilisez un GAB qui est bien en vue et bien éclairé

5) Restez vigilants vis-à-vis des étrangers et vérifiez qu’ils se tiennent à une distance raisonnable

Lors de la transaction

6) Devant la machine, restez extrêmement vigilants afin qu’aucune manoeuvre abusive ne puisse être exercée à votre encontre

7) Faites attention au lecteur de carte s’il offre des services supplémentaires

8) Vérifiez attentivement qu’il n’y a pas de différences avec les autres GAB ou que le clavier ne présente pas de caractéristiques inhabituelles

9) Vérifiez qu’il n’y ait pas de caméras supplémentaires

10) Protégez des regards indiscrets votre code confidentiel en vous tenant près de la machine et en protégeant le clavier.

11) Signalez immédiatement les cartes retenues dans la machine

12) Faites attention aux GAB qui ne donnent pas d’argent liquide et aux GAB non-bancaires qui ne font pas payer les opérations bancaires

13) Vérifiez régulièrement vos relevés de compte

14) Signalez immédiatement toute activité suspecte

« La sécurité de l’information a pendant trop longtemps été centralisée sur les solutions techniques afin de maximiser la protection », poursuit Mr. Pirotti. « La plupart des crimes sur les GAB exploite l’élément humain et les détenteurs de cartes doivent être davantage conscients des risques auxquels ils sont exposés et de la manière d’éviter d’être l’objet de fraudes. Nous espérons que ce dernier rapport marquera le début d’un processus continu d’une meilleure prise de conscience des risques et permettra de réduire le coût croissant des délits liés aux GAB ».

À propos de l’ENISA

L’ENISA est l’agence européenne chargée de la sécurité des réseaux et de l’information, un centre d’expertise établi afin d’offrir des conseils et des recommandations aux État membres de l’Union européenne et aux institutions européennes sur des questions traitant de la sécurité des réseaux et de l’information. La mission de l’agence est d’atteindre un niveau de sécurité élevé des réseaux et de l’information au sein de l’Union européenne pour le bénéfice des citoyens, des consommateurs, des organisations des secteurs public et privé utilisant des technologies telles que le haut débit, les banques électroniques et les GAB, l’e-commerce et les téléphones portables.

Pour de plus amples informations :

http://enisa.europa.eu/

Le rapport complet est disponible sur :

http://www.enisa.europa.eu/doc/pdf/publications/GAB_crime.pdf

Pour de plus amples informations, contacter : Allie Andrews, PRPR, Tél : +44-1442-245030, e-mail: allie@prpr.co.uk ; Sarah Capogrossi, Assistante Presse et Communication, ENISA, Mobile : +30-6948-460124, e-mail : sarah.capogrossi@enisa.europa.eu

Source : ENISA – European Network and Information Security Agency