Press release

Les données sur les résultats du traitement, provenant du Prostate Cancer Registry, ont été présentées pour la première fois lors du Congrès 2016 de la Société européenne d’oncologie médicale (ESMO)

0 0
Sponsorisé par Business Wire

COPENHAGUE, Danemark–(BUSINESS WIRE)–Janssen-Cilag International NV a présenté aujourd’hui les premières données rapportées sur les résultats du traitement primaire, provenant du Prostate Cancer Registry, première et plus vaste étude prospective européenne impliquant des hommes atteints d’un cancer de la prostate métastatique résistant à la castration (mCRPC), lors du Congrès 2016 de la Société européenne d’oncologie médicale

COPENHAGUE, Danemark–(BUSINESS WIRE)–Janssen-Cilag International NV a présenté aujourd’hui les premières
données rapportées sur les résultats du traitement primaire, provenant
du Prostate Cancer Registry, première et plus vaste étude
prospective européenne impliquant des hommes atteints d’un cancer de la
prostate métastatique résistant à la castration (mCRPC), lors du Congrès
2016 de la Société européenne d’oncologie médicale (ESMO) qui s’est tenu
à Copenhague, au Danemark. Les données initiales suggèrent que les
patients n’ayant jamais été traités par chimiothérapie tirent davantage
profit de ce traitement que ceux en ayant déjà subi une, et qu’après un
traitement de première ligne par docetaxel, les patients obtiennent une
réponse plus élevée de l’antigène prostatique spécifique (PSA) s’ils
sont traités par des agents ciblant le récepteur androgénique que par
des taxanes. 1

« Le Prostate Cancer Registry fournit des aperçus uniques du
traitement des patients atteints de cancer de la prostate résistant à la
castration (mCRPC) provenant d’une vaste population réelle. Plus de 3
000 patients originaires de 16 pays ayant été recrutés à cet effet,
aucun autre registre de cette taille, dans le domaine du cancer de la
prostate, n’a produit un nombre si important de données »,
a affirmé
le Dr Simon Chowdhury, du Guy’s Hospital à Londres.« Le Prostate
Cancer Registry nous aide à remédier à une lacune dans notre
connaissance de la gestion concrète des patients atteints d’un cancer de
la prostate métastatique résistant à la castration (mCRPC). Il implique
l’étude des patients présentant des taux élevés de comorbidités et
consommant plusieurs médicaments, qui sont habituellement exclus des
essais cliniques. Chaque patient étant différent, il est extrêmement
important pour les cliniciens d’être en mesure de comprendre comment les
hommes atteints d’un cancer de la prostate métastatique résistant à la
castration (mCRPC) répondent au traitement, afin de faire en sorte de
choisir le traitement le plus adapté à chacun. Je suis impatient
d’observer de nouvelles données au fur et à mesure du développement du
Prostate Cancer Registry. »

Les données préliminaires du Prostate Cancer Registry présentées lors
du Congrès 2016 de l’ESMO
suggèrent que les patients n’ayant encore
jamais subi de chimiothérapie possédaient un délai médian plus long
avant le prochain traitement (601 jours pour l’acétate d’abiratérone
contre 503 pour l’enzalutamide) que ceux ayant déjà été traités par
chimiothérapie (428 jours pour l’acétate d’abiratérone contre 366 pour
l’enzalutamide), en cas d’administration d’agents ciblant le récepteur
androgénique. Les patients du premier groupe ont également obtenu une
réponse plus élevée de l’antigène prostatique spécifique (PSA) que ceux
du second, lorsqu’ils étaient traités par agents ciblant le récepteur
androgénique ou par taxanes.

Les données de cette étude suggèrent également que la réponse d’antigène
prostatique spécifique (PSA) des patients qui ont abandonné le
traitement de première intention au docetaxel au bout de 3 mois était
plus élevée avec les agents ciblant le récepteur androgénique (51% avec
l’acétate d’abiraterone contre 39% avec l’enzalutamide) qu’avec les
taxanes (25% avec le docetaxel contre 29% avec le cabazitaxel).

Le Prostate Cancer Registry a recruté plus de 3 000 patients
atteints d’un cancer de la prostate métastatique résistant à la
castration (mCRPC) dans 199 centres implantés au sein de 16 pays
européens. Son objectif est de résoudre les problèmes médicaux et
scientifiques clés portant sur les soins optimaux à apporter à ces
patients dans la pratique habituelle, en fournissant des aperçus uniques
de l’efficacité des traitements au sein d’une population plus large, de
la manière dont il est possible de gérer leur maladie et de la façon
dont ils vivent avec l’impact de leur maladie et de leur traitement.

Jane Griffiths, présidente du groupe Janssen Europe Moyen-Orient Afrique
(EMEA), a déclaré: « Janssen est fier de soutenir le Prostate Cancer
Registry et de contribuer à cet effort immense encore jamais réalisé.
Notre objectif est d’aider à fournir les meilleurs traitements aux
patients, tout en améliorant leurs résultats. Il est très réjouissant de
voir que les résultats des données préliminaires des résultats du
traitement chez les patients atteints d’un cancer de la prostate
métastatique résistant à la castration (mCRPC) ont été présentés lors du
Congrès 2016 de l’ESMO. Ce n’est que le début et nous sommes
particulièrement enthousiastes d’obtenir de nouvelles données du
Prostate Cancer Registry au cours des années à venir. »

Le cancer de la prostate est le cancer le plus couramment diagnostiqué
chez les hommes, avec plus de 400 000 nouveaux cas diagnostiqués en
Europe chaque année.1 Les tous derniers chiffres relatifs au
cancer de la prostate montrent qu’il existe actuellement trois millions
d’hommes vivant avec cette maladie en Europe. 2

-FIN-

NOTES AUX REDACTEURS EN CHEF

À propos de The Prostate Cancer Registry

Le Prostate Cancer Registry a été créé par Jannsen en 2013, dans le
cadre d’un engagement de longue durée visant le traitement optimal du
mCRPC dans la pratique quotidienne. Le Registre a été conçu
conjointement avec des spécialistes du mCRPC et examine la gestion des
patients dans tout un éventail d’environnements oncologiques et
urologiques, dans le but de refléter la pratique clinique quotidienne.

Les patients sont inscrits au commencement de leur traitement contre le
CPRCm ou pendant une période de surveillance, définie comme ne recevant
aucun traitement actif contre la résistance à la castration. Le Registre
recueille des données à l’échelle paneuropéenne relatives aux
démographies et états des patents, à la séquence des traitements et à
leur efficacité, à la gestion continue de la maladie, à la qualité de la
vie, à l’utilisation des ressources médicales et aux résultats.

La première analyse a été présentée lors du European Cancer Congress
(ECC) de 2015, qui s’est tenu à Vienne, en Autriche, et l’analyse finale
est prévue pour 2019.

La toute dernière animation du Prostate Cancer Registry peut être
visionnée

ici
.

À propos de ZYTIGA (acétate d’abiratérone)

ZYTIGA est le seul traitement approuvé inhibant la production
d’androgènes, qui stimulent la croissance du cancer de la prostate, à
travers l’inhibition du complexe enzymatique CYP17 provenant de trois
sources : les testicules, les glandes surrénales et la tumeur elle-même.

ZYTIGA a été approuvé dans plus de 90 pays et à ce jour, a été prescrit
à plus de 269 500 hommes dans le monde entier.

Indications3

En 2011, ZYTIGA, en association avec la prednisone ou la prednisolone, a
été approuvé par la Commission européenne (CE) pour le traitement du
cancer métastatique de la prostate résistant à la castration (CPRCm)
chez les hommes adultes dont la maladie a progressé pendant ou après une
chimiothérapie à base de docétaxel.

En décembre 2012, la CE a accordé une extension de l’indication de
ZYTIGA autorisant son utilisation, combinée au prednisone ou au
prednisolone, pour le traitement du cancer de la prostate métastatique
résistant à la castration (mCRPC), chez les hommes adultes
asymptomatiques ou légèrement symptomatiques après un échec de la
thérapie par privation androgénique, chez lesquels la chimiothérapie
n’est pas encore cliniquement indiquée. 4

Informations supplémentaires4

Pour une liste complète des effets indésirables et de plus amples
informations relatives à la posologie, à l’administration, aux
contre-indications et à d’autres précautions à respecter au cours du
traitement par ZYTIGA, veuillez vous référer au résumé des
caractéristiques du produit, disponible sur: http://www.ema.europa.eu/ema/index.jsp?curl=pages/medicines/human/medicines/002321/human_med_001499.jsp&mid=WC0b01ac058001d124

À propos des sociétés pharmaceutiques Janssen

Dans les sociétés pharmaceutiques Janssen du groupe Johnson & Johnson,
nous œuvrons à créer un monde sans maladie. Transformer les vies en
trouvant des moyens nouveaux et meilleurs pour prévenir, enrayer,
traiter et guérir les maladies est quelque chose qui nous inspire. Nous
réunissons les meilleurs cerveaux et recherchons la science la plus
prometteuse. Nous sommes Janssen. Nous collaborons avec le monde entier
pour la santé de tous ceux qui y vivent. Pour en savoir plus, consultez
www.janssen.com/emea
. Suivez-nous sur
www.twitter.com/janssenEMEA
.

Références:

1 Ferlay J et al. Cancer incidence and mortality patterns in
Europe: Estimates for 40 countries in 2012. European Journal of Cancer.
2013; 49: p1374–1403.

2 European Commission. CORDIS Express: Prevention, diagnosis
and treatment of prostate cancer. Disponible sur: http://cordis.europa.eu/news/rcn/122705_en.html.
Dernière évaluation en septembre 2015.

3 ZYTIGA® summary of product characteristics (July 2016).
Dernière évaluation en septembre 2016.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Janssen
Demandes de renseignements médias:
Natalie
Buhl
+353 85 7446696
ou
Contacts avec les
investisseurs:

Lesley Fishman
+1 (0)732 524 3922