Press release

Les résultats d’une nouvelle recherche démontrent une activité anti-tumorale de KEYTRUDA® (pembrolizumab) chez les patients à un stade avancé de carcinome nasopharyngé

0 0
Sponsorisé par Business Wire

KEYTRUDA en monothérapie a atteint un taux de réponse de 22,2 pour cent chez les patients précédemment traités Les résultats de l’étude KEYNOTE-028 ont été présentés à l’European Cancer Congress 2015 KENILWORTH, dans le New Jersey–(BUSINESS WIRE)–Site MSD, le 26 septembre 2015 – MSD, plus connu sous l’appellation Merck aux États-Unis et au Canada, a

KEYTRUDA en monothérapie a atteint un taux de réponse de 22,2 pour
cent chez les patients précédemment traités

Les résultats de l’étude KEYNOTE-028 ont été présentés à l’European
Cancer Congress 2015

KENILWORTH, dans le New Jersey–(BUSINESS WIRE)–Site MSD, le 26 septembre 2015 – MSD, plus connu sous l’appellation
Merck aux États-Unis et au Canada, a annoncé aujourd’hui la première
présentation des résultats de l’enquête sur l’utilisation de KEYTRUDA®
(pembrolizumab), la thérapie anti-PD-1 de la société, en monothérapie
chez les patients atteints de carcinome nasopharyngé inopérable avancé
(NPC) – un type de cancer de la tête et du cou – dont les tumeurs
expriment la PD-L1 (≥ 1 % des cellules dans les nids de tumeurs ou de
bandes de PD-L1+ dans le stroma). Les données sont issues d’une étude de
phase 1b (KEYNOTE-028) et présentaient un taux de réponse globale (ORR)
(confirmé et non confirmé) de 22,2 pour cent (IC à 95 %, 8,6-42,3) chez
les patients évaluables (n=27) ayant reçu un traitement par KEYTRUDA.
Les résultats ont été présentés dans une session orale par le Dr Chiun
Hsu du National Taiwan University Hospital, à l’European Cancer Congress
(ECC) à Vienne (résumé n° 2801).

« Le carcinome nasopharyngé avancé est une forme chronique de cancer de
la tête et du cou souvent associée à un mauvais pronostic », a déclaré
le Dr Hsu. « Les données présentées à l’EEC représentent le potentiel
des nouvelles approches de traitement de ce type de cancer, pour lequel
il n’existe actuellement que des options de traitement limitées, ainsi
que le potentiel de soutenir davantage des recherches supplémentaires
sur la façon dont KEYTRUDA peut agir dans certains types de cancer de la
tête et du cou. »

MSD a lancé un programme de développement clinique complet pour
l’évaluation des effets de KEYTRUDA sur le cancer de la tête et du cou
sur plusieurs lignes de traitement en monothérapie et en combinaison
avec une chimiothérapie ainsi que d’autres agents. Dans l’étude
KEYNOTE-028, KEYTRUDA a été évalué chez des patients à un stade avancé
du carcinome nasopharyngé non résécable qui ne réagissent pas au
traitement actuel ou pour lesquels le traitement actuel n’est pas
approprié. C’est la deuxième étude qui démontre une activité précoce de
KEYTRUDA chez les patients atteints du cancer de la tête et du cou, la
première étude portant sur un traitement anti-PD-1 qui démontre
l’activité clinique chez les patients avec un carcinome nasopharyngé
récurrent ou métastatique. Pour de plus amples informations à propos de
nos essais cliniques dans le domaine de l’oncologie, veuillez visiter www.keynoteclinicaltrials.com.

« Les résultats de cet essai montrent encore une fois que KEYTRUDA est
actif dans un large éventail de cancers, y compris ceux qui sont
difficiles à traiter avec les traitements standards », a commenté le Dr
Roger Dansey, vice-président principal et responsable thérapeutique
régional du développement en oncologie de stade avancée, Merck Research
Laboratories. « Sur la base de ces résultats et d’autres obtenus jusqu’à
ce jour, nous continuons de développer un vaste programme clinique
complet portant sur KEYTRUDA pour le cancer de la tête et du cou, et
nous restons concentrés sur la réalisation de son plein potentiel afin
de répondre aux besoins de traitement non satisfaits des patients
atteints des cancers les plus difficiles à traiter comme le carcinome
nasopharyngé. »

Autres résultats de l’étude KEYNOTE-028 sur le carcinome nasopharyngé

KEYNOTE-028 est une étude panier multi-cohorte continue et
non-randomisée de phase 1b une instruction (conception qui permet
l’étude de plusieurs sous-populations de différentes tumeurs ou types
histologiques dans une étude) évaluant l’innocuité, la tolérabilité et
l’activité anti-tumorale de KEYTRUDA en monothérapie (10 mg/kg
administrés toutes les deux semaines) chez plus de 450 patients dans 20
différents types de cancer. L’étude a été conçue pour évaluer les
patients avec des tumeurs solides avancées qui expriment le PD-L1 et qui
n’ont pas répondu à la thérapie actuelle ou pour lesquels la thérapie
actuelle n’est pas appropriée.

Ces premiers résultats provenant de 27 patients à un stade avancé du
carcinome nasopharyngé et ayant reçu un prétraitement intensif ont
démontré un taux de réponse globale (ORR) de 22,2 % (n=6/27) (selon les
critères d’évaluation des tumeurs solides RECIST v1.1), y compris six
réponses partielles (IC à 95 % ; 8,6-42,3). En outre, 55,6 % des
patients présentaient une maladie stabilisée (n=15/27) (IC à 95 % ;
35,3-74,5), le taux de contrôle de la maladie (DCR) était de 77,8 %
(n=21/27) (IC à 95 % ; 57,7-91,4) le rétrécissement des tumeurs a été
atteint chez 67 % des patients. Le taux de survie sans progression (SSP)
sur 6 mois taux était de 49,7 % et le taux de SSP sur 12 mois était de
28,9 %. La durée médiane de suivi chez les patients évaluables était de
12,9 mois (plage, 2,2-15,0) et la durée médiane des réponses était de
10,8 mois (plage, 4,8-10,8).

Dans l’ensemble, les effets indésirables étaient cohérents avec les
données de sécurité publiées précédemment pour KEYTRUDA. Les effets
indésirables de grade 3-5 relatifs au traitement évalués par les
investigateurs étaient l’hépatite (n=2), la pneumonite (n=2), l’anémie
(n=1), les douleurs faciales (n=1), l’augmentation de la créatine
phosphokinase sanguine (n=1), la protéinurie (n=1), et la septicémie
(n=1). Les effets indésirables à médiation immunitaire étaient
l’hypothyroïdie (n=5), l’hépatite (n=4) et la pneumonite (n=3). Il a été
enregistré un décès lié au traitement résultant d’une septicémie
bactérienne.

À propos du PD-L1 et de l’expression du PD-L1

Le PD-L1, également appelé « Programmed death-ligand 1 », est une
protéine exprimée sur de nombreux types de cellules, y compris certaines
cellules cancéreuses. Dans des conditions normales, l’interaction du
PD-L1 avec une autre protéine, appelée « Programmed death receptor-1 »
(PD-1), constitue un important point de contrôle du système immunitaire,
maintenant l’équilibre du système immunitaire et de empêchant
l’organisme d’attaquer ses propres cellules en cas d’inflammation ou
d’infection. Toutefois, lorsque des tumeurs cancéreuses expriment le
PD-L1, elles sont en mesure d’échapper à la détection et à la
destruction par les cellules T cytotoxique – un type de cellule
immunitaire anticancéreuse – ce qui permet à la tumeur de survivre et de
se développer. L’expression du PD-L1 tumoral a été observée à divers
degrés dans de nombreux types de tumeurs, y compris le cancer du sein,
du poumon, de la vessie, et le carcinome nasopharyngé. L’expression du
PD-L1 à des taux élevés, appelée surexpression, fait actuellement
l’objet d’études pour son utilisation potentielle comme moyen
d’identification des patients avec une forte probabilité de réponse à
certaines approches thérapeutiques basées sur le système immunitaire.

À propos de cancer du nasopharynx

Le cancer du nasopharynx est un type de cancer de la tête et du cou qui
commence dans les cellules épithéliales qui tapissent la surface du
nasopharynx, la partie supérieure de la gorge derrière le nez et près de
la base du crâne.1 Il existe trois types de cancers du
nasopharynx, qui se distinguent par l’apparence des cellules cancéreuses
au microscope : le carcinome épidermoïde kératinisant, le carcinome
différencié non-kératinisant et le carcinome non-différencié.1
Parmi les principaux facteurs de risque du cancer du nasopharynx, on
retrouve notamment une ascendance chinoise ou asiatique, l’exposition au
virus d’Epstein-Barr et la consommation de grandes quantités d’alcool.2
Dans la plupart des régions du monde (y compris aux États-Unis), Il y
dénote moins d’un cas de cancer du nasopharynx pour 100 000 personnes
chaque année.3 En 2015, environ 3 200 cas devraient être
enregistrés aux États-Unis.3

À propos de KEYTRUDA® (pembrolizumab)

KEYTRUDA est un anticorps monoclonal humanisé conçu pour bloquer
l’interaction entre la PD-1 et ses ligands, le PD-L1 et le PD-L2. En se
liant au récepteur PD-1 et en bloquant l’interaction avec les ligands du
récepteur, KEYTRUDA libère l’inhibition médiée par la voie PD-1 de la
réponse immunitaire, incluant la réponse immunitaire anti-tumorale.

KEYTRUDA est indiqué pour le traitement de patients atteints d’un
mélanome non résécable ou métastatique avec évolution de la maladie à la
suite d’un traitement avec l’ipilimumab et, en présence d’une mutation
V600 du gène BRAF, à la suite d’un traitement avec un inhibiteur du gène
BRAF. Cette indication est approuvée en vertu de la politique
d’approbation accélérée sur la base des données du taux de réponse
tumorale et de la durabilité de la réaction. L’amélioration de la survie
ou des symptômes liés à la maladie n’a pas encore été établie.
L’approbation continue pour cette indication peut être subordonnée à une
vérification et à la description de l’avantage clinique dans les essais
de confirmation.

Le programme de développement clinique de KEYTRUDA s’est rapidement
étendu pour englober plus de 30 types de tumeurs dans plus de 130 essais
cliniques, parmi lesquels plus de 70 essais combinent KEYTRUDA avec
d’autres traitements contre le cancer. Des essais permettant
l’enregistrement de KEYTRUDA en monothérapie recrutent en ce moment des
patients sur le mélanome, le cancer bronchique non à petites cellules,
le cancer de la tête et du cou, le cancer de la vessie, cancer
gastrique, le cancer colorectal, et la maladie de Hodgkin, d’autres
essais étant prévus pour d’autres cancers.

Quelques consignes de sécurité importantes pour KEYTRUDA

Des occurrences de pneumonite sont survenues chez 12 des 411 patients
(2,9 %), y compris des cas de grade 2 ou 3 chez 8 (1,9 %) et 1 (0,2 %)
patients, respectivement, recevant KEYTRUDA. Surveiller les signes et
symptômes de pneumonite chez les patients. En cas de suspicion de
pneumonite, procéder à une évaluation par imagerie radiographique.
Administrer des corticostéroïdes en cas de pneumonite de grade 2 ou
supérieur. Suspendre le traitement par KEYTRUDA en cas de pneumonite de
grade 2 ; interrompre définitivement le traitement par KEYTRUDA pour les
pneumonites de grade 3 ou 4.

Des occurrences de colite (y compris la colite microscopique) sont
survenues chez 4 des 411 patients (1 %), y compris des cas de grade 2 ou
3 chez 1 (0,2 %) et 2 (0,5 %) patients, respectivement, recevant
KEYTRUDA. Surveiller les signes et symptômes de colite chez les
patients. Administrer des corticostéroïdes en cas de colite de grade 2
ou supérieur. Suspendre le traitement par KEYTRUDA en cas de colite de
grade 2 ; interrompre définitivement le traitement par KEYTRUDA pour les
colites de grade 3 ou 4.

Des occurrences d’hépatite (y compris l’hépatite auto-immune) sont
survenues chez 2 des 411 patients (0,5 %), y compris un cas de grade 4
chez 1 (0,2 %) patient recevant KEYTRUDA. Surveiller tout changement de
la fonction hépatique chez les patients. Administrer des
corticostéroïdes en cas d’hépatite de grade 2 ou supérieur et, en
fonction de la gravité des élévations d’enzymes hépatiques, suspendre ou
arrêter le traitement par KEYTRUDA.

Des occurrences d’hypophysite sont survenues chez 2 des 411 patients
(0,5 %), y compris 1 cas de grade 2 et 1 cas de grade 4 (0,2 % chacun)
parmi les patients recevant KEYTRUDA. Surveiller les signes et symptômes
d’hypophysite (y compris l’hypopituitarisme et l’insuffisance surrénale)
chez les patients. Administrer des corticostéroïdes en cas d’hypophysite
de grade 2 ou supérieur. Suspendre le traitement par KEYTRUDA en cas
d’hypophysite de grade 2 ; suspendre ou arrêter le traitement par
KEYTRUDA en cas d’hypophysite de grade 3 ; et interrompre définitivement
le traitement par KEYTRUDA en cas d’hypophysite de grade 4.

Des occurrences d’hyperthyroïdie sont survenues chez 5 des 411 patients
(1,2 %), y compris des cas de grade 2 ou 3 chez 2 (0,5 %) et 1 (0,2 %)
patients, respectivement, recevant KEYTRUDA. Des occurrences
d’hypothyroïdie sont survenues chez 34 des 411 patients (8,3 %), y
compris un cas de grade 3 chez 1 (0,2 %) patient recevant KEYTRUDA. Des
troubles de la thyroïde peuvent survenir à tout moment au cours du
traitement. Surveiller tout changement de la fonction thyroïdienne chez
les patients (au début du traitement, puis périodiquement pendant le
traitement, et selon les indications de l’évaluation clinique), ainsi
que tout signe et symptôme cliniques de troubles de la thyroïde.
Administrer des corticostéroïdes en cas d’hyperthyroïdie de grade 3 ou
supérieur. Suspendre le traitement par KEYTRUDA en cas d’hyperthyroïdie
de grade 3 ; interrompre définitivement le traitement par KEYTRUDA en
cas d’hyperthyroïdie de grade 4. L’hypothyroïdie isolée peut être
contrôlée avec un traitement de suppléance sans interruption du
traitement et sans corticostéroïdes.

Des cas de diabète sucré de type 1, y compris l’acidocétose diabétique,
ont été signalés chez les patients recevant KEYTRUDA. Surveiller le taux
d’hyperglycémie ainsi que d’autres signes et symptômes du diabète chez
les patients. Administrer de l’insuline dans le diabète de type 1, et
suspendre KEYTRUDA en cas d’hyperglycémie grave jusqu’à ce que le
contrôle métabolique soit atteint.

La néphrite est survenue chez 3 patients (0,7 %), dont un cas de
néphrite auto-immune de grade 2 (0,2 %) et deux cas de néphrite
interstitielle avec insuffisance rénale (0,5 %), l’un de grade 3 et
l’autre de grade 4. Surveiller tout changement de la fonction rénale
chez les patients. Administrer des corticostéroïdes en cas de néphrite
de grade 2 ou supérieur. Suspendre le traitement par KEYTRUDA en cas de
néphrite de grade 2 ; interrompre définitivement le traitement par
KEYTRUDA pour les néphrites de grade 3 ou 4.

D’autres effets indésirables à médiation immunitaire cliniquement
importants peuvent survenir. Les effets indésirables à médiation
immunitaire cliniquement importants suivants ont été observés chez les
patients traités avec KEYTRUDA : dermatite exfoliatrice, uvéite,
arthrite, myosite, pancréatite, anémie hémolytique, crises épileptiques
partielles survenues chez un patient avec des foyers inflammatoires dans
le parenchyme du cerveau, dermatite sévère, y compris la pemphigoïde
bulleuse, syndrome myasthénique, névrite optique et rhabdomyolyse.

En cas de soupçon d’effets indésirables à médiation immunitaire,
procéder à une évaluation adéquate afin de confirmer l’étiologie ou
d’exclure d’autres causes. En fonction de la gravité de l’effet
indésirable, suspendre KEYTRUDA et administrer des corticostéroïdes.
Après l’amélioration de l’effet indésirable au grade 1 ou inférieur,
entamer une réduction progressive de l’administration des
corticostéroïdes et continuer pendant au moins 1 mois. Reprendre le
traitement par KEYTRUDA si l’effet indésirable reste au grade 1 ou
inférieur. Arrêter définitivement KEYTRUDA pour tout effet indésirable à
médiation immunitaire grave ou de grade 3 qui se reproduit et pour tout
effet indésirable à médiation immunitaire potentiellement mortel.

Des réactions liées à la perfusion, y compris des réactions graves et
des réactions potentiellement mortelles, ont été observées chez des
patients recevant KEYTRUDA. Surveiller les signes et les symptômes de
réactions liées à la perfusion chez les patients, y compris les
frissons, une respiration sifflante, le prurit, les bouffées
congestives, les éruptions cutanées, l’hypotension, l’hypoxémie, et la
fièvre. En cas de réaction grave ou potentiellement mortelle, arrêter la
perfusion et arrêter définitivement le traitement par KEYTRUDA.

Compte tenu de son mécanisme d’action, KEYTRUDA peut nuire au fœtus
lorsqu’il est administré à une femme enceinte. S’il est utilisé pendant
la grossesse, ou si la patiente tombe enceinte durant le traitement,
informer le patient du risque potentiel pour le fœtus. Conseiller aux
femmes en âge de procréer d’utiliser une méthode contraceptive hautement
efficace pendant le traitement et pendant 4 mois après la dernière dose
de KEYTRUDA.

KEYTRUDA a été abandonné en raison des effets indésirables dans 9 % des
411 patients. Les effets indésirables, rapportés chez au moins deux
patients, qui ont entraîné l’abandon de KEYTRUDA étaient : la
pneumonite, l’insuffisance rénale, et la douleur. Des effets
indésirables graves ont été observés chez 36 % des patients. Les effets
indésirables graves les plus fréquents, observés chez 2 % des patients
ou plus, étaient l’insuffisance rénale, la dyspnée, la pneumonie et la
cellulite.

Les effets indésirables graves les plus communes (signalés chez au moins
20 % des patients) étaient la fatigue (47 %), la toux (30 %), la nausée
(30 %), le prurit (30 %), les éruptions cutanées (29 %), la perte
d’appétit (26 %), la constipation (21 %), l’arthralgie (20 %), et la
diarrhée (20 %).

La dose recommandée de KEYTRUDA est de 2 mg/kg administrée en perfusion
intraveineuse de 30 minutes toutes les 3 semaines jusqu’à progression de
la maladie ou une toxicité inacceptable. Aucune étude formelle
d’interaction médicamenteuse pharmacocinétique n’a été réalisée avec
KEYTRUDA. On ignore si KEYTRUDA est excrété dans le lait maternel
humain. Étant donné que de nombreux médicaments sont excrétés dans le
lait maternel humain, recommander aux femmes d’interrompre l’allaitement
pendant le traitement par KEYTRUDA. L’innocuité et l’efficacité de
KEYTRUDA n’ont pas été établies chez les patients pédiatriques.

Nos travaux sur le cancer

Notre objectif est de traduire les percées de la science en médicaments
novateurs en oncologie afin d’aider les personnes atteintes de cancer
dans le monde entier. À MSD Oncology, notre passion est d’aider les gens
à combattre le cancer et notre engagement est de soutenir
l’accessibilité à nos médicaments de cancer. Nous sommes dédiés à
poursuivre la recherche en immuno-oncologie et nous accélérons chaque
étape du parcours – du laboratoire à la clinique – afin d’éventuellement
offrir un nouvel espoir aux les personnes atteintes de cancer. Pour de
plus amples informations à propos de nos essais cliniques dans le
domaine de l’oncologie, veuillez visiter www.merck.com/clinicaltrials.

À propos de MSD

MSD est aujourd’hui un chef de file mondial de l’industrie des soins de
santé dédié à améliorer le bien-être dans le monde. MSD est une marque
de commerce de Merck & Co., Inc., avec son siège social situé à
Kenilworth, dans l’État du New Jersey, aux États-Unis. Au travers de nos
médicaments soumis à prescription, vaccins, thérapies biologiques et
produits de santé vétérinaire, nous travaillons en collaboration avec
nos clients et délivrons nos solutions de santé innovantes dans plus de
140 pays. Nous démontrons également notre engagement à améliorer l’accès
aux soins de santé à travers des politiques, programmes et partenariats
d’envergure. Pour de plus amples informations, veuillez visiter
www.msd.com ou www.msd.xx (pour les sites Web localisés) et
rejoignez-nous sur Twitter, Facebook et YouTube.

Déclarations prospectives de Merck & Co. inc., Kenilworth, New
Jersey, États-Unis

Le présent communiqué de presse de Merck & Co. inc., de Kenilworth, New
Jersey, aux États-Unis (la société) contient des « déclarations
prospectives » au sens défini par les dispositions refuge de la Private
Securities Litigation Reform Act de 1955 des États-Unis. Ces
déclarations prospectives se fondent sur les croyances et les attentes
actuelles de la direction de la société et sont subordonnées à des
risques et à des incertitudes ayant possiblement un important impact sur
les résultats. En ce qui concerne les produits en cours de
développement, rien ne garantit que les produits obtiendront les
approbations réglementaires nécessaires ou connaîtront un succès
commercial. Si les hypothèses sous-jacentes s’avèrent inexactes ou si
les risques ou incertitudes se matérialisent, les résultats réels
pourraient différer sensiblement de ceux qui sont indiqués dans les
déclarations prospectives.

Les risques et incertitudes incluent, mais sans s’y limiter, les
conditions générales de l’industrie et la concurrence ; les facteurs
économiques généraux, dont les variations du taux d’intérêt et des taux
de change ; l’impact de la régulation de l’industrie pharmaceutique et
de la législation en matière de soins de santé aux États-Unis et dans le
monde ; les tendances globales en matière de maîtrise des dépenses de
santé ; les avancées technologiques, les nouveaux produits et les
brevets obtenus par les concurrents ; les défis inhérents au
développement de nouveaux produits, dont l’obtention de l’approbation
réglementaire ; la capacité de la société de prévoir les futures
conditions du marché ; les difficultés ou délais de fabrication ;
l’instabilité financière des économies internationales et le risque
souverain ; la dépendance de l’efficacité des brevets de la société et
d’autres protections destinées aux produits novateurs ; et l’exposition
aux contentieux, notamment ceux portant sur les brevets, et/ou les
mesures de réglementation.

La société n’assume aucune obligation de mettre à jour l’une quelconque
de ces déclarations ou informations prospectives, que ce soit du fait
d’informations nouvelles, d’événements futurs ou pour toute autre
raison. D’autres facteurs pouvant provoquer un décalage entre les
résultats réels et ceux avancés dans les déclarations prospectives se
trouvent dans le bilan annuel de la société de 2014 sur le formulaire
10-K, ainsi que les autres formulaires de la société auprès de la
Securities and Exchange Commission (SEC) disponible sur le site Internet www.sec.gov.

Références

   

1.

 

http://www.cancer.org/cancer/nasopharyngealcancer/detailedguide/nasopharyngeal-cancer-what-is-nasopharyngeal-cancer

2.

http://www.cancer.gov/types/head-and-neck/patient/nasopharyngeal-treatment-pdq

3.

http://www.cancer.org/cancer/nasopharyngealcancer/detailedguide/nasopharyngeal-cancer-key-statistics

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

MSD
Contacts médias :
Pamela Eisele, 267-305-3558
An
Phan, 908-255-6325
ou
Relations avec les investisseurs :
Justin
Holko, 908-740-1879
Teri Loxam, 908-740-1986