Press release

Mezcor réfute les allégations contre Richard Levinson

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Ce qui suit est une déclaration par MEZCOR SA concernant les allégations contre M. Richard Levinson GENÈVE–(BUSINESS WIRE)–Dans un récent article, « How Diezani Laundered Looted Money, Her Accomplices Revealed » (Comment Diezani a blanchi de l’argent pillé, ses complices dévoilés) du 5 octobre 2015, le groupe connu sous le nom de « Sahara Reporters

Ce qui suit est une déclaration par MEZCOR SA concernant les allégations
contre M. Richard Levinson

GENÈVE–(BUSINESS WIRE)–Dans un récent article, « How Diezani Laundered Looted Money, Her
Accomplices Revealed » (Comment Diezani a blanchi de l’argent pillé, ses
complices dévoilés) du 5 octobre 2015, le groupe connu sous le nom de «
Sahara Reporters » a publié une série de déclarations allégeant que
l’administrateur de la société Mezcor Richard Levinson, en tant que
propriétaire de Custer Battles, était responsable de fraudes au
détriment du gouvernement des États-Unis de 3 millions $ ou de 4
millions $ ou de 10 millions $, et qu’il avait commis divers autres
torts. Sahara Reporters a indiqué que M. Levinson avait un « passé
scandaleux ».

En réponse à ces allégations, M. Levison a déclaré que « Toutes ces
déclarations sont fausses. Je n’ai jamais été propriétaire ou occupé un
‘poste de haute direction’ chez Custer Battles. J’étais un salarié dans
cette société et je n’étais absolument pas impliqué dans les événements
associés aux allégations de fraude chez Custer Battles. La société
emploie des centaines de personnes. De plus, je n’ai été embauché
qu’après que se soient produits ces événements en Irak. Les dossiers
publics de ce litige — auquel je n’ai pas participé et n’ai pas été
impliqué de toute manière que ce soit — montrent que les allégations de
Sahara Reporters sont entièrement fausses. »

M. Levinson a poursuivi « Pour une raison quelconque, Sahara Reports ont
régurgité ces allégations fallacieuses et diffamatoires que j’avais
niées et entièrement réfutées en juin 2006 (‘Danubia Global Refutes Wall
Street Journal Article’ – Danubia Global réfute l’article du Wall Street
Journal, 26 juin 2006, disponible en ligne). Le fait que Sahara
Reporters ait à nouveau publié des déclarations et des fabulations qui
ont été dissipées il y a des années — et qui sont facilement réfutées en
consultant les dossiers judiciaires publics et les comptes rendus
publiés — est irresponsable et intentionnellement trompeur. »

Quant à toutes les autres allégations de l’article de Sahara, Danubia
Global et Richard Levinson ont fait l’objet d’articles de presse dans le
Wall Street Journal en 2005-2006 qui se fondaient sur les déclarations
d’un plaignant individuel nommé Rory Mayberry. Le Tribunal fédéral de
district aux États-Unis a rejeté toutes les allégations avant le procès,
car il n’y avait aucune preuve étayant ces allégations d’acte
préjudiciable. Le rejet de ces allégations avant le procès signifie que
le plaignant avant une « possibilité zéro » de prouver les allégations
indiquées. Le tribunal a déclaré que M. Mayberry avait prononcé des
mensonges « stupéfiants ». Les accusés, dont Danubia et Richard
Levinson, ont reçu une exonération complète. Danubia a annoncé la
décision du tribunal dans l’article « Procès Danubia Global : affaire
classée » du 20 octobre 2008 (Reuters, Business Wire) qui peut également
être consulté en ligne. Sahara Reporters, agissant sans égard à la
vérité, a ignoré le fait que M. Levinson avait été blanchi par le
tribunal américain de toutes les allégations.

Mezcor a conclu que « Les allégations contre M. Levinson sont fausses.
Nous pensons qu’il est extrêmement irrégulier que des récits et des
rumeurs strictement faux continuent d’être publiés comme des faits
lorsque les dossiers judiciaires publics et les comptes rendus publiés
montrent qu’aucune de ces allégations n’est vraie. La société étudie
actuellement toutes les possibilités juridiques relativement à cette
affaire. »

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Daniel R. Joanes, directeur général
MEZCOR SA
30 Quai
Gustave-Ador
1207 Genève, Suisse
Tél. : +411223177010
Adresse
électronique : management@mezcor.com