Press release

Molson Coors déclare une baisse du bénéfice sous­jacent après impôts et du BAIIA sous­jacent pour le deuxième trimestre, en raison de la hausse du taux d’imposition et des taux de change défavorables

0 0 Donnez votre avis
Sponsorisé par Business Wire

DENVER, Colorado, et MONTRÉAL, Québec–(BUSINESS WIRE)–Molson Coors Brewing Company (NYSE : TAP; TSX : TPX) a annoncé aujourd’hui une baisse de 9,9 pour cent du bénéfice sous-jacent après impôts pour le deuxième trimestre de 2015, en raison de la hausse du taux d’imposition et des taux de change défavorables par rapport à l’exercice précédent. Selon les PCGR des États-Unis,

DENVER, Colorado, et MONTRÉAL, Québec–(BUSINESS WIRE)–Molson Coors Brewing Company (NYSE : TAP; TSX : TPX) a annoncé
aujourd’hui une baisse de 9,9 pour cent du bénéfice sous-jacent après
impôts pour le deuxième trimestre de 2015, en raison de la hausse du
taux d’imposition et des taux de change défavorables par rapport à
l’exercice précédent. Selon les PCGR des États-Unis, la Société a
déclaré un bénéfice net de 229,3 millions de dollars, en baisse de
21,1 pour cent, résultat qui est imputable à l’augmentation du montant
net des charges inhabituelles et autres charges non liées aux activités
de base, à la hausse du taux d’imposition et aux fluctuations
défavorables des taux de change.

M. Mark Hunter, président et chef de la direction de Molson Coors, a
déclaré : « Au deuxième trimestre, notre bénéfice sous-jacent avant
impôts en devises constantes s’est accru de 5,9 %, en raison de
l’établissement de prix nets positifs et des résultats découlant de nos
initiatives visant à réduire les coûts. Notre bénéfice sous-jacent après
impôts a diminué de 9,9 pour cent, en raison de la hausse du taux
d’imposition et des taux de change défavorables. Nous avons accru les
marges brutes aux États-Unis, au Canada et en Europe, ainsi que le
chiffre d’affaires net par hectolitre en monnaie locale aux États-Unis
et au Canada. Le chiffre d’affaires net par hectolitre en monnaie locale
a dans l’ensemble diminué en Europe; cependant, en excluant l’incidence
des contrats résiliés relatifs aux marques Modelo et Heineken, le
chiffre d’affaires net par hectolitre a augmenté dans tous nos
principaux marchés en Europe à l’exception de la Serbie. Nous avons
également enregistré une hausse des marges d’exploitation sous-jacentes
mondiales, qui tient à nos activités aux États-Unis et au Canada. Au
cours du trimestre, nous avons poursuivi la mise en œuvre de notre
stratégie de croissance du bénéfice axée sur les marques, de génération
d’importants flux de trésorerie et d’attribution disciplinée de la
trésorerie et du capital. Nous avons effectué d’importants
investissements dans nos marques principales, comme en témoigne la part
de marché accrue de la Coors Light aux États-Unis; nous avons poursuivi
la transformation de notre portefeuille de manière à mettre l’accent sur
les marques de spécialité, les bières artisanales et le cidre; nous
avons accru la présence de nos marques internationales dans les marchés
affichant une croissance rapide; et nous avons accru notre capacité
commerciale. De plus, cette année, nous avons rapatrié la bière
Staropramen de type lager dans notre portefeuille au Royaume-Uni et
acquis les activités des brasseries Mount Shivalik en Inde ainsi que les
droits de distribution du cidre de marque Rekorderlig au Royaume-Uni et
en Irlande. Ces acquisitions nous offrent des plateformes très
prometteuses pour accroître nos activités dans les marchés clés. Nous
avons également décidé de procéder à une importante restructuration de
nos activités en Chine, notre priorité étant d’accélérer le rendement du
secteur International dans son ensemble, et nous avons fermé la
brasserie située à Alton, au Royaume-Uni, dans le cadre de la
restructuration de la chaîne d’approvisionnement au Royaume-Uni. »

« De plus, nous demeurons résolus à utiliser le bénéfice après la charge
liée au capital à titre de cadre décisionnel clé, à utiliser notre
trésorerie pour récompenser les investisseurs et pour assurer le
maintien d’un bilan solide, à réduire les coûts de manière à fournir des
capacités de première ligne, et à effectuer des choix judicieux se
traduisant par des occasions de croissance axées sur les marques. Notre
stratégie s’appuie sur un effectif engagé, passionné et inspiré dont
l’objectif est d’être le premier choix des consommateurs et des clients.
Nous avons réalisé ces progrès au cours du trimestre en dépit du
maintien de pressions sur les volumes dans nos plus importants marchés,
de l’incidence importante des fluctuations des taux de change, de la
hausse du taux d’imposition et de la résiliation de contrats commerciaux
au Royaume-Uni et au Canada, comme nous l’avons annoncé précédemment. »

BAIIA et flux de trésorerie disponibles
sous-jacents

Le BAIIA sous-jacent s’est établi à 455,3 millions de dollars au
deuxième trimestre, en baisse de 4,4 pour cent par rapport à l’exercice
précédent, en raison des fluctuations défavorables des taux de change.

Les flux de trésorerie disponibles sous-jacents pour le deuxième
trimestre de 2015 se sont élevés à 241,1 millions de dollars. Ce
résultat représente une diminution de 90,6 millions de dollars par
rapport à l’exercice précédent, qui s’explique par la diminution du
bénéfice sous-jacent après impôts, par les taux de change défavorables
et par l’incidence favorable réduite liée aux variations du fonds de
roulement, y compris la hausse des impôts en espèces.

Rachats d’actions

Au deuxième trimestre, la Société a racheté 672 264 actions ordinaires
de catégorie B pour un prix moyen de 74,38 $, en vertu de son programme
de rachat d’actions de 1 milliard de dollars d’une durée de quatre ans,
lequel a été autorisé par le conseil d’administration de la Société en
février cette année. Au début du troisième trimestre, la Société a
utilisé un montant en trésorerie supplémentaire de 50 millions de
dollars aux fins du rachat d’actions ordinaires de catégorie B.

Volume de bière à l’échelle mondiale

Le volume de bière à l’échelle mondiale au deuxième trimestre s’est
établi à 16,3 millions d’hectolitres, en baisse de 1,9 pour cent par
rapport à l’exercice précédent.

Taux de change

Le bénéfice sous-jacent avant impôts consolidé de la Société au deuxième
trimestre tient compte de l’incidence défavorable de 22,4 millions de
dollars des fluctuations des taux de change. Au cours du trimestre, une
incidence défavorable de 11,8 millions de dollars a été enregistrée dans
le secteur Canada, une incidence défavorable de 11,5 millions de
dollars, dans le secteur Europe, et une incidence défavorable de
1,1 million de dollars, dans le secteur International. Une incidence
favorable de 2,0 millions de dollars a été enregistrée dans le secteur
corporatif.

Taux d’imposition effectifs

Au deuxième trimestre, la Société a comptabilisé un taux d’imposition
effectif de 20,1 pour cent sur la base du bénéfice déclaré et de
18,9 pour cent sur la base du bénéfice sous-jacent. Sur la base du
bénéfice déclaré et du bénéfice sous-jacent, le taux d’imposition
effectif a augmenté par rapport à l’exercice précédent, en raison
principalement d’un avantage fiscal non récurrent lié à la conclusion
d’un accord préalable de prix à l’exercice précédent.

Dette

Le total de la dette à la fin du deuxième trimestre s’élevait à
3,138 milliards de dollars, et la trésorerie et les équivalents de
trésorerie totalisaient 413,8 millions de dollars, ce qui se traduit par
une dette nette de 2,724 milliards de dollars, en baisse de
430,4 millions de dollars par rapport à l’exercice précédent.

Résultats des secteurs d’exploitation au
deuxième trimestre

Les résultats des secteurs d’exploitation de la Société pour le deuxième
trimestre de 2015 sont présentés ci-après.

Secteur États-Unis (MillerCoors)2

Le bénéfice sous-jacent comptabilisé à la valeur de consolidation du
secteur États-Unis de Molson Coors a augmenté de 8,0 pour cent
pour s’établir à 205,5 millions de dollars ce trimestre.

Faits saillants financiers et d’exploitation de
MillerCoors

Ce trimestre, le bénéfice net sous-jacent de MillerCoors s’est
établi à 487,2 millions de dollars, en hausse de 9,3 pour cent, résultat
qui s’explique par la réduction des coûts liés au brassage et aux
matériaux d’emballage et des coûts du carburant, ainsi que par
l’établissement de prix nets plus élevés et par les réductions de coûts
liées à la chaîne d’approvisionnement.

Les volumes de ventes nationales au détail de MillerCoors ont subi une
baisse de 3,2 pour cent ce trimestre. Les volumes de ventes nationales
aux grossistes ont diminué de 1,6 pour cent. Les produits nets nationaux
par hectolitre, qui ne tiennent pas compte des ententes de brassage ni
des ventes effectuées par des distributeurs détenus par l’entreprise, se
sont accrus de 1,7 pour cent, résultat qui tient à l’établissement de
prix nets favorables et à la composition favorable des ventes. Le total
des produits nets par hectolitre de la Société, compte tenu des ententes
de brassage et des ventes effectuées par des distributeurs détenus par
l’entreprise, a augmenté de 1,4 pour cent. Les volumes liés aux ententes
de brassage ont diminué de 1,4 pour cent.

Le coût des produits vendus par hectolitre a diminué de 1,7 pour cent,
résultat qui tient à la baisse des prix de l’aluminium livré, à la
baisse des coûts des intrants liés au malt et au maïs, à la diminution
des charges liées au carburant et aux réductions de coûts liées à la
chaîne d’approvisionnement. La réduction du total du coût des produits
vendus par hectolitre a été neutralisée en partie par la hausse des
coûts liés aux ententes de brassage, par l’accroissement des coûts liés
à l’innovation au chapitre des marques et par l’absorption des coûts
fixes moins importante tenant à la baisse des volumes. Les frais de
commercialisation, généraux et d’administration ont diminué de
1,1 pour cent, en raison de la diminution des investissements au
chapitre de la commercialisation, particulièrement en ce qui a trait à
la marque Miller Fortune, facteur neutralisé en partie par la hausse des
investissements au chapitre de la technologie.

L’amortissement des immobilisations corporelles et des actifs
incorporels de MillerCoors s’est établi à 77,4 millions de dollars au
deuxième trimestre; les ajouts aux immobilisations corporelles et aux
actifs incorporels ont totalisé 78,4 millions de dollars au deuxième
trimestre.

Secteur Canada

Le bénéfice sous-jacent avant impôts du secteur Canada a diminué
de 5,5 pour cent pour s’établir à 114,3 millions de dollars ce
trimestre, la diminution étant imputable aux fluctuations défavorables
des taux de change. La dépréciation du dollar canadien par rapport au
dollar américain s’est traduite par une incidence défavorable du taux de
change de 11,8 millions de dollars sur le bénéfice sous-jacent avant
impôts ce trimestre. Le bénéfice sous-jacent avant impôts en devises
constantes a augmenté de 4,3 pour cent, en raison de l’établissement de
prix nets positifs et d’une composition favorable des ventes, ainsi que
des importantes réductions de coûts.

Les ventes au détail ont diminué de 8,1 pour cent au deuxième trimestre
sur la base du bénéfice déclaré, la moitié environ de la diminution
tenant à la résiliation du contrat de licence avec Miller plus tôt au
cours de l’exercice. En excluant les marques Miller de nos résultats
pour l’exercice considéré et pour l’exercice précédent3,
notre part de marché a reculé d’environ un point et demi. Les volumes de
ventes de Molson Coors au Canada ont diminué de 6,6 pour cent au
deuxième trimestre. Les ventes nettes par hectolitre se sont accrues de
4,1 pour cent en monnaie locale, en raison de l’établissement de prix
nets positifs et d’une composition des marques favorable.

Le coût des produits vendus par hectolitre a augmenté de 0,9 pour cent
en monnaie locale, résultat imputable à l’effet de levier négatif lié
aux volumes, à un changement dans la composition des produits entraînant
des coûts plus élevés ainsi qu’à la hausse des coûts des intrants,
facteurs neutralisés en partie par les réductions de coûts. Les frais de
commercialisation, généraux et d’administration ont diminué de
3,8 pour cent en monnaie locale, en raison de la diminution des coûts
liés à l’amortissement des marques.

Secteur Europe

Le bénéfice sous-jacent avant impôts du secteur Europe a diminué
de 21,5 pour cent pour s’établir à 68,1 millions de dollars ce
trimestre, en raison essentiellement des fluctuations défavorables des
taux de change et de la résiliation de contrats au Royaume-Uni. Le
bénéfice sous-jacent avant impôts a subi une baisse de 8,3 pour cent en
devises constantes, qui s’explique par la résiliation des ententes de
brassage liées aux marques Modelo et Heineken au Royaume-Uni plus tôt au
cours de l’exercice. En excluant l’incidence des ententes résiliées, le
bénéfice avant impôts en devises constantes du secteur Europe aurait
augmenté ce trimestre, en raison de l’accroissement des volumes de
ventes, de l’établissement de prix positifs et de la réduction des
coûts. Les fluctuations des taux de change ont eu une incidence
défavorable de 11,5 millions de dollars sur les résultats sous-jacents.

Les volumes de ventes du secteur Europe ont diminué de 1,1 pour cent,
résultat qui tient à la résiliation de l’entente liée aux marques Modelo
au Royaume-Uni. Les ventes nettes par hectolitre du secteur Europe ont
diminué de 2,6 pour cent en monnaie locale, en raison principalement de
la perte des marques Modelo au Royaume-Uni, de la réduction des volumes
liés aux ententes de brassage et de la composition défavorable des
marques. Malgré la diminution générale enregistrée, en excluant les
contrats résiliés relatifs aux marques Modelo et Heineken, les ventes
nettes par hectolitre ont augmenté dans tous nos principaux marchés
européens.

Le coût des produits vendus par hectolitre a diminué de 3,3 pour cent en
monnaie locale, en raison de l’élimination des coûts liés aux marques
Modelo et de la baisse des volumes liés aux ententes de brassage au
Royaume-Uni, ainsi que d’une variation de la composition géographique et
de la réduction des coûts liés à la chaîne d’approvisionnement.

Les frais de commercialisation, généraux et d’administration ont
augmenté de 0,5 pour cent en monnaie locale, en raison de la hausse des
investissements au chapitre de la commercialisation tenant au moment
auquel les investissements ont eu lieu au cours du trimestre, facteur
neutralisé en partie par la réduction des frais indirects.

Secteur International

Le secteur International a affiché une perte sous-jacente avant
impôts de 5,8 millions de dollars au deuxième trimestre, comparativement
à une perte de 3,7 millions de dollars à l’exercice précédent. Ce
résultat tient à la comptabilisation d’une charge de 3,6 millions de
dollars au titre des promotions liées aux prix, laquelle découle de
notre décision de procéder à une importante restructuration de nos
activités en Chine; il tient également aux fluctuations défavorables des
taux de change et de la composition géographique. Ces facteurs ont été
neutralisés en partie par la croissance des volumes de ventes et par la
diminution des investissements au chapitre de la commercialisation. Les
fluctuations des taux de change ont eu une incidence défavorable de
1,1 million de dollars sur les résultats sous-jacents avant impôts.

Le total des volumes de ventes du secteur International, compte tenu des
ventes assujetties à des redevances, a augmenté de 17,8 pour cent, en
raison de la croissance à trois chiffres des volumes en Inde, laquelle
tient au rendement solide au chapitre des volumes enregistré
relativement à nos activités existantes et à l’acquisition des
brasseries Mount Shivalik plus tôt au cours de l’exercice, ainsi qu’en
raison de la croissance à deux chiffres de la marque Coors Light en
Amérique latine. Le chiffre d’affaires net par hectolitre a diminué de
35,0 pour cent, en raison surtout de la comptabilisation de charges au
titre des promotions liées aux prix, laquelle a trait à la
restructuration importante de nos activités en Chine, ainsi que de la
variation de la composition géographique et des fluctuations des taux de
change.

Le coût des produits vendus par hectolitre a diminué de 22,8 pour cent,
résultat qui s’explique par un changement dans la composition des ventes
et par les fluctuations des taux de change. Les frais de
commercialisation, généraux et d’administration du secteur International
ont diminué de 22,0 pour cent, en raison de la diminution des
investissements au chapitre de la commercialisation.

Secteur corporatif

La perte sous-jacente avant impôts du secteur corporatif a
totalisé 54,2 millions de dollars au deuxième trimestre. Cette
diminution de 9,3 millions de dollars par rapport à une perte de 63,5
millions de dollars à l’exercice précédent est attribuable à la
réduction des intérêts débiteurs et à un gain sur la vente d’un bien
immobilier non lié aux activités d’exploitation.

Éléments inhabituels et autres éléments non
liés aux activités de base
4

Les éléments inhabituels et autres éléments non liés aux activités de
base
ci-après ont été exclus des résultats sous-jacents.

Au cours du trimestre, Molson Coors a comptabilisé une charge
inhabituelle
nette de 33,7 millions de dollars. Cette charge tient à
des charges de 9,3 millions de dollars au titre de la fermeture de notre
installation de brassage située à Alton, au Royaume-Uni, ce trimestre,
ainsi qu’à une charge de 29,4 millions de dollars liée au rapatriement
des droits de distribution exclusifs de la marque Staropramen au
Royaume-Uni, par suite de la résiliation de notre entente avec
Carlsberg. De plus, nous avons comptabilisé des charges de 8,2 millions
de dollars au titre de la fermeture de la ligne d’embouteillage de notre
brasserie située à Toronto, dans le cadre de l’examen stratégique de
notre réseau de chaînes d’approvisionnement canadien, et nous avons
comptabilisé des charges de 6,4 millions de dollars dans le secteur
International relativement à la décision de la direction de procéder à
une importante restructuration de nos activités en Chine. Ces charges
ont été neutralisées en partie par un bénéfice de 19,4 millions de
dollars lié à la résiliation avant l’échéance de notre entente de
brassage avec Heineken.

MillerCoors n’a pas comptabilisé de charges inhabituelles ce trimestre.

Les autres éléments non liés aux activités de base ont entraîné une
perte de 4,2 millions de dollars, qui tient aux pertes nettes évaluées à
la valeur de marché non réalisées liées aux couvertures des marchandises.

Conférence téléphonique portant sur les
résultats du deuxième trimestre de 2015

Molson Coors Brewing Company tiendra une conférence téléphonique à
l’intention des analystes financiers et des investisseurs aujourd’hui à
11 h, heure de l’Est, afin de discuter de ses résultats du deuxième
trimestre de 2015. Une diffusion Web de la conférence téléphonique sur
les résultats sera également offerte.

La Société tiendra également une diffusion Web en temps réel de la
séance de suivi des analystes financiers et des investisseurs
institutionnels à 13 h, heure de l’Est. Les deux diffusions Web seront
accessibles sur le site Web de la Société, à l’adresse www.molsoncoors.com.
Les rediffusions en ligne seront offertes jusqu’à 23 h 59, heure de
l’Est, le 5 novembre 2015. La Société affichera aujourd’hui le présent
communiqué et les états financiers connexes sur son site Web.

Prochaines diffusions Web à l’intention des
investisseurs

La Société tiendra une diffusion Web en temps réel en septembre, dans le
cadre de l’événement suivant :

M. Mark Hunter, président et chef de la direction, et M. Gavin
Hattersley, chef de la direction financière de Molson Coors, feront une
présentation dans le cadre de la Barclays Global Consumer Staples
Conference devant avoir lieu à Boston le jeudi 10 septembre 2015. La
présentation est prévue pour 9 h 45, heure de l’Est.

La diffusion Web de cette présentation à l’intention des investisseurs
sera accessible sur le site Web de Molson Coors Brewing Company, à
l’adresse www.molsoncoors.com,
à la page s’adressant aux investisseurs. La rediffusion en ligne sera
offerte dans les deux heures suivant la présentation.

Notes :

1.   La Société calcule le bénéfice sous-jacent après impôts, le BAIIA
sous-jacent et les flux de trésorerie disponibles sous-jacents, des
mesures non définies par les PCGR, en excluant les éléments
inhabituels et les autres éléments non liés aux activités de base de
la mesure du rendement la plus pertinente des PCGR des États-Unis,
soit le bénéfice net lié aux activités poursuivies attribuable à
MCBC en ce qui a trait au bénéfice sous-jacent après impôts et au
BAIIA sous-jacent, et les flux de trésorerie nets provenant des
activités d’exploitation en ce qui a trait aux flux de trésorerie
disponibles sous-jacents. De plus, les résultats en devises
constantes excluent l’incidence des fluctuations des taux de change.
Pour plus de renseignements au sujet de ces ajustements, se reporter
à la section « Éléments inhabituels et autres éléments non liés aux
activités de base », ainsi qu’aux tableaux de rapprochement avec les
mesures les plus pertinentes des PCGR des États-Unis figurant dans
la version anglaise de ce communiqué. Sauf indication contraire,
tous les montants sont libellés en dollars américains, et tous les
résultats trimestriels comparatifs sont ceux du deuxième trimestre
terminé le 30 juin 2015, par rapport à ceux du deuxième trimestre
terminé le 30 juin 2014. De plus, en ce qui concerne tous les
calculs de résultats par hectolitre, le dénominateur exclut les
volumes liés aux ententes de brassage et ceux liés aux marques
distribuées non détenues, et le numérateur tient compte de
l’incidence financière de ces ventes, sauf indication contraire.
Certains chiffres pourraient ne pas correspondre aux totaux en
raison de leur arrondissement.
 
2. MillerCoors, une coentreprise américaine de Molson Coors Brewing
Company et de SABMiller plc, a été créée le 1er juillet
2008. Molson Coors détient une participation économique de 42 pour
cent dans MillerCoors, laquelle est comptabilisée à la valeur de
consolidation. La participation de Molson Coors dans les résultats
de MillerCoors ainsi que certains ajustements aux termes des PCGR
des États-Unis sont présentés au poste « Bénéfice comptabilisé à la
valeur de consolidation dans MillerCoors ». La version anglaise de
ce communiqué comprend un rapprochement du bénéfice net de
MillerCoors et du bénéfice comptabilisé à la valeur de consolidation
dans MillerCoors de Molson Coors Brewing Company, ainsi que du
bénéfice sous-jacent avant impôts du secteur États-Unis, une mesure
non définie par les PCGR (se reporter au tableau 6 figurant dans la
version anglaise de ce communiqué).
 
3. Exclut les marques Miller des résultats au chapitre de nos ventes au
détail au Canada aux deuxièmes trimestres de 2014 et 2015. Le 31
mars 2015, nous avons mis fin à notre contrat de licence avec Miller
Brewing Company (« Miller »), et Miller International a repris le
contrôle de ces marques.
 
4. Se reporter au tableau 2 de la version anglaise de ce communiqué
pour l’incidence des éléments inhabituels et autres éléments non
liés aux activités de base pour chaque secteur.
 

À propos de Molson Coors

Molson Coors Brewing Company est l’un des plus grands brasseurs du
monde, dont les marques exceptionnelles comblent les amateurs de bières
à l’échelle internationale. La Société brasse, commercialise et vend un
portefeuille de marques de premier plan telles que Coors Light, Molson
Canadian, Carling, Staropramen et Blue Moon dans les Amériques, en
Europe et en Asie. Elle exerce ses activités au Canada par l’entremise
de Molson Coors Canada; aux États-Unis, par l’entremise de MillerCoors;
et en Europe, par l’entremise de Molson Coors Europe. Hors de ces
principaux marchés, la Société exerce ses activités par l’entremise de
Molson Coors International. La Société est inscrite depuis quatre ans à
l’indice mondial de développement durable Dow Jones, et a été reconnue
en tant que leader mondial du secteur des boissons en 2012 et en 2013.

Contacts

Molson Coors Brewing Company
Médias

Colin
Wheeler, 303-927-2443
ou
Relations
avec

les investisseurs
Dave
Dunnewald, 303-927-2334

Read full story here