Press release

Nanoco émet des doutes sur l’avis peu concluant de l’Öko Institute visant à étendre l’exemption du cadmium pour les téléviseurs et les écrans dans le cadre de la directive RoHS

0 0
Sponsorisé par Business Wire

MANCHESTER, Angleterre, et CONCORD, Massachusetts–(BUSINESS WIRE)–Nanoco Group plc (LSE : NANO), un leader mondial en matière de développement et de fabrication de boîtes quantiques sans cadmium et d’autres nanomatériaux, a contesté aujourd’hui un nouveau rapport consultatif de l’Öko Institute dans la mesure où il recommande l’extension d’une exemption dans le cadre de la directive RoHS

MANCHESTER, Angleterre, et CONCORD, Massachusetts–(BUSINESS WIRE)–Nanoco Group plc (LSE : NANO), un leader mondial en matière de
développement et de fabrication de boîtes quantiques sans cadmium et
d’autres nanomatériaux, a contesté aujourd’hui un nouveau
rapport consultatif
de l’Öko Institute dans la mesure où il
recommande l’extension d’une exemption dans le cadre de la directive
RoHS (Limitation de l’utilisation de certaines substances dangereuses
dans les appareils électroniques et électriques) qui permettrait
l’utilisation de boîtes quantiques contenant du cadmium en Europe dans
les téléviseurs et les écrans. Le même rapport de l’Öko Institute
demande une fin de l’exemption permettant l’utilisation du cadmium dans
l’éclairage à LED. La Commission européenne, le Parlement européen et
les Etats membres de l’UE évalueront ensuite le rapport de l’Öko
Institute avant de tirer des conclusions.


Le rapport de l’Öko Institute a été commandé par la Direction générale
de l’environnement (DG ENV), qui est le département de la Commission
européenne responsable de la politique de l’UE en matière
d’environnement. En mai 2015, le Parlement européen a voté de façon
décisive, à 618 voix contre 33, pour rejeter un acte délégué de la
Commission européenne étendant l’utilisation du cadmium toxique dans les
téléviseurs et autres écrans jusqu’en juillet 2018. Cela a déclenché
l’évaluation actuelle.

Le cadmium est l’une de six substances hautement toxiques dont
l’utilisation est interdite en Europe dans les équipements électriques
et électroniques par la directive RoHS en vigueur depuis 12 ans, qui a
été conçue pour protéger la santé humaine et l’environnement et pour
faciliter le recyclage. La directive RoHS reconnaît que le cadmium est
le métal lourd toxique le plus dangereux, lui attribuant un niveau
maximal autorisé 10 fois inférieur au mercure et au plomb.

Le rapport reconnaît l’existence d’alternatives sans cadmium sur le
marché et que les normes de performance des deux technologies sont
similaires dans différentes conditions de test. Le rapport n’est pas
définitif et confie la décision aux institutions européennes pour savoir
si une extension doit être accordée. Nanoco souhaite que la Commission
européenne, les Etats membres et le Parlement européen exercent leur
responsabilité pour soutenir la directive RoHS en garantissant que des
différences de performance minimes ne viennent pas faire obstacle au
progrès visant à éliminer une substance toxique et dangereuse de
l’environnement de l’UE.

Des conclusions peu concluantes

Nanoco a identifié un certain nombre de problèmes dans l’avis de l’Öko
Institute qui remettent en question les recommandations, notamment le
fait que le rapport ne donne aucune indication sur quels niveaux
d’amélioration supposée de la gamme de couleurs ou d’économies d’énergie
supposées doivent être considérés comme suffisants pour justifier une
exemption dans le cadre de la directive RoHS. Cela pourrait être
différent pour différentes catégories d’appareils (par ex. téléviseurs
grand public par rapport à des moniteurs de diagnostic médical). Les
autres inquiétudes incluent :

La toxicité :

– Le rapport n’évalue pas des données scientifiques précises sur la
toxicité relative du cadmium par rapport aux matériaux sans cadmium
(aussi bien pour le phosphure d’indium que les boîtes quantiques sans
cadmium [Cadmium-free Quantum Dots – CFQD®] produites par Nanoco), et ne
parvient donc pas à tirer des conclusions claires sur les dangers
considérablement plus élevés du cadmium, qui est le seul composé parmi
les trois réglementés dans le cadre de la directive RoHS.

– De plus, les recommandations sont en contradiction avec des
déclarations antérieures de l’Öko Institute concernant la même exemption
de 20131 donnant préséance au contrôle des matériaux à usage
restreint dans la directive RoHS sur les économies d’énergie
potentielles.

Les économies d’énergie :

– Le rapport affirme que les avantages revendiqués d’économie d’énergie
pour les composants QD au cadmium dépendent des produits d’affichage
dans lesquels ils sont utilisés, remettant en question les conclusions
pour ce qui concerne les économies d’énergie. Il ignore par ailleurs
l’impact de la performance en augmentation rapide des boîtes quantiques
sans cadmium, en particulier avec les téléviseurs SUHD Samsung de
seconde génération déjà lancés au T1 de cette année.

– Le rapport accepte les arguments de consommation d’énergie moindre
pour les écrans à base de cadmium – en dépit du fait que les données sur
les téléviseurs commerciaux montrent que ceux qui intègrent des boîtes
quantiques sans cadmium ont une consommation d’énergie inférieure,
obtenant une notation A+ leader du marché pour l’efficacité énergétique.

Le rendu des couleurs :

– Le rapport accepte les arguments de performance supérieure pour la
gamme de couleurs, en dépit de sa propre analyse révélant que « les
experts comprennent que les résultats sont peu concluants ». En outre,
le rapport se demande si une gamme de couleurs supérieure est importante
pour les consommateurs et dans toutes les circonstances.

– Le rapport n’arrive pas à se focaliser sur les normes industrielles
les plus pertinentes en matière de rendu des couleurs, en particulier la
norme DCI qui est dorénavant utilisée pour les enregistrements
cinématographiques numériques et la dernière norme UltraHD Premium, qui
exigence que les écrans obtiennent un score DCI de 90 %. Cette norme est
pleinement respectée par les téléviseurs à boîtes quantiques sans
cadmium vendus aujourd’hui.

La portée juridique :

– Le rapport lui-même admet que sa recommandation n’est pas
juridiquement contraignante.

– Il affirme aussi que même si les revendications (contestées) de
meilleur rendu des couleurs et d’efficacité énergétique supérieure sont
acceptées, « c’est au-delà du mandat d’évaluation reposant sur des bases
scientifiques pour l’évaluation d’exemption, de conclure si
l’utilisation d’une substance d’usage restreint selon la directive RoHS
pour permettre une certaine fonction ou propriété a un coût associé
acceptable. »

– Nanoco pense que l’extension de l’exemption contredirait clairement
l’objectif fondamental de la directive RoHS, qui est d’éliminer
l’utilisation de matériaux à usage restreint dont le cadmium. Il est
clair, face au formidable succès commercial des téléviseurs à boîtes
quantiques sans cadmium, qu’ils satisfont à toutes les normes de
performance requises pour se substituer efficacement à une poursuite de
l’utilisation du cadmium ; il doit donc être mis fin à l’exemption.

Michael Edelman, président-directeur général de Nanoco, a déclaré :

« L’intention de la directive RoHS est d’interdire l’utilisation de
substances dangereuses dans l’UE. Recommander une poursuite de
l’utilisation du cadmium dans le cadre de cette directive à la lumière
de ces conclusions peu concluantes est au mieux malavisée, au pire
irresponsable. »

« La réalité est que des téléviseurs et écrans innovants, hautement
performants et efficaces en énergie peuvent être et sont produits avec
des boîtes quantiques sans cadmium, rendant totalement inutile le besoin
d’une quelconque exemption pour le cadmium. »

« Le cadmium est une technologie obsolète et dangereuse qui n’a jamais
décollé sur le marché grand public. En fait, les ventes de téléviseurs
utilisant des boîtes quantiques sans cadmium dépassent déjà celles des
téléviseurs utilisant du cadmium, selon un facteur de 20 pour un. Alors
pourquoi prolonger l’utilisation de ce produit chimique très réglementé
et toxique lorsqu’il existe des alternatives sûres disponibles
aujourd’hui et offrant des niveaux de rendu des couleurs et d’efficacité
énergétique parmi les meilleurs du marché ? »

« La technologie sans cadmium combine des couleurs vives renforcées avec
une efficacité énergétique exceptionnelle, tandis que les niveaux de
performance continuent d’augmenter rapidement sur toute la ligne. »

« D’importants fabricants de téléviseurs et d’écrans, dont Samsung, se
sont déjà exprimés et ont orienté leurs stratégies produit sur la
technologie sans cadmium. Dans les prochains mois, d’autres fabricants
souhaiteront de la même manière rivaliser avec les meilleurs produits
d’affichage offrant un rendu des couleurs amélioré sans prendre de
risque en adoptant une technologie sans cadmium. »

« Au final, le cadmium deviendra une substance interdite dans l’UE même
si la recommandation d’étendre l’exemption (devant prendre fin en
juillet 2014) de trois ans est adoptée. Ainsi, il est très peu probable
que des fabricants de premier plan mettent en péril leurs stratégies
produit en adoptant le cadmium. »

« Les demandes antérieures des gouvernements suédois et britannique et
de groupes écologistes comme EEB, ChemSec et Greenpeace font partie de
l’immense courant d’opinion contre l’utilisation du cadmium dans
l’environnement de l’UE. »

« Il est surprenant qu’il y a trois ans l’Öko Institute ait recommandé
l’extension du cadmium pour les écrans sur la base de la non
disponibilité d’alternatives valables avant 2019. Elles étaient déjà
dans les rayons en mars 2015. Bien que déclarant que les économies
d’énergie n’étaient pas un critère déterminant dans son rapport de 2014,
il semble avoir soudainement décidé que c’est le facteur principal pour
recommander la nouvelle extension. »

« Le Parlement européen a voté l’an dernier à une écrasante majorité la
poursuite de cette exemption du cadmium, et nous demandons à la
Commission européenne, aux Etats membres de l’UE et à nouveau au
Parlement européen de suivre le cours démocratique et logique pour
mettre au plus vite un terme à cette exemption inutile pour les
téléviseurs et les écrans. »

A PROPOS DE NANOCO

Nanoco (LSE : NANO) est un leader mondial en matière de développement et
de production de boîtes quantiques sans cadmium et d’autres
nanomatériaux destinés à être utilisés dans de multiples applications
dont les écrans LCD, l’éclairage, les cellules solaires et la
bio-imagerie. Sur le marché des écrans, The Dow Chemical Company possède
une licence non exclusive pour fabriquer, commercialiser et vendre la
technologie de boîtes quantiques sans cadmium de Nanoco.

Fondée en 2001, Nanoco a son siège social à Manchester, au Royaume-Uni.
La société possède des installations de production à Runcorn, au
Royaume-Uni, et une filiale aux Etats-Unis, Nanoco Inc., basée à
Concord, dans le Massachusetts. Nanoco compte par ailleurs des cadres
chargés du développement commercial au Japon, en Corée et à Taïwan. Sa
technologie est protégée dans le monde entier par un important ensemble
de brevets en pleine croissance.

Nanoco est cotée sur le marché principal de la Bourse de Londres sous le
symbole NANO. Pour en savoir plus, veuillez consulter : www.nanocogroup.com.

1 http://rohs.exemptions.oeko.info/fileadmin/user_upload/RoHS_IX/20140422_RoHS2_Evaluation_Ex_Requests_2013-1-5_final.pdf
p. 73

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Contact médias :
Tier One Partners
Kathy Wilson,
781-652-0499
kwilson@tieronepr.com