Press release

Présentation à l’EHA des résultats d’analyses de l’étude MCL-002 (SPRINT) sur Revlimid®

0 0 Donnez votre avis
Sponsorisé par Business Wire

BOUDRY, Suisse–(BUSINESS WIRE)–Celgene International Sàrl, filiale à part entière de Celgene Corporation (NASDAQ : CELG), a annoncé aujourd’hui la présentation de deux analyses de son essai multicentrique randomisé en ouvert de phase II, MCL-002 (SPRINT), comparant Revlimid® (lénalidomide) au traitement de choix de l’investigateur (CI) chez des patients atteints du lymphome à cellules du manteau

BOUDRY, Suisse–(BUSINESS WIRE)–Celgene International Sàrl, filiale à part entière de Celgene
Corporation (NASDAQ : CELG), a annoncé aujourd’hui la présentation de
deux analyses de son essai multicentrique randomisé en ouvert de phase
II, MCL-002 (SPRINT), comparant Revlimid® (lénalidomide) au
traitement de choix de l’investigateur (CI) chez des patients atteints
du lymphome à cellules du manteau (LCM) récidivant ou réfractaire, au
congrès annuel de l’European Hematology Association.

Dans l’étude, 254 patients ont été randomisés dans une proportion de 2:1
pour recevoir soit REVLIMID (n=170), soit de la cytarabine, du
rituximab, de la gemcitabine, de la fludarabine ou du chlorambucil
(n=84) en monothérapie. Le critère d’efficacité principal était la
survie sans progression, définie comme le temps écoulé depuis la
randomisation jusqu’à l’apparition des premiers signes de progression ou
jusqu’à la mort, quelle qu’en soit la cause. Les critères secondaires, y
compris la qualité de vie (QV) liée à la santé, ont été analysés de
façon exploratoire.

Le critère d’évaluation principal, la SSP médiane, s’est
considérablement amélioré avec la lénalidomide, par rapport au CI (8,7
contre 5,2 mois ; RR=0,61, P=0,004). Une analyse exploratoire
prédéterminée examinant la survie sans progression (SSP) dans des
sous-groupes en fonction des traitements antérieurs reçus a été
présentée. Les résultats évaluant les traitements CI sélectionnés dans
l’étude ont indiqué que REVLIMID permettait de réduire le risque de
progression ou de décès par rapport à chacun des traitements CI.
Comparée à la lénalidomide, et compte tenu du nombre réduit de patients
dans le groupe CI, la réduction du risque de SSP était de 22 % par
rapport au rituximab (n=27), 56 % par rapport à la gemcitabine (n=20),
42 % par rapport à la fludarabine (n=18), 43 % par rapport au
chlorambucil (n=11) et 8 % par rapport à la cytarabine (n=8).

Une analyse exploratoire de la SSP effectué en fonction de sous-groupes
ayant reçu un traitement antérieur a montré une amélioration statistique
dans plusieurs sous-groupes pour REVLIMID, par rapport au CI, y compris
chez les patients dont le diagnostic de LCM datait de moins de 3 ans,
les patients ayant reçu au moins 2 traitements systémiques ou connu au
moins 2 rechutes, les patients dont le dernier traitement datait d’au
moins 6 mois, les patients dont la dernière dose de rituximab datait
d’au moins 230 jours, les patients ayant des antécédents de maladie
réfractaire, les patients n’ayant aucun antécédent de greffe de cellules
souches ou de traitement à doses élevées, et les patients ayant des
antécédents de prise de rituximab.

Le groupe de traitement était l’effet principal associé à une
amélioration significative de la SSP par analyse de régression de Cox
univariée (RR=0,619 ; P=0,004) et était hautement significatif dans
l’analyse multivariée (RR=0,384 ; P=<0,001). D’autres facteurs associés
à une amélioration significative de la SSP par analyses univariée et
multivariée étaient moins de 3 traitements anti-lymphome systémiques
antérieurs et la prise de la dernière dose de rituximab datant d’au
moins 230 jours.

Un objectif secondaire planifié de l’étude a aussi été présenté. La
qualité de vie (QV) a été mesurée à l’aide du questionnaire EORTC
QLQ-C30 au début de l’étude, à la suite des cycles 2, 4, 6 et 8, et à la
fin du traitement. Le questionnaire EORTC QLQ-C30 portait sur cinq
domaines fonctionnels, neuf échelles d’évaluation des symptômes et une
échelle d’évaluation globale de la santé/QV.

La complétion des données relatives à la QV a chuté de 93 % à la
sélection, passant à 51 % à l’interruption du traitement en cours
d’étude, et des taux de non-conformité plus élevés ont été observés
parmi les patients CI. La QV s’est maintenue (aggravation de moins de 10
points) avec REVLIMID, par rapport aux valeurs de référence, jusqu’au
dernier cycle de traitement pour les domaines d’évaluation principal et
secondaires de la QV. Les patients traités par REVLIMID ont signalé une
QV similaire par rapport aux monothérapies CI pour les scores de tous
les domaines/échelles et à chaque visite de suivi.

Une tendance vers une amélioration cliniquement significative plus
élevée de la QV a été observée chez les patients traités par REVLIMID
sur la plupart des domaines/échelles d’évaluation des fonctions et des
symptômes à une ou plusieurs visites de suivi. Aucune différence
significative de la QV n’a été observée entre les deux bras pour le
critère d’évaluation principal de l’état de santé global. Des
différences statistiquement significatives (au moins 10 %) de la QV,
entre les bras de traitement REVLIMID et CI ont été constatées pour la
fonction physique (24 % contre 8 %, respectivement ; P=0,0025) et la
douleur (29 % contre 18% ; P=0,0471).

À propos du REVLIMID®

Aux États-Unis, REVLIMID est autorisé en association avec la
dexaméthasone pour le traitement du myélome multiple. REVLIMID est
également approuvé en association avec la dexaméthasone, pour le
traitement du myélome multiple chez les patients ayant déjà reçu au
moins un traitement antérieur dans près de 70 pays, englobant l’Europe,
le continent américain, le Moyen Orient et l’Asie, et, en association
avec la dexaméthasone, pour le traitement des patients dont la maladie a
progressé après avoir reçu au moins un traitement antérieur en Australie
et en Nouvelle-Zélande.

REVLIMID est également autorisé aux États-Unis, au Canada, en Suisse, en
Australie, en Nouvelle-Zélande et dans plusieurs pays d’Amérique latine,
ainsi qu’en Malaisie et en Israël, pour le traitement des patients
présentant une anémie avec dépendance transfusionnelle due à un SMD
(syndrome myélodysplasique) à risque faible ou intermédiaire 1 associé à
une anomalie cytogénétique de type délétion 5q isolée avec ou sans
autres anomalies cytogénétiques et, en Europe, pour le traitement des
patients présentant une anémie avec dépendance transfusionnelle due à un
SMD à risque faible ou intermédiaire 1 associé à une anomalie
cytogénétique de type délétion 5q isolée, lorsque les autres options
thérapeutiques sont insuffisantes ou inappropriées.

En outre, REVLIMID est approuvé aux États-Unis pour le traitement de
patients atteints du lymphome du manteau (LCM) dont la maladie a rechuté
ou progressé après deux traitements consécutifs, dont l’un au bortezomib.

Informations des autorités de réglementation américaines à propos de
REVLIMID
®

REVLIMID® (lénalidomide) en combinaison avec
la dexaméthasone (dex) est indiqué pour le traitement de patients
atteints de myélome multiple (MM).

REVLIMID® est indiqué pour le traitement de
patients atteints d’une anémie avec dépendance transfusionnelle due à
des syndromes myélodysplasiques (SMD) de risque faible ou intermédiaire
1 associés à une anormalité cytogénétique de délétion 5q avec ou sans
anormalités cytogénétiques supplémentaires.

REVLIMID® est indiqué pour le traitement de
patients atteints du lymphome à cellules du manteau (LCM) dont la
maladie est en rechute ou a progressé après deux traitements préalables,
dont l’un incluait du bortézomib.

Le REVLIMID n’est pas indiqué ni recommandé pour le traitement des
patients atteints de leucémie lymphoïde chronique (LLC) en dehors
d’essais cliniques contrôlés.

Informations importantes de sécurité

AVERTISSEMENT : TOXICITÉ EMBRYO-FŒTALE, TOXICITÉ HÉMATOLOGIQUE et
THROMBO-EMBOLIE VEINEUSE et ARTÉRIELLE

Toxicité pour l’embryon ou le fœtus

Ne pas utiliser REVLIMID pendant la grossesse. La lénalidomide, un
analogue de la thalidomide, a généré des malformations des membres lors
d’une étude du développement chez les singes. La thalidomide est un
tératogène humain connu qui génère des malformations congénitales graves
et potentiellement mortelles chez les humains. La prise de lénalidomide
pendant la grossesse peut entraîner des malformations congénitales ou le
décès d’un fœtus en développement. Les femmes en âge de procréer doivent
obtenir deux tests de grossesse négatifs avant de commencer un
traitement par REVLIMID. Elles doivent utiliser deux modes de
contraception ou s’abstenir en permanence de tout rapport hétérosexuel
pendant le traitement par REVLIMID et pendant les quatre semaines qui
suivent. Pour éviter l’exposition du fœtus à la lénalidomide, REVLIMID
n’est disponible que dans le cadre d’un programme de distribution
restreinte appelé REVLIMID REMS
® (anciennement
programme « RevAssist
® »).

Des informations relatives au programme REVLIMID REMS®
sont disponibles sur le site
www.celgeneriskmanagement.com
ou en composant le numéro gratuit du fabricant 1-888-423-5436.

Toxicité hématologique (neutropénie et
thrombocytopénie)

REVLIMID peut provoquer une neutropénie et une thrombocytopénie
graves. Quatre-vingts pour cent des patients atteints de SMD associés à
une délétion 5q ont nécessité de retarder / réduire le dosage au cours
de l’étude majeure. Trente-quatre pour cent des patients ont nécessité
un deuxième report / une deuxième réduction du dosage. Une toxicité
hématologique de grade 3 ou 4 a été observée chez 80 % des patients
participant à l’étude. L’hémogramme complet des patients sous traitement
pour un SMD associé à une délétion 5q doit être surveillé chaque semaine
pendant les 8 premières semaines de traitement et au moins une fois par
mois par la suite. Certains patients peuvent nécessiter une interruption
ou une réduction du dosage, ou avoir besoin de produits sanguins ou de
facteurs de croissance.

Thrombo-embolie veineuse et artérielle

REVLIMID a démontré un risque considérablement accru de thrombose
veineuse profonde (TVP) et d’embolie pulmonaire (EP), ainsi qu’un risque
d’infarctus du myocarde et d’accident vasculaire cérébral, chez les
patients atteints de MM qui ont été traités par une polythérapie au
REVLIMID et à la dexaméthasone. Il est conseillé aux patients et aux
médecins de surveiller les signes et symptômes de thrombo-embolie. Il
convient de recommander aux patients de consulter un médecin s’ils
développent des symptômes comme un essoufflement, des douleurs
thoraciques ou une tuméfaction des bras ou des jambes. Le recours à la
thromboprophylaxie est recommandé et le choix du schéma posologique doit
reposer sur une évaluation des risques sous-jacents du patient.

CONTRE-INDICATIONS

Grossesse : REVLIMID peut nuire au fœtus lorsqu’il est administré
à une femme enceinte ; il est contre-indiqué chez la femme enceinte. Si
ce médicament est utilisé en cours de grossesse ou si la patiente tombe
enceinte pendant le traitement avec ce médicament, elle doit être
informée des dangers potentiels pour le fœtus.

Réactions allergiques : REVLIMID est contre-indiqué chez les
patients ayant montré une hypersensibilité (p. ex. œdème de Quincke,
syndrome de Stevens-Johnson, nécrolyse épidermique toxique) à la
lénalidomide.

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

Toxicité embryo-fœtale :

  • REVLIMID est un analogue de la thalidomide, un tératogène humain connu
    qui entraîne des anomalies congénitales potentiellement fatales chez
    les humains ou le décès embryo-fœtal. Une étude sur le développement
    embryo-fœtal menée sur des singes indique que la lénalidomide produit
    des malformations chez les petits des guenons qui ont reçu le
    médicament en cours de gestation, similaires à celles observées chez
    les humains suite à une exposition à la thalidomide pendant la
    grossesse.
  • Les femmes en âge de procréer doivent éviter toute grossesse pendant
    au moins 4 semaines avant de démarrer un traitement sous REVLIMID, en
    cours de traitement, en cours d’interruption de dosage et pendant au
    moins 4 semaines après avoir terminé le traitement. Elles doivent
    s’engager à s’abstenir continuellement d’avoir des relations sexuelles
    hétérosexuelles ou à utiliser deux méthodes de contraception fiables 4
    semaines avant de démarrer le traitement sous REVLIMID, en cours de
    traitement, en cours d’interruption de dosage et pendant 4 semaines
    après la fin du traitement sous REVLIMID. Elles doivent obtenir 2
    tests de grossesse négatifs avant de démarrer le traitement.
  • Chez les hommes : la lénalidomide est présente dans le sperme des
    patients recevant le médicament. Les hommes doivent toujours utiliser
    un préservatif en latex ou synthétique en cas de relations sexuelles
    avec des femmes en âge de procréer, lorsqu’ils sont traités par
    REVLIMID et jusqu’à 28 jours après l’arrêt de REVLIMID, même s’ils ont
    subi une vasectomie réussie. Les patients hommes sous REVLIMID ne
    doivent pas faire don de leur sperme.
  • Don de sang : les patients ne doivent pas faire don de leur sang en
    cours de traitement sous REVLIMID et pendant 1 mois après l’arrêt du
    médicament, car leur sang pourrait être donné à une femme enceinte,
    dont le fœtus ne doit pas être exposé à REVLIMID.

Programme REVLIMID REMS®

Du fait du risque embryo-fœtal, REVLIMID n’est disponible qu’à travers
un programme restreint, en vertu d’une stratégie d’évaluation et
d’atténuation des risques (REMS), le programme REVLIMID REMS®
(anciennement appelé le programme « RevAssist®
»
). Les prescripteurs et les pharmacies doivent être agréés par le
programme et les patients doivent signer un formulaire d’accord et se
conformer aux exigences. Des informations complémentaires sur le
programme REVLIMID REMS® sont disponibles sur
le site www.celgeneriskmanagement.com
ou par téléphone, au 1-888-423-5436.

Toxicité hématologique : REVLIMID peut entraîner une neutropénie
et une thrombocytopénie importantes. Surveiller les signes d’infection
chez les patients atteints de neutropénie. Conseiller aux patients
d’être attentifs aux saignements ou aux contusions, notamment en cas
d’utilisation concomitante d’autres médicaments susceptibles d’augmenter
le risque hémorragique. Myélome multiple
: la formule sanguine complète des patients sous REVLIMID/dex doit
être évaluée tous les 7 jours pendant les 2 premiers cycles, les jours 1
et 15 du cycle 3, puis tous les 28 jours. Lymphome
des cellules du manteau
: la formule sanguine complète des
patients sous REVLIMID pour traiter un lymphome des cellules du manteau
(LCM) doit être évaluée chaque semaine pendant le premier cycle (28
jours), toutes les 2 semaines pendant les cycles 2 à 4, puis chaque mois
par la suite. Les patients peuvent nécessiter une interruption et/ou une
réduction du dosage. SMD : voir
l’encadré sur les AVERTISSEMENTS.

Thrombo-embolie veineuse et artérielle : les cas de
thrombo-embolie veineuse (principalement thrombose veineuse profonde –
TVP – et embolisme pulmonaire – EP) et de thrombose artérielle sont
accrus chez les patients traités avec REVLIMID. On a observé un risque
sensiblement accru de TVP (7,4 %) et d’EP (3,7 %) chez les patients
atteints de myélome multiple (MM) après au moins un traitement
antérieur, qui ont été traités par REVLIMID/dex, en comparaison avec un
placebo/dex (3,1 % et 0,9 %) lors d’essais cliniques réalisés avec
différents traitements anticoagulants. Dans l’étude sur le myélome
multiple nouvellement diagnostiqué (NDMM), dans laquelle pratiquement
tous les patients ont reçu une prophylaxie antithrombotique, on a
recensé des cas de TVP (3,6 %) et d’EP (3,8 %) dans le groupe
continuellement sous Rd. Les cas d’infarctus du myocarde (1,7 %) et
d’AVC (2,3 %) sont accrus chez les patients atteints de myélome multiple
après au moins un traitement antérieur, qui ont été traités par
REVLIMID/dex, en comparaison avec un placebo/dex (0,6 % et 0,9 %), lors
d’essais cliniques. Dans l’étude sur le NDMM, l’infarctus du myocarde (y
compris aigu) a été signalé (2,3 %) dans le groupe continuellement sous
Rd. La fréquence des effets indésirables graves de l’AVC était de (0,8
%) dans le groupe continuellement sous Rd. Les patients présentant des
facteurs de risque connus, y compris une thrombose antérieure, sont
susceptibles d’être exposés à un risque accru et des mesures doivent
être prises pour tenter de minimiser tous les facteurs modifiables (p.
ex. hyperlipidémie, hypertension, tabagisme). Lors d’essais cliniques
contrôlés n’utilisant pas de thromboprophylaxie concomitante, 21,5 % de
l’ensemble des incidents thrombotiques ont touché des patients atteints
de myélome multiple récidivant ou réfractaire qui étaient traités par
REVLIMID/dex, contre 8,3 % de thrombose dans le groupe placebo/dex. Le
délai médian de survenue du premier incident thrombotique était de 2,8
mois. Dans l’étude sur le myélome multiple nouvellement diagnostiqué
(NDMM), dans laquelle pratiquement tous les patients ont reçu une
prophylaxie antithrombotique, la fréquence globale des incidents
thrombotiques était de 17,4 % dans le groupe continuellement sous Rd et
sous Rd18. Le délai médian de survenue du premier incident thrombotique
était de 4,37 mois. Le recours à la thromboprophylaxie est recommandé et
le régime doit se baser sur les risques sous-jacents des patients. Les
ASE et les œstrogènes pourraient accentuer le risque de thrombose et la
décision d’en administrer ne doit être prise qu’après avoir évalué les
risques et les bienfaits. Voir l’encadré sur les AVERTISSEMENTS.

Mortalité accrue chez les patients atteints de leucémie lymphoïde
chronique (LLC) :
lors d’un essai clinique dans le traitement de
première intention de patients atteints d’une leucémie lymphoïde
chronique (LLC), une monothérapie au REVLIMID augmentait le risque de
décès, en comparaison avec une monothérapie au chlorambucil. Lors d’une
analyse intermédiaire, 34 décès ont eu lieu parmi les 210 patients du
groupe de traitement sous REVLIMID par rapport à 18 décès parmi 211
patients du groupe de traitement sous chlorambucil et le rapport des
taux d’incidence pour la survie globale était de 1,92 [IC de 95 % : 1,08
à 3,41] correspondait à une hausse de 92 % du risque de décès. Les
réactions indésirables graves sur le plan cardiovasculaire, dont
fibrillation auriculaire, infarctus du myocarde et insuffisance
cardiaque, se sont produites plus fréquemment dans le groupe de
traitement sous REVLIMID. REVLIMID n’est pas indiqué et il est
déconseillé pour une utilisation dans le cas de la LLC en dehors
d’essais cliniques contrôlés.

Malignités principales secondaires : lors des essais cliniques
réalisés sur des patients atteints de myélome multiple sous REVLIMID, on
a observé une augmentation des malignités principales secondaires
invasives, notamment la leucémie myéloblastique aiguë (LMA) et les
syndromes myélodysplasiques (SMD). L’augmentation du nombre des cas de
LMA et de SMD s’est principalement produite chez les patients atteints
de NDMM recevant REVLIMID, en combinaison avec du melphalan par voie
orale (5,3 %), ou immédiatement suite à l’administration d’une forte
dose de melphalan par voie intraveineuse et une AGCS (jusqu’à 5,2 %). La
fréquence des cas de LMA et de SMD dans les groupes Revlimid/dex était
de 0,4 %. On a observé des cas de tumeurs malignes à cellules B (y
compris le lymphome de Hodgkin) lors des essais cliniques dans lesquels
les patients ont reçu de la lénalidomide après une AGCS. Les patients
ayant reçu un traitement contenant REVLIMID jusqu’à progression de la
maladie n’ont pas montré plus d’incidence de MPS invasives que les
patients traités par REVLIMID sur une durée fixée à l’avance. Surveiller
les patients pour détecter le développement de malignités principales
secondaires. Tenir compte du bénéfice potentiel et du risque de
malignités principales secondaires si un traitement par REVLIMID est
envisage.

Hépatotoxicité : des cas d’insuffisance hépatique, y compris des
cas mortels, sont survenus chez des patients traités sous lénalidomide
en combinaison avec la dexaméthasone. Le mécanisme de l’hépatotoxicité
induite par des médicaments est inconnu. Une maladie hépatique virale
préexistante, des enzymes hépatiques de base élevées et des médicaments
concomitants peuvent constituer des facteurs de risque. Surveiller
régulièrement les enzymes hépatiques. Cesser REVLIMID en cas d’élévation
des enzymes hépatiques. Après un retour aux valeurs initiales, un
traitement à un dosage inférieur peut être envisagé.

Réactions allergiques : des cas d’œdème de Quincke et des
réactions dermatologiques graves, notamment le syndrome de
Stevens-Johnson (SSJ) et le syndrome de Lyell, ont été signalés. Ces
événements peuvent être mortels. Les patients présentant des antécédents
d’éruptions cutanées de grade 4 associées à un traitement sous
thalidomide ne doivent pas prendre REVLIMID. L’interruption ou l’arrêt
de REVLIMID doivent être envisagés en cas d’éruptions cutanées de grade
2 à 3. REVLIMID doit être arrêté en cas d’œdème de Quincke, d’éruption
cutanée de grade 4, d’éruption exfoliante ou bulleuse ou si l’on
suspecte un syndrome de Stevens-Johnson ou de Lyell. Ne pas reprendre le
traitement à base de REVLIMID après un arrêt dû à ces réactions. Les
gélules de REVLIMID contiennent du lactose. On doit soupeser avec soin
les risques potentiels par rapport aux bienfaits escomptés avant
d’envisager l’administration de REVLIMID aux patients présentant une
intolérance au lactose.

Syndrome de lyse tumorale : des cas de décès dus au syndrome de
lyse tumorale (SLT) ont été signalés en cours de traitement sous
lénalidomide. Les patients à risque de syndrome de lyse tumorale sont
ceux qui présentent une charge tumorale élevée avant le traitement. Ces
patients doivent être surveillés de près et il convient de prendre les
précautions appropriées.

Réaction de poussée tumorale : des cas de réaction de poussée
tumorale (RPT) ont été relevés au cours de l’utilisation expérimentale
de la lénalidomide pour la LLC et le lymphome, caractérisés par un
gonflement des ganglions lymphatiques, une légère fièvre, des douleurs
et des éruptions cutanées.

Une surveillance et une évaluation pour une réaction de poussée tumorale
sont recommandés chez les atteints de LCM. La poussée tumorale peut
répliquer la progression de la maladie. Chez les patients atteints d’une
réaction de poussée tumorale de grade 3 ou 4, il est recommandé de
suspendre le traitement sous lénalidomide jusqu’à résolution de la
réaction de poussée tumorale à ≤ grade 1. Dans l’essai sur le LCM,
environ 10 % des sujets ont subi une réaction de poussée tumorale ; tous
les rapports étaient d’une gravité de grade 1 ou 2. Tous les événements
se sont produits lors du cycle 1 et un patient a à nouveau développé une
réaction de poussée tumorale lors du cycle 11. La lénalidomide peut
éventuellement être poursuivie chez les patients présentant une réaction
de poussée tumorale de grade 1 et 2 sans interruption ni modification, à
la discrétion du médecin. Les patients atteints d’une réaction de
poussée tumorale de grade 1 ou 2 peuvent également être traités avec des
corticostéroïdes, des anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS) et/ou
des analgésiques narcotiques pour la prise en charge des symptômes de
réaction de poussée tumorale. Les patients atteints d’une réaction de
poussée tumorale de grade 3 ou 4 peuvent être traités pour la prise en
charge des symptômes conformément aux directives concernant le
traitement de la réaction de poussée tumorale de grade 1 et 2

Mobilisation de cellules souches altérées : on a observé une
diminution du nombre de cellules CD34+ prélevées après traitement (> 4
cycles) par REVLIMID. Chez les patients candidats à une autogreffe de
cellules souches (AGCS), il convient de consulter un centre de
transplantation au début du traitement pour optimiser le calendrier de
prélèvement de cellules souches.

RÉACTIONS INDÉSIRABLES

Myélome multiple

  • Chez les patients nouvellement diagnostiqués, les réactions
    indésirables de grade 3 ou 4 les plus fréquemment signalées dans le
    groupe continuellement sous Rd étaient notamment : la neutropénie
    (27,8 %), l’anémie (18,2 %), la thrombocytopénie (8,3 %), la pneumonie
    (11,1 %), l’asthénie (7,7 %), la fatigue (7,3 %), les douleurs
    dorsales (7 %), l’hypokaliémie (6,6 %), les éruptions cutanées (7,3
    %), la cataracte (5,8 %), la dyspnée (5,6 %), le TVP (5,5 %),
    l’hyperglycémie (5,3 %), la lymphopénie et la leucopénie.

Contacts

Celgene
Investisseurs :
+41 32 729 8303
ir@celgene.com
ou
Médias
:
+41 32 729 8304
media@celgene.com

Read full story here