Press release

PUBLICIS GROUPE : Résultats du premier semestre 2016

0 0
Sponsorisé par Business Wire

PARIS–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News: Publicis Groupe (Paris:PUB): Résultats du 1er semestre 2016     (millions d’euros) S1 2016 2016 vs. 2015 Revenu 4 753 +4,6 % Croissance organique +2,8 % Marge opérationnelle 619 +5,1 % Taux de marge opérationnelle 13,0 % Résultat net part du groupe 381 +5,0 % Bénéfice net courant (1) par action dilué

PARIS–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News:

Publicis Groupe (Paris:PUB):

Résultats du 1er semestre 2016

   
(millions d’euros) S1 2016 2016 vs. 2015
  • Revenu
4 753 +4,6 %
Croissance organique +2,8 %
  • Marge opérationnelle
619 +5,1 %
  • Taux de marge opérationnelle
13,0 %
  • Résultat net part du groupe
381 +5,0 %
  • Bénéfice net courant (1) par action
    dilué (euros)
1,81 +7,7 %
  • Free cash-flow avant variation du BFR
564 +23,1 %

(1) Après élimination des pertes de valeur, de l’amortissement
des incorporels liés aux acquisitions, des principales plus
(moins)-values de cession et de la réévaluation des earn-out

2e trimestre 2016

 
(millions d’euros) T2 2016
  • Revenu
2 462
  • Croissance
+0,9 %
  • Croissance à taux de change constants
+4,6 %
  • Croissance organique
+2,7 %

Maurice Lévy, Président du Directoire de Publicis Groupe déclare :

« Ce premier semestre s’achève de manière très satisfaisante.

Tout d’abord sur les chiffres : une croissance organique proche de
3%, une marge opérationnelle de 13% et l’augmentation à deux chiffres de
notre free cash-flow. Ensuite sur la mise en place de notre nouvelle
organisation « The Power of One » achevée fin juin, comme prévu.

Le processus de transformation lancé en décembre 2015, a bouleversé
notre approche de la communication et de l’appréhension des modes de
fonctionnement de nos clients pour faire face aux défis à venir. Cette
transformation nous permet d’aller au-devant des nouvelles attentes de
nos clients grâce à une offre « end-to-end » accompagnée d’un libre
accès à la totalité des ressources du Groupe, y compris nos compétences
en matière de consulting et de technologie. Nos clients avaient salué
cette initiative pour son originalité, sa modernité et surtout son
caractère complet, à même de répondre aux défis qu’ils ont à affronter.
Nous commençons à tirer les bénéfices de cette nouvelle approche.

D’aucuns estimaient qu’il faudrait plusieurs années pour mettre en
œuvre une telle transformation. C’était sans compter sur la qualité
exceptionnelle de nos équipes à qui je tiens à dire toute ma
reconnaissance. Elles ont eu à faire face à des bouleversements
d’organisation, des changements d’affectation, de responsabilité et en
même temps, à apporter le meilleur de Publicis Groupe à nos clients.
Elles ont su assurer de nouveaux développements qui ont permis
d’enregistrer un taux de croissance satisfaisant au deuxième trimestre,
alors que l’on craignait un impact plus marqué des pertes de budgets de
2015.

Elles n’ont d’ailleurs pas ménagé leurs efforts pour réussir
également d’autres défis que Publicis Groupe avait lancés. Parmi eux,
Viva Technology – en association avec le Groupe Les Echos –
a
démontré, une nouvelle fois, l’intérêt central que porte Publicis Groupe
à l’économie numérique, aux idées novatrices et à l’importance de
soutenir les start-ups qui représentent le futur. Son formidable succès
démontre également la crédibilité du Groupe auprès de ce secteur et de
ses principaux acteurs. Lors de cet événement, nous avons, avec notre
projet « Publicis90 », récompensé 90 start-ups par un soutien financier,
une façon pour nous de fêter, de manière utile et projetée vers
l’avenir, le 90ème anniversaire de Publicis. Soulignons que 25 d’entre
elles proviennent des rangs des collaborateurs du Groupe, prouvant, s’il
en était besoin, l’esprit entrepreneurial de nos équipes.■

Enfin, Publicis Groupe et Tencent, géant de l’internet en Chine, ont
annoncé la signature d’un accord stratégique au plan mondial. Ce
partenariat vient renforcer notre leadership dans le numérique et les
technologies.

Après ce premier semestre particulièrement actif et productif, le
troisième trimestre devrait être, comme attendu, plus difficile,
l’impact des pertes de budgets de 2015 se faisant alors pleinement
sentir. Ceci ne remet pas pour autant en cause nos objectifs de hausse
de tous les indicateurs du Groupe sur l’ensemble de l’année 2016.

Nous ne devrions pas être particulièrement affectés par le Brexit.
Nous opérons au Royaume-Uni en monnaie locale, comme dans tous les pays
où nous sommes installés.

Nous restons très confiants dans la réalisation de l’ensemble de nos
objectifs à l’horizon 2018 et nous pensons que, dès 2017, nous
commencerons à bénéficier plus pleinement de notre transformation.
»

Le Conseil de surveillance de Publicis Groupe, réuni le 20 juillet
2016 sous la présidence de Madame Elisabeth Badinter, a examiné les
comptes du 1
er semestre 2016, présentés par
Monsieur Maurice Lévy, Président du Directoire.

1 – PRINCIPAUX CHIFFRES CLÉS

En millions d’euros, à l’exception des % et des données par
action (en euros)
  S1 2016   S1 2015   2016
vs. 2015
Revenu   4 753   4 542   +4,6 %
Marge opérationnelle avant amortissements 704 675 +4,3 %
En % du revenu 14,8 % 14,9 %
Marge opérationnelle 619 589 +5,1 %
En % du revenu 13,0 % 13,0 %
Résultat opérationnel 595 554 +7,4 %
Résultat net part du groupe 381 363 +5,0 %
Bénéfice net courant (1) dilué par action
(BNPA
Courant dilué)
  1,81   1,68   +7,7 %
Free cash-flow avant variation
du besoin en fonds de roulement
  564   458   +23,1 %

(1) après élimination des pertes de valeur, de l’amortissement
des incorporels liés aux acquisitions, des principales plus ou
(moins)-values de cession et de la réévaluation des earn-out

2 – ACTIVITE DU 1ER SEMESTRE 2016

2.1 – Revenu du 2e trimestre 2016

Le revenu consolidé de Publicis Groupe pour le 2e trimestre
2016 est de 2 462 millions d’euros comparé à 2 439 millions d’euros en
2015, en hausse de 0,9 %. Les variations des taux de change ont un
impact négatif de 85 millions d’euros, soit 3,5 % du revenu du 2e
trimestre 2015. Les acquisitions (nettes de cessions) ont contribué à
hauteur de 44 millions d’euros au revenu du 2e trimestre 2016
soit 1,8 % du revenu du 2e trimestre 2015. La croissance à
taux de change constant est de +4,6 %.

La croissance organique est de +2,7 % au 2e trimestre. Elle
est soutenue par la croissance des activités numériques (+5,1 %). Les
efforts de développement ont permis de réduire significativement
l’impact des pertes de budgets media subies en 2015. Toutefois, l’impact
de ces pertes devrait être très amplifié au 3e trimestre.

Répartition du revenu du 2e
trimestre 2016 par zone géographique

En millions   Revenu   Croissance   Croissance
d’euros   T2 2016   T2 2015   organique   publiée
Europe 718   681 +7,3 % +5,4 %
Amérique du Nord 1 319 1 323 -0,1 % -0,3 %
Asie Pacifique 273 265 +5,5 % +3,0 %
Amérique Latine 81 101 +4,8 % -19,8 %
Moyen Orient / Afrique   71   69   -1,5 %   +2,9 %
Total   2 462   2 439   +2,7 %   +0,9 %

2.2 – Revenu du 1er semestre 2016

Au cours des six premiers mois, le revenu consolidé de Publicis Groupe
est de 4 753 millions d’euros comparé à 4 542 millions d’euros en 2015,
en hausse de 4,6 %. Les variations des taux de change ont un impact
négatif de 105 millions d’euros, soit 2,3 % du revenu du 1er
semestre 2015. Les acquisitions (nettes de cessions) ont contribué à
hauteur de 191 millions d’euros au revenu du 1er semestre
2016 soit 4,2 % du revenu du 1er semestre 2015. La croissance
à taux de change constant est de +7,1 %.

La croissance organique est de +2,8 % au 1er semestre 2016.
Il est à noter la bonne performance des activités Santé. L’activité
média reste soutenue dans la continuité des performances enregistrées au
1er trimestre 2016, malgré l’impact des pertes de budgets de 2015.

Répartition du revenu du 1er
semestre 2016 par zone géographique

En millions   Revenu   Croissance   Croissance
d’euros   S1 2016   S1 2015   organique   publiée
Europe 1 349   1 269 +5,5 % +6,3 %
Amérique du Nord 2 620 2 475 +1,4 % +5,9 %
Asie Pacifique 503 486 +4,7 % +3,5 %
Amérique Latine 152 191 +0,9 % -20,4 %
Moyen Orient / Afrique   129   121   -0,5 %   +6,6 %
Total   4 753   4 542   +2,8 %   +4,6 %

L’Europe affiche une progression de 6,3 %. Hors impact des acquisitions
et des taux de change, la croissance organique est de +5,5 %. Sur
l’ensemble de la zone, le digital est en forte croissance de 12,5 %. Il
faut souligner la bonne tenue de l’activité en France (+5,0 %) et le
très bon dynamisme de l’Allemagne et de l’Italie (croissance de l’ordre
de 9 %), favorisés par un environnement macroéconomique en amélioration.
La situation est volatile en Russie avec une croissance de 4,6 % à fin
juin après une progression de 9,4 % au 1er trimestre. Elle
est en nette amélioration au Royaume-Uni avec une croissance de 3,6 %
(dont +7,4 % au 2e trimestre).

L’Amérique du Nord est en hausse de 5,9 % et la croissance organique est
de +1,4 %. Cette progression provient essentiellement des activités
média et santé. Elle a été néanmoins affectée par les pertes de budgets
media de 2015 dans le cadre du media palooza.

L’Asie Pacifique est en hausse de 3,5 % et de 4,7 % sur une base
organique, avec notamment une bonne tenue des activités en Chine (+4,4
%).

L’Amérique Latine est en recul de 20,4 % mais progresse de 0,9 % en
organique. Cette baisse reflète notamment les difficultés au Brésil
(baisse de 4,6 % malgré une stabilisation de l’activité au 2e
trimestre à -0,7 %) alors qu’a contrario le Mexique retrouve le chemin
de la croissance (+11,5 % au 1er semestre après -14,6 % au 1er
trimestre).

Le Moyen Orient et l’Afrique progressent de 6,6 % mais reculent de 0,5 %
sur une base organique.

Croissance organique du 1er
semestre 2016 par zone géographique : digital et analogique

    Europe   Amérique
du Nord
  Asie Pacifique   Amérique Latine   Moyen Orient / Afrique   Groupe
Digital   +12,5 %   +2,5 %   +23,0 %   +1,3 %   +10,7 %   +6,3 %
Analogique   -0,1 %   -0,4 %   -3,6 %   +0,9 %   -3,5 %   -0,8 %
Total   +5,5 %   +1,4 %   +4,7 %   +0,9 %   -0,5 %   +2,8 %

Les activités numériques continuent de tirer la croissance du Groupe
(+6,3 % de croissance organique), avec une croissance à deux chiffres
sur l’ensemble des zones hors Amérique du Nord – où le Groupe continue à
subir les difficultés chez Razorfish – et Amérique Latine. Sur cette
dernière zone. Il faut également souligner la poursuite de l’attrition
des activités analogiques.

3 – ANALYSE DES CHIFFRES CLES

3.1 – Compte de résultat

La marge opérationnelle avant amortissements s’établit à
704 millions d’euros en 2016 par rapport à 675 millions d’euros en 2015,
en hausse de 4,3 %, faisant ressortir une marge de 14,8 % du revenu
(14,9 % en 2015).

– Les charges de personnel atteignent 3 071 millions d’euros au 30 juin
2016, en augmentation de 4,3 % (2 944 millions d’euros en 2015). Les
coûts fixes de personnel de 2 676 millions d’euros représentent 56,3 %
du revenu contre 57,1 % en 2015. Le coût des free-lances est de 219
millions d’euros en 2016, comparé à 197 millions en 2015. Les coûts de
restructuration sont en hausse de 16 millions d’euros pour atteindre 55
millions d’euros en 2016 (39 millions d’euros en 2015) et s’inscrivent
dans le cadre de la réorganisation du Groupe et de son adaptation à un
environnement de plus en plus orienté vers le digital, et à la mise en
œuvre des synergies suite à l’acquisition de Sapient. De nombreux
investissements (mise en place de l’ERP, développement des plateformes
de production, poursuite de la régionalisation des centres de services
partagés ou les développements technologiques) permettront d’améliorer
l’efficacité opérationnelle.

– Les autres charges opérationnelles (hors amortissements) sont de 978
millions d’euros et se comparent à 923 millions d’euros en 2015. Ces
coûts représentent 20,6 % du revenu consolidé (20,3 % en 2015).

La dotation aux amortissements est de 85 millions d’euros en 2016 contre
86 millions d’euros en 2015.

La marge opérationnelle s’élève à 619 millions d’euros en
progression de 5,1 % par rapport à 589 millions d’euros en 2015. En
pourcentage du revenu, elle s’établit à 13,0 %, stable par rapport à
2015.

Les marges opérationnelles par grandes zones géographiques s’élèvent à
13,0 % pour l’Europe, 14,1 % pour l’Amérique du Nord, 11,1 % pour
l’Asie-Pacifique, -0,7 % pour l’Amérique Latine et 14,7 % pour la région
Afrique / Moyen-Orient.

Les amortissements sur immobilisations incorporelles liées aux
acquisitions sont de 40 millions d’euros en 2016, contre 43 millions
d’euros en 2015. Les autres charges et produits non courants ressortent
à 16 millions d’euros, correspondant principalement à la plus-value de
cession de Mediavision, contre 8 millions d’euros en 2015.

Le résultat opérationnel s’est élevé à 595 millions d’euros en
2016 contre 554 millions d’euros en 2015, en hausse de 7,4 %.

Le résultat financier, composé du coût de l’endettement financier net et
d’autres charges et produits financiers, est une charge de 50 millions
d’euros en 2016 contre une charge de 33 millions d’euros en 2015. La
charge sur l’endettement financier net est proche de celle l’année
précédente : 39 millions d’euros en 2016 à comparer à 40 millions
d’euros en 2015. Les autres charges et produits financiers quant à eux
sont une charge de 11 millions d’euros, essentiellement composée des
effets de la réévaluation des earn-outs contre un produit de 7 millions
d’euros en 2015.

La charge d’impôt est de 162 millions d’euros, faisant ressortir un taux
d’impôt effectif prévisionnel de 29,7 %, contre 159 millions d’euros en
2015, correspondant à un taux d’impôt effectif de 30,5 %.

La quote-part dans le résultat des sociétés mises en équivalence est de
2 millions d’euros contre une quote-part de 3 millions d’euros en 2015.
Les intérêts minoritaires sont de 4 millions d’euros en 2016, contre 2
millions d’euros en 2015.

Au total, le résultat net part du groupe s’est élevé à 381
millions d’euros au 1er semestre 2016 contre 363 millions d’euros en
2015.

3.2 – Free cash-flow

Hors variation du Besoin en Fonds de Roulement, le free cash-flow du
Groupe s’élève à 564 millions d’euros au 30 juin 2016, comparé à 458
millions d’euros pour 2015.

3.3 – Endettement net

L’endettement financier net s’établit à 2 460 millions d’euros au 30
juin 2016 (soit un ratio Dette nette / fonds propres de 0,38) à comparer
à 1 872 millions d’euros au 31 décembre 2015. La dette nette moyenne du
Groupe au 1er semestre 2016 s’élève à 2 380 millions d’euros contre
1 881 millions d’euros au 1er semestre 2015, étant rappelé que
l’acquisition de Sapient avait été réalisée le 6 février 2015.

3.4 – Capitaux propres

Les capitaux propres consolidés part du Groupe sont passés de 6 556
millions d’euros au 31 décembre 2015 à 6 495 millions d’euros au 30 juin
2016.

4 – POLITIQUE RSE DU GROUPE

En 2016, Publicis Groupe poursuit le travail interne autour de l’analyse
des Objectifs de Développement Durable des Nations Unies (ODD), afin
d’identifier les thèmes sur lesquels le Groupe pourrait agir, seul ou en
coopération avec d’autres partenaires. C’est dans ce cadre que Publicis
Groupe participe avec cinq autres grands groupes de communication à la
première initiative sectorielle en faveur des ODD, intitulée « Common
Ground ».

Le Rapport RSE du Groupe est structuré autour de ses 3 grandes parties
prenantes : les Talents – ses salariés ; les Clients ; la Société
c’est-à-dire les citoyens-consommateurs. Les questions transversales
d’éthique et de gouvernance d’une part, et environnementales d’autre
part sont traitées dans deux chapitres distincts.

Vis-à-vis des talents, le Groupe s’attache à répondre aux enjeux majeurs
que sont la diversité et l’inclusion, en poursuivant par exemple le
déploiement local de réseaux affinitaires (VivaWomen! ou Egalité),
l’évolution professionnelle et la formation en continu et le bien-être
au travail. De nombreux autres initiatives ont été prises notamment dans
la formation.

Vis-à-vis des clients, l’enjeu des agences est d’accroitre leur
implication en matière de communication et marketing responsables à
travers des approches nouvelles et performantes, et d’accompagner les
clients dans leur transformation digitale pour laquelle l’innovation est
au cœur des préoccupations. Le programme d’évaluation RSE des
fournisseurs a été déployé, et 100 fournisseurs sur les 150 invités ont
rejoint la plateforme EcoVadis ; les « CSR Procurement Guidelines » sont
désormais accessibles sur le site du Groupe.

Vis-à-vis de la Société et des citoyens-consommateurs, un Chief Data
Privacy Officer est désormais en place, avec pour fonction de répondre
aux questions et enjeux posées par la protection des données.

Les agences du Groupe restent très actives auprès des communautés
locales : les campagnes pro bono (gracieuses) ou actions de volontariat
sont désormais rassemblées sous le mot d’ordre « Create & Impact ».
L’objectif est d’améliorer notre impact positif dans la Société et
d’affirmer notre engagement en faveur des Droits de l’Homme. Le Women’s
Forum for the Economy & Society a fait étape au cours du 1er semestre
2016 à Mexico, Dubaï et l’Ile Maurice, avec à chaque fois un rayonnement
régional important et une attention forte sur les problèmes récurrents
auxquelles sont confrontées les femmes dans ces régions et pays.

En termes d’éthique, un travail se poursuit sur la mise à jour des
procédures qui accompagne le Code de déontologie interne Janus, de même
que les travaux collaboratifs conduits au sein des interprofessions aux
niveaux national ou international.

Enfin, le Groupe poursuit ses efforts pour contenir et réduire ses
impacts environnementaux avec la même ambition : « consommer moins et
mieux ». Les objectifs fixés à l’horizon 2020, en suivant la politique
Européenne dite « 20-20-20 » guident les efforts de réduction de
l’empreinte carbone du Groupe.

Le Rapport RSE 2015 vérifié par des auditeurs externes suit le
référentiel GRI-4 ; il comprend plus d’indicateurs et d’informations que
ceux contenus dans le Document de référence 2015. 52 agences ont été
auditées sur site, représentant 35% des effectifs du Groupe et la
totalité des données ont été vérifiées et auditées au niveau consolidé.
Le processus de reporting RSE a débuté fin 2015 et s’est déroulé au
cours du premier trimestre 2016.

5 – FAITS MARQUANTS DU 1ER SEMESTRE 2016

5.1 – Transformation

Au cours du 1er semestre 2016, Publicis Groupe a mis en œuvre
l’organisation la plus intégrée du secteur, mettant fin à la structure
traditionnelle de holding et en silos des groupes de
communication. Il s’agit pour Publicis Groupe d’être en mesure d’aider
ses clients à faire face à tous leurs nouveaux besoins relatifs à la
transformation et à la performance du marketing par l’accès à tous les
moyens du Groupe à travers le concept « Power of One ».

La réorganisation vise à structurer le Groupe en mettant les clients au
cœur du dispositif. Quatre « Solutions hubs » dédiés à servir les
clients de façon transversale ont été créés :

– Publicis Communications, dirigé par Arthur Sadoun et recouvrant les
réseaux créatifs et de communication : Publicis Worldwide, Leo Burnett,
Saatchi & Saatchi, BBH, Fallon, Marcel, MSL (public relations) et
Prodigious (production) ;

– Publicis Media, dirigé par Steve King, qui, comme son nom l’indique,
recouvre les compétences media et de connexions : Starcom, Zenith,
Mediavest ǀ Spark, Optimedia ǀ Blue 449, et les entités de performances
telles que Performics ;

– Publicis.Sapient, dirigé par Alan Herrick, qui couvre l’ensemble
consulting / technologie / digital : SapientNitro, Sapient Consulting,
DigitasLBi et Razorfish ;

– Publicis Health, dirigé par Nick Colucci, qui couvre l’ensemble des
entités au service des laboratoires et entreprises de santé :
DigitasHealth LifeBrands, Publicis LifeBrands, Saatchi & Saatchi
Wellness, Publicis Health Media, Touchpoint Solutions.

Tous les « solutions hubs » couvrent les vingt principaux marchés du
Groupe. Pour les autres marchés, Publicis One, dirigé par Jarek
Ziebinski, met en place une organisation intégrée sous le même toit dans
chaque pays.

L’ensemble des « Solutions Hubs » est à présent opérationnel. Les Global
Client Leaders ont été nommés et sont en charge des clients, toutes
disciplines confondues avec une responsabilité directe sur le P&L du
client.

Le Groupe devrait tirer les fruits de cette réorganisation dans les tous
prochains trimestres.

5.2 – Rapport de l’ANA (association des annonceurs américains)

Le 7 juin 2016, l’ANA, l’association des annonceurs américains
(Association of National Advertisers), a publié un rapport incriminant
l’industrie des agences de communication dans leurs relations avec les
annonceurs. On ne peut qu’être surpris par le choix de l’ANA, d’autant
plus que ce rapport est basé sur des allégations et des situations
faisant référence à des entreprises et individus non identifiés pour
porter des accusations très larges et invérifiables. Publicis Groupe a
tenu à exprimer sa position. Publicis Groupe a des règles internes
strictes, y compris un code de déontologie qui sert de référence pour le
contrôle des procédures et du reporting financier du Groupe. Les
méthodes de travail sont constamment révisées afin qu’elles soient au
meilleur niveau et les collaborateurs sont tenus de les appliquer.
Toutes les négociations de contrat engagées avec les clients intègrent
les normes de transparence qui leur conviennent et le Groupe s’engage à
respecter complètement les termes de contrats qu’il signe avec ses
clients.

5.3 – Evolutions de périmètre

MercerBell, une agence australienne leader de l’expérience
client. Spécialisée sur le CRM et la stratégie digitale, la créativité,
le contenu et la technologie, MercerBell sera intégrée au sein de
Saatchi & Saatchi. Créée en 1999, cette agence de 65 professionnels
compte parmi ses clients Toyota, Foxtel, Quantas, BT, Allianz et ASX

Vertiba, un spécialiste des solutions de marketing, partenaire
de Salesforce. Fondé en 2010, Vertiba est basé à Boulder dans le
Colorado. Les compétences de Vertiba seront intégrées dans la plateforme
Publicis.Sapient

Seven Seconds, un spécialiste du e-commerce et du digital, basé
à Londres au Royaume-Uni. Fondée en 2013, SevenSeconds sera intégrée au
sein de BBH. Ses principaux clients sont British Airways, Barclays,
Boots, Tesco Retail and Tesco Bank

Venus Communications, l’une des agences les plus importantes
dans le domaine des relations publiques au Vietnam. Venus est intégrée
au sein de MSL, qui fait lui-même partie de Publicis One au Vietnam.
Depuis 10 ans, Venus était associée à MSL et a développé de nombreuses
collaborations.

Fondée en 1998 l’agence emploie 40 collaborateurs et dispose d’un
portefeuille de clients prestigieux parmi lesquels MasterCard, FedEx,
Rolls Royce, BAT, Mead Johnson et Sanofi.

Troyka Group : Publicis Groupe prend une participation dans le
premier groupe de services de communication pleinement intégré d’Afrique
de l’Ouest. Le groupe Troyka est constitué de 6 agences: Insight
Communications, The Thinkshop, All Seasons Media, Media Perspectives,
The Quadrant Company et Hotsauce.

Fondée en 1980, d’abord avec l’agence Insight Communications, le groupe
Troyka emploie aujourd’hui 300 collaborateurs répartis dans 6 agences
couvrant toute la région. Les agences de Troyka travaillent pour des
marques internationales prestigieuses telles que Heineken, Shell,
Samsung, Unilever, Google, P&G, Microsoft, Ford ou Axa ainsi que pour
des clients nationaux dont Oando, Nestoil, Africa Investor, Jagal and
Olam.

Au cours des dernières années, Publicis Groupe a régulièrement investi
en Afrique, profitant du fort potentiel de croissance de ce marché.
Grâce à cette prise de participation, Publicis Groupe va s’appuyer sur
Troyka pour lancer son réseau au Nigéria, créant ainsi une puissante
entité de communication bénéficiant d’un avantage concurrentiel dans
tous ses domaines d’intervention en Afrique de l’Ouest.

Le 1er juin 2016, Publicis Groupe a pris acte de la décision de JCDecaux
d’abandonner le projet d’acquisition de sa participation de 67 % du
capital de Metrobus pour des raisons liées aux exigences de l’Autorité
de la concurrence. Publicis Groupe étudiera, en concertation avec les
équipes de Metrobus et JCDecaux, qui demeure actionnaire à hauteur de
33%, l’ensemble des options à même d’assurer à Metrobus les conditions
optimales de son développement.

Contacts

Publicis Groupe
Communication Corporate
Peggy Nahmany,
+ 33 (0)1 44 43 72 83
peggy.nahmany@publicisgroupe.com
ou
Relations
Investisseurs
Jean-Michel Bonamy, + 33 (0)1 44 43 77 88
jean-michel.bonamy@publicisgroupe.com
ou
Chi-Chung
Lo, + 33 (0)1 44 43 66 69
chi-chung.lo@publicisgroupe.com

Read full story here