Press release

Séché Environnement : Résultats consolidés au 30 juin 2015

0 0 Donnez votre avis
Sponsorisé par Business Wire

Bon niveau d’activité Dynamique commerciale et marchés bien orientés Décalages d’activités au profit du 2nd semestre Amélioration des résultats opérationnel et financier EBE à 34,0 M€ vs. 35,9 M€ au 30/06/14 : effets des décalages d’activité RO à 12,4 M€ vs. 5,1 M€ au 30/06/14 : non reconduction des éléments exceptionnels du S1 2014 Résultat financier à (6,9) M€ -vs. (8,2) M€- : effets

Bon niveau d’activité

  • Dynamique commerciale et marchés bien orientés
  • Décalages d’activités au profit du 2nd semestre

Amélioration des résultats opérationnel et financier

  • EBE à 34,0 M€ vs. 35,9 M€ au 30/06/14 : effets des décalages d’activité
  • RO à 12,4 M€ vs. 5,1 M€ au 30/06/14 : non reconduction des éléments
    exceptionnels du S1 2014
  • Résultat financier à (6,9) M€ -vs. (8,2) M€- : effets des
    refinancements obligataires et bancaires

Résultat net part du Groupe à +3,6 M€ -vs. perte de (4,3) M€ au
30/06/14-

Objectifs confirmés pour 2015

Renforcement sur le marché des DASRI (Déchets des Activités de
Soins à Risques Infectieux)

  • France : acquisition de 2 sites de traitement à Fleuré (86) et
    Petit-Bourg (97)
  • International : prise de participation à hauteur de 49% dans Kanay
    (Lima, Pérou)

CHANGÉ, France–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News:

Séché Environnement (Paris:SCHP):

Lors du Conseil d’Administration du 27 août 2015 arrêtant les comptes
semestriels, Joël Séché a souligné la qualité des résultats de la
période et les bonnes perspectives pour l’exercice en cours :

« Les résultats du 1er semestre 2015
sont caractérisés par une évolution positive de la plupart de nos soldes
de gestion. Les effets mix favorables générés par le bon niveau des
activités de traitement, ainsi que la disparition des exceptionnels qui
avaient pénalisé le 1
er semestre 2014, ont
permis une forte amélioration du Résultat Opérationnel. Au plan
financier, nous bénéficions des 1
ers effets des
refinancements obligataires et bancaires opérés début 2014 et 2015. Dès
lors, le Résultat net part du Groupe, à +3,6 M€, se compare très
favorablement à la perte de (4,3) M€ extériorisée à la même période l’an
passé.

Ces tendances nous confortent dans nos objectifs
d’activité et de résultats pour 2015.

Disposant des moyens
humains, technologiques et financiers de son développement, Séché
Environnement poursuit sa stratégie de croissance sur les marchés des
déchets les plus techniques, en France et à l’International. Ainsi, le 2
nd
semestre verra la montée en puissance de nouvelles offres fortement
différenciatrices, comme la valorisation des déchets bromés ou le
traitement des batteries au lithium, ainsi que son développement sur des
marchés à forte valeur ajoutée, tel que celui des DASRI, sur lequel le
Groupe vient de prendre de nouvelles positions, en France et à
l’International.

Le renforcement récent de l’actionnariat
familial au sein du capital reflète la confiance de celui-ci dans le
succès de la stratégie de croissance rentable menée sur le moyen et long
terme ainsi que son engagement pérenne dans le développement du Groupe. »

Commentaires des résultats au 30 juin 20151

Au 30 juin 2015, Séché Environnement a réalisé un résultat net
positif : +3,6 M€, contre une perte de (4,3) M€
un an
plus tôt (données retraitées).

Séché Environnement a connu un 1er semestre 2015 caractérisé
par une dynamique commerciale positive et par la bonne orientation de
ses principaux marchés industriels comme de collectivités2.

La bonne tenue des activités de traitement s’est concrétisée par des
effets mix favorables au niveau de l’excédent brut d’exploitation.

Toutefois, ces effets mix sont plus que compensés, sur la période, par
l’effet des décalages d’activités observés dans la filière Déchets
Dangereux, et par l’évolution de certaines charges de structure,
notamment en accompagnement de l’extension du périmètre d’activité du
Groupe.

En conséquence, l’EBE affiche un recul de -5,2% par rapport au 30 juin
2014, à 34,0 M€ (vs. 35,9 M€ en données 2014 retraitées).

L’évolution du ROC en ligne avec celle de l’EBE ainsi que la disparition
des éléments exceptionnels qui avaient impacté le résultat opérationnel
du 1er semestre 2014, conduisent à une forte amélioration
du résultat opérationnel
(+146% à 12,4 M€, vs. 5,1 M€ il
y a un an –données retraitées-).

Dès lors, le résultat net des sociétés intégrées, conforté par
l’amélioration du résultat financier (non-reconduction des charges liées
au refinancement obligataire de mai 2014), atteint +4,2 M€ contre une
perte de (2,4) M€ au 30 juin 2014 (données retraitées).

Après un résultat net des entreprises associées en amélioration sensible
–(0,4) M€ vs. (1,4) M€ au 30 juin 2014 en données retraitées) en raison
de la non reconduction de la provision pour restructuration du Gerep, le
résultat net part du Groupe s’affiche à +3,6 M€ (vs. (4,3) M€ au
30 juin 2014
–données retraitées-).

Au 30 juin 2014, la dette financière nette s’établit à 242,9 M€ (vs.
226,3 M€ au 30 juin 2014 -données retraitées). Le gearing atteint
1,0x et le leverage s’établit à 3,0x.

Détails de l’évolution des principaux soldes de
gestion

Données consolidées revues en M€

Au 30 juin   2014

retraité

  2015   Variation organique
Chiffre d’affaires publié   216,4   223,2   +3,1%

Chiffre d’affaires IFRIC 123

Indemnités de détournement

  3,0

  3,0

8,2

 

 

Chiffre d’affaires contributif   213,4   212,0   -0,6%
Excédent Brut d’Exploitation (EBE)

Résultat Opérationnel Courant (ROC)

Résultat Opérationnel (RO)

Résultat net des sociétés intégrées

Résultat net des activités poursuivies

  35,9

13,8

5,1

(2,4)

(3,9)

  34,0

12,2

12,4

4,2

3,8

  -5,2%

-12,0%

+146,4%

Résultat net part du Groupe   (4,3)   3,6  
             
MBA 24,5 28,2 +15,4%
CAPEX industriels comptabilisés (hors IFRIC 12)   17,1   16,7   -2,3%
Endettement financier net   226,3   242,9   +7,3%

Forte amélioration du Résultat Opérationnel (RO)

  • EBE : effets mix positifs compensés par des décalages d’activités au
    profit du 2nd semestre
  • ROC : évolution en ligne avec l’EBE
  • RO : non reconduction des éléments exceptionnels du 1er
    semestre 2014

L’EBE s’établit à 34,0 M€, en repli de 1,9 M€ par
rapport au 30 juin 2014 (données retraitées). Cette évolution reflète :

  • l’amélioration de la rentabilité des activités de traitement (+3,8 M€)
  • l’impact des décalages d‘activités et de disponibilité au profit du 2nd
    semestre (-3,2 M€)
  • l’évolution des frais de structure, en accompagnement de l’extension
    du périmètre d’activité, et de charges diverses (-2,5 M€).

L’impact des décalages, générant un différé de marge au profit du 2nd
semestre, intègre le report de chantiers de dépollution ou de campagnes
de purification, ainsi que l’effet de périodicité des arrêts techniques
des incinérateurs.

Hors ces décalages, l’EBE aurait ainsi atteint 37,2 M€.

Le ROC évolue en ligne avec l’EBE et s’affiche à 12,2 M€, soit un recul
de 1,7 M€ par rapport au 1er semestre 2014 (13,8 M€ en
données retraitées).

Le RO enregistre la disparition des éléments exceptionnels
comptabilisés au 1er semestre 2014 (notamment liés à la
situation de l’incinérateur de Strasbourg-Sénerval pour 8,4 M€) et connait
une
très forte progression (+146%) à 12,4 M€ soit 5,9% du CA
contributif
(vs. 5,1 M€ soit 2,4% du CA contributif un an plus tôt
–données retraitées-).

Résultat net en hausse de +7,9 M€

  • Résultat financier en amélioration : effets des refinancements
    obligataire et bancaire
  • Meilleure contribution de la quote-part des entreprises associées

Le résultat financier ressort à (6,9) M€ au 30 juin 2015 vs. (8,2) M€
un an plus tôt
. Cette amélioration reflète principalement les effets
des refinancements opérés en 2014 (obligataire) et 2015 (bancaire), au
titre desquels le Groupe a supporté l’amortissement anticipé des frais
d’émission (2,4 M€ au titre de 2014 et 1,2 M€ au titre de 2015).
Hors
cet effet ponctuel, le résultat financier bénéficie de la baisse du coût
annualisé de la dette nette, à 4,40% vs. 4,97% il y a un an, malgré
l’augmentation de la dette moyenne sur la période.

Après comptabilisation d’une charge d’impôt de 1,4 M€ (marquant une
hausse de +2,1 M€ par rapport au 1er semestre 2014), le
résultat net des sociétés intégrées s’établit
à 4,2 M€, en
progression de +6,6 M€
comparé à la perte de (2,4) M€ au 30
juin 2014 en données retraitées.

La quote-part dans le résultat des entreprises associées s’améliore
sensiblement
à (0,4) M€ vs. (1,4) M€ au 1er
semestre 2014, période qui avait enregistré une provision exceptionnelle
à hauteur de 1 M€ (restructuration de l’activité incinération de Gerep).

Le résultat net consolidé part du Groupe s’établit ainsi à +3,6 M€
au 30 juin 2014 contre une perte de (4,3) M€ un an plus tôt (données
retraitées).

Structure financière solide

  • CAPEX maîtrisés
  • Autofinancement en progression sensible
  • Evolution des ratios d’endettement reflétant l’opération de rachat
    d’actions

Au cours du 1er semestre, le Groupe a maintenu une politique
d’investissements ciblés. Les CAPEX industriels ont ainsi totalisés
19,7 M€ (vs. 20,3 M€ il y a un an), au sein desquels les investissements
concessifs ont représenté 3,0 M€ (vs. 3,2 M€ il y a un an).
Les
investissements pour compte propre ont ainsi représenté 7,9% du CA
contributif au 30 juin 2015
(vs. 8,0% il y a un an). Ceux-ci
intègrent des investissements de développement à hauteur de 3,2 M€
notamment dans les outils de valorisation, auxquels s’ajoutent les
investissements liés à la reconstruction du centre de tri de Changé,
pour 5,5 M€.

La Marge Brute d’Autofinancement (MBA) s’inscrit en hausse sensible :
+15,4%
, à 28,2 M€ au 30 juin 2015 (vs. 24,5 M€ un an plus tôt) et
représente 143% des investissements industriels (vs. 120% au 1er
semestre 2014).

L’évolution de la structure financière et des ratios bilanciels reflète
ainsi essentiellement l’opération de rachat d’actions intervenue au
cours de la période, financée par endettement et qui a conduit à une
annulation de fonds propres à hauteur de 23,3 M€ :

  • les fonds propres part du Groupe s’établissent à 231,4 M€ au 30
    juin 2015
    (vs. 258,2 M€ au 31 décembre 2014), évolution qui
    retrace principalement l’annulation des actions auto-détenues suite à
    l’opération de rachat d’actions ;
  • la dette financière nette atteint 242,9 M€ au 30 juin 2015
    (vs. 226,3 M€ au 31 décembre 2014), essentiellement en raison du
    financement du rachat d’actions.
  • le gearing (DFN/FP) s’établit à 1,05x et le leverage
    (DFN/EBE) à 3,03x.

Objectifs confirmés pour l’exercice 2015

Au 2nd semestre 2015, les marchés industriels et
collectivités devraient rester bien orientés, notamment dans les
activités de traitement, tandis que les métiers de services
(particulièrement la dépollution, qui devrait enregistrer un rattrapage
sensible par rapport au 1er semestre) devraient fortement
contribuer à la croissance.

En particulier, la filière Déchets Dangereux verra la montée en
puissance de ses nouvelles activités de valorisation du brome et de
traitement des batteries au lithium, tandis que les activités de
dépollution devraient afficher une très forte progression, sous l’effet
de rattrapage des mises en chantier décalées au 1er semestre.

La filière Déchets Non Dangereux devrait enregistrer un bon niveau
d’activité dans les métiers d’incinération, tandis que les volumes de
stockage devraient s’établir à un niveau comparable à celui atteint l’an
passé.

La forte hausse de l’activité consolidée au 2nd semestre
conforte les perspectives de légère croissance du chiffre d’affaires
contributif au titre de l’exercice en cours (chiffre d’affaires
contributif = chiffre d’affaires publié – chiffre d’affaires IFRIC 12 –
indemnités de détournement).

A ce jour, Séché Environnement estime le chiffre d’affaires IFRIC 12 à
8,5 M€ pour 2015 (contre. 8,1 M€ en 2014) et les indemnités de
détournement, perçues en application des « avenants amiante » conclus
avec EuroMétropole Strasbourg, à 11,0 M€ en 2015 (contre 3,4 M€ en 2014).

La bonne tenue de la plupart des métiers et le rattrapage attendu du
différé de marges résultant des décalages d’activité du 1er semestre,
devraient contribuer à la forte progression de l’excédent brut
d’exploitation du 2nd semestre 2015 par rapport à la même
période de 2014.

Ces perspectives favorables permettent à Séché Environnement de
confirmer son objectif d’excédent brut d’exploitation égal ou supérieur
à celui de l’an passé, avec un taux de marge brute opérationnelle (EBE /
CA contributif) du même ordre que l’an passé.

Stratégie de développement sur les marchés à
forte valeur ajoutée

Croissances
externes sur le marché des DASRI

Séché Environnement se positionne sur les marchés à forte valeur ajoutée
de la valorisation et du traitement de déchets, au sein desquels il est,
en France, le spécialiste reconnu notamment pour les déchets les plus
complexes.

Ces marchés sont soutenus par des réglementations porteuses qui imposent
aux producteurs de déchets, industriels et collectivités, des
obligations contraignantes en matière de valorisation et de traitement
de déchets :

  • En France, le cadre de ces réglementations est défini au niveau de
    l’Union européenne, et s’impose dans des domaines aussi variés que la
    préservation de l’environnement, de la santé et du cadre de vie, la
    transition énergétique ou encore, l’économie circulaire.
  • A l’International, on observe que nombre de pays émergents se dotent
    de réglementations environnementales comparables à celles des pays les
    plus développés.

Compte tenu de ce contexte, Séché Environnement poursuit une stratégie
de croissance autour de 4 axes majeurs : la spécialisation sur les
déchets les plus complexes, les métiers de l’économie circulaire, les
services aux industriels et aux collectivités, et le développement à
l’International.

Dans le cadre de cette stratégie, le Groupe a ainsi décidé de se
renforcer sur le marché des DASRI (Déchets d’Activités de Soins à
Risques Infectieux) 1/ en France, où il est déjà le 3ème
opérateur national auprès d’une clientèle concentrée de grands hôpitaux,
et 2/ à l’international, où il souhaite intervenir sur des marchés
émergents et bénéficiant d’évolutions réglementaires porteuses.

En France, Séché Environnement a réalisé l’acquisition de 2 sites
de traitement de DASRI par banalisation, à Fleuré (86) et Petit-Bourg
(97). Ces acquisitions, réalisées pour un montant global inférieur à
1,0 M€, permettent à Séché Environnement de se renforcer sur le marché
diffus des DASRI sur lequel il est peu présent.

A l’International, au Pérou, Séché Environnement a pris une
participation de 49% dans la société Kanay, de création récente (2013)
et qui détient des autorisations pour la collecte, le transport et
l’incinération de déchets.

Cette société, qui est la seule au Pérou à disposer d’une offre intégrée
recouvrant un accompagnement des clients au tri et une offre
d’incinération en alternative à la mise en décharge, a réalisé en 2014
un chiffre d’affaires non significatif mais devrait connaître un rapide
développement, porté par la croissance quantitative et qualitative des
besoins du pays.

La prise de participation de 49% a représenté un investissement de
USD 2,8 M ; elle est assortie d’une option d’achat permettant au Groupe
d’augmenter sa participation au capital de 2% à 11% supplémentaires,
pour la porter entre 51% et 60% d’ici 5 ans.

Prochaine communication

Chiffre d’affaires consolidé au 30 septembre 2015       26 octobre 2015 après bourse

ANNEXES
COMPTES CONSOLIDES SYNTHETIQUES AU 30 JUIN 2015

ANNEXE 1 : COMPTE DE RESULTAT AU 30 JUIN 2015

  Pro-forma juin   Juin
    2014   2015
chiffres d’affaires publié   216 415   -9,5%   223 206   3,1%
                 
chiffres d’affaires hors IFRIC12   213 371   -4,6%   220 243   3,2%
                 
EBE   35 869   16,8%   34 006   15,4%
                 
RESULTAT OPERATIONNEL COURANT (ROC)   13 823   6,5%   12 159   5,5%
                 
RESULTAT OPERATIONNEL (RO)   5 052   2,4%   12 449   5,7%
                 
RESULTAT FINANCIER   (8 229)   -3,9%   (6 903)   -3,1%
                 
Impôts   727   0,3%   (1 359)   -0,6%
                 
RESULTAT DES ENTREPRISES INTEGREES   (2 450)   -1,1%   4 187   1,9%
Quote-part dans les Rsts des entreprises associées (1 434)   -0,7% (375)   -0,2%
Activités abandonnées (383) (220)
intérêts des minoritaires   (35)   0,0%   (17)   0,0%
RESULTAT NET (Part du Groupe)   (4 302)   -2,0%   3 574   1,6%

ANNEXE 2 : BILAN AU 30 JUIN 2015

    décembre 2014   Juin 2015
ACTIF NON COURANT   504 397 518 422
ACTIF COURANT (hors trésorerie et équ. De trésorerie) 180 716 174 230
Trésorerie et équiv. de trésorerie 38 756 44 858
actifs destinés à être cédés   351 365
TOTAL ACTIF   724 220 737 876
CAPITAUX PROPRES 258 281 231 524
AUTRES FONDS PROPRES 131 131
DETTES FINANCIERES 271 653 309 722
INSTRUMENTS DE COUVERTURE PASSIF 1 143 503
PROVISIONS 12 778 13 274
AUTRES PASSIFS 179 883 182 357
Passifs destinés à la vente   351 365
TOTAL PASSIF   724 220 737 876

ANNEXE 3 : TABLEAU DE FLUX DE TRESORERIE AU 30
JUIN 2015

   

décembre 2014

 

Juin 2015

MARGE BRUTE D’AUTOFINANCEMENT avant impôt et frais financiers   24 460   28 233
Variation du BFR 14 513 -3 778
Impôts décaissés   159   -1 482

FLUX NETS DE TRESORERIE GENERES PAR LES ACTIVITES
OPERATIONNELLES

 

39 133

 

22 973

Investissements corporels et incorporels -23 942 -17 892
Encaisst / cession d’immobilisations 166 5 046
Investissements financiers nets -493 -404
Tréso.nette /acquisitions & cessions de filiales       276

FLUX NETS DE TRESORERIE LIES AUX OPERATIONS D’INVESTISSEMENTS

 

-24 268

 

-12 974

Dividendes versés aux actionnaires de la mère -8 145 -7 413
Encaissements et remboursement d’emprunts 24 747 34 446
Intérêts décaissés -7 052 -7 693
Autres flux de trésorerie   -49   -23 347

FLUX NETS DE TRESORERIE LIES AUX OPERATIONS DE FINANCEMENT

 

9 501

 

-4 006

         

VARIATION DE TRESORERIE DES ACTIVITES POURSUIVIES

 

24 365

 

5 993

         

VARIATION DE TRESORERIE DES ACTIVITES ABANDONNEES

 

-55

 

-11

         

VARIATION DE TRESORERIE

 

24 310

 

5 982

 
Incidences des variations de taux de change  

-196

  23

TRESORERIE A L’OUVERTURE

 

27 733

 

38 629

TRESORERIE A LA CLOTURE

 

51 846

 

44 634

1 Application à compter du 1er
janvier 2015, et rétrospectivement par retraitement des données 2014, de
l’interprétation IFRIC 21

2 Cf. communiqué du 27
juillet 2015

3 Investissements réalisés sur les
actifs concédés comptabilisés en chiffre d’affaires selon la norme IFRIC
12

A propos de Séché Environnement

Séché Environnement est l’un des principaux acteurs français
de la valorisation et du traitement de tous les types de déchets, qu’ils
soient d’origine industrielle ou issus des collectivités territoriales.

Premier opérateur indépendant en France, Séché Environnement
se caractérise par un positionnement de spécialiste des risques
techniques, au cœur des marchés fermés et à barrière à l’entrée de la
valorisation et du traitement de déchets.

Ses outils et ses savoir-faire lui permettent d’offrir à sa clientèle
d’industriels et de collectivités, des solutions à haute valeur ajoutée,
ciblant les problématiques de l’économie circulaire et les exigences de
développement durable, telles que :

  • les valorisations matières ou énergétique des déchets dangereux et
    non dangereux ;
  • tous types de traitement pour les déchets solides, liquides, gazeux
    (traitements thermiques, physico-chimiques, biologiques …) ;
  • le stockage des résidus ultimes de déchets dangereux ou non
    dangereux ;
  • les éco-services de dépollution, de déconstruction, de désamiantage
    et de réhabilitation.

Fort de son expertise globale, Séché Environnement se développe avec
succès dans les métiers des services à l’Environnement, sur les marchés
de l’externalisation des problématiques Déchets pour des clientèles de
grandes collectivités et d’industriels de premier plan, en France comme
à l’International.

Séché Environnement est coté sur l’Eurolist d’Euronext depuis
le 27 novembre 1997.

Le titre est éligible au PEA-PME et appartient aux indices CAC
Mid&Small et Enternext PEA-PME 150.

Avis important
Ce communiqué peut contenir des
informations de nature prévisionnelle. Ces informations constituent soit
des tendances, soit des objectifs à la date de publication du présent
communiqué et ne sauraient être regardées comme des prévisions de
résultat ou de tout autre indicateur de performance. Ces informations
sont soumises par nature à des risques et incertitudes difficilement
prévisibles et généralement en dehors du contrôle de la Société, qui
peuvent impliquer que les résultats et développements attendus diffèrent
significativement des tendances et objectifs énoncés. Ces risques
comprennent notamment ceux décrits dans le Document de Référence de la
Société disponible sur son site internet (
www.groupe-seche.com).
Ces informations ne reflètent donc pas les performances futures de la
Société, qui peuvent en différer sensiblement et aucune garantie ne peut
être donnée quant à la réalisation de ces éléments prospectifs. La
Société ne prend aucun engagement quant à la mise à jour de ces
informations. Des informations plus complètes sur la Société peuvent
être obtenues sur son site internet (
www.groupe-seche.com),
rubrique Information Réglementée. Ce communiqué ne constitue ni une
offre de titres ni une sollicitation en vue d’une offre de titres dans
un quelconque Etat, y compris aux Etats-Unis. La distribution du présent
communiqué peut être soumise aux lois et règlements en vigueur en France
ou à l’Etranger. Les personnes en possession du présent communiqué de
presse doivent s’informer de ces restrictions et s’y conformer.

Compartiment B – ISIN : FR 0000039139 – Bloomberg : SCHP.FP –
Reuters : CCHE.PA

Indice CAC MID & SMALL et Indice
ENTERNEXT PEA-PME 150

Siège social : Les Hêtres – BP 20 – 53811 Changé Cedex

Contacts

Séché Environnement
Manuel Andersen, +33 (0)1 53 21 53 60
Directeur
des Relations Investisseurs
m.andersen@groupe-seche.com