Press release

Seattle Genetics et Takeda annoncent la publication des données finales de l’essai clinique pivot en monothérapie de phase 2 d’ADCETRIS® ® (Brentuximab védotine) pour le traitement du lymphome hodgkinien récidivant ou …

0 0
Sponsorisé par Business Wire

-Le taux global estimé de survie à cinq ans était de 41 pour cent et le taux de survie sans progression après cinq ans était de 22 pour cent -Les patients qui ont obtenue une rémission complète ont un taux global estimé de survie de cinq ans de 64 pour cent et un taux de

-Le taux global estimé de survie à cinq ans était de 41 pour cent et
le taux de survie sans progression après cinq ans était de 22 pour cent

-Les patients qui ont obtenue une rémission complète ont un taux
global estimé de survie de cinq ans de 64 pour cent et un taux de survie
sans progression après cinq ans de 52 pour cent-

BOTHELL, Wash., CAMBRIDGE, Mass. & OSAKA, Japon–(BUSINESS WIRE)–Seattle Genetics et Takeda annoncent la publication des données
finales de l’essai clinique pivot en monothérapie de phase 2 d’ADCETRIS
®
® (Brentuximab védotine) pour le traitement du lymphome hodgkinien
récidivant ou réfractaire dans Blood

Seattle
Genetics, Inc.
(NASDAQ:SGEN) et Takeda
Pharmaceutical Company Limited

(TSE:4502) a annoncé aujourd’hui que les données finales de l’essai
clinique pivot en monothérapie de phase 2 d’ADCETRIS® (Brentuximab
védotine) pour le traitement du lymphome hodgkinien récidivant ou
réfractaire ont été publiées dans le journal Blood. Le manuscrit,
qui résume les résultats de fin d’étude de cinq ans, souligne que les
patients qui ont atteint une réponse complète ont pu maitriser la
maladie à long terme. Le manuscrit
est disponible en ligne aujourd’hui
et figurera dans une prochaine
édition imprimée de Blood. ADCETRIS est un conjugué
anticorps-médicament (ADC) ciblé sur CD30, un moteur principal de la
pathologie tumorale du lymphome hodgkinien classique. ADCETRIS est en
cours d’évaluation à l’échelle globale, comme fondement de la thérapie
pour le lymphome hodgkinien, dans plus de 45 essais cliniques actuels
financés par des entreprises et parrainés par des chercheurs.


« Au moment du lancement de l’essai, les résultats historiques des
patients du lymphome hodgkinien ayant récidivé suite à une autogreffe de
cellules souches étaient faibles, avec une survie post-progression
médiane de 1,3 ans, et la seule option de contrôle de la maladie à long
terme pour ces patients était une allogreffe de cellules souches », a
déclaré le Dr Robert Chen du City of Hope National Medical Center,
Duarte, Californie, et l’auteur principal du manuscrit paru dans Blood
« Le taux médian de survie des patients suivant la monothérapie
d’ADCETRIS dans cet essai pivot en phase 2 dépasse ces chiffres
historiques, et je suis heureux de voir la publication des données
finales. »

« Depuis plus d’une décennie, nous avons prouvé notre engagement à
l’amélioration des résultats du traitement du lymphome hodgkinien à
travers de nombreux essais cliniques évaluant de nouvelles approches
thérapeutiques. La publication finale d’aujourd’hui de l’étude pivot en
monothérapie d’ADCETRIS chez les patients affectés par le lymphome
hodgkinien représente une étape essentielle pour l’essai qui a reçu
l’approbation dans plus de 60 pays à travers le monde et établit son
utilisation actuelle comme norme de soin dans un contexte de rechute »,
a affirmé le Dr Jonathan Drachman, médecin chef et vice-président
exécutif, Recherche et Développement chez Seattle Genetics. « Les
données à long terme sur l’efficacité et l’innocuité émanant de l’essai
pivot appuient notre développement en cours d’ADCETRIS pour d’autres
types de lymphome hodgkinien classique, y compris la première ligne.
Notre vaste programme clinique réalise des recherches liées à ADCETRIS
comme fondement de soin pour le lymphome hodgkinien et d’autres
affections malignes exprimant le CD30. »

« Les résultats finaux positifs de cet essai d’ADCETRIS indiquent que de
tous les patients qui ont atteint une réponse complète 38 pour cent ont
atteint un contrôle de la maladie à long terme pendant toute la durée de
l’étude », a déclaré le Dr Dirk Huebner, Directeur exécutif médical,
Oncology Therapeutic Area Unit, Takeda Pharmaceutical Company. « En
outre, les taux de survie médian de 40,5 mois et de survie sans
progression de 9,3 mois, observés pendant l’essai confirment le rôle
d’ADCETRIS dans l’amélioration des résultats chez les patients ayant un
lymphome hodgkinien récidivant. »

L’essai pivot à un groupe, qui a appuyé l’approbation d’ADCETRIS par la
FDA en 2011 pour cette indication, a été réalisé sur 102 patients ayant
un lymphome hodgkinien classique récidivant ou réfractaire qui avaient
auparavant reçu une autogreffe de cellules souches (AGCS) afin d’évaluer
l’efficacité et l’innocuité de l’agent unique ADCETRIS. Les patients
recrutés ont reçu une moyenne de plus de trois séances de
chimiothérapie. Après une période de suivi de cinq ans, les résultats
finaux de l’essai pivot se présentent comme suit :

  • Le taux global estimé de survie médian et la survie médiane sans
    progression étaient respectivement de 40,5 mois (95 % avec un
    intervalle de confiance [CI] de : 28,7 ; 61,9) et 9,3 mois (95 % CI :
    7,1 ; 12,2). Le taux global estimé de survie à cinq ans et le taux de
    survie sans progression étaient respectivement de 41 pour cent et 22
    pour cent.
  • Des 102 patients traités, 34 patients (33 %) ont obtenu une rémission
    complète, avec une durée de réponse médiane qui n’a pas été atteinte.
    Pour les patients ayant atteint une rémission complète, le taux global
    estimé de survie à cinq ans était de 64 pour cent (95 % CI : 48, 80)
    et le taux estimé de survie sans progression à cinq ans était de 52
    pour cent (95 % CI: 34, 69).
  • Treize des 34 patients (38 %) ayant atteint une rémission complète
    continuent d’être suivis et demeurent en rémission depuis plus de cinq
    ans au moment de la fin de l’étude. De ces patients, quatre ont subi
    une greffe allogénique de cellules souches de consolidation pendant
    leur rémission, et neuf n’ont reçu aucune autre thérapie.
  • Les effets indésirables les plus courants (tout grade) étaient :
    neuropathie périphérique sensorielle, fatigue, nausée, neutropénie et
    diarrhée. La neuropathie périphérique concomitante au traitement est
    survenue chez 56 patients (55 %). Quatre-vingt huit pour cent de ces
    patients ont connu une amélioration des symptômes de leur neuropathie
    périphérique, dont 73 % une disparition complète.

À propos d’ADCETRIS
ADCETRIS est largement évalué dans le
cadre de plus de 70 essais cliniques en cours, y compris l’essai de
phase 3 ALCANZA et deux études additionnelles de phase 3, ECHELON-1 sur
le lymphome hodgkinien classique de première ligne et ECHELON-2 sur les
lymphomes à cellules T matures de première ligne, ainsi que des essais
sur plusieurs autres types additionnels d’affections malignes exprimant
le CD30, y compris lymphomes B de petites cellules.

ADCETRIS est un conjugué anticorps-médicament (ADC) comprenant un
anticorps monoclonal anti-CD30 fixé par un lieur clivable par protéase à
un agent perturbant les microtubules, l’auristatine monométhyle E
(MMAE), médicament synthétique utilisant la technologie exclusive de
Seattle Genetics. L’ADC emploie un système de liaison conçu pour être
stable dans le sang mais pour libérer le MMAE lors de l’internalisation
dans les cellules cancéreuses exprimant l’antigène CD30.

ADCETRIS pour injection intraveineuse a reçu une autorisation de la FDA
(l’agence américaine des produits alimentaires et des médicaments) pour
trois indications: (1) autorisation régulière pour le traitement des
patients atteints de lymphome hodgkinien classique suite à l’échec d’une
autogreffe de cellules souches hématopoïétiques (auto-HSCT) ou après à
l’échec d’au moins deux chimiothérapies multi-agents chez les patients
non admissibles à l’auto-HSCT, (2) autorisation régulière pour le
traitement de patients atteints de lymphome hodgkinien classique
présentant un risque élevé de rechute ou de progression de la maladie
comme consolidation post-auto-HSCT, et (3) autorisation accélérée pour
le traitement de patients atteints d’un lymphome anaplasique à grandes
cellules systémique (sALCL) après l’échec d’au moins une chimiothérapie
multi-agents. L’indication pour le sALCL est autorisée en vertu d’une
procédure accélérée se fondant sur le taux de réponse global. Le
maintien de l’autorisation pour l’indication de sALCL peut être soumis à
la vérification et à la description des bénéfices cliniques lors
d’essais confirmatoires. Santé Canada a accordé une approbation à
ADCETRIS sous conditions pour le lymphome hodgkinien et le sALCL
récidivants ou réfractaires.

ADCETRIS a reçu une autorisation conditionnelle de commercialisation de
la Commission européenne en octobre 2012 pour deux indications : (1)
pour le traitement des patients adultes atteints de LH CD30-positif
récidivant ou réfractaire suite à une autogreffe de cellules souches
(AGCS), ou suite à au moins deux thérapies antérieures lorsque l’AGCS ou
la chimiothérapie multi-agents n’est pas une option de traitement, et
(2) le traitement des patients adultes atteints de sALCL récidivant ou
réfractaire. ADCETRIS a reçu une autorisation de commercialisation de la
part des autorités de réglementation dans plus de 60 pays. Veuillez
consulter ci-dessous les informations importantes relatives à la
sécurité.

En juin 2016, la Commission européenne a étendu l’autorisation
conditionnelle actuelle d’ADCETRIS et autorisé ADCETRIS pour le
traitement des patients adultes atteints de LH CD30-positif à risque
élevé de récidive ou de progression suite à une autogreffe de cellules
souches (AGCS). Veuillez consulter ci-dessous les informations
importantes relatives à la sécurité.

Seattle Genetics et Takeda développent conjointement ADCETRIS. Selon les
modalités de l’entente de collaboration, Seattle Genetics possède les
droits de commercialisation aux États-Unis et au Canada et Takeda
possède les droits de commercialisation d’ADCETRIS dans le reste du
monde. Seattle Genetics et Takeda financent conjointement les couts de
développement d’ADCETRIS, à proportions égales, sauf au Japon où Takeda
assume l’entière responsabilité des coûts de développement.

À propos de Seattle Genetics
Seattle Genetics est une
société de biotechnologie axée sur le développement et la
commercialisation de thérapies innovantes à base d’anticorps pour le
traitement du cancer. Seattle Genetics ouvre la voie dans le
développement de conjugués anticorps-médicament (ADC), une technologie
conçue pour exploiter la capacité de ciblage des anticorps afin de
délivrer des agents destructeurs de cellules directement dans les
cellules cancéreuses. Le produit phare de la société, ADCETRIS®
(brentuximab védotine) est un ADC ciblant le CD30 qui, grâce à une
collaboration avec Takeda Pharmaceutical Company Limited, est le premier
médicament d’une nouvelle classe d’ADC autorisés à l’échelle mondiale
dans plus de 60 pays, contre le lymphome hodgkinien (LH) classique
réfractaire et le lymphome anaplasique à grandes cellules systémique
réfractaire (sALCL). Seattle Genetics développe également vadastuximab
talirine (SGN-CD33A; 33A), un ADC en essai de phase 3 pour la leucémie
myéloïde aiguë. Sis à Bothell, Washington, Seattle Genetics développe
également un solide pipeline de thérapies innovantes pour les cancers
liés au sang et les tumeurs solides, conçues pour résoudre les besoins
médicaux insatisfaits, et améliorer les résultats de traitement pour les
patients. Pour sa technologie ADC, Seattle Genetics travaille en
collaboration avec un certain nombre de sociétés, dont AbbVie, Astellas,
Bayer, Genentech, GlaxoSmithKline et Pfizer. Pour un complément
d’information, veuillez consulter le site www.seattlegenetics.com.

À propos de Takeda
Takeda Pharmaceutical Company Limited est
une société pharmaceutique mondiale axée sur la R&D dont la mission est
d’améliorer la santé et l’avenir des patients en traduisant la science
en médicaments capables de changer la vie. Takeda concentre ses efforts
de recherche sur l’oncologie, la gastroentérologie et les domaines
thérapeutiques du système nerveux central. La société gère également des
programmes de développement spécifiques dans des maladies
cardiovasculaires spécialisées et dans des candidats au stade avancé
pour les vaccins. Les activités de R&D de Takeda ont lieu à la fois en
interne et avec des partenaires, l’objectif de la société étant de se
maintenir à l’avant-garde de l’innovation. Ses nouveaux produits
innovants, notamment en oncologie et en gastroentérologie, ainsi que sa
présence sur des marchés émergents, stimulent la croissance de Takeda.
Les plus de 30 000 employés de Takeda se sont engagés à améliorer la
qualité de vie des patients en collaborant avec les partenaires de la
société travaillant dans le secteur des soins de santé et basés dans
plus de 70 pays. Pour un complément d’information sur, veuillez
consultez le site http://www.takeda.com/news.

Des informations complémentaires sur Takeda sont disponibles sur le site
Internet de l’entreprise, à l’adresse www.takeda.com,
et des informations complémentaires sur Takeda Oncology, la marque des
opérations mondiales de la division d’oncologie de Takeda Pharmaceutical
Company Limited, sont disponibles sur son sitewww.takedaoncology.com.

Importantes informations de sécurité sur l’ADCETRIS (brentuximab
vedotin) aux États-Unis

AVERTISSEMENTS INCLUS DANS LA BOÎTE
Leucoencéphalopathie
multifocale progressive (LEMP) : une infection au virus John Cunningham
(JCV) entraînant une LEMP et la mort peut survenir chez les patients
traités avec ADCETRIS.

Contre-indications
L’utilisation combinée de la bléomycine
et d’ADCETRIS est contre-indiquée et peut provoquer une toxicité
pulmonaire (par ex. infiltration et/ou inflammation interstitielle).

Mises en garde et précautions

  • Neuropathie périphérique (NP) : Le traitement avec ADCETRIS peut
    provoquer une NP de nature principalement sensorielle. Des cas de
    neuropathie motrice périphérique ont également été signalés. La NP
    induite par ADCETRIS est cumulative. Les patients doivent être
    surveillés pour vérifier l’apparition de symptômes de NP, tels que
    l’hypoesthésie, l’hyperesthésie, la paresthésie, une gêne, une
    sensation de brûlure, une douleur neuropathique ou de la faiblesse. Il
    faut modifier la dose en conséquence.
  • Anaphylaxie et réactions liées à la perfusion : Des réactions liées à
    la perfusion, dont l’anaphylaxie, sont survenues avec ADCETRIS. Les
    patients doivent être surveillés pendant une perfusion. En cas de
    réaction liée à la perfusion, il faut interrompre la perfusion et
    mettre en place une gestion médicale appropriée. En cas d’anaphylaxie,
    il faut arrêter immédiatement et totalement la perfusion, et
    administrer une thérapie médicale appropriée. Les patients qui ont eu
    des réactions antécédentes liées à la perfusion devraient faire
    l’objet d’une prémédication lors des perfusions futures. La
    prémédication peut inclure de l’acétaminophène, un antihistaminique et
    un corticostéroïde.
  • Toxicités hématologiques : Une neutropénie aigue prolongée (≥1
    semaine), une thrombocytopénie ou une anémie de grade 3 ou 4 peuvent
    se produire avec ADCETRIS. La neutropénie fébrile a été signalée avec
    ADCETRIS. La numération sanguine complète doit être contrôlée avant
    l’administration de chaque dose et considérer un contrôle plus
    fréquent pour les patients ayant une neutropénie de grade 3 ou 4.
    Veiller à ce que les patients n’aient pas la fièvre. Si une
    neutropénie de grade 3 ou 4 se développe, il est conseillé de
    retarder, réduire ou interrompre la dose, ou de réaliser une
    prophylaxie par G-CSF avec les doses suivantes.
  • Infections graves et opportunistes : Des infections graves, comme la
    pneumonie, la bactériémie, la septicémie/le choc septique (y compris
    des cas mortels) ont été signalées chez des patients traités avec
    ADCETRIS. Les patients doivent être étroitement surveillés pendant le
    traitement pour vérifier l’apparition possible d’infections
    bactériennes, fongiques ou virales.
  • Syndrome de lyse tumorale : Surveiller attentivement les patients
    souffrant d’une tumeur proliférant rapidement ou d’une masse tumorale
    importante.
  • Toxicité accrue en présence d’insuffisance rénale grave : La fréquence
    des effets indésirables ≥grade 3 et des cas mortels était plus élevée
    chez les patients ayant une insuffisance rénale grave en comparaison
    aux patients avec une fonction rénale normale. Éviter d’utiliser
    ADCETRIS chez les patients ayant une insuffisance rénale grave.
  • Toxicité accrue en présence d’insuffisance hépatique modérée ou grave
    : La fréquence des effets indésirables ≥grade 3 et des cas mortels
    était plus élevée chez les patients ayant une insuffisance hépatique
    modérée ou grave en comparaison aux patients avec une fonction
    hépatique normale. Éviter d’utiliser ADCETRIS chez les patients ayant
    une insuffisance hépatique modérée à grave. .
  • Hépatotoxicité : Des cas sérieux d’hépatotoxicité, y compris des cas
    mortels, sont survenus avec ADCETRIS. Ces cas étaient cohérents avec
    des accidents hépatocellulaires, y compris des élévations de
    transaminases et/ou bilirubine, et sont survenus après la première
    dose d’ADCETRIS ou à la reprise. Une maladie hépatique préexistante,
    une concentration élevée d’enzymes hépatiques et des médicaments
    concomitants peuvent également augmenter le risque. Surveiller les
    enzymes hépatiques et la bilirubine. Il est conseillé de retarder,
    réduire ou interrompre ADCETRIS pour les patients qui présentent une
    hépatotoxicité nouvelle, aggravée ou récurrente.
  • Leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP) : Des
    réactivations du virus John Cunningham (JCV) entraînant une LEMP et la
    mort ont été signalées chez les patients traités avec ADCETRIS. Les
    premiers symptômes apparaissent à différentes étapes à partir du
    commencement de la thérapie d’ADCETRIS, avec des cas survenus 3 mois
    après l’exposition initiale. En addition à la thérapie d’ADCETRIS,
    d’autres facteurs capables d’y contribuer comprennent des thérapies
    antécédentes et une maladie sousjacente qui pourrait causer
    l’immunosuppression. Il faut effectuer un diagnostic LEMP si un
    patient présente des signes ou symptômes d’anomalies du système
    nerveux central. Maintenir ADCETRIS s’il est soupçonné un cas de LEMP
    et interrompre ADCETRIS si la LEMP est confirmée.
  • Toxicité pulmonaire : Des cas de toxicité pulmonaire non-infectieuse,
    dont la pneumonie, la maladie pulmonaire interstitielle et le syndrome
    de détresse respiratoire aigu, y compris des cas mortels, ont été
    signalés chez des patients traités avec ADCETRIS. Surveiller les
    patients pour tout signe et symptôme de toxicité pulmonaire, y compris
    toux et dyspnée. En cas d’apparition ou d’aggravation des symptômes
    pulmonaires, maintenir la dose d’ADCETRIS pendant l’évaluation et
    jusqu’à l’amélioration des symptômes.
  • Réactions cutanées graves : Le syndrome de Stevens-Johnson syndrome
    (SSJ) et la nécrolyse épidermique toxique (NET), y compris des cas
    mortels, ont été signalés avec ADCETRIS. En cas de SSJ ou NET, arrêter
    ADCETRIS et administrer une thérapie médicale appropriée.
  • Complications Gastro-intestinales (GI) : Des complications fatales et
    sérieuses, y compris perforation, hémorragie, érosion, ulcère,
    obstruction intestinale, entérocolite, colite neutropénique et iléus,
    ont été signalées chez les patients traités avec ADCETRIS. Lymphome
    avec inclusion de GI préexistante peut augmenter le risque de
    perforation. En cas d’apparition ou d’aggravation des symptômes GI,
    réaliser rapidement une évaluation diagnostique et traiter de façon
    appropriée.
  • Toxicité embryonnaire et fœtale : Selon le mécanisme d’action et les
    résultats chez les animaux, ADCETRIS peut causer des dommages au fœtus
    s’il est administré à une femme en âge de procréer. Les femmes en âge
    de procréer devraient éviter de tomber enceinte pendant le traitement
    avec ADCETRIS et pendant au moins 6 mois après la dose finale
    d’ADCETRIS.

Effets indésirables
Dans deux essais non contrôlés à un
groupe d’ADCETRIS en monothérapie chez 160 patients avec LH classique
récidivant et sALCL, les effets indésirables définis les plus fréquents
(≥20 %), peu importe la causalité, étaient : neutropénie, neuropathie
périphérique sensorielle, fatigue, nausées, anémie, infections des voies
respiratoires supérieures, diarrhée, pyrexie, éruptions cutanées,
thrombocytopénie, toux, et vomissements.

Dans un essai contrôlé par placebo d’ADCETRIS sur 329 patients avec LH
classique présentant un risque de rechute ou de progression
post-auto-HSCT, les effets indésirables les plus fréquents (≥20 %) dans
le groupe de traitement avec ADCETRIS (167 patients), peu importe la
causalité, étaient : neutropénie, neuropathie périphérique sensorielle,
anémie, infections des voies respiratoires supérieures, fatigue,
neuropathie périphérique motrice, nausées, toux et diarrhée.

Interactions médicamenteuses
L’utilisation concomitante
d’inhibiteurs puissants du CYP3A4 ou d’inducteurs, ou d’inhibiteurs
P-gp, a le potentiel d’influencer l’exposition à l’auristatine
monométhyle E (MMAE).

Utilisation pour des populations particulières
L’exposition
au MMAE et les effets indésirables augmentent chez les patients
présentant une insuffisance rénale et hépatique modérée ou sévère.
Éviter d’utiliser le médicament.

Recommander aux femmes en âge de procréer d’éviter de tomber enceinte
pendant le traitement avec ADCETRIS ou pendant au moins 6 mois après la
dose finale d’ADCETRIS.

Recommander aux hommes ayant des partenaires sexuels féminins en âge de
procréer d’utiliser une contraception efficace pendant le traitement
avec ADCETRIS et pendant au moins 6 mois après la dose finale d’ADCETRIS.

Recommander aux patients de signaler immédiatement toute grossesse et
d’évider d’allaiter pendant le traitement avec ADCETRIS.

Pour des informations importantes relatives à la sécurité, y compris
les avertissements inclus dans boîte, veuillez consulter les
informations posologiques complètes pour ADCETRIS à
www.seattlegenetics.com
ou
www.ADCETRIS.com.

Importantes informations relatives à la sécurité pour ADCETRIS
(brentuximab védotine) au niveau mondial

Veuillez consulter le résumé approuvé des caractéristiques du produit
(RCP) avant de prescrire le médicament.

INDICATIONS
ADCETRIS® est indiqué pour le
traitement des patients adultes souffrant de lymphome hodgkinien (LH)
CD30-positif récidivant ou réfractaire (HL) :

1. Suite à une autogreffe de cellules souches ou

2. Suite à au moins 2 traitements antérieurs lorsque l’autogreffe de
cellules souches ou chimiothérapie multi-agent n’est pas une option de
traitement.

ADCETRIS est indiqué pour le traitement des patients adultes souffrant
de lymphome hodgkinien (LH) CD30-positif à risque élevé de récidive ou
de progression suite à une autogreffe de cellules souches (AGCS).

ADCETRIS est indiqué pour le traitement des patients adultes avec un
lymphome anaplasique à grandes cellules systémique (sALCL) récidivant ou
réfractaire.

IMPORTANTES INFORMATIONS RELATIVES À LA SÉCURITÉ

CONTRE-INDICATIONS

ADCETRIS est contre-indiqué chez les patients hypersensibles à
brentuximab védotine et ses excipients. En outre, l’utilisation combinée
de la bléomycine et d’ADCETRIS est contre-indiquée car elle provoque une
toxicité pulmonaire.

AVERTISSEMENTS SPÉCIAUX & PRÉCAUTIONS

Leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP) : Des
réactivations du virus John Cunningham (JCV) entraînant une LEMP et la
mort peuvent survenir chez les patients traités avec ADCETRIS. La LEMP a
été signalée chez des patients qui ont reçu ADCETRIS après avoir reçu
des associations chimiothérapeutiques multiples.

Les patients doivent être étroitement surveillés pour vérifier
l’apparition ou l’aggravation de signes ou de symptômes neurologiques,
cognitifs ou comportementaux pouvant être évocateurs d’une LEMP.
L’évaluation suggérée de la LEMP inclut la consultation neurologique,
l’imagerie du cerveau par résonance magnétique rehaussée avec du
gadolinium, et l’analyse du liquide céphalo-rachidien pour détecter la
présence d’ADN viral JC par réaction en chaîne de la polymérase ou une
biopsie du cerveau avec évidence de JCV.

Contacts

Seattle Genetics
Investisseurs :
Peggy Pinkston,
425-527-4160
ppinkston@seagen.com
ou
Médias
:
Tricia Larson, 425-527-4180
tlarson@seagen.com
ou
Takeda
Médias
japonais :
Tsuyoshi Tada, +81 (0) 3-3278-2417
tsuyoshi.tada@takeda.com
ou
Médias
hors Japon :
Sara Noonan, 617-755-3683
sara.noonan@takeda.com

Read full story here