Press release

Seattle Genetics et Takeda atteignent leur objectif de recrutement pour l’essai clinique de phase 3 ECHELON-1, qui évalue ADCETRIS® (brentuximab védotine) pour le traitement du lymphome hodgkinien avancé (LH), précédemment non…

0 0
Sponsorisé par Business Wire

– Les données de l’essai ECHELON-1 devraient être disponibles sur la période 2017-2018 – BOTHELL, Washington, et CAMBRIDGE, Massachussetts (USA)–(BUSINESS WIRE)– Seattle Genetics et Takeda atteignent leur objectif de recrutement pour l’essai clinique de phase 3 ECHELON-1, qui évalue ADCETRIS® (brentuximab védotine) pour le traitement du lymphome hodgkinien avancé (LH), précédemment non traité Seattle Genetics,

– Les données de l’essai ECHELON-1 devraient être disponibles sur la
période 2017-2018 –

BOTHELL, Washington, et CAMBRIDGE, Massachussetts (USA)–(BUSINESS WIRE)–

Seattle Genetics et Takeda atteignent leur objectif de recrutement
pour l’essai clinique de phase 3 ECHELON-1, qui évalue ADCETRIS
®
(brentuximab védotine) pour le traitement du lymphome hodgkinien avancé
(LH), précédemment non traité

Seattle
Genetics, Inc.
(Nasdaq: SGEN) et Takeda
Pharmaceutical Company Limited

(TSE:4502) ont annoncé aujourd’hui avoir finalisé le recrutement de
patients pour l’essai clinique de phase 3 ECHELON-1. ECHELON-1 est un
essai randomisé visant à évaluer ADCETRIS (brentuximab védotine) dans le
cadre d’une chimiothérapie combinée de première ligne chez des patients
souffrant d’un lymphome hodgkinien (LH) classique avancé précédemment
non traité. ADCETRIS est un anticorps conjugué (ADC) dirigé sur le CD30,
un marqueur précis du LH classique. À l’heure actuelle, ADCETRIS n’est
pas autorisé pour le traitement de première ligne du LH.


Les patients de l’essai ECHELON-1 ont été randomisés pour recevoir soit
de l’ABVD (adriamycine, bléomycine, vinblastine, dacarbazine), une norme
de soins reconnue pour le LH de première ligne, ou une combinaison
inédite ADCETRIS+AVD, qui supprime la bléomycine de la thérapie. L’essai
a recruté environ 1300 patients, bien qu’il reste loisible à certains
sites d’effectuer le recrutement d’environ 20 patients supplémentaires
pour respecter un ancien engagement réglementaire américain lié à la
mesure des dosages de médicaments lors du traitement
(pharmacocinétique). La poursuite de ce recrutement n’affectera pas le
calendrier escompté pour la lecture des données issues de l’essai sur la
période 2017 à 2018, sur la base des taux d’événements attendus. L’essai
ECHELON-1 est mené dans le cadre d’une entente d’Évaluation de protocole
spécial (EPS) avec la FDA (U.S. Food and Drug Administration) et l’essai
a également reçu l’avis scientifique de l’Agence Européenne du
médicament (EMA).

« Dans la plus grande partie du monde, la norme de soins pour le
lymphome hodgkinien nouvellement diagnostiqué n’a pas changé depuis plus
de 30 ans ; elle repose sur la thérapie ABVD composée de quatre agents
de chimiothérapie, reconnue dans le monde entier. Avec l’essai clinique
ECHELON-1, notre objectif est de redéfinir la norme de soins avec un
traitement combiné inédit, basé sur ADCETRIS, qui améliore l’état des
patients avec un profil d’innocuité acceptable », a déclaré le Dr
Clay Siegall, le Président-directeur général de Seattle Genetics
. «
Nous sommes impatients de rendre compte des résultats de l’essai
ECHELON-1 afin de potentiellement étayer une demande complémentaire de
licence biologique pour ADCETRIS, pour obtenir une extension du profil
d’utilisation dans ce cadre. »

« Environ 25% des patients souffrant d’un lymphome hodgkinien
nouvellement diagnostiqué ne répondent pas au traitement initial ou
rechutent durant les deux premières années. Il y a un besoin important
de découvrir des traitements potentiels supplémentaires pour cette
population de patients, susceptibles d’apporter une réponse plus durable
et de générer un taux de rechute inférieur », a déclaré le Dr Dirk
Huebner, Directeur clinique Monde chez Takeda Oncology.

Les données précédemment présentées à l’Assemblée annuelle de l’ASH en
2012 et 2014, issues d’un essai de phase 1 évaluant ADCETRIS plus AVD,
ont démontré que 24 patients sur 25 (96%) ont obtenu une rémission
complète. Les données de suivi à long terme ont montré que le taux de
survie global à trois ans était de 100% et que le taux de survie sans
récidive à trois ans était de 92%. Les effets indésirables les plus
fréquents, de tout grade, rapportés chez plus de 30% des patients
étaient : neutropénie, nausée, neuropathie périphérique sensorielle,
fatigue, vomissements, diarrhée, insomnie, douleurs osseuses,
constipation et chute des cheveux.

Conception de l’essai ECHELON-1

L’essai ouvert randomisé de phase 3 évalue ADCETRIS+AVD comparativement
à l’ABVD en tant que traitement de première ligne pour les patients
souffrant d’un LH classique avancé. Le critère d’évaluation principal
est le taux de survie modifié sans progression, établi au moyen d’une
évaluation par centre d’examen indépendant utilisant les Critères de
Cheson de réponse complète pour le lymphome agressif, révisés en 2007.
Les critères d’évaluation secondaires incluent la survie globale, la
rémission complète et l’innocuité. L’essai multicentrique est conduit en
Amérique du Nord, en Europe, en Amérique du Sud, en Australie, en Asie
et en Afrique. L’étude a recruté environ 1300 patients ayant un
diagnostic de LH classique de stade III ou IV confirmé par un examen
histologique, et n’ayant pas suivi précédemment de chimiothérapie
systémique ou de radiothérapie. Les données issues de l’essai seront
disponibles après qu’un nombre prédéfini de reprises évolutives se sont
produites.

Pour un complément d’information sur l’essai, veuillez consulter le site www.clinicaltrials.gov.

À propos du lymphome hodgkinien classique

Le lymphome est un terme général désignant un groupe de cancers trouvant
leur origine dans le système lymphatique ; c’est le type de leucémie le
plus fréquent. Il existe deux grandes catégories de lymphomes : le LH et
le lymphome non-hodgkinien. Le LH classique se distingue des autres
types de lymphomes par la présence caractéristique de cellules de
Reed-Sternberg à CD30 positif.

Selon l’American Cancer Society, environ 9050 cas de LH seront
diagnostiqués aux États-Unis en 2015 et plus de 1150 personnes
décéderont de cette maladie.

Selon l’Association de lutte contre le lymphome (Lymphoma Coalition), on
diagnostique chaque année plus de 62.000 cas de LH dans le monde, et
environ 25.000 personnes décèdent de ce cancer.

À propos d’ADCETRIS

ADCETRIS est largement évalué, dans le cadre d’une trentaine d’essais
cliniques en cours, dont l’essai de phase 3 ALCANZA et deux études
complémentaires de phase 3, l’une sur le LH classique de première ligne
et l’autre sur les lymphomes à cellules T matures de première ligne,
ainsi que des essais sur de nombreux autres types de tumeurs malignes
exprimant le CD30, y compris les lymphomes à cellules B.

ADCETRIS est un conjugué anticorps-médicament (CAM) comprenant un
anticorps monoclonal anti-CD30 fixé par un lieur clivable par protéase à
un agent perturbant les microtubules, l’auristatine monométhyle E
(MMAE), médicament synthétique utilisant la technologie exclusive de
Seattle Genetics. Le CAM emploie un système de liaison conçu pour être
stable dans le sang mais pour libérer le MMAE lors de l’internalisation
dans les cellules cancéreuses exprimant l’antigène CD30.

ADCETRIS pour injection intraveineuse a reçu une autorisation de la FDA
(l’agence américaine des produits alimentaires et des médicaments) pour
trois indications: (1) autorisation régulière pour le traitement de
patients atteints d’un LH classique après l’échec d’une autogreffe de
cellules souches hématopoïétiques (auto-HSCT) ou après l’échec d’au
moins deux chimiothérapies multi-agents chez les patients non
admissibles à l’auto-HSCT, (2) autorisation régulière pour le traitement
de patients atteints d’un LH classique présentant un risque élevé de
rechute ou de progression de la maladie comme consolidation
post-auto-HSCT, et (3) autorisation accélérée pour le traitement de
patients atteints d’un lymphome anaplasique à grandes cellules
systémique (sALCL) après l’échec d’au moins une chimiothérapie
multi-agents. L’indication pour le sALCL est autorisée en vertu d’une
procédure accélérée se fondant sur le taux de réponse global. Le
maintien de l’autorisation pour l’indication de sALCL peut être soumis à
la vérification et à la description des bénéfices cliniques lors
d’essais confirmatoires. Santé Canada a accordé une approbation à
ADCETRIS sous conditions pour le LH et le sALCL récidivants ou
réfractaires.

ADCETRIS a reçu une autorisation conditionnelle de commercialisation de
la Commission européenne en octobre 2012 pour deux indications : (1)
pour le traitement des patients adultes atteints de LH CD30-positif
récidivant ou réfractaire suite à une autogreffe de cellules souches
(AGCS), ou suite à au moins deux thérapies antérieures lorsque l’AGCS ou
la chimiothérapie multi-agents n’est pas une option de traitement, et
(2) le traitement des patients adultes atteints de sALCL récidivant ou
réfractaire. ADCETRIS a reçu une autorisation de commercialisation de la
part des autorités de réglementation dans plus de 55 pays. Veuillez
consulter ci-dessous les informations importantes relatives à la
sécurité.

Seattle Genetics et Takeda développent conjointement ADCETRIS. Selon les
modalités de l’entente de collaboration, Seattle Genetics possède les
droits de commercialisation aux États-Unis et au Canada et Takeda
possède les droits de commercialisation d’ADCETRIS dans le reste du
monde. Seattle Genetics et Takeda financent conjointement les couts de
développement d’ADCETRIS, à proportions égales, sauf au Japon où Takeda
assume l’entière responsabilité des coûts de développement.

À propos de Seattle Genetics

Seattle Genetics est une société de biotechnologie axée sur le
développement et la commercialisation de thérapies innovantes à base
d’anticorps pour le traitement du cancer. Seattle Genetics ouvre la voie
dans le développement de conjugués anticorps-médicament (ADC), une
technologie conçue pour exploiter la capacité de ciblage des anticorps
afin de délivrer des agents destructeurs de cellules directement dans
les cellules cancéreuses. Le produit phare de la société, ADCETRIS®
(brentuximab védotine) est un ADC ciblant le CD30 qui, grâce à une
collaboration avec Takeda Pharmaceutical Company Limited, est disponible
sur le marché dans plus de 55 pays, dont les États-Unis, le Canada, le
Japon et les États membres de l’Union européenne. En outre, ADCETRIS
fait actuellement l’objet d’une évaluation globale dans le cadre de plus
de 30 essais cliniques sur les tumeurs malignes exprimant le CD30.
Seattle Genetics développe également un solide pipeline de programmes en
phase clinique, notamment SGN-CD19A, SGN-CD33A, SGN-LIV1A, SGN-CD70A,
ASG-22ME, ASG-15ME et SEA-CD40. Pour sa technologie ADC, Seattle
Genetics travaille en collaboration avec un certain nombre de grandes
sociétés de biotechnologie et sociétés pharmaceutiques, dont AbbVie,
Agensys (une filiale d’Astellas), Bayer, Genentech, GlaxoSmithKline et
Pfizer. Pour un complément d’information, veuillez consulter le site www.seattlegenetics.com.

À propos de Takeda

Implantée à Osaka, au Japon, Takeda (TSE:
4502)
 est une société pharmaceutique d’envergure mondiale axée sur
la recherche, qui se consacre principalement aux produits
pharmaceutiques. Plus grande société pharmaceutique au Japon et l’un des
leaders mondiaux dans son secteur, Takeda concentre ses efforts sur
l’amélioration de la santé des patients à travers le monde au moyen
d’innovations médicales de premier plan. Pour un complément
d’information sur Takeda, veuillez consultez le site www.takeda.com.

Informations importantes relatives à la sécurité pour les États-Unis
concernant ADCETRIS (brentuximab védotine)

ENCADRÉ SUR LES MISES EN GARDE

Leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP) : une infection à
virus JC entraînant une LEMP ainsi que la mort peut survenir chez les
patients recevant ADCETRIS
® (brentuximab
védotine).

Contre-indications

L’utilisation concomitante d’ADCETRIS et de la bléomycine est
contre-indiquée en raison d’une toxicité pulmonaire (c’est-à-dire
infiltration interstitielle et/ou inflammation).

Mises en garde et précautions

  • Neuropathie périphérique : Le traitement par ADCETRIS provoque
    une neuropathie périphérique de nature principalement sensorielle. Des
    cas de neuropathie motrice périphérique ont également été signalés. La
    neuropathie périphérique causée par ADCETRIS est cumulative. Vérifiez
    chez les patients les symptômes de neuropathie, tels que
    l’hypoesthésie, l’hyperesthésie, la paresthésie, une gêne, une
    sensation de brûlure, une douleur neuropathique ou une faiblesse, et
    procédez à des modifications du dosage en conséquence.
  • Anaphylaxie et réactions à la perfusion : Des réactions liées à
    la perfusion, dont l’anaphylaxie, sont survenues avec ADCETRIS.
    Surveillez les patients pendant la perfusion. Si une réaction à la
    perfusion survient, il faut interrompre la perfusion et procéder à une
    prise en charge médicale appropriée. En cas d’anaphylaxie, arrêtez
    immédiatement et définitivement la perfusion et administrez un
    traitement médical approprié.
  • Toxicités hématologiques : Une neutropénie sévère prolongée (≥1
    semaine) et une thrombocytopénie ou une anémie de grade 3 ou 4 peuvent
    survenir avec ADCETRIS. Des cas de neutropénie fébrile ont été
    signalés avec ADCETRIS. Surveillez la numération sanguine avant chaque
    dose d’ADCETRIS et envisagez une surveillance plus fréquente chez les
    patients atteints de neutropénie de grade 3 ou 4. Surveillez
    attentivement tout état fébrile chez les patients. Si une neutropénie
    de grade 3 ou 4 se développe, il convient de la gérer par
    l’administration d’un facteur stimulant les colonies de granulocytes,
    en procédant à des reports de dose, à des réductions de doses ou à une
    suspension du traitement.
  • Infections graves et opportunistes : Des infections, telles que
    la pneumonie, la bactériémie et la septicémie/le choc septique (avec
    notamment des issues fatales) ont été signalées chez les patients
    traités avec ADCETRIS. Surveillez attentivement les patients pendant
    le traitement pour vérifier l’émergence possible d’infections
    bactériennes, fongiques ou virales.
  • Syndrome de lyse tumorale : Surveillez attentivement les
    patients présentant une tumeur proliférant rapidement ou une masse
    tumorale importante.
  • Toxicité accrue en présence d’une insuffisance rénale grave : La
    fréquence des effets indésirables ≥ grade 3 et des décès était
    supérieure chez les patients atteints d’une insuffisance rénale grave,
    comparativement aux patients ayant une fonction rénale normale. Éviter
    d’utiliser ADCETRIS chez les patients atteints d’une insuffisance
    rénale grave.
  • Toxicité accrue en présence d’une insuffisance hépatique modérée ou
    grave :
    La fréquence des effets indésirables ≥ grade 3 et des
    décès était supérieure chez les patients atteints d’une insuffisance
    hépatique modérée ou grave, comparativement aux patients ayant une
    fonction hépatique normale. Éviter d’utiliser ADCETRIS chez les
    patients atteints d’une insuffisance hépatique modérée ou grave..
  • Hépatotoxicité : Des cas graves d’hépatotoxicité, y compris
    avec issue fatale, ont été rapporté chez des patients ayant reçu
    ADCETRIS. Ces cas correspondaient à des lésions hépatocellulaires,
    avec augmentation des transaminases et/ou de la bilirubine, et ils se
    sont produits après la première dose d’ADCETRIS ou après une
    ré-administration. Une maladie hépatique préexistante, une
    concentration élevée d’enzymes hépatiques de base et la prise d’autres
    médicaments peuvent également augmenter le risque. Il convient de
    surveiller les enzymes hépatiques et la bilirubine. Les patients
    présentant une nouvelle hépatotoxicité, une aggravation de leur
    hépatotoxicité ou une hépatotoxicité récurrente peuvent nécessiter un
    report, un changement de posologie ou une suspension du traitement par
    ADCETRIS.
  • Leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP) : Des
    infections par le virus JC entraînant une LEMP et la mort ont été
    signalées chez les patients traités avec ADCETRIS. Les premiers
    symptômes sont apparus à divers moments du traitement par ADCETRIS,
    dans certains cas dans les trois mois suivant l’exposition initiale.
    En plus du traitement par ADCETRIS, les autres facteurs contributifs
    possibles incluent des traitements antérieurs et une maladie
    sous-jacente pouvant causer une immunosuppression. Envisagez un
    diagnostic de LEMP chez tout patient présentant des signes et des
    symptômes d’anomalies du système nerveux central d’apparition récente.
    Interrompez le traitement avec ADCETRIS en cas de suspicion de LEMP et
    arrêtez-le si la LEMP est confirmée.
  • Toxicité pulmonaire : Des cas de toxicité pulmonaire non
    infectieuse (dont pneumonie, pneumopathie interstitielle et syndrome
    de détresse respiratoire aiguë, parfois avec issue fatale) ont été
    rapportés chez des patients. Surveiller les patients pour déceler les
    signes et les symptômes de toxicité pulmonaire, y compris la toux et
    la dyspnée. En cas d’apparition de nouveaux symptômes pulmonaires ou
    d’aggravation des symptômes, suspendre l’administration d’ADCETRIS
    pendant l’évaluation et jusqu’à l’amélioration des symptômes.
  • Réactions cutanées graves : Des cas de syndrome de
    Stevens-Johnson (SSJ) et de nécrolyse épidermique toxique (NET), y
    compris avec une issue fatale, ont été signalés avec ADCETRIS. En cas
    de survenue d’un SSJ ou d’une NET, arrêtez le traitement avec ADCETRIS
    et administrez un traitement médical approprié.
  • Toxicité embryo-fœtale : ADCETRIS peut être préjudiciable au
    fœtus. Les femmes enceintes doivent être informées du danger potentiel
    pour le fœtus.

Effets indésirables les plus courants :

ADCETRIS a été étudié en monothérapie chez 160 patients atteints d’un LH
et d’un sALCL classique récidivant dans le cadre de deux essais
non-contrôlés à une seule branche. Lors de ces deux essais, les effets
indésirables les plus courants (≥ 20 %), indépendamment de la causalité,
ont été la neutropénie, la neuropathie périphérique sensorielle, la
fatigue, les nausées, l’anémie, les infections des voies respiratoires
supérieures, la diarrhée, la pyrexie, les éruptions cutanées, la
thrombocytopénie, la toux et les vomissements.

ADCETRIS a été étudié chez 329 patients atteints d’un LH classique
présentant un risque élevé de rechute ou de progression post-auto-HSCT
dans le cadre d’un essai randomisé contrôlé par placebo. Les effets
indésirables les plus courants (≥20%) dans la branche avec traitement
par ADCETRIS (167 patients), indépendamment de la causalité, ont été la
neutropénie, la neuropathie périphérique sensorielle, la
thrombocytopénie, l’anémie, les infections des voies respiratoires
supérieures, la fatigue, la neuropathie périphérique motrice, les
nausées, la toux et la diarrhée.

Interactions médicamenteuses :

L’utilisation concomitante de puissants inhibiteurs ou inducteurs du
CYP3A4, ou d’inhibiteurs de la P-gp, peut potentiellement affecter
l’exposition au monométhyl auristatine E (MMAE).

Utilisation dans des populations spécifiques :

L’exposition au MMAE et les effets indésirables sont augmentés chez les
patients présentant une insuffisance hépatique modérée ou sévère, et une
insuffisance rénale sévère. Éviter l’utilisation.

Pour obtenir d’autres informations importantes relatives à la
sécurité, y compris l’ENCADRÉ, veuillez consulter l’intégralité des
informations de prescription d’ADCETRIS, sur le site
http://www.seattlegenetics.com/pdf/adcetris_USPI.pdf.

Importantes informations relatives à la sécurité pour ADCETRIS au
niveau mondial

ADCETRIS® est indiqué pour le traitement des patients adultes souffrant
de lymphome hodgkinien (LH) CD30-positif récidivant ou réfractaire (r/r)
:

1. Suite à une autogreffe de cellules souches ou

2. Suite à au moins 2 traitements antérieurs lorsque l’autogreffe de
cellules souches n’est pas une option de traitement

ADCETRIS est indiqué pour le traitement des patients adultes souffrant
de lymphome anaplasique à grandes cellules systémique (sALCL) récidivant
ou réfractaire.

ADCETRIS est contre-indiqué chez les patients hypersensibles à ADCETRIS.
En outre, l’utilisation combinée de la bléomycine et d’ADCETRIS provoque
une toxicité pulmonaire, et est contre-indiquée.

ADCETRIS peut provoquer des effets indésirables graves, dont :

  • Leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP) : Des
    réactivations du virus John Cunningham (JCV) entraînant une LEMP et la
    mort ont été signalées chez les patients traités avec ADCETRIS. Les
    patients doivent être étroitement surveillés pour vérifier
    l’apparition ou l’aggravation de signes ou de symptômes neurologiques,
    cognitifs ou comportementaux pouvant être évocateurs d’une LEMP.
  • Pancréatite : Des cas de pancréatites aiguës ont été observés
    chez des patients traités avec ADCETRIS. Des évolutions fatales ont
    été signalées. Les patients doivent être étroitement surveillés pour
    vérifier l’apparition ou l’aggravation de douleurs abdominales.
  • Toxicité pulmonaire : Des cas de toxicité pulmonaire ont été
    signalés chez des patients traités avec ADCETRIS. En cas d’apparition
    ou d’aggravation des symptômes pulmonaires (par exemple : toux,
    dyspnée), un diagnostic rapide devra être effectué.
  • Infections graves et opportunistes : Des infections graves,
    comme la pneumonie, la bactériémie à staphylocoque, la septicémie/le
    choc septique (y compris des cas mortels), le zona et des infections
    opportunistes, telles que la pneumonie à Pneumocystis jiroveci et la
    candidose orale, ont été signalées chez des patients traités avec
    ADCETRIS. Les patients doivent être étroitement surveillés pendant le
    traitement pour vérifier l’apparition possible d’infections graves ou
    opportunistes.
  • Réactions liées à la perfusion : Des réactions immédiates et
    retardées liées à la perfusion, ainsi que des cas d’anaphylaxie, sont
    survenus avec ADCETRIS. Les patients doivent être étroitement
    surveillés pendant et après une perfusion.
  • Syndrome de lyse tumorale (SLT) : Des cas de SLT ont été
    signalés avec ADCETRIS. Surveillez attentivement les patients
    souffrant d’une tumeur proliférant rapidement ou d’une masse tumorale
    importante, car ils présentent un risque de SLT et doivent être
    traités conformément aux meilleures pratiques médicales.
  • Neuropathie périphérique (NP) : Le traitement avec ADCETRIS
    peut provoquer une NP de nature principalement sensorielle. Des cas de
    neuropathie motrice périphérique ont également été signalés. Les
    patients doivent être surveillés pour vérifier l’apparition de
    symptômes de NP, tels que l’hypoesthésie, l’hyperesthésie, la
    paresthésie, une gêne, une sensation de brûlure, une douleur
    neuropathique ou de la faiblesse.
  • Toxicités hématologiques : Une anémie de grade 3 ou 4, une
    thrombocytopénie et une neutropénie prolongée (égale ou supérieure à
    une semaine) de grade 3 ou de grade 4 peuvent se produire avec
    ADCETRIS. La numération sanguine complète doit être contrôlée avant
    l’administration de chaque dose.
  • Neutropénie fébrile : Des cas de neutropénie fébrile ont été
    signalés. Il est nécessaire de surveiller étroitement les patients
    pour vérifier la survenue d’états fébriles et de les traiter
    conformément aux meilleures pratiques médicales.
  • Syndrome de Stevens-Johnson (SSJ) et Nécrolyse épidermique toxique
    (NET) :
    Des cas de SSJ et de NET ont été signalés. Des issues
    fatales ont été signalées.
  • Hyperglycémie : Des cas d’hyperglycémie ont été signalés lors
    des essais chez des patients ayant un indice de masse corporelle (IMC)
    élevé avec ou sans antécédents de diabète sucré. Les taux de glucose
    sérique doivent être étroitement surveillés chez tous les patients
    souffrant d’hyperglycémie.
  • Insuffisance rénale et hépatique : L’expérience est
    limitée chez les patients présentant une insuffisance rénale et
    hépatique. L’analyse pharmacocinétique de population a montré que la
    clairance MMAE pouvait être affectée par une insuffisance rénale
    modérée ou sévère, et par de faibles concentrations sériques de
    l’albumine.

Contacts

Investisseurs
Seattle Genetics
Peggy Pinkston,
425-527-4160
ppinkston@seagen.com
ou
Takeda
Médias
Tricia
Larson, 425-527-4180
tlarson@seagen.com
ou
Médias
japonais

Tsuyoshi Tada, +81 (0) 3-3278-2417
tsuyoshi.tada@takeda.com
ou
Médias
hors Japon

Elizabeth Pingpank, +1-617-444-1495
elizabeth.pingpank@takeda.com

Read full story here