Press release

Takeda et Seattle Genetics annoncent des données positives de l’essai clinique de phase 3 ALCANZA® portant sur ADCETRIS (brentuximab védotine) pour le traitement du lymphome cutané à cellules T exprimant l’antigène…

0 0
Sponsorisé par Business Wire

— L’essai clinique randomisé de phase 3 portant sur ADCETRIS a satisfait le critère d’évaluation principal, démontrant une amélioration statistiquement très significative des taux de réponse objective d’une durée d’au moins quatre mois — — Le résumé des résultats sera à l’American Society of Hematology (ASH) pour présentation au congrès annuel 2016 — BOTHELL, Washington

— L’essai clinique randomisé de phase 3 portant sur ADCETRIS a
satisfait le critère d’évaluation principal, démontrant une amélioration
statistiquement très significative des taux de réponse objective d’une
durée d’au moins quatre mois —

— Le résumé des résultats sera à l’American Society of Hematology
(ASH) pour présentation au congrès annuel 2016 —

BOTHELL, Washington ; CAMBRIDGE, Massachusetts ; et OSAKA, Japon–(BUSINESS WIRE)–

Takeda et Seattle Genetics annoncent des données positives de l’essai
clinique de phase 3 ALCANZA
® portant sur
ADCETRIS (brentuximab védotine) pour le traitement du lymphome cutané à
cellules T exprimant l’antigène CD30

Takeda
Pharmaceutical Company Limited
(TSE :
4502) et Seattle
Genetics, Inc.
(NASDAQ : SGEN) ont annoncé aujourd’hui que l’essai
clinique de phase 3 ALCANZA évaluant ADCETRIS (brentuximab védotine)
chez les patients atteints d’un lymphome cutané à cellules T (LCCT) a
atteint son critère d’évaluation principal, démontrant une amélioration
statistiquement très significative du taux de réponse objective d’une
durée d’au moins quatre mois (ORR4). Cet essai randomisé, qui a reçu une
évaluation de protocole spéciale (SPA — Special Protocol Assessment) de
la Food and Drug Administration des États-Unis (FDA) et un avis
scientifique de l’Agence européenne des médicaments (EMA), comparait
l’agent unique ADCETRIS à un groupe témoin de traitements standard du
choix de l’investigateur, méthotrexate ou bexarotène, auprès de 131
patients atteints d’un LCCT exprimant l’antigène CD30 ayant reçu
auparavant un traitement systémique ou une radiothérapie. ADCETRIS est
un conjugué de médicament anticorps ciblant l’antigène CD30 qui
s’exprime dans les lésions cutanées chez environ 50 % des patients
atteints d’un LCCT. ADCETRIS n’est pas présentement approuvé pour le
traitement du LCCT.


Les résultats de l’essai ALCANZA ont démontré que le traitement avec
ADCETRIS a entraîné une amélioration statistiquement très significative
du taux de réponse ORR4 par rapport au groupe témoin tel qu’évalué par
un comité d’examen indépendant (valeur p <0,0001). L’ORR4 était de 56,3
pour cent dans le groupe de traitement par ADCETRIS, contre 12,5 pour
cent dans le groupe témoin. Les critères d’évaluation secondaires
spécifiés dans le protocole, y compris un taux de réponse complète, la
survie sans progression et la réduction de la charge des symptômes
pendant le traitement, étaient tous statistiquement très significatifs
dans le groupe de traitement par ADCETRIS. Le profil d’innocuité associé
à ADCETRIS dans l’essai ALCANZA était généralement conforme aux
renseignements thérapeutiques existants.

Un résumé sera soumis pour la présentation des données à au congrès
annuel de l’American Society of Hematology (ASH), qui se tiendra du 3 au
6 décembre 2016 à San Diego, en Californie.

« Ces résultats de l’essai ALCANZA, remarquables et significatifs sur le
plan clinique, représentent un jalon important pour le programme
ADCETRIS. Si cette nouvelle indication est approuvée par les autorités
réglementaires, ADCETRIS pourra offrir une nouvelle option de traitement
aux patients souffrant d’un LCCT », a déclaré Dirk Huebner, M.D.,
Directeur médical principal, Unité thérapeutique d’oncologie, Takeda
Pharmaceutical Company. « Nous sommes enchantés par les données, qui ont
montré une amélioration significative dans le critère d’évaluation
principal ORR4 et tous les critères secondaires clés, avec un profil
d’innocuité gérable. Ce résultat confirme davantage notre engagement
envers les patients vivant avec une maladie exprimant l’antigène CD30,
et nous attendons avec impatience de partager ces données avec les
autorités de réglementation à l’échelle mondiale. »

« Le lymphome cutané à cellules T est une maladie débilitante, mutilante
et douloureuse, et il existe un besoin important d’options de traitement
efficaces supplémentaires avec des réponses durables significatives.
C’est le premier essai randomisé de phase 3 portant sur le LCCT contrôlé
de façon active avec de bons résultats, et nous sommes ravis d’avoir
réussi à démontrer les effets positifs de l’utilisation d’ADCETRIS pour
les patients qui ont participé à cette étude », a déclaré Clay Siegall,
Ph. D., président et directeur général de Seattle Genetics. « Nous
prévoyons annoncer des données plus complètes de l’essai ALCANZA lors du
congrès annuel de l’ASH en décembre, et avons l’intention de présenter
une demande de licence de produit biologique supplémentaire à la FDA
dans la première moitié de 2017 pour approbation de cette indication. »

Conception de l’essai clinique de phase 3 ALCANZA

L’essai ALCANZA est une étude de phase 3, randomisée et ouverte, visant
à évaluer l’agent unique ADCETRIS par rapport à un groupe témoin de
traitements standard au choix de l’investigateur, méthotrexate ou
bexarotène, chez des patients atteints d’un LCCT exprimant l’antigène
CD30, y compris ceux souffrant d’un lymphome anaplasique cutané à
grandes cellules primaire (pcALCL) ou d’une mycose fongoïde (MF). Le
critère d’évaluation principal est ORR4, tel qu’évalué par le score de
réponse globale dans le groupe de traitement par ADCETRIS par rapport au
groupe témoin. Les principaux critères secondaires sont le taux de
réponse complète, la survie sans progression et la réduction de la
charge des symptômes pendant le traitement. L’essai clinique comptait
131 patients répartis dans 50 sites dans le monde. Les patients atteints
d’un pcALCL devaient avoir reçu au moins un traitement systémique ou une
radiothérapie auparavant, et les patients avec une MF devaient avoir
reçu au moins un traitement systémique auparavant. Les patients ont reçu
ADCETRIS toutes les trois semaines, versus le choix de l’investigateur,
pendant environ un an. Cet essai multicentrique international a été mené
en Amérique du Nord et du Sud, en Europe et en Australie, sous la
responsabilité opérationnelle de Takeda Pharmaceuticals.

ADCETRIS a reçu la désignation de médicament orphelin de la FDA pour le
traitement de la MF, qui est le type le plus commun de LCCT. ADCETRIS a
également reçu la désignation de médicament orphelin de la Commission
européenne pour le LCCT, y compris les sous-types pcALCL et MF.

Veuillez consulter les consignes de sécurité importantes à la fin du
présent communiqué de presse.

À propos du LCCT

Le lymphome est un terme général pour un groupe de cancers qui trouvent
leur origine dans le système lymphatique. Il existe deux grandes
catégories de lymphome : le lymphome hodgkinien et le lymphome non
hodgkinien. Les lymphomes cutanés sont une catégorie de lymphome non
hodgkinien attaquant principalement la peau. Selon la Cutaneous Lymphoma
Foundation, le LCCT est le type de lymphome cutané le plus commun et se
présente généralement sous forme de plaques rouges squameuses ou
épaissies sur la peau qui ressemblent souvent à l’eczéma ou à la
dermatite chronique. La progression depuis l’attaque cutanée limitée
peut être accompagnée par la formation de tumeurs, l’ulcération et
l’exfoliation, qui se compliquent par des démangeaisons et des
infections. Les stades avancés sont définis par l’attaque des ganglions
lymphatiques, des organes sanguins périphériques et des organes
internes. Selon la littérature médicale, l’antigène CD30 est exprimé sur
des lésions cutanées dans environ 50 pour cent des patients atteints du
LCCT.

Le traitement standard pour les LCCT prétraités de façon systémique
comprend des thérapies ciblant la peau, la radiothérapie et des
traitements systémiques. Les traitements systémiques actuellement
approuvés ont démontré des taux de réponse objective de 30 à 45 pour
cent, avec un faible taux de réponse complète.

À propos d’ADCETRIS

ADCETRIS fait l’objet d’une évaluation globale dans plus de 70 essais
cliniques en cours, y compris deux études de phase 3, ECHELON-1 pour le
traitement en première intention du lymphome hodgkinien classique et
ECHELON-2 pour le traitement en première intention des lymphomes à
cellules T matures, ainsi que des essais portant sur plusieurs autres
types de tumeurs malignes exprimant l’antigène CD30, notamment des
lymphomes à cellules B.

ADCETRIS est un ADC composé d’un anticorps monoclonal anti-CD30 connecté
par un lien clivable par protéase à un agent d’interruption des
microtubules, le monométhyl auristatine E (MMAE) à l’aide de la
technologie propriétaire de Seattle Genetics. L’ADC se sert d’un système
de fixation conçu de manière à être stable dans le sang, puis libérer le
MMAE au moment de l’internalisation par les cellules tumorales qui
expriment le CD30.

ADCETRIS pour injection intraveineuse a reçu l’approbation de la FDA
pour trois indications : (1) l’approbation régulière pour le traitement
des patients atteints d’un lymphome hodgkinien classique après l’échec
d’une greffe de cellules souches hématopoïétiques autologues (auto-GCSH)
ou après l’échec d’au moins deux protocoles de chimiothérapie à agents
multiples chez les patients qui ne sont pas candidats à une auto-GCSH,
(2) l’approbation régulière pour le traitement du lymphome hodgkinien
classique chez les patients présentant un risque élevé de rechute ou
d’aggravation comme la consolidation après une auto-GCSH, et (3)
l’approbation accélérée pour le traitement des patients atteints de
lymphome anaplasique à grandes cellules systémique (LAGCs) après l’échec
d’au moins un protocole de chimiothérapie à agents multiples.
L’indication LAGCs est approuvée en vertu de l’approbation accélérée
basée sur le taux de réponse globale. L’approbation continue pour
l’indication LAGCs peut être subordonnée à une vérification et à la
description de l’avantage clinique dans les essais de confirmation.
Santé Canada a accordé à ADCETRIS l’approbation avec des conditions pour
le lymphome hodgkinien récurrent ou réfractaire et le LAGCs.

ADCETRIS a reçu une autorisation de commercialisation conditionnelle de
la Commission européenne en octobre 2012 pour deux indications : (1)
pour le traitement de patients adultes avec un lymphome hodgkinien à
CD30 positif récurrent ou réfractaire après une greffe des cellules
souches autologue (GCSA), ou après au moins deux traitements préalables
lorsque la GCSA ou la chimiothérapie multiagent n’est pas une option de
traitement et (2) le traitement de patients adultes souffrant du LAGCs
récurrent ou réfractaire. ADCETRIS a reçu l’autorisation de mise sur le
marché par les autorités de réglementation dans plus de 60 pays pour le
lymphome hodgkinien récurrent ou réfractaire et le LAGCs. En juin 2016,
la Commission européenne a étendu l’autorisation de mise sur le marché
conditionnelle actuelle d’ADCETRIS et a approuvé ADCETRIS pour le
traitement des patients adultes avec un lymphome hodgkinien à CD30+
exposés à un risque accru de récidive ou de progression de la maladie
après une GCSA. Voir ci-dessous les informations importantes relatives à
la sécurité.

Seattle Genetics et Takeda développent conjointement ADCETRIS. Selon les
modalités de l’entente de collaboration, Seattle Genetics possède les
droits de commercialisation aux États-Unis et au Canada et Takeda
possède les droits de commercialisation d’ADCETRIS dans le reste du
monde. Seattle Genetics et Takeda financent conjointement les couts de
développement d’ADCETRIS, à proportions égales, sauf au Japon où Takeda
assume l’entière responsabilité des coûts de développement.

À propos de Takeda

Takeda Pharmaceutical Company Limited est une société pharmaceutique
mondiale axée sur la R&D qui s’est engagée à apporter une meilleure
santé et un meilleur avenir aux patients en transformant la science en
médicaments révolutionnaires. Takeda concentre ses efforts de recherche
sur l’oncologie, la gastro-entérologie et les domaines thérapeutiques du
système nerveux central. Il possède également des programmes de
développement spécifiques dans les maladies cardiovasculaires
spécialisées ainsi des vaccins candidats en phase finale. Takeda
effectue des travaux de R&D en interne et en collaboration avec des
partenaires afin de rester à la pointe de l’innovation. De nouveaux
produits novateurs, en particulier dans les domaines de l’oncologie et
de la gastro-entérologie, ainsi que sa présence dans les marchés
émergents, alimentent la croissance de Takeda. Plus de 30 000 employés
de Takeda sont engagés à améliorer la qualité de vie des patients, en
collaboration avec des partenaires des soins de santé dans plus de 70
pays. Pour un complément d’information, veuillez consulter le site http://www.takeda.com/news.

Des informations supplémentaires sur Takeda sont disponibles sur le site
Web de la société, www.takeda.com,
et le site www.takedaoncology.com
fournit de plus amples informations sur Takeda Oncology, la marque de
l’unité d’exploitation en oncologie de Takeda Pharmaceutical Company
Limited à l’échelle mondiale.

À propos de Seattle Genetics

Seattle Genetics est une société de biotechnologie axée sur le
développement et la commercialisation de thérapies innovantes à base
d’anticorps pour le traitement du cancer. La société ouvre la voie dans
le développement de conjugués anticorps-médicament (ADC), une
technologie conçue pour exploiter la capacité de ciblage des anticorps
afin de délivrer des agents destructeurs de cellules directement dans
les cellules cancéreuses. Le produit phare de la société, ADCETRIS®
(brentuximab védotine) est un ADC ciblant l’antigène CD30 qui, grâce à
une collaboration avec Takeda Pharmaceutical Company Limited, est le
premier médicament d’une nouvelle classe d’ADC autorisé à l’échelle
mondiale dans plus de 60 pays, contre le lymphome hodgkinien (LH)
classique réfractaire et le lymphome anaplasique à grandes cellules
systémique (LAGCs) réfractaire. Seattle Genetics développe également
vadastuximab talirine (SGN-CD33A ; 33A), un ADC en essai de phase 3 pour
la leucémie myéloïde aiguë. Ayant son siège social à Bothell,
Washington, Seattle Genetics développe également un solide pipeline de
thérapies innovantes pour les cancers liés au sang et les tumeurs
solides, conçues pour résoudre les besoins médicaux insatisfaits, et
améliorer les résultats de traitement pour les patients. Pour sa
technologie ADC, Seattle Genetics travaille en collaboration avec un
certain nombre de sociétés, dont AbbVie, Astellas, Bayer, Genentech,
GlaxoSmithKline et Pfizer. Pour un complément d’information, veuillez
consulter le site www.seattlegenetics.com

Informations de sécurité importantes relatives à ADCETRIS
(brentuximab védotine) aux États-Unis.

MISES EN GARDE (ENCADRÉ)

Leucoencéphalite multifocale progressive (LEMP) : une infection à
virus JC entraînant une leucoencéphalopathie multifocale progressive
(LEMP) et la mort peuvent survenir chez les patients recevant l’ADCETRIS.

Contre-indication

L’utilisation d’ADCETRIS en combinaison avec la bléomycine est
contre-indiquée et peut provoquer une toxicité pulmonaire (par ex.
infiltration ou inflammation interstitielle).

Mises en garde et précautions

  • Neuropathie périphérique (NP) : le traitement par ADCETRIS provoque
    une NP principalement sensorielle. Des cas de NP motrice ont également
    été rapportés. La NP induite par ADCETRIS est cumulative. Vérifiez
    chez les patients les symptômes de neuropathie, tels que
    l’hypoesthésie, l’hyperesthésie, la paresthésie, une gêne, une
    sensation de brûlure, une douleur neuropathique, ou une faiblesse et
    procédez à des modifications du dosage en conséquence.
  • Anaphylaxie et réactions liées à la perfusion : des réactions liées à
    la perfusion, dont l’anaphylaxie, sont survenues avec l’ADCETRIS.
    Surveillez les patients pendant la perfusion. Si une réaction liée à
    la perfusion survient, il faut interrompre la perfusion et procéder à
    une prise en charge médicale appropriée. En cas d’anaphylaxie, arrêtez
    immédiatement et définitivement la perfusion et administrez un
    traitement médical approprié. Les patients ayant souffert d’une
    réaction liée à la perfusion auparavant doivent être l’objet d’une
    prémédication pour les perfusions ultérieures. La prémédication pourra
    inclure l’acétaminophène, un antihistaminique et un corticostéroïde.
  • Toxicité hématologique : Une neutropénie grave prolongée (≥1 semaine)
    et une thrombopénie de grade 3 ou 4 ou l’anémie peuvent survenir avec
    ADCETRIS. Des cas de neutropénie fébrile ont été rapportés avec
    l’ADCETRIS. Surveillez la numération globulaire complète avant chaque
    dose d’ADCETRIS et envisagez une surveillance plus fréquente chez les
    patients atteints de neutropénie de grade 3 ou 4. Surveiller
    l’apparition de fièvre chez les patients. Si une neutropénie de grade
    3 ou 4 se développe, envisager de retarder, réduire ou interrompre les
    doses, ou une prophylaxie par G-CSF avec des doses subséquentes.
  • Infections graves et opportunistes : des infections, telles que la
    pneumonie, la bactériémie et la septicémie ou le choc septique (dont
    certaines avec une issue fatale), ont été rapportées chez des patients
    traités avec l’ADCETRIS. Surveillez attentivement les patients pendant
    le traitement pour vérifier l’émergence possible d’infections
    bactériennes, fongiques ou virales.
  • Syndrome de lyse tumorale : surveillez attentivement les patients
    présentant une tumeur proliférant rapidement ou une masse tumorale
    importante.
  • Toxicité accrue en présence d’insuffisance rénale grave : la fréquence
    des effets indésirables de grade 3 ou supérieur et de décès était plus
    élevée chez les patients avec une insuffisance rénale grave, par
    rapport aux patients ayant une fonction rénale normale. Éviter
    d’utiliser ADCETRIS chez les patients avec une insuffisance rénale
    grave.
  • Toxicité accrue en présence d’insuffisance hépatique modérée ou grave
    : la fréquence des effets indésirables de grade 3 ou supérieur et de
    décès était plus élevée chez les patients avec une insuffisance
    hépatique modérée ou grave, par rapport aux patients ayant une
    fonction hépatique normale. Éviter d’utiliser ADCETRIS chez les
    patients avec une insuffisance hépatique modérée ou grave.
  • Hépatotoxicité : des cas graves d’hépatotoxicité, dont certains avec
    une issue fatale, ont été observés avec ADCETRIS. Ces cas étaient
    cohérents avec la lésion hépatocellulaire, y compris des élévations
    des transaminases ou de bilirubine, et se sont produits après la
    première dose d’ADCETRIS ou la reprise du médicament. Les maladies
    hépatiques virales préexistantes, des enzymes hépatiques élevées à la
    référence et des médicaments concomitants pourraient également
    augmentes le risque.
  • Surveiller les niveaux des enzymes hépatiques et de bilirubine. Pour
    les patients présentant une hépatotoxicité nouvelle, récurrente ou
    s’aggravant, il faudra retarder les doses, modifier la posologie ou
    arrêter le traitement par ADCETRIS.
  • Leucoencéphalite multifocale progressive (LEMP) : des infections à
    virus JC entraînant une leucoencéphalopathie multifocale progressive
    (LEMP) et la mort ont été signalées chez les patients recevant
    ADCETRIS. Les symptômes sont apparus à divers moments à partir du
    début du traitement par ADCETRIS, certains cas étant survenus au cours
    des 3 mois suivant l’exposition initiale au médicament. En plus du
    traitement par l’ADCETRIS, d’autres facteurs contributifs possibles
    incluent des traitements antérieurs et une maladie sous-jacente
    pouvant causer une immunosuppression. Envisagez un diagnostic de la
    LEMP chez tout patient présentant des signes et des symptômes
    d’anomalies du système nerveux central d’apparition récente. Il est
    conseillé de suspendre le traitement avec l’ADCETRIS en cas de
    suspicion d’une LEMP et de l’arrêter si la LEMP est confirmée.
  • Toxicité pulmonaire
    Des cas de toxicité pulmonaire non
    infectieuse, y compris la pneumopathie, la maladie pulmonaire
    interstitielle, et le syndrome de détresse respiratoire aiguë,
    certains avec une issue fatale, ont été rapportés. Surveiller les
    signes et symptômes de toxicité pulmonaire, y compris la toux et la
    dyspnée, chez les patients. En cas d’apparition ou d’aggravation des
    symptômes d’infection pulmonaire, maintenir la posologie d’ADCETRIS
    lors de l’évaluation et jusqu’à l’amélioration symptomatique.
  • Effets indésirables graves : des cas de syndrome de Stevens-Johnson
    (SSJ) et de nécrolyse épidermique toxique (NET), dont certains avec
    une issue fatale, ont été rapportés avec ADCETRIS. En cas d’occurrence
    de SSJ ou de NET, interrompre le traitement par ADCETRIS et
    administrer un traitement médical approprié.
  • Complications gastro-intestinales (GI) : Des complications GI graves
    et mortelles, dont la perforation, l’hémorragie, l’érosion, l’ulcère,
    l’occlusion intestinale, l’entérocolite, la colite neutropénique, et
    l’iléus ont été signalées chez les patients traités par ADCETRIS. Le
    lymphome associé à une complication GI préexistante peut augmenter le
    risque de perforation. En cas d’apparition ou d’aggravation des
    symptômes de GI, effectuer un diagnostic d’évaluation rapide et un
    traitement approprié.
  • Toxicité embryofœtale : compte tenu du mécanisme d’action et des
    résultats observés chez les animaux, ADCETRIS peut nuire au fœtus
    lorsqu’il est administré à une femme enceinte. Les femmes en âge de
    procréer devraient éviter de contracter une grossesse pendant le
    traitement par ADCETRIS et pendant au moins 6 mois après la dernière
    dose d’ADCETRIS.

Effets indésirables

Dans deux essais cliniques non contrôlés à groupe unique portant sur
ADCETRIS en monothérapie chez 160 patients atteints d’un LH ou d’un
LAGCs classique récurrent, les effets indésirables les plus fréquents
(≥20 %), toutes causes confondues, étaient : la neutropénie, la
neuropathie périphérique sensorielle, la fatigue, les nausées, l’anémie,
les infections des voies respiratoires supérieures, la diarrhée, la
fièvre, les éruptions cutanées, la thrombocytopénie, la toux et les
vomissements.

Dans un essai contrôlé par placebo portant sur ADCETRIS auprès de 329
patients souffrant d’un LH classique avec un risque élevé de rechute ou
de progression après une auto-GCSH, les effets indésirables les plus
courants (≥20 %) dans le groupe de traitement par ADCETRIS (167
patients), toutes causes confondues, étaient : la neutropénie, la
neuropathie périphérique sensorielle, la thrombocytopénie, l’anémie,
l’infection des voies respiratoires supérieures, la fatigue, la
neuropathie périphérique motrice, les nausées, la toux et la diarrhée.

Interaction médicamenteuse

L’utilisation concomitante d’inhibiteurs puissants du CYP3A4, ou des
inducteurs ou inhibiteurs de la P-gp, a le potentiel d’affecter
l’exposition au monométhyl auristatine E (MMAE).

Utilisation sur des populations particulières

L’exposition au MMAE et les réactions indésirables sont augmentées chez
les patients ayant une insuffisance hépatique modérée ou grave, ou une
insuffisance rénale grave. Éviter d’utiliser.

Conseiller aux femmes en âge de procréer d’éviter de contracter une
grossesse pendant le traitement par ADCETRIS et pendant au moins 6 mois
après la dernière dose d’ADCETRIS.

Conseiller aux homme ayant des partenaires sexuelles en âge de procréer
d’utiliser un moyen de contraception efficace pendant le traitement par
ADCETRIS et pendant au moins 6 mois après la dernière dose d’ADCETRIS.

Conseiller aux patients de signaler toute grossesse immédiatement et
d’éviter d’allaiter pendant le traitement par ADCETRIS.

Pour davantage d’informations importantes concernant la sécurité, y
compris l’encadré sur les MISES EN GARDE, veuillez consulter les
informat

Contacts

Seattle Genetics
Relations avec les investisseurs :
Peggy
Pinkston, 425-527-4160
ppinkston@seagen.com
ou
Relations
avec les médias :
Tricia Larson, 425-527-4180
tlarson@seagen.com
ou
Takeda
Médias
hors du Japon :
Sara Noonan, 617-551-3683
sara.noonan@takeda.com
ou
Médias
japonais
Tsuyoshi Tada, +81 (0) 3-3278-2417
tsuyoshi.tada@takeda.com

Read full story here