Press release

Takeda présente des données de l’étude TOURMALINE-MM1 de phase 3 pour NINLARO® (ixazomib), le premier et seul inhibiteur oral du protéasome à prise hebdomadaire récemment approuvé pour traiter le myélome multiple

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Présentation additionnelle : Résultats de phase 2 d’une étude expérimentale de l’ixazomib plus cyclophosphamide et une faible dose de dexaméthasone chez des patients atteints d’un myélome multiple nouvellement diagnostiqué ORLANDO, Floride–(BUSINESS WIRE)–Takeda Pharmaceutical Company Limited (TSE : 4502) a annoncé aujourd’hui les résultats de l’essai TOURMALINE-MM1 présentés à l’occasion de la 57ème réunion et exposition

Présentation additionnelle : Résultats de phase 2 d’une étude
expérimentale de l’ixazomib plus cyclophosphamide et une faible dose de
dexaméthasone chez des patients atteints d’un myélome multiple
nouvellement diagnostiqué

ORLANDO, Floride–(BUSINESS WIRE)–Takeda Pharmaceutical Company Limited (TSE
: 4502
) a annoncé aujourd’hui les résultats de l’essai
TOURMALINE-MM1 présentés à l’occasion de la 57ème réunion et
exposition annuelle de la Société américaine d’hématologie (ASH),
démontrant qu’un traitement avec des capsules de NINLARO®
(ixazomib) était efficace pour prolonger la survie sans progression de
la maladie (SSPM) avec un profil de tolérabilité gérable chez les
patients atteints de myélome multiple récurrent et/ou réfractaire.
TOURMALINE-MM1 est un essai clinique international, randomisé, en double
aveugle, contrôlé par placebo, de phase 3 conçu pour évaluer la prise
hebdomadaire par voie orale d’ixazomib plus lénalidomide et
dexaméthasone par rapport à un placebo plus lénalidomide et
dexaméthasone.

NINLARO à récemment été approuvé par l’Agence américaine des produits
alimentaires et des médicaments (la « FDA ») en association avec le
lénalidomide et la dexaméthasone pour le traitement des patients
atteints de myélome multiple ayant reçu au moins un traitement
antérieur. L’autorisation était fondée sur les données de l’essai
TOURMALINE-MM1 de phase 3, qui ont été mises en évidence lors du point
de presse d’aujourd’hui de l’ASH. Les résultats concernant l’ixazomib
figureront dans 18 présentations données lors de la réunion de l’ASH de
cette année, incluant une présentation orale des données de phase 2
issues d’une étude expérimentale évaluant l’association entièrement
orale d’ixazomib plus cyclophosphamide et une faible dose de
dexaméthasone (ICd) chez des patients atteints de myélome multiple
nouvellement diagnostiqué.

« Les données présentées par l’ASH cette année sont le premier résultat
majeur du programme exhaustif d’essais cliniques concernant l’ixazomib,
TOURMALINE, démontrant l’engagement continu de Takeda à proposer des
options de traitement efficaces et pratiques pour les patients atteints
de myélome multiple », a déclaré Andy Plump, docteur en médecine, Ph.D,
directeur médical et scientifique chez Takeda. « L’intensité et
l’ampleur du programme TOURMALINE nous permettent de collecter des
données importantes sur un large éventail de patients vivant avec un
myélome multiple, et d’élargir le profil d’efficacité et d’innocuité de
notre inhibiteur oral du protéasome, l’ixazomib. Nous poursuivrons cet
essai, ainsi que d’autres essais cliniques importants, et sommes
impatients de partager les résultats au cours des prochaines années. »

Le programme exhaustif de développement clinique de l’ixazomib,
TOURMALINE, inclut un total de cinq essais pivots – quatre étudiant
chaque population majeure de patients atteints de myélome multiple et un
concernant l’amylose à chaînes légères.

L’ixazomib, un inhibiteur oral expérimental du protéasome, en
association avec le lénalidomide et la dexaméthasone (IRd), a permis une
prolongation significative de la durée de survie sans progression de la
maladie (SSPM) pour les patients souffrant de myélome multiple récurrent
et/ou réfractaire : L’étude Tourmaline-MM1 de phase 3 (Résumé n° 727)

TOURMALINE-MM1 (n= 722), qui est le premier essai en double aveugle,
contrôlé par placebo avec un inhibiteur du protéasome, a satisfait au
critère d’évaluation principal lors de la première analyse
intermédiaire. Les résultats de l’essai démontrent une amélioration
statistiquement significative (35 %) de la SSPM, les patients traités
avec l’ixazomib vivant nettement plus longtemps sans progression de leur
maladie que les patients du groupe témoin (20,6 mois contre 14,7 mois
dans le groupe témoin ; rapport des risques [RR] = 0,742 ; p = 0,012).
Le taux de réponse globale (TRG) a été de 78,3 % dans le groupe ixazomib
et la durée médiane de réponse a été de 20,5 mois, contre 71,5 % et 15
mois dans le groupe témoin. La SSPM médiane chez les patients à haut
risque (RR = 0,543 ; RR = 0,596 chez les patients avec délétion 17p)
s’est révélée similaire à celle de la population générale et à celle des
patients présentant un risque standard. Les effets indésirables observés
avec IRd étaient conformes aux profils d’innocuité signalés pour les
agents individuels. Les effets indésirables de grade ≥3 les plus
courants incluaient : neutropénie, anémie, thrombocytopénie et
pneumonie. Les événements d’ordre gastro-intestinal incluaient :
diarrhée, nausées et vomissements. Les taux de neuropathie périphérique
(NP) ont été de 28 % dans le groupe IRd contre 21 % dans le groupe
témoin, 35 % contre 21 % ont connu des éruptions cutanées, 8 % contre 10
% ont eu une insuffisance rénale aiguë et 4 % contre 3 % ont eu une
insuffisance cardiaque.

« L’essai TOURMALINE-MM1 a évalué la prise d’ixazomib plus lénalidomide
et dexaméthasone chez certains des types de patients les plus courants
ayant un myélome multiple récurrent/réfractaire et un besoin urgent de
nouvelles options de traitement à cause de la nature complexe de cette
maladie. Cet essai nous a permis de collecter des données d’efficacité
et d’innocuité sur un vaste éventail de patients, comme par exemple les
patients âgés, les patients atteints d’une insuffisance rénale modérée,
ceux ayant une maladie à chaînes légères et ceux à haut risque
cytogénétique », a déclaré le principal investigateur et présentateur
Philippe Moreau, docteur en médecine, de l’université de Nantes, en
France. »

L’essai TOURMALINE-MM1 est actuellement en cours. Les patients
continuent d’êtres traités jusqu’à progression dans cet essai et seront
évalués sur les résultats à long terme.

Takeda a déposé des demandes d’examen supplémentaires pour l’ixazomib
auprès d’autorités de réglementation à travers le monde, dont l’Agence
européenne du médicament (EMA), sur la base des données de l’essai
TOURMALINE-MM1.

Étude randomisée de phase 2 portant sur l’association entièrement
orale de l’inhibiteur expérimental du protéasome ixazomib plus
cyclophosphamide et une faible dose de dexaméthasone (ICd) chez des
patients atteints d’un myélome multiple nouvellement diagnostiqué non
éligibles à une greffe (Résumé n° 26)

Takeda a également présenté les données préliminaires d’une étude
ouverte, multicentrique, de phase 2 étudiant la combinaison en triplet
entièrement orale d’ixazomib plus cyclophosphamide et une faible dose de
dexaméthasone (ICd) comme thérapie de première ligne pour les patients
non éligibles à une greffe. Les données préliminaires ont démontré une
activité comparable dans les différents groupes de traitement avec un
profil de toxicité gérable en conformité avec les précédentes études sur
l’ixazomib et avec une myélodépression gérable. Il s’agit de la première
étude évaluant ICd pour le traitement de première ligne du myélome
multiple.

L’étude de phase 2 (n = 70) a randomisé des patients ayant reçu de
l’ixazomib, une faible dose de dexaméthasone et deux doses différentes
de cyclophosphamide, 300 mg/m2 (ICd-300, n = 36) ou 400 mg/m2 (ICd-400,
n = 34), avec une durée moyenne du suivi de 7,0 mois dans les deux
groupes. Les résultats préliminaires dans les différents groupes de
traitement ont démontré la meilleure réponse complète non confirmée plus
une très bonne réponse partielle de 27 % (ICd-300) et de 23 % (ICd-400),
ainsi que des taux de réponse globale (TRG) précoce de 80 % (ICd-300) et
de 73 % (ICd-400). La toxicité était gérable dans les deux groupes
(ICd-300 et ICd-400), mais les taux de toxicité se sont révélés
supérieurs avec ICd-400. Des cas de thrombocytopénie sont apparus chez 5
patients (aucun grade ≥3) dans le groupe ICd-300 et chez 4 patients (3
grades ≥3) dans le groupe ICd-400. Les effets indésirables les plus
courants (apparus chez au moins 15 % des patients) incluaient : anémie,
neutropénie, nausées, NP, diarrhée, vomissements, constipation et
fatigue. Les effets indésirables de grade ≥3 les plus courants ont été :
neutropénie, anémie et pneumonie ; aucune NP de grade 3 n’a été observée.

« Les recherches ont montré que l’association d’un inhibiteur de
protéasome avec du cyclophosphamide et de la dexaméthasone était active
chez les patients atteints d’un myélome multiple. Comme les pratiques en
matière de traitement pour le myélome multiple peuvent varier selon les
régions, il est important que nous ayons une meilleure compréhension de
l’utilité de l’ixazomib pour un certain nombre de combinaisons », a
déclaré le principal investigateur et présentateur Meletios A.
Dimopoulos, docteur en médecine, de la faculté de médecine de
l’université nationale et capodistrienne d’Athènes. « Les données
préliminaires suggèrent que cela pourrait constituer un schéma
thérapeutique en triplet entièrement oral viable. Nous nous engageons à
collecter des données supplémentaires sur l’ixazomib dans ce cadre
expérimental. »

À propos des capsules de NINLARO (ixazomib)

NINLARO (ixazomib) est le premier et seul inhibiteur oral du protéasome
approuvé par l’Agence américaine des produits alimentaires et des
médicaments (la « FDA ») en association avec le lénalidomide et la
dexaméthasone pour le traitement des patients atteints de myélome
multiple ayant reçu au moins un traitement antérieur. NINLARO est
administré par voie orale, une fois par semaine, les jours 1, 8 et 15
d’un cycle de traitement de 28 jours. NINLARO est actuellement en cours
d’examen par l’Agence européenne du médicament (EMA) et a reçu l’accord
du Comité pour les produits médicaux à usage humain (CHMP) pour une
évaluation accélérée. NINLARO a également reçu la désignation de
traitement révolutionnaire de la FDA pour l’amylose (AL) à chaînes
légères systémique récurrente ou réfractaire, une maladie
ultra-orpheline connexe, en 2014.

Le programme de développement clinique TOURMALINE souligne l’engagement
constant de Takeda à mettre au point des médicaments novateurs au profit
des personnes souffrant de myélome multiple dans le monde entier et des
professionnels de la santé qui participent à leur traitement. Cinq
essais mondiaux de phase III sont en cours :

  • TOURMALINE-MM1, qui étudie l’ixazomib comparativement au placebo, en
    association avec le lénalidomide et la dexaméthasone pour le myélome
    multiple récurrent et/ou réfractaire
  • TOURMALINE-MM2, qui étudie l’ixazomib comparativement au placebo, en
    association avec le lénalidomide et la dexaméthasone chez des patients
    atteints d’un myélome multiple nouvellement diagnostiqué
  • TOURMALINE-MM3, qui étudie l’ixazomib comparativement au placebo comme
    traitement d’entretien chez des patients atteints d’un myélome
    multiple nouvellement diagnostiqué après un premier traitement et une
    greffe autologue de cellules souches (GACS)
  • TOURMALINE-MM4, qui étudie l’ixazomib comparativement au placebo comme
    traitement d’entretien chez des patients atteints d’un myélome
    multiple nouvellement diagnostiqué et n’ayant pas subi de GACS
  • TOURMALINE-AL1, qui étudie l’ixazomib en association avec la
    dexaméthasone comparativement à une sélection de schémas
    thérapeutiques au choix du médecin chez des patients ayant une amylase
    AL récurrente ou réfractaire

En plus du programme TOURMALINE, un grand nombre d’études entreprises à
l’initiative de chercheurs évaluent l’ixazomib sur des patients dans le
monde entier.

Pour en savoir plus sur les études de phase 3 en cours, veuillez
consulter le site www.clinicaltrials.gov.
Pour en savoir plus sur NINLARO, veuillez consulter le site www.NINLARO.com
ou appeler le 1-844-N1POINT (1-844-617-6468).

Informations importantes relatives à la sécurité

MISES EN GARDE ET PRÉCAUTIONS

  • Thrombocytopénie : des cas de thrombocytopénie ont été signalés
    avec NINLARO. Durant le traitement, contrôler la numération
    plaquettaire au moins une fois par mois et envisager un contrôle plus
    fréquent lors des trois premiers cycles. Ajuster la posologie si
    nécessaire. Des nadirs de plaquettes se sont produits entre les jours
    14-21 de chaque cycle de 28 jours et sont revenus à la normale au
    début du cycle suivant.
  • Toxicités gastro-intestinales : des cas de toxicités
    gastro-intestinales, dont la diarrhée, la constipation, les nausées et
    les vomissements, ont été signalés avec NINLARO et peuvent
    occasionnellement exiger le recours à des médicaments antidiarrhéiques
    et antiémétiques, accompagnés de soins de soutien. Ajuster la
    posologie en cas de symptômes graves.
  • Neuropathie périphérique : des cas de neuropathie périphérique
    (principalement sensorielle) ont été signalés avec NINLARO. Surveiller
    l’apparition de symptômes de neuropathie périphérique et ajuster la
    posologie si nécessaire.
  • Œdème périphérique : des cas d’œdème périphérique ont été
    signalés avec NINLARO. Surveiller l’apparition de signes de rétention
    de fluides. Le cas échéant, établir les causes sous-jacentes et
    prodiguer des soins de soutien. Ajuster la posologie si nécessaire.
  • Réactions cutanées : des éruptions cutanées, le plus souvent
    maculopapulaires et maculaires, ont été signalées avec NINLARO.
    Prodiguer des soins de soutien ou modifier la posologie.
  • Hépatotoxicité : des cas d’hépatotoxicité ont été signalés avec
    NINLARO. Surveiller régulièrement les enzymes hépatiques pendant le
    traitement et ajuster la posologie si nécessaire.
  • Toxicité embryo-fœtale : NINLARO peut être préjudiciable au
    fœtus. Les femmes doivent être informées du danger potentiel pour le
    fœtus, éviter une grossesse et utiliser un moyen de contraception
    pendant le traitement et pendant les 90 jours suivant la dernière
    administration de NINLARO.

EFFETS INDÉSIRABLES

Les effets indésirables les plus courants survenus chez au moins 20 %
des patients traités avec NINLARO ont été : diarrhée, constipation,
thrombocytopénie, neuropathie périphérique, nausées, œdème périphérique,
vomissements et dorsalgies.

POPULATIONS SPÉCIFIQUES

  • Insuffisance hépatique : Réduire la dose initiale de NINLARO à
    3 mg chez les patients présentant une insuffisance hépatique
    modérée ou sévère
  • Insuffisance rénale : Réduire la dose initiale de
    NINLARO à 3 mg chez les patients atteints d’une insuffisance rénale
    grave ou d’une maladie rénale en phase terminale nécessitant la
    dialyse. NINLARO n’est pas dialysable.
  • Lactation : Conseiller aux femmes de suspendre l’allaitement
    pendant un traitement avec NINLARO.

INTERACTIONS MÉDICAMENTEUSES : Éviter l’administration
concomitante de NINLARO avec de puissants inducteurs du CYP3A.

INDICATION

NINLARO (ixazomib) est indiqué en association avec le lénalidomide et la
dexaméthasone pour le traitement des patients atteints de myélome
multiple ayant reçu au moins un traitement antérieur.

Veuillez consulter l’intégralité des informations
de prescription
pour NINLARO.

À propos du myélome multiple

Le myélome multiple est un cancer des plasmocytes qui se trouvent dans
la moelle osseuse. La maladie se caractérise par la prolifération de
cellules plasmatiques anormales. Parce que les cellules plasmatiques
circulent largement dans le corps, elles peuvent affecter de nombreux os
et entraîner des fractures par tassement, des lésions osseuses lytiques
et des douleurs. Le myélome multiple peut entraîner nombre de problèmes
de santé graves touchant les os, le système immunitaire, les reins et le
taux de globules rouges dans le sang, les symptômes les plus courants
étant notamment des douleurs osseuses et la fatigue, un symptôme
d’anémie. Le myélome multiple est une forme de cancer rare. Chaque
année, environ 26.000 nouveaux cas sont déclarés aux États-Unis et il y
a 114.000 nouveaux cas à l’échelle mondiale.

À propos de Takeda

Située à Osaka, au Japon, Takeda (TSE
: 4502)
est une société de recherche internationale spécialisée dans
le secteur pharmaceutique. En tant que première entreprise
pharmaceutique du Japon et l’un des leaders mondiaux du secteur, Takeda
est déterminée à œuvrer pour l’amélioration de la santé des populations
à travers le monde grâce à des innovations de pointe dans le domaine
médical.

Pour tout complément d’information sur Takeda, veuillez consulter le
site Internet de la société à l’adresse www.takeda.com.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Takeda Pharmaceutical Company Limited
Médias japonais
Tsuyoshi
Tada, +81 (0) 3-3278-2417
tsuyoshi.tada@takeda.com
ou
Médias
hors Japon

Amy Atwood, +1-617-444-2147
amy.atwood@takeda.com
ou
Elizabeth
Pingpank,+1-617-444-1495
elizabeth.pingpank@takeda.com