Press release

Takeda reçoit un avis positif du CHMP pour ADCETRIS® (brentuximab vedotine) comme traitement de consolidation pour un lymphome hodgkinien après une greffe

0 0
Sponsorisé par Business Wire

− L’avis positif conforte le rôle d’ADCETRIS en ligne antérieure de traitement pour le lymphome hodgkinien − CAMBRIDGE, Massachusetts, et OSAKA, Japon–(BUSINESS WIRE)–Takeda Pharmaceutical Company Limited (TSE : 4502) a annoncé aujourd’hui que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence européenne des médicaments (EMA) avait émis un avis positif pour l’extension de

− L’avis positif conforte le rôle d’ADCETRIS en ligne antérieure de
traitement pour le lymphome hodgkinien −

CAMBRIDGE, Massachusetts, et OSAKA, Japon–(BUSINESS WIRE)–Takeda Pharmaceutical Company Limited (TSE : 4502) a annoncé aujourd’hui
que le Comité des médicaments à usage humain (CHMP) de l’Agence
européenne des médicaments (EMA) avait émis un avis positif pour
l’extension de l’approbation conditionnelle actuelle d’ADCETRIS®
(brentuximab vedotine), et recommandé son approbation pour le traitement
des patients adultes atteints d’un lymphome hodgkinien CD30+ présentant
un risque accru de rechute ou de progression suite à une autogreffe de
cellules souches (ACS). En moyenne, 50 pour cent des patients atteints
d’un lymphome hodgkinien rechutent après une ACS et les patients avec
des facteurs de risque additionnels peuvent présenter un risque encore
plus élevé de rechute. ADCETRIS après une ACS constitue un nouveau
paradigme de traitement basé sur la plus vaste étude randomisée jamais
réalisée sur le lymphome hodgkinien récidivant ou réfractaire. L’essai
AETHERA de phase 3 est la première étude terminée ayant exploré un
traitement de consolidation immédiatement après une ACS comme moyen pour
prolonger l’effet de la greffe afin de prévenir les rechutes chez les
personnes souffrant d’un lymphome hodgkinien. L’utilisation d’ADCETRIS
dans ce cadre est susceptible de fournir une option de traitement
intéressante là où aucune n’existe actuellement pour les patients.

« Alors que l’ACS est la norme de soin après l’échec d’une
chimiothérapie de première ligne suite à un lymphome hodgkinien, nous
savons que malheureusement de nombreux patients subiront un retour de la
maladie. L’éradication à un stade précoce de la maladie résiduelle via
un traitement avec ADCETRIS constitue la meilleure chance de prévenir le
retour de la maladie chez ces patients », a déclaré Dirk Huebner, M.D.,
directeur médical exécutif de l’Unité thérapeutique d’oncologie chez
Takeda Pharmaceutical Company. « Cet avis, en plus des récentes données
de survie globale à cinq ans suite à un lymphome hodgkinien récidivant
ou réfractaire, confirme le rôle d’ADCETRIS dans l’amélioration des
résultats pour les patients. Nous attendons avec impatience
l’autorisation de la Commission européenne concernant cette nouvelle
indication et la mise à disposition des médecins et des patients de ce
médicament dans l’Union européenne. »

L’avis favorable du CHMP pour ADCETRIS va dorénavant être examiné par la
Commission européenne (CE). Si la recommandation du CHMP est
officiellement adoptée par la CE, qui a l’autorité d’approuver les
médicaments pour l’Union européenne (UE), ADCETRIS pourra être
commercialisé pour cette indication dans les 28 Etats membres de l’UE,
en Norvège, au Liechtenstein et en Islande.

Cet avis est fondé sur les résultats de l’étude AETHERA de phase 3.
L’essai AETHERA a satisfait à son critère d’évaluation principal avec un
traitement par ADCETRIS (plus soins de soutien optimaux), résultant dans
une amélioration statistiquement significative de la durée de survie
sans progression de la maladie (DSSPM) par rapport au placebo (plus
soins de soutien optimaux) selon l’évaluation d’un comité d’examen
central indépendant (ratio de risque = 0,57 ; valeur p = 0,001), ce qui
correspond à une augmentation de 75 pour cent de la DSSPM. La DSSPM a
été évaluée après une durée minimale de deux ans suite au démarrage d’un
traitement pour tous les patients participant à l’étude. Une analyse
actualisée effectuée après trois ans de suivi a montré une amélioration
durable de la DSSPM (selon un centre d’examen indépendant ; RR = 0,58 ;
IC à 95 % [0,41 ; 0,81]). Une analyse intermédiaire prédéfinie de la
survie globale n’a montré aucune différence statistiquement
significative entre les groupes de traitements. Le profil de sécurité
d’ADCETRIS dans l’essai AETHERA était généralement conforme aux
informations de prescription existantes.

À propos du lymphome hodgkinien

Le lymphome est un terme général désignant un groupe de cancers trouvant
leur origine dans le système lymphatique. Il existe deux grandes
catégories de lymphomes : Le lymphome hodgkinien et le lymphome
non-hodgkinien. Le lymphome hodgkinien se distingue des autres types de
lymphomes par la présence d’un type de cellule caractéristique connue
sous le nom de cellule de Reed-Sternberg. La cellule de Reed-Sternberg
exprime l’antigène CD30.

À propos d’ADCETRIS

ADCETRIS® (brentuximab vedotine) est un conjugué anticorps-médicament
(CAM) comprenant un anticorps monoclonal anti-CD30 fixé par un lieur
clivable par protéase à un agent perturbant les microtubules,
l’auristatine monométhyle E (MMAE), médicament synthétique utilisant la
technologie exclusive de Seattle Genetics. Le CAM emploie un système de
liaison conçu pour être stable dans le sang mais pour libérer la MMAE
lors de l’internalisation dans les cellules cancéreuses exprimant
l’antigène CD30.

ADCETRIS a reçu une autorisation conditionnelle de commercialisation de
la Commission européenne en octobre 2012 pour deux indications : (1)
pour le traitement des patients adultes atteints de lymphome hodgkinien
CD30+ récidivant ou réfractaire suite à une autogreffe de cellules
souches (ACS), ou suite à au moins deux thérapies antérieures lorsque
l’ACS ou la chimiothérapie multi-agents n’est pas une option de
traitement, et (2) le traitement des patients adultes atteints de
lymphome anaplasique à grandes cellules systémique (LAGCs) récidivant ou
réfractaire. En janvier 2016, la Commission européenne a approuvé une
modification de type II pour inclure des données sur le retraitement des
patients adultes atteints de lymphome hodgkinien ou de LAGCs ayant
précédemment répondu à ADCETRIS et ayant ensuite rechuté. ADCETRIS a
reçu une autorisation de commercialisation de la part des autorités de
réglementation dans plus de 60 pays. Veuillez consulter ci-dessous les
informations importantes relatives à la sécurité.

ADCETRIS fait l’objet d’une large évaluation dans le cadre de plus de 45
essais cliniques en cours, dont l’essai ALCANZA de phase 3 sur le
lymphome cutané à cellules T (LCCT) CD30+ et deux études additionnelles
de phase 3, l’une sur le lymphome hodgkinien classique en première ligne
(ECHELON-1) et l’une sur les lymphomes à cellules T matures CD30+ en
première ligne (ECHELON-2), ainsi que des essais pour de nombreux autres
types de malignités exprimant l’antigène CD30.

Les sociétés Seattle Genetics et Takeda sont associées dans le
développement d’ADCETRIS. Selon les termes de l’accord de collaboration,
Seattle Genetics dispose des droits de commercialisation aux États-Unis
et au Canada, et Takeda dispose des droits de commercialisation
d’ADCETRIS dans le reste du monde. Seattle Genetics et Takeda financent
conjointement les coûts de développement d’ADCETRIS sur une base 50/50,
à l’exclusion du Japon où Takeda a l’entière responsabilité des coûts de
développement.

A propos de Takeda Pharmaceutical Company

Takeda Pharmaceutical Company Limited est une société pharmaceutique
mondiale axée sur la R&D et dont la mission est d’améliorer la santé et
l’avenir des patients en traduisant la science en médicaments
transformateurs. Takeda concentre ses efforts de recherche sur les
domaines thérapeutiques de l’oncologie, de la gastroentérologie et du
système nerveux central. La société gère également des programmes de
développement spécifiques dans des maladies cardiovasculaires
spécialisées et dans des candidats au stade avancé pour les vaccins.
Takeda réalise sa R&D à la fois en interne et avec des partenaires en
vue de se maintenir à l’avant-garde de l’innovation. Ses nouveaux
produits innovants, notamment en oncologie et en gastroentérologie,
ainsi que sa présence sur des marchés émergents, stimulent la croissance
de Takeda. Plus de 30 000 employés de Takeda sont engagés à améliorer la
qualité de vie des patients en collaborant avec nos partenaires du
secteur des soins de santé dans plus de 70 pays. Pour de plus amples
informations, veuillez visiter le site http://www.takeda.com/news.

De plus amples informations à propos de Takeda sont disponibles sur le
site Internet de la société, www.takeda.com,
et des information additionnelles au sujet de Takeda Oncology, la marque
pour l’unité commerciale mondiale d’oncologie de Takeda Pharmaceutical
Company Limited, sont disponibles sur son site Internet, www.takedaoncology.com.

INDICATIONS

ADCETRIS® est indiqué pour le traitement des patients adultes souffrant
de lymphome hodgkinien (LH) CD30+ récidivant ou réfractaire :

1. Suite à une autogreffe de cellules souches (ACS) ou

2. Suite à au moins deux traitements antérieurs lorsque l’ACS ou la
chimiothérapie multi-agents n’est pas une option de traitement.

ADCETRIS est indiqué pour le traitement des patients adultes souffrant
de lymphome anaplasique à grandes cellules systémique (LAGCs) récidivant
ou réfractaire.

IMPORTANTES INFORMATIONS SUR LA SÉCURITÉ

CONTRE-INDICATIONS

ADCETRIS est contre-indiqué chez les patients hypersensibles au
brentuximab vedotine et à ses excipients. En outre, l’utilisation
combinée de la bléomycine et d’ADCETRIS provoque une toxicité
pulmonaire, et est contre-indiquée.

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS SPECIALES

Leucoencéphalopathie multifocale progressive (LEMP) : Une
réactivation du virus John Cunningham (JCV) entraînant une LEMP et la
mort peut survenir chez les patients traités avec ADCETRIS. Il a été
rapporté des cas de LEMP chez des patients ayant reçu ADCETRIS après
avoir reçu de multiples protocoles de chimiothérapie antérieurs.

Les patients doivent être étroitement surveillés pour vérifier
l’apparition ou l’aggravation de signes ou de symptômes neurologiques,
cognitifs ou comportementaux pouvant être évocateurs d’une LEMP.
L’évaluation suggérée de la LEMP inclut une consultation en neurologie,
une imagerie par résonance magnétique rehaussée avec du gadolinium du
cerveau et une analyse du liquide céphalorachidien pour l’ADN du JCV par
amplification en chaîne par polymérase ou une biopsie du cerveau avec
preuve de JCV. La posologie d’ADCETRIS doit être suspendue pour tout cas
suspecté de LEMP et doit être arrêtée définitivement si un diagnostic de
LEMP est confirmé.

Pancréatite : Des cas de pancréatites aiguës ont été observés
chez des patients traités avec ADCETRIS. Des évolutions fatales ont été
signalées. Les patients doivent être étroitement surveillés pour
vérifier l’apparition ou l’aggravation de douleurs abdominales, qui
pourraient laisser penser à une pancréatite aiguë. L’évaluation du
patient peut inclure un examen médical, une évaluation en laboratoire
pour l’amylase sérique et la lipase sérique, ainsi qu’une imagerie
abdominale comme l’échographie et d’autres mesures diagnostiques
appropriées. ADCETRIS doit être suspendu pour tout cas suspecté de
pancréatite aiguë. ADCETRIS doit être arrêté si un diagnostic de
pancréatite aiguë est confirmé.

Toxicité pulmonaire : Des cas de toxicité pulmonaire ont été
signalés chez des patients traités avec ADCETRIS. Bien qu’une
association causale avec ADCETRIS n’a pas été établie, le risque de
toxicité pulmonaire ne peut être écarté et les patients doivent être
traités de manière appropriée.

Infections graves et opportunistes : Des infections graves, comme
la pneumonie, la bactériémie à staphylocoque, la septicémie/le choc
septique (y compris des cas mortels), le zona et des infections
opportunistes, telles que la pneumonie à Pneumocystis jiroveci et la
candidose orale, ont été signalées chez des patients traités avec
ADCETRIS. Les patients doivent être étroitement surveillés pendant le
traitement pour vérifier l’apparition possible d’infections graves ou
opportunistes.

Réactions liées à la perfusion : Des réactions immédiates et
retardées liées à la perfusion, ainsi que des cas d’anaphylaxie, sont
survenus avec ADCETRIS. Les patients doivent être étroitement surveillés
pendant et après une perfusion. Si une anaphylaxie se manifeste,
l’administration d’ADCETRIS doit être interrompue immédiatement et de
manière permanente, et un traitement médical approprié doit être
administré. Si une réaction liée à la perfusion survient, celle-ci doit
être interrompue et une prise en charge médicale appropriée doit être
mise en place. La perfusion peut être redémarrée avec un débit plus lent
après résolution des symptômes. Les patients ayant subi une réaction
liée à une perfusion antérieure doivent faire l’objet d’une
prémédication lors des perfusions subséquentes.

Syndrome de lyse tumorale (SLT) : Des cas de SLT ont été signalés
avec ADCETRIS. Les patients présentant une tumeur proliférant rapidement
ou une masse tumorale importante présentent un risque de SLT. Ces
patients doivent être étroitement surveillés et gérés conformément aux
meilleures pratiques médicales.

Neuropathie périphérique (NP) : Le traitement avec ADCETRIS peut
provoquer une NP de nature principalement sensorielle. Des cas de
neuropathie motrice périphérique ont également été signalés. Une NP
causée par ADCETRIS est généralement cumulative. Les patients doivent
être surveillés pour vérifier l’apparition de symptômes de NP, tels que
l’hypoesthésie, l’hyperesthésie, la paresthésie, une gêne, une sensation
de brûlure, une douleur neuropathique ou de la faiblesse. Une
modification de la dose pour la NP doit être instituée en conséquence.

Toxicités hématologiques : Une anémie de grade 3 ou 4, une
thrombocytopénie et une neutropénie prolongée (égale ou supérieure à une
semaine) de grade 3 ou de grade 4 peuvent se produire avec ADCETRIS. La
numération sanguine complète doit être contrôlée avant l’administration
de chaque dose.

Neutropénie fébrile : Des cas de neutropénie fébrile ont été
signalés. Il est nécessaire de surveiller étroitement les patients pour
vérifier la survenue d’états fébriles et de les traiter conformément aux
meilleures pratiques médicales.

Syndrome de Stevens-Johnson (SSJ) : Des cas de SSJ et de
nécrolyse épidermique toxique (NET) ont été signalés avec le brentuximab
vedotine. Des issues fatales ont été signalées. En cas d’apparition de
SSJ ou de NET, il convient d’interrompre le traitement par ADCETRIS et
d’administrer un traitement médical approprié.

Fonction hépatique : Des élévations de l’alanine aminotransférase
(ALAT) et de l’aspartate aminotransférase (ASAT) ont été signalées. La
fonction hépatique doit être surveillée régulièrement chez les patients
recevant du brentuximab vedotine.

Hyperglycémie : Des cas d’hyperglycémie ont été signalés lors des
essais chez des patients ayant un indice de masse corporelle (IMC) élevé
avec ou sans antécédents de diabète sucré. Toutefois, les taux de
glucose sérique doivent être étroitement surveillés chez tous les
patients subissant un événement d’hyperglycémie. Un traitement
antidiabétique doit être administré le cas échéant.

Insuffisance rénale et hépatique : L’expérience est limitée chez
les patients présentant une insuffisance rénale et hépatique. Les
données disponibles indiquent que la clairance de la MMAE pourrait être
affectée par une insuffisance rénale sévère (Augmentation de
l’exposition à la MMAE d’un facteur d’environ 1,9 fois), une
insuffisance hépatique (Augmentation de l’exposition à la MMAE d’un
facteur d’environ 2,3 fois) et par de faibles concentrations d’albumine
sérique (Clairance de la MMAE deux fois plus faible). La dose de
démarrage recommandée chez les patients souffrant d’insuffisance
hépatique ou d’insuffisance rénale grave est de 1,2 mg/kg, administrée
sous forme de perfusion intraveineuse durant 30 minutes toutes les 3
semaines. Il convient de surveiller de près les patients souffrant
d’insuffisance hépatique ou rénale pour déceler tout effet indésirable.

Teneur en sodium des excipients : Ce médicament contient un
maximum de 2,1 mmol (ou 47 mg) de sodium par dose. Il convient de
prendre ceci en compte pour les patients suivant une alimentation
réduite en sodium.

INTERACTIONS

Les patients recevant de puissants inhibiteurs du CYP3A4 en même temps
qu’ADCETRIS doivent être étroitement surveillés dans le but de déceler
tout effet indésirable. L’utilisation concomitante d’ADCETRIS avec des
inducteurs du CYP3A4 n’a pas altéré le métabolisme d’ADCETRIS ;
toutefois, il a réduit l’exposition à la MMAE d’environ 31 %. ADCETRIS
ne devrait pas modifier l’exposition à des médicaments qui sont
métabolisés par les enzymes CYP3A4.

GROSSESSE : Les femmes en âge de procréer doivent utiliser 2
méthodes de contraception efficaces durant un traitement par ADCETRIS et
jusqu’à 6 mois après le traitement. On ne dispose d’aucune donnée sur
l’utilisation d’ADCETRIS chez la femme enceinte, les études sur les
animaux ont toutefois montré une toxicité reproductive. ADCETRIS ne doit
pas être utilisé pendant la grossesse, à moins que les avantages pour la
mère ne l’emportent sur les risques potentiels pour le fœtus. Si une
femme enceinte doit être traitée, elle doit être clairement informée du
risque potentiel pour le fœtus.

LACTATION (allaitement) : On ne dispose d’aucune donnée pour
savoir si ADCETRIS ou ses métabolites sont excrétés dans le lait
maternel, de ce fait, on ne peut exclure un risque pour le
nouveau-né/nourrisson.

FERTILITE : Dans les études non cliniques, un traitement par
ADCETRIS a conduit à une toxicité testiculaire, susceptible d’altérer la
fertilité masculine. Il est conseillé aux hommes traités avec ce
médicament de ne pas concevoir d’enfant durant un traitement et jusqu’à
6 mois suite à la prise de la dernière dose.

EFFETS INDÉSIRABLES

Les réactions médicamenteuses indésirables graves ont été : la
neutropénie, la thrombocytopénie, la constipation, la diarrhée, les
vomissements, la pyrexie, la neuropathie périphérique motrice et la
neuropathie périphérique sensorielle, l’hyperglycémie, la
polyneuropathie démyélinisante, le syndrome de lyse tumorale et le
syndrome de Stevens-Johnson.

Dans les études cliniques sur ADCETRIS, les effets indésirables définis
comme très fréquents (≥ 1/10) ont été : les infections, la neutropénie,
la neuropathie périphérique sensorielle, la diarrhée, les nausées, les
vomissements, l’alopécie, le prurit, la myalgie, la fatigue, la pyrexie
et des réactions liées à la perfusion. Les effets indésirables définis
comme communs (≥ 1/100 à <1/10) ont été : la septicémie/le choc septique
(y compris des cas mortels), des infections des voies respiratoires
supérieures, le zona, la pneumonie, l’anémie, la thrombocytopénie,
l’hyperglycémie, la neuropathie motrice périphérique, les
étourdissements, la polyneuropathie démyélinisante, la toux, la dyspnée,
la constipation, les éruptions cutanées, l’arthralgie, les dorsalgies et
les frissons.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Takeda Pharmaceutical Company Limited
Médias européens
Kate
Burd, +44 7974 151510
kate.burd@takeda.com
ou
Médias
japonais
Tsuyoshi Tada, +81 (0) 3-3278-2417
tsuyoshi.tada@takeda.com
ou
Médias
hors Japon/UE
Amy Atwood, +1-617-444-2147
amy.atwood@takeda.com