Press release

Teleperformance : Résultats annuels 2015

0 0
Sponsorisé par Business Wire

Une nouvelle année de croissanceRésultat net dilué par action : + 31,7 % PARIS–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News: Le conseil d’administration du groupe Teleperformance (Paris:RCF), leader mondial de la gestion multimédia de l’expérience client externalisée, s’est réuni ce jour et a examiné les comptes consolidés et sociaux pour l’exercice 2015. Le groupe annonce aujourd’hui ses résultats annuels. CROISSANCE

Une nouvelle année de croissance
Résultat net dilué par action : +
31,7 %

PARIS–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News:

Le conseil d’administration du groupe Teleperformance (Paris:RCF),
leader mondial de la gestion multimédia de l’expérience client
externalisée, s’est réuni ce jour et a examiné les comptes consolidés et
sociaux pour l’exercice 2015. Le groupe annonce aujourd’hui ses
résultats annuels.

CROISSANCE DES RÉSULTATS ET DES MARGES EN 2015

  • Chiffre d’affaires : 3 398 millions d’euros,
    + 23,2 % à
    données publiées

    + 7,5 % à données comparables*
  • EBITA courant : 351 millions d’euros
  • Marge sur CA : 10,3 % contre 9,7 % en 2014
  • Résultat net dilué par action : 3,45 €, + 31,7 % par rapport à 2014
  • Dividende par action : 1,20 €**, + 30,0 % par rapport à 2014
  • Cash flow net disponible : 219 millions d’euros

RENFORCEMENT SIGNIFICATIF DU LEADERSHIP MONDIAL DU GROUPE

  • Présence mondiale unique dans 65 pays
  • Renforcement de l’implantation mondiale de Teleperformance avec 12 000
    nouvelles stations de travail notamment aux États-Unis et en Asie

GOUVERNANCE

  • Maintien*** de la structure de gouvernance composée de Daniel Julien,
    président exécutif du conseil d’administration, et de Paulo César
    Salles Vasques, directeur général
  • Nomination** de trois femmes au conseil d’administration du groupe en
    remplacement de trois membres sortants, portant le taux de
    féminisation du conseil à plus de 40 %

OBJECTIFS 2016 : POURSUITE DE LA CROISSANCE RENTABLE

  • Croissance du chiffre d’affaires à données comparables comprise entre
    5 et 7 %
  • Marge d’EBITA courant sur CA supérieure ou égale à 10,3 %
  • Forte génération de cash flow

*à taux de change et périmètre constants
**tel que proposé à
l’assemblée générale du 28 avril 2016
*** par décision du conseil
d’administration réuni le 24 février 2016

RÉSUMÉ DES RÉSULTATS ANNUELS

en millions d’euros   2015   2014   variation
    €1=US$1,11   €1=US$ 1,33    
Chiffre d’affaires 3 398 2 758 + 23,2 %
À données comparables + 7,5 %
EBITDA courant 492 376 + 31,0 %
% CA 14,5 % 13,6 %
EBITA courant(1) 351 267 + 31,6 %
% CA 10,3 % 9,7 %
Résultat opérationnel 308 237 + 30,0 %
Résultat net – Part du groupe 200 150 + 33,3 %
Résultat net dilué par action (€) 3,45 2,62 + 31,7 %
Dividende par action (€) 1,20* 0,92
Cash flow net disponible   219   48   > x 4

(1)EBITA courant : résultat opérationnel avant amortissement
des actifs incorporels liés aux acquisitions, perte de valeur de
goodwill et hors éléments non récurrents
*tel que proposé à
l’assemblée générale du 28 avril 2016

Paulo César Salles Vasques, directeur général de Teleperformance,
explique
 : « Malgré les nombreux défis auxquels
Teleperformance a été confronté en 2015, relatifs notamment à
l’instabilité géopolitique et aux problèmes de cyber sécurité, nous
avons non seulement réussi à croître, une fois encore, plus fortement
que le marché, mais également à renforcer sensiblement notre position de
leader mondial du secteur. Je suis donc particulièrement fier d’annoncer
que nous avons encore obtenu des résultats records cette année, avec une
croissance de + 7,5 % à données comparables. Toutes les régions voient
leur activité progresser à un bon rythme, à commencer par l’Amérique et
l’Asie, mais aussi l’Europe, où le redressement de la France s’est
poursuivi cette année. À noter également une amélioration de 60 points
de base de notre marge opérationnelle et une solide progression de notre
cash-flow disponible.

Ces bons résultats témoignent de l’efficacité de notre stratégie de
développement fondée sur l’excellence dans la gestion de notre capital
humain, l’innovation, la rigueur et l’expertise – autant de facteurs qui
nous distinguent clairement de la concurrence. Nous avons continué à
étendre notre présence mondiale : nous opérons désormais dans 65 pays et
mettons notre expertise au service de grands groupes internationaux de
renom sur plus de 160 marchés. En 2016, nous entendons poursuivre ce
mouvement avec l’objectif d’atteindre une croissance annuelle à données
comparables comprise entre 5 et 7 % et une marge supérieure ou égale à
10,3 %. Nous abordons donc l’année 2016 avec confiance, forts d’une
équipe de direction performante. Je me réjouis tout particulièrement de
poursuivre avec Daniel Julien notre dynamique tandem, synonyme de
solidité et d’avenir prometteur pour Teleperformance. »

« Dire que notre environnement de marché aura été plus difficile
en 2015 que lors des années précédentes serait un euphémisme,
commente
Daniel Julien, président exécutif de Teleperformance
. Mais
Teleperformance a une fois encore atteint ses objectifs et je tiens à
remercier et à féliciter Paulo César et tous les collaborateurs du
groupe pour cette réussite dans un contexte marqué par de nombreux
défis. 2015 aura également été une année de changement essentiel sur les
marchés du groupe, reflet d’un monde s’engageant résolument sur la voie
d’une nouvelle ère économique. L’essor du numérique qui exige des
solutions omnicanal intégrées, et des normes de sécurité toujours plus
exigeantes offrent clairement un avantage à Teleperformance, avec
l’émergence de nouvelles et importantes barrières à l’entrée. »

« Pour ce qui est de la gouvernance de notre groupe, notre Conseil va
se rajeunir et se féminiser, et Paulo César et moi-même poursuivrons
l’aventure ensemble, ainsi qu’en a décidé ce jour le Conseil. Le
maintien d’une structure de gouvernance performante, associée à une
solide dynamique de marché nous permet d’être confiants quant aux
perspectives à long terme du groupe, puisque nous avons l’ambition
d’atteindre 5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2020. Cette
croissance sera nourrie par la poursuite de nos succès commerciaux ainsi
que par une politique sélective d’acquisitions et d’alliances
stratégiques, tirant profit d’un marché qui demeure très fragmenté. »
,
a-t-il ajouté.

CHIFFRE D’AFFAIRES CONSOLIDÉ

Le chiffre d’affaires consolidé du groupe s’élève à 3 398 millions
d’euros. Il s’établit en progression de + 7,5 % à données comparables (à
devises et périmètre constants) par rapport à l’année précédente.

La croissance est de + 23,2 % à données publiées. Elle comprend un effet
périmètre positif de 217 millions d’euros provenant de la consolidation
d’Aegis USA Inc. depuis le 7 août 2014, et de City Park Technologies
(CPT) depuis le 1er juillet 2014. Elle comprend également un
effet devises positif de 201 millions d’euros provenant de
l’appréciation de certaines devises par rapport à l’euro, principalement
le dollar US et la livre sterling.

CHIFFRE D’AFFAIRES PAR ZONE

Le mix géographique du groupe demeure solide et équilibré à l’échelle
mondiale.

En 2015, la zone anglophone & Asie-Pacifique représentait 50 % du
chiffre d’affaires du groupe, la zone ibérico-LATAM 24 %, et l’Europe
continentale & MEA 26 %.

Sur cette période, toutes les régions voient leur activité progresser à
un bon rythme, supérieur à la croissance du marché au niveau mondial (+
4 % par an estimé par IDC en 2015).

CHIFFRE D’AFFAIRES ANNUEL PAR ZONE

en millions d’euros   2015   2014   variation
      à données

publiées

  à données comparables
                 
Anglophone & Asie-Pacifique   1 688   1 209   + 39,6 %   + 4,4 %
Ibérico-LATAM   834   770   + 8,4 %   + 7,8 %
Europe continentale & MEA   876   779   + 12,4 %   + 12,8 %
TOTAL   3 398   2 758   + 23,2 %   + 7,5 %
  • Zone anglophone & Asie-Pacifique (EWAP)

Les activités de la zone anglophone & Asie-Pacifique enregistrent une
progression de + 4,4 % à données comparables. Compte tenu principalement
de l’acquisition réalisée aux États-Unis et d’un effet devises positif,
la croissance à données publiées s’est établie à + 39,6 %.

La croissance des activités aux États-Unis continue d’être portée par la
montée en puissance progressive d’importants contrats domestiques dans
les secteurs de la santé, des services financiers, des assurances et de
l’hôtellerie-loisir. Le groupe a aussi bénéficié du développement rapide
des activités auprès de clients existants dans le domaine de
l’électronique grand public.

Le développement des activités du groupe dans la région a cependant été
ralenti par une réduction temporaire du volume d’affaires avec un client
du secteur des télécommunications sur certaines lignes de produits,
conséquence d’un incident lié à la sécurité des données. Ce secteur
incluant la télévision payante ne représente plus aujourd’hui que 26 %
du chiffre d’affaires de la région contre 30 % en 2014.

Au Royaume-Uni, le chiffre d’affaires a été porté par une activité plus
dynamique au second semestre de l’année écoulée, augurant de bonnes
perspectives sur les prochains trimestres.

Dans la zone Asie-Pacifique, le groupe continue d’enregistrer un
développement rapide de ses activités en Chine pour le compte de
multinationales nord-américaines implantées dans le pays.
L’environnement de consommation y reste favorable, notamment dans le
domaine de l’électronique grand public. Le groupe poursuit le
renforcement de son implantation dans le pays avec l’ouverture d’un
nouveau site dans le sud de la Chine.

  • Zone ibérico-LATAM

Les activités du groupe sur la zone ont progressé à un rythme soutenu, +
7,8 % à données comparables et + 8,4 % à données publiées. La différence
s’explique principalement par un impact de change globalement favorable
lié à l’appréciation du dollar US compensant notamment la baisse du réal
brésilien par rapport à l’euro.

Alors que le contexte économique reste difficile au Brésil, l’activité
du groupe y est toujours dynamique, notamment au second semestre de
l’année. Teleperformance continue de gagner de nouveaux contrats auprès
de clients premium existants dans les services financiers, internet et
la grande distribution à partir notamment de sites récemment ouverts
situés dans le nord du pays.

Les activités au Portugal continuent de se développer à un rythme
satisfaisant, toujours portées par le succès des plateformes
multilingues implantées à Lisbonne auprès de grands groupes
internationaux.

Les bonnes performances enregistrées en Argentine et en Colombie
compensent une moindre activité dans le secteur des télécommunications
au Mexique.

  • Zone Europe continentale & MEA

Le chiffre d’affaires de la zone a progressé de + 12,8 % à données
comparables et de + 12,4% à données publiées.

Le groupe continue de bénéficier d’une bonne dynamique commerciale
auprès de clients globaux sur un certain nombre de marchés dans le nord
et le sud de l’Europe et dans les pays de l’Est (Russie, Pologne,
Roumanie). La croissance s’est notamment accélérée au second semestre en
Europe du Nord avec de bonnes performances enregistrées dans les
secteurs du commerce électronique et de l’électronique grand public.

Dans ce contexte porteur dans la région, le groupe a ouvert sur l’année
de nouveaux sites offshore pour la plupart, à Dubaï, en Égypte, au
Surinam et en Lituanie, ce dernier servant les marchés scandinave et
russe.

Le chiffre d’affaires du marché francophone a renoué avec la croissance
sur l’année, grâce notamment à de bonnes performances réalisées au
second semestre par les activités offshore au Maroc et en Tunisie et le
redressement progressif des activités domestiques. Les plans d’action
visant en priorité la restauration de la rentabilité en France se sont
traduits par une réduction des pertes, conformément aux objectifs du
groupe.

L’Allemagne et, dans une moindre mesure, les pays nordiques, restent des
marchés très concurrentiels et plus difficiles pour le développement
rentable des activités du groupe.

Le développement rapide des activités de la filiale TLScontact,
spécialisée dans les services de gestion des demandes de visas auprès
des gouvernements, continue de contribuer très positivement à la
croissance de la région. La société bénéficie notamment de la très bonne
tenue des demandes de visas en Chine et en Afrique du Nord pour entrer
dans les pays de la zone Schengen.

RÉSULTATS

L’EBITDA courant s’élève à 492 millions d’euros, en hausse de + 31,0 %
par rapport à l’année précédente. Sa marge par rapport au chiffre
d’affaires s’établit à 14,5 %, de nouveau en hausse de 0,9 point par
rapport à l’année précédente.

L’EBITA courant atteint 351 millions d’euros contre 267 millions d’euros
l’année précédente, soit une progression de + 31,6 %. Rapporté au
chiffre d’affaires, il s’élève à 10,3 % contre 9,7 % l’année précédente,
soit une progression de + 0,6 point, en ligne avec l’objectif du groupe.
Cette amélioration notable résulte notamment de la bonne intégration de
la société Aegis USA Inc., acquise en août 2014, mais aussi des
améliorations enregistrées en Europe incluant l’activité de gestion
externalisée des demandes de visas (TLScontact). La progression de cette
rentabilité prend en compte par ailleurs l’important effort consenti par
le groupe en termes de sécurité rendu nécessaire par l’environnement
général. Le groupe évalue sur l’année 2015 cet effort à 0,5 point sur la
rentabilité opérationnelle.

EBITA COURANT PAR ZONE – HORS HOLDINGS

en millions d’euros   2015   2014

Anglophone & Asie-Pacifique

 

  170  

135

 

% CA   10,1 %   11,2 %

Ibérico-LATAM

 

105

83

 

% CA   12,6 %   10,8 %

Europe continentale & MEA

 

43

17

 

% CA   5,0 %   2,2 %

Total – holdings inclus

351

267

 

% CA   10,3 %   9,7 %

L’EBITA courant de la zone anglophone & Asie-Pacifique
s’élève à 170 millions d’euros en 2015 contre 135 millions d’euros
l’année dernière. Cette croissance soutenue (+ 26 %) résulte du
développement des activités existantes, de la contribution de la société
Aegis USA Inc. acquise en août 2014 et de l’appréciation significative
du dollar US par rapport à l’euro. Le taux de marge EBITA courant
s’établit néanmoins à 10,1 % contre 11,2 % en 2014. Cette évolution
s’explique principalement par les efforts consentis en termes de
dépenses de sécurité, la montée en puissance moins rapide que prévu de
certains contrats domestiques, un effet mix défavorable lié à
l’évolution de l’activité auprès de certains clients et l’impact sur les
charges salariales du groupe de la réforme du système de protection
sociale aux États-Unis en matière de santé (Patient Protection and
Affordable Care Act ou Obama Care).

La zone ibérico-LATAM enregistre un EBITA courant de 105 millions
d’euros en 2015 contre 83 millions d’euros en 2014. Le taux de marge
EBITA courant demeure élevé et progresse pour atteindre 12,6 %, contre
10,8 % en 2014, en raison notamment du développement dynamique et
rentable des activités au Brésil, ainsi que de l’évolution favorable des
devises liée aux activités offshore au Mexique servant le marché
américain.

Avec un EBITA courant de 43 millions d’euros, soit un taux de marge de
5,0 %, en sensible hausse par rapport à 2014 (2,2 %), la zone Europe
continentale & MEA
confirme l’amélioration progressive et
continue de sa rentabilité depuis 4 ans. La marge du groupe dans la
région a notamment bénéficié en 2015 d’une bonne croissance des
activités dans un certain nombre de pays en Europe du Sud et du Nord
ainsi que de la poursuite du redressement de la rentabilité en France.
Elle a également été soutenue par le dynamisme des activités de
TLScontact.

Le résultat opérationnel s’établit à 308 millions d’euros contre
237 millions d’euros l’année précédente. Il inclut l’amortissement des
actifs incorporels pour 23 millions d’euros, en hausse par rapport à
l’année précédente, résultant de l’acquisition d’Aegis USA Inc. ainsi
que les charges non récurrentes suivantes :

  • une charge comptable relative aux plans d’actions de performance mis
    en place en 2013 pour un montant de 17 millions d’euros ;
  • d’autres charges non récurrentes pour 3 millions d’euros.

Le résultat financier fait ressortir une charge nette de 27 millions
d’euros contre 19 millions l’année dernière.

La charge d’impôt s’établit à 78 millions d’euros. Le taux d’imposition
moyen du groupe ressort à 27,7 % contre 30,5 % l’année précédente.

La part revenant aux minoritaires dans le résultat s’élève à 3 millions
d’euros.

Le résultat net part du groupe à 200 millions d’euros progresse de
33,3 % par rapport à l’année précédente (150 millions d’euros). Le
résultat net dilué par action s’élève à 3,45 euros, en hausse de 31,7 %
par rapport à l’année précédente.

Le conseil d’administration proposera à l’assemblée générale, qui se
réunira le 28 avril 2016, de porter le dividende versé au titre de
l’exercice 2015 à 1,20 euro par action contre 0,92 euro versé au titre
de l’exercice 2014. Le dividende proposé correspond à un taux de
distribution de 35 %, niveau stable par rapport à l’année dernière.

FLUX DE TRÉSORERIE ET STRUCTURE FINANCIÈRE

Le cash-flow avant intérêts payés et après impôts s’est établi à 400
millions d’euros en 2015 contre 321 millions d’euros l’année précédente.

La variation du besoin en fonds de roulement du groupe a constitué un
emploi de 9 millions d’euros en 2015 contre un emploi de 116 millions
l’année précédente. Cette évolution traduit le succès de la politique
d’amélioration de la liquidité du groupe grâce à un suivi rigoureux et
régulier de son besoin en fonds de roulement tout au long de l’année. Le
délai moyen de paiement des clients (DSO) a reculé d’un jour grâce au
plan mis en œuvre. En outre, l’arrêt d’un programme d’affacturage mis en
place par la société Aegis USA Inc. avant son intégration dans le groupe
avait accru le besoin en fonds de roulement en 2014 d’un montant estimé
à 50 millions d’euros.

Les investissements opérationnels nets sont quasiment stables, à
172 millions d’euros contre 157 millions l’année précédente. En
revanche, rapportés au chiffre d’affaires, ils sont en baisse
significative : 5,0 % contre 5,7 % en 2014. Ils portent sur des
créations et agrandissements de centres de contacts sur les marchés
clefs dans les trois régions du groupe.

Le cash flow net disponible avant intérêts payés du groupe s’élève à
219 millions d’euros contre 48 millions d’euros l’année dernière, en
forte amélioration, traduisant la progression de l’activité et de la
rentabilité conjuguées au contrôle satisfaisant du besoin en fonds de
roulement et des investissements opérationnels. Le cash flow net
disponible rapporté à l’EBITDA récurrent s’établit à 45 % en nette
amélioration par rapport à 2014 (13 %).

Après décaissement des dividendes pour un montant de 53 millions d’euros
et prise en compte des charges financières nettes pour un montant de
17 millions d’euros, l’endettement net s’élève à 363 millions d’euros au
31 décembre 2015, en baisse sensible par rapport à l’année précédente
(423 millions d’euros).

Le groupe bénéficie d’une structure financière très solide avec un taux
d’endettement sur fonds propres de 21 %. De même, le ratio d’endettement
net sur EBITDA a significativement baissé en 2015 pour s’établir à 0,7
contre 1,1 à la fin de l’année précédente.

Fort de cette situation favorable, le groupe a finalisé mi-février 2016
la renégociation de sa ligne de crédit de 300 millions d’euros auprès de
ses banques en allongeant sa maturité tout en améliorant ses conditions
financières.

GOUVERNANCE

En mai 2013, le conseil d’administration avait décidé de dissocier les
fonctions de président du conseil d’administration et de directeur
général, dans le but d’amorcer la gouvernance future et de se conformer
aux recommandations en matière de gouvernance. Une structure de
gouvernance bicéphale avait été ainsi mise en place avec Daniel Julien,
comme président exécutif du conseil, et Paulo César Salles Vasques,
comme directeur général. À cette occasion, le conseil avait estimé à
l’unanimité qu’une période de transmission des connaissances de
l’environnement interne et externe au groupe, d’une durée de trois ans,
était nécessaire et indispensable

Sur la base de l’évaluation régulière du fonctionnement de cette
structure de gouvernance bicéphale durant cette période, le conseil
d’administration en a conclu que cette gouvernance était
particulièrement adaptée aux besoins du groupe et profitable à ses
actionnaires. Au regard de son efficacité, le conseil a décidé à
l’unanimité, dans sa séance du 24 février 2016, de conserver la même
organisation, aussi longtemps qu’elle conviendra au directeur général et
au président du conseil.

Le conseil d’administration a proposé ce même jour la nomination* de
trois femmes en son sein, Pauline de Robert, Wai Ping et Leigh Ryan, en
remplacement de trois membres sortants, Daniel Bergstein, Philippe
Ginestié et Mario Sciacca, portant ainsi le taux de féminisation du
conseil à plus de 40 %, en ligne avec les recommandations du code
AFEP-MEDEF en la matière.

RENFORCEMENT SIGNIFICATIF DU LEADERSHIP MONDIAL DU GROUPE

  • Extension et création de nouveaux sites notamment offshore

Afin d’accompagner le développement rapide de ses activités, le groupe a
poursuivi en 2015 le renforcement de ses capacités offshore et de son
implantation sur des marchés dynamiques dans les trois zones
linguistiques du groupe.

Le groupe a ainsi ouvert au total 16 nouveaux centres de contacts et
augmenté le nombre de postes de travail sur 16 sites déjà existants. Au
total, cela représente des capacités additionnelles de 12 000 stations
de travail.

Par région, les nouveaux sites se répartissent ainsi :

  • dans la zone anglophone et Asie-Pacifique, le groupe a ouvert
    8 nouveaux centres de contact, aux États-Unis, au Canada, au
    Royaume-Uni, en Indonésie, en Chine, aux Philippines et au Guyana.
    C’est en Asie, marché en forte croissance, que Teleperformance a le
    plus investi en 2015 ;
  • dans la zone ibérico-LATAM, le groupe a ouvert 2 nouveaux sites au
    Portugal, à Lisbonne, et en Colombie à Medellín ;
  • dans la zone Europe continentale, Moyen-Orient et Afrique, 6 nouveaux
    centres, essentiellement offshore, ont vu le jour : au Surinam pour
    servir le marché néerlandais, à Dubaï, en Albanie, en Égypte et en
    Lituanie. Par ailleurs, le groupe a développé de nouvelles solutions
    de travail à domicile en Allemagne (Work At Home).
  • Reconnaissance de la stratégie du groupe

En 2015, Teleperformance a été une fois encore récompensé par de très
nombreux prix décernés par de prestigieuses institutions et des cabinets
d’analyses indépendants réputés aux quatre coins du monde. Ils
distinguent tant le leadership du groupe et l’excellence de son service
sur son marché que sa stratégie de développement du capital humain, sa
capacité d’innovation et son engagement en matière de responsabilité
sociétale et environnementale.

Teleperformance a été distingué par le cabinet Everest Group comme le
leader mondial de la gestion des centres de contact externalisée pour la
troisième année consécutive.

Teleperformance a obtenu la certification Verego SRS dans cinq
catégories : leadership, éthique, social, communautés et environnement.

6 prix 2015 ont été décernés par Frost & Sullivan à Teleperformance :

  • Offshore Market Leadership – Amérique latine ;
  • Technology Innovation Leadership – Amérique du Nord ;
  • Service Provider of the Year – Asie-Pacifique ;
  • Competitive Strategy Innovation and Leadership – région CEMEA ;
  • Product Leadership – Chili ;
  • Company of the Year – Amérique du Nord.

Les prix 2015 « Great Place to Work® » (GPTW) ont été décernés à
Teleperformance Portugal et à Teleperformance Inde.

Le prix 2015 Global Best Employers™ Program a été décerné par AON Hewitt
à Teleperformance en Albanie, Chili, Chine, Égypte, Inde, Liban,
Portugal, Slovaquie, Suisse et Ukraine.

*telle que proposée à l’assemblée générale du 28 avril 2016

PERSPECTIVES 2016

Teleperformance devrait bénéficier en 2016 de la poursuite de la
croissance de son marché, fort du développement continu de son
implantation mondiale avec notamment de nouveaux centres de contact
ouverts aux États-Unis et en Asie, ainsi que de la poursuite du
redressement de ses activités en Europe.

Dans ce contexte favorable, le groupe prévoit de continuer à investir
significativement dans l’avenir, dans le domaine notamment de la
sécurité des données et de la protection de ses salariés, véritable
atout différenciant sur son secteur, dans un environnement de plus en
plus complexe et instable.

Contacts

Teleperformance
RELATIONS INVESTISSEURS ET MÉDIA
QUY
NGUYEN-NGOC, Tél : +33 1 53 83 59 87
quy.nguyen@teleperformance.com

Read full story here