Press release

Une étude commanditée par Visa estime que la migration vers les paiements électroniques a ajouté près de 300 milliards USD au PIB dans 70 pays

0 0
Sponsorisé par Business Wire

SAN FRANCISCO–(BUSINESS WIRE)–Visa Inc. a publié aujourd’hui les résultats d’une nouvelle étude menée en 2016 par Moody’s Analytics qui a analysé l’impact des paiements électroniques sur la croissance économique dans 70 pays entre 2011 et 2015. Commanditée par Visa, l’étude a constaté que l’utilisation accrue de solutions de paiement électroniques, y compris les cartes de crédit,

SAN FRANCISCO–(BUSINESS WIRE)–Visa Inc. a publié aujourd’hui les résultats d’une nouvelle étude menée
en 2016 par Moody’s Analytics qui a analysé l’impact des paiements
électroniques sur la croissance économique dans 70 pays entre 2011 et
2015. Commanditée par Visa, l’étude a constaté que l’utilisation accrue
de solutions de paiement électroniques, y compris les cartes de crédit,
de débit et prépayées, a ajouté 296 milliards USD au PIB, tout en
augmentant la consommation de biens et services par les ménages de
0,18 % en moyenne par an.


En outre, les économistes de Moody’s estiment que l’équivalent de
2,6 millions de nouveaux emplois ont été créés en moyenne, chaque année,
au cours de la période de cinq ans à la suite d’une utilisation accrue
des paiements électroniques. Les 70 pays de l’étude représentent près de
95 % du PIB mondial.

« Les paiements électroniques sont un contributeur majeur à la
consommation, à une hausse de la production, à la croissance économique
et à la création d’emplois », a noté Mark Zandi, économiste en chef,
chez Moody’s Analytics. « Les pays qui ont connu de fortes hausses de
l’utilisation des cartes ont également constaté des contributions plus
importantes à la croissance globale de leurs économies ».

Les résultats de l’étude ont été publiés dans le rapport intitulé “The
Impact of Electronic Payments on Economic Growth,” ( L’impact des
paiements électroniques sur la croissance économique )
, qui a
également indiqué que l’électronisation des paiements a bénéficié aux
gouvernements et a contribué à un environnement d’affaires plus stable
et plus ouvert. En outre, les paiements électroniques ont permis de
réduire au minimum ce qui est communément appelé l’économie grise, une
activité économique souvent gérée en espèces et non déclarée. Par
conséquent, les paiements électroniques ont fourni aux gouvernements une
base potentielle plus élevée de recettes fiscales, tout en offrant les
avantages supplémentaires de moindres coûts de traitement des espèces,
le paiement garanti aux marchands et une plus grande inclusion
financière pour les consommateurs.

« Ces résultats renforcent les nombreux avantages certains que les
paiements électroniques apportent aux économies locales partout dans le
monde », a souligné Charlie W. Scharf, PDG de Visa Inc. « Cette
recherche suggère également que des politiques publiques judicieuses
peuvent créer un environnement de paiement ouvert et compétitif, et
contribuer à la croissance économique et à la création d’emplois. Chez
Visa, nous sommes en partenariat à l’échelle mondiale avec les
gouvernements, les institutions financières, les commerçants et les
sociétés de technologie pour développer des produits et services de
paiement innovants qui permettront d’accélérer l’acceptation
électronique, de développer le commerce, et d’apporter les avantages des
paiements par carte à plus de personnes partout dans le monde ».

Voici les points saillants de l’étude :

  • Promotion de la croissance :
    Pénétration des
    cartes :
    La consommation réelle a augmenté en moyenne de
    2,3 % entre 2011 et 2015, dont 0,01 % est attribuable à une
    pénétration accrue des cartes. Cela implique que l’utilisation des
    cartes représentait environ 0,4 % de la croissance de la consommation.
    Puisque la croissance de la consommation est, en moyenne, plus rapide
    dans les pays émergents, ces pays ont également plus à gagner en
    augmentant l’utilisation des cartes.

    Utilisation des
    cartes :
    Les pays affichant les plus fortes hausses
    d’utilisation des cartes ont connu les plus grandes contributions à la
    croissance. Par exemple, de fortes augmentations du PIB ont été
    enregistrées en Hongrie (0,25 %), dans les Émirats arabes unis
    (0,23 %), au Chili (0,23 %), en Irlande (0,2 %), en Pologne (0,19 %)
    et en Australie (0,19 %). Dans la plupart des pays, l’utilisation des
    cartes a augmenté indépendamment de la performance économique.

  • Contribution à l’emploi :
    L’utilisation accrue des
    cartes a ajouté l’équivalent de près de 2,6 millions d’emplois en
    moyenne, par an, dans les 70 pays de l’échantillon entre 2011 et 2015.
    Remarquablement, les deux pays affichant les moyennes d’augmentation
    d’emploi les plus élevées ont été la Chine (427 000 emplois ajoutés)
    et l’Inde (336 000 emplois ajoutés), et ces deux pays ont connu des
    gains d’emploi importants en raison de la combinaison d’une
    productivité du travail très rapide et de l’utilisation accrue des
    cartes.
  • Marchés émergents et pays développés :
    Les marchés
    émergents comme les pays développés ont enregistré des gains de
    consommation dus à l’utilisation accrue des cartes. L’utilisation
    accrue des cartes a ajouté 0,2 % à la consommation dans les marchés
    émergents, par rapport à 0,14 % dans les pays développés entre 2011 et
    2015. Les chiffres correspondants pour le PIB ont été de 0,11 % pour
    les économies émergentes et de 0,08 % pour les pays développés. Ces
    chiffres suggèrent que tous les marchés, quels que soit les taux de
    pénétration actuels des cartes, peuvent bénéficier d’une augmentation
    de la consommation due à l’utilisation accrue des cartes.
  • Potentiel de croissance future :
    Dans les 70 pays de
    l’étude, Moody’s a constaté que chaque augmentation de 1 % de
    l’utilisation des paiements électroniques pourrait produire, en
    moyenne, une augmentation annuelle d’environ 104 milliards USD de la
    consommation de biens et services. En supposant que tous les facteurs
    futurs restent les mêmes, cela pourrait se traduire par une
    augmentation annuelle moyenne de 0,04 % du PIB attribuable à
    l’utilisation des cartes.

L’étude souligne que la généralisation des paiements électroniques
n’augmentera pas nécessairement la prospérité d’un pays, laquelle
nécessite le soutien d’un système financier bien développé et d’une
économie en bonne santé pour avoir le plus grand impact. Au niveau
macro-économique, le rapport recommande d’encourager la poursuite de
l’électronisation des paiements. Il dit aussi que les pays doivent
promouvoir des politiques qui minimisent la réglementation inutile,
créent une infrastructure financière solide, et conduisent à une plus
grande consommation.

L’étude et des documents connexes sont disponibles à l’adresse www.visa.com/moodysanalytics

À propos de Visa Inc.

Visa Inc. (NYSE : V) est une société de technologies de paiements
internationaux qui relie les consommateurs, les entreprises, les
institutions financières et les gouvernements dans plus de 200 pays et
territoires à des paiements électroniques rapides, sécurisés et fiables.
Nous exploitons l’un des réseaux de traitement les plus avancés au
monde, VisaNet, réseau qui est capable de traiter plus de
65 000 messages de transactions à la seconde, en offrant aux
consommateurs une protection contre les fraudes et en assurant aux
commerçants la garantie de paiement. Visa n’est pas une banque, n’émet
pas de cartes, n’accorde pas de crédit aux consommateurs et ne fixe ni
les taux, ni les commissions pour ces derniers. Toutefois, les
innovations de Visa permettent aux institutions financières qui sont ses
clientes d’offrir un plus grand choix aux consommateurs : payer
immédiatement avec une carte de débit, payer en avance avec une carte
prépayée ou payer plus tard grâce aux produits de crédit. Pour plus de
renseignements, consultez usa.visa.com/about-visa,
visacorporate.tumblr.com
et @VisaNews.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Visa Inc.
Relations avec les médias :
Jennifer Morris,
202-760-0145
globalmedia@visa.com