Press release

Une étude scientifique publiée démontre l’efficacité du test ImmuKnow® Viracor-iBT d’Eurofins, qui améliore le taux de survie du patient

0 0 Donnez votre avis
Sponsorisé par Business Wire

LEE’S SUMMIT, Mississippi–(BUSINESS WIRE)–Eurofins Scientific (EUFI.PA) (Paris:ERF), le chef de file mondial des tests bioanalytiques et l’un des leaders mondiaux des services génomiques, a le plaisir de présenter les résultats d’une étude récente1 publiée dans la revue Transplantation, qui montre que le test ImmuKnow de Viracor-IBT, l’essai portant sur la fonction des cellules immunitaires, approuvé

LEE’S SUMMIT, Mississippi–(BUSINESS WIRE)–Eurofins Scientific (EUFI.PA) (Paris:ERF), le chef de file mondial des
tests bioanalytiques et l’un des leaders mondiaux des services
génomiques, a le plaisir de présenter les résultats d’une étude récente1
publiée dans la revue Transplantation, qui montre que le test ImmuKnow
de Viracor-IBT, l’essai portant sur la fonction des cellules
immunitaires, approuvé par la FDA, qui détecte l’immunité cellulaire
chez les patients immunodéprimés, aide à améliorer les résultats chez
les patients ayant subi la transplantation d’un organe solide. L’étude a
démontré que le test ImmuKnow fournissait des données supplémentaires
utiles pour optimiser l’immunosuppression et ensuite améliorer le taux
de survie des patients.

En cas de transplantation d’un organe solide, l’optimisation de la
thérapie immunosuppressive d’un patient est cruciale pour compenser le
risque de rejet de l’organe, causé par un système immunitaire
insuffisamment supprimé, et le risque d’infection, de cancer et de
toxicité du médicament dus à une immunosuppression excessive. Les
résultats de l’étude montrent que le test ImmuKnow fournit un
biomarqueur utile qui permet d’optimiser l’immunosuppression afin
d’améliorer les résultats du patient en prévenant les infections
bactériennes et fongiques, réduisant ainsi l’utilisation
d’immunosuppresseurs et améliorant la survie des patients à un an.
L’utilisation de ce test dans le cadre d’un protocole hospitalier
d’immunosuppression peut ainsi accroître le taux de réussite d’une
transplantation d’organe.

Plus particulièrement, l’étude a montré que l’utilisation du test
ImmuKnow contribuait (1) à accroître le taux de survie des
patients de 13 % un an après la transplantation, (2) à
réduire les infections au cours des deux semaines suivant la
transplantation et (3) à diminuer la posologie de
l’immunosuppresseur (tacrolimus). Alors que de nombreuses études
rétrospectives et prospectives ont démontré au cours des ans la capacité
du test ImmuKnow à identifier les patients présentant un risque de rejet
d’organe et d’infection, il s’agit ici de la première étude
interventionnelle basée sur des résultats. Elle a donné lieu à de
nombreuses discussions lors de l’American Transplant Congress (ATC) de
mai 2015.

Gilles Martin, directeur scientifique et PDG d’Eurofins, a
commenté en ces termes : « Le test ImmuKnow est l’un des tests
spécialisés très rapides que Viracor-IBT, qui appartient au groupe
Eurofins Scientific, propose pour aider au diagnostic et à la
différenciation des complications en cas de transplantation d’un organe
solide. Les conclusions de cette étude, notamment en termes
d’amélioration de la survie des patients transplantés à un an, sont
encourageants et illustrent l’impact positif auquel aspire Eurofins au
sein du groupe. Dans la lignée de son engagement à contribuer de manière
positive à la santé, Eurofins soutient l’innovation via son réseau de
laboratoires dans le but de développer des technologies et des méthodes
analytiques qui aident à réaliser des avancées scientifiques bénéficiant
aux patients et aux consommateurs. »

1 Ravaioli M, Neri F, et al. Immunosuppression Modifications
Based on an Immune Response Assay: Results of a Randomized, Controlled
Trial. Transplantation. Epub* 9 mars 2015.

Le texte du communiqué issu d’une traduction ne doit d’aucune manière
être considéré comme officiel. La seule version du communiqué qui fasse
foi est celle du communiqué dans sa langue d’origine. La traduction
devra toujours être confrontée au texte source, qui fera jurisprudence.

Contacts

Communications d’entreprise
Jenni Miller, tél. : +1 800 305
5198