Press release

VEOLIA ENVIRONNEMENT: CHIFFRES CLES AU 31 MARS 2016

0 0
Sponsorisé par Business Wire

(DONNEES IFRS NON AUDITEES) BONNE CROISSANCE DES RESULTATS DANS UN CONTEXTE MACROECONOMIQUE TOUJOURS ATONE CONFIRMATION DES OBJECTIFS ANNUELS CHIFFRE D’AFFAIRES :       * EN RETRAIT DE 1,7% A PERIMETRE ET CHANGE CONSTANTS A 6 089M€       * EN HAUSSE DE 1,6%1 HORS EFFETS DU PRIX DES ENERGIES (-90M€) ET DES TRAVAUX (-117M€) EBITDA EN PROGRESSION DE

(DONNEES IFRS NON AUDITEES)

BONNE CROISSANCE DES RESULTATS

DANS UN CONTEXTE MACROECONOMIQUE TOUJOURS ATONE

CONFIRMATION DES OBJECTIFS ANNUELS

  • CHIFFRE D’AFFAIRES :

      * EN RETRAIT DE 1,7% A
PERIMETRE ET CHANGE CONSTANTS A 6 089M€

      * EN HAUSSE DE 1,6%1
HORS EFFETS DU PRIX DES ENERGIES (-90M€) ET DES TRAVAUX (-117M€)

  • EBITDA EN PROGRESSION DE 5,0%1, A 840 M€
  • REDUCTIONS DE COUTS DE 58 M€
  • EBIT COURANT EN CROISSANCE DE 7,5%1, A
    413M€
  • RESULTAT NET COURANT PART DU GROUPE DE 173M€ EN HAUSSE DE 16% HORS
    PLUS-VALUES
  • ENDETTEMENT FINANCIER NET EN BAISSE DE 705M€ PAR RAPPORT A FIN MARS
    2015, A 8 265M€

PARIS–(BUSINESS WIRE)–Regulatory News:

Antoine Frérot, Président Directeur Général du Groupe a déclaré : «L’exercice
2016 a connu un démarrage satisfaisant, avec une croissance de 5 % de
notre EBITDA et de 16 % de notre résultat net courant hors plus-values.
Signe de la bonne gestion mise en œuvre au sein du Groupe, nos marges
ont ainsi continué de progresser. Le chiffre d’affaires est certes en
retrait au cours de ce premier trimestre du fait principalement de la
baisse du prix des énergies, mais aussi en raison de notre volonté
d’accélérer le redressement de notre activité construction. Hors ces
deux éléments, qui ont peu d’impact sur les résultats, le chiffre
d’affaires est en progression de 1,6%. Ce bon début d’exercice nous
permet d’être confiants dans l’atteinte de nos objectifs pour l’ensemble
de l’année.»

1 A périmètre et change constants

  • Chiffre d’affaires de 6 089 M€ contre 6 305 M€ au T1 2015, en
    retrait de 3,4% en courant et 1,7% à périmètre et change constants.
    Hors activité Travaux et effet de la baisse du prix des énergies,
    activité en hausse de 1,6 % à périmètre et change constants.

La variation des changes a impacté négativement le chiffre d’affaires du
premier trimestre pour 84 M€, soit -1,3%. La baisse du prix des énergies
a pesé pour 90 M€ (-1,4 %) et la baisse des travaux de construction pour
117 M€ (soit -1,9%).

  • En France, l’activité a été stable dans l’Eau, avec des volumes
    équivalents à l’année dernière et une indexation de +0,2%. Au plan
    commercial, le démarrage du contrat de Lille a permis de compenser
    l’effet des renégociations de contrats. Dans la Propreté, l’activité
    est en baisse de 1%. La baisse de l’activité ferraille a été
    partiellement compensée par de bonnes performances des activités de
    traitement (incinération et stockage). Au total, la France ressort
    quasi-stable, à -0,5% à périmètre constant.
  • L’Europe hors France est en très léger retrait (-0,7% à périmètre et
    change constants) mais en progrès de +1,2% hors effets prix des
    énergies et des travaux. L’Europe Centrale est stable, avec un effet
    climat légèrement favorable par rapport au T1 2015 pour la chaleur, de
    bons volumes dans l’eau, une baisse des prix de l’énergie ainsi que
    des volumes d’électricité vendus en diminution. Le Royaume-Uni est en
    baisse de 2,2% sous l’effet de la baisse des volumes mis en décharge
    partiellement compensée par le démarrage de l’incinérateur de Leeds.
    L’Allemagne est stable (-0,7%) malgré la baisse des prix de l’énergie,
    grâce à une meilleure activité de la Propreté (+4,3%).
  • Le Reste du monde est en baisse de 2,5% à périmètre et change
    constants et en progrès de 1,5% hors effets du prix des énergies et
    des travaux. Les Etats-Unis (-14,7%) ont été pénalisés par un hiver
    doux, des prix des énergies en forte baisse ainsi qu’un début d’année
    difficile dans les services industriels. L’Amérique Latine est en
    croissance de +5,4%, l’Asie de +2,6% et l’Afrique et le Moyen-Orient
    de +8,5% grâce notamment à la progression de la demande d’électricité
    au Gabon.
  • Les Activités mondiales sont en décroissance de 4,3% à périmètre et
    change constants avec une bonne progression des activités déchets
    toxiques (+11,3% pour SARPI) mais une diminution du chiffre d’affaires
    dans l’ingénierie (-6,4%) due à la baisse d’activité sur les contrats
    de Sadara et d’Az Zour North ainsi que l’arrêt du projet Shell Carmon
    Creek. Repli du chiffre d’affaires de la Sade (-6,8%) du fait du
    décalage de projets à l’international.
  • Par activité, à périmètre et change constants, l’Eau est en retrait de
    2,2% avec d’une part une bonne activité dans les concessions et la
    baisse des travaux de construction d’autre part. La Propreté
    enregistre une croissance satisfaisante, à +1,2% et l’Energie est en
    baisse de 4,7% principalement sous l’effet de la baisse du prix des
    énergies.
  • Bonne progression de l’EBITDA, en croissance de +3,0 % en courant,
    à 840 M€ contre 816 M€ au T1 2015 et de +5,0 % à périmètre et change
    constants, portée par la poursuite de la baisse des coûts.

    • La variation défavorable des changes a pénalisé la croissance de
      1,4% (11M€).
    • Les économies de coûts ont contribué à la croissance de l’EBITDA à
      hauteur de 53 M€, notamment grâce aux achats et à l’efficacité
      opérationnelle.
    • Par segment : en France, l’EBITDA est en baisse dans l’Eau avec
      une faible progression des tarifs et la prise en compte de
      provisions au titre de la loi Brottes ainsi que dans la Propreté,
      du fait d’éléments favorables non récurrents au T1 2015. Dans le
      reste de l’Europe, l’EBITDA est en forte hausse sous l’effet des
      économies de coûts et de bonnes performances en Europe Centrale et
      Orientale. Baisse dans le Reste du monde sous l’effet d’un hiver
      très doux aux Etats-Unis, partiellement compensée par les bonnes
      performances de l’Asie.
  • EBIT Courant de 413 M€ contre 397 M€ au T1 2015, en hausse de +4,2
    % en courant et +7,5 % à périmètre et change constants.

    • Croissance de l’EBIT Courant sous l’effet de la hausse de
      l’EBITDA. La contribution des co-entreprises et entreprises
      associées s’est établie à 17,4 M€ contre 22,4 M€ au T1 2015 du
      fait de divers effets périmètre et change.
  • Résultat net courant part du Groupe de 173 M€ contre 212 M€ au T1
    2015, en retrait de 18%, mais en hausse de 16 % hors effet plus-values.

    • Le résultat net courant part du Groupe du T1 2015 intégrait 65 M€
      de plus-values de cessions financières contre 3 M€ au T1 2016.
      Hors plus-values, la croissance ressort à +16%. Le résultat net
      courant part du Groupe du T1 2016 supporte 41 M€ de coûts au titre
      de la norme IFRIC 21 contre 43 M€ au T1 2015.
  • Endettement Financier Net en forte amélioration, à 8 265 M€ au 31
    mars 2016, contre 8 970 M€ au 31 mars 2015.

    • L’endettement financier net s’établit à 8 265 M€, en sensible
      baisse par rapport au 31 mars 2015 grâce à la forte génération de
      free cash flow sur les 12 derniers mois. Il ressort en légère
      hausse par rapport au 31 décembre 2015 (8 170 M€), sous l’effet
      saisonnier du BFR, y compris un effet change favorable de 252 M€.

******************     

Au regard du démarrage satisfaisant de l’exercice 2016, le Groupe
confirme ses perspectives.

  • Objectifs 2016*

    • Croissance du chiffre d’affaires et de l’EBITDA
    • Free Cash-Flow hors cessions financières nettes d’au moins 650 M€
    • Résultat net courant part du groupe d’au moins 600 M€

*à change constant

  • Deux objectifs principaux à horizon 2018

    • Résultat net courant part du Groupe supérieur à 800 M€
    • 1 Md€ de Free Cash Flow net
  • Perspectives 2016-2018

    • Le Groupe vise une reprise progressive de la croissance du chiffre
      d’affaires pour atteindre entre 2 % et 3% par an, en moyenne, dans
      les conditions de conjoncture actuelles
    • Croissance moyenne de l’EBITDA de l’ordre de 5 % par an
    • Plus de 600 M€ de réductions de coûts sur la période

Le groupe Veolia est la référence mondiale de la gestion
optimisée des ressources. Présent sur les cinq continents avec plus de
174 000 salariés, le Groupe conçoit et déploie des solutions pour la
gestion de l’eau, des déchets et de l’énergie, qui participent au
développement durable des villes et des industries. Au travers de ses
trois activités complémentaires, Veolia contribue à développer l’accès
aux ressources, à préserver les ressources disponibles et à les
renouveler.

En 2014, le groupe Veolia a servi 96 millions d’habitants en eau potable
et 60 millions en assainissement, produit 52 millions de mégawatheures
et valorisé 31 millions de tonnes de déchets. Veolia Environnement (Paris
Euronext : VIE)
a réalisé en 2015 un chiffre d’affaires consolidé de
25 milliards d’euros. www.veolia.com

Avertissement important

Veolia Environnement est une société cotée à Euronext Paris et le
présent communiqué de presse contient des « déclarations prospectives » (forward-looking
statements
) au sens des dispositions du U.S. Private Securities
Litigation Reform Act de 1995. Ces déclarations ne sont pas des
garanties quant à la performance future de la Société. Les résultats
effectifs peuvent être très différents des déclarations prospectives en
raison d’un certain nombre de risques et d’incertitudes, dont la plupart
sont hors de notre contrôle, et notamment : les risques liés au
développement des activités de Veolia Environnement dans des secteurs
très concurrentiels qui nécessitent d’importantes ressources humaines et
financières, le risque que des changements dans le prix de l’énergie et
le niveau des taxes puissent réduire les bénéfices de Veolia
Environnement, le risque que les autorités publiques puissent résilier
ou modifier certains des contrats conclus avec Veolia Environnement, le
risque que les acquisitions ne produisent pas les bénéfices que Veolia
Environnement espère réaliser, les risques liés aux termes et conditions
figurant habituellement dans les accords de cession, le risque que le
respect des lois environnementales puisse devenir encore plus coûteux à
l’avenir, le risque que des fluctuations des taux de change aient une
influence négative sur la situation financière de Veolia Environnement
telle que reflétée dans ses états financiers avec pour résultat une
baisse du cours des actions de Veolia Environnement, le risque que
Veolia Environnement puisse voir sa responsabilité environnementale
engagée en raison de ses activités passée, présentes et futures, de même
que les autres risques décrits dans les documents déposés par Veolia
Environnement auprès de l’Autorités des Marchés Financiers. Veolia
Environnement n’a pas l’obligation ni ne prend l’engagement de mettre à
jour ou réviser les déclarations prospectives. Les investisseurs et les
détenteurs de valeurs mobilières peuvent obtenir gratuitement auprès de
Veolia Environnement (www.veolia.com)
copie des documents déposés par Veolia Environnement auprès de
l’Autorités des Marchés Financiers.

Ce communiqué de presse contient des indicateurs non strictement
comptables (« non GAAP »). Ces indicateurs non GAAP pourraient être
définis différemment des indicateurs similaires publiés par d’autres
groupes, et ne doivent pas se substituer aux indicateurs préparés en
conformité avec les normes IFRS.

       
INFORMATIONS FINANCIÈRES AU 31 MARS 2016
 
 

A] CHIFFRES CLES

 

Les résultats se détaillent comme suit :

 

 
(en millions d’euros)   31 mars 2016   31 mars 2015   Variation en courant   Variation à périmètre et change constants
Chiffre d’affaires   6 089   6 305   -3,4%   -1,7 %
EBITDA   840   816   3,0%   5,0%
Marge d’EBITDA   13,8%   12,9%   +90bp    
EBIT Courant (1)   413   397   4,2%   7,5%
Résultat net courant – part du Groupe   173   212   -18,4%
Résultat net courant – part du Groupe, hors plus ou moins-values de
cessions financières nettes d’impôt
  170   147   16,0%
Investissements industriels   246   267
Free cash-flow net (2)   -343   -317
Endettement financier net   8 265   8 970

(1) Y compris la quote-part de résultat net courant des co-entreprises
dans le prolongement des activités du Groupe et entreprises associées

(2) Le free cash-flow net correspond au free cash-flow des activités
poursuivies i.e. somme de l’EBITDA, des dividendes reçus, de la capacité
d’autofinancement financière, de la variation du besoin en fonds de
roulement opérationnel moins les investissements industriels nets, les
frais financiers courants cash, les impôts cash, les charges de
restructuration et les dépenses de renouvellement.

B] COMPTE DE RESULTAT

1. Chiffre d’affaires

Le chiffre d’affaires consolidé du Groupe s’élève à 6 089 millions
d’euros au 31 mars 2016 versus 6 305 millions d’euros au 31 mars 2015,
soit une diminution de -3,4% en courant et de -1,7% à périmètre et
change constants (-2,1% à change constant).

Hors activité Travaux et hors impact du prix des énergies, le chiffre
d’affaires est en augmentation de +1,6% à périmètre et change constants.

L’effet change sur le chiffre d’affaires
s’élève à -84,1 millions d’euros (-1,3% du chiffre d’affaires). Il
reflète principalement la variation de l’euro par rapport au peso
argentin (-21,0 millions d’euros), à la livre sterling (-19,0 millions
d’euros), au dollar australien (-15,7 millions d’euros), au dollar
américain (+12 millions d’euros), au zloty polonais (-12,5 millions
d’euros), et au real brésilien (-7,6 millions d’euros).

L’effet périmètre est en grande partie lié
à des opérations réalisées en 2015 : cession des activités du Groupe en
Israël (-36,0 millions d’euros), acquisition d’Altergis dans l’Energie
en France (+14,5 millions d’euros), et cession des activités Déchets en
Pologne (-4,5 millions d’euros).

La baisse du chiffre d’affaires de l’activité
Travaux
(-1,9%) provient essentiellement d’une plus grande
sélectivité et de la fin de grands projets chez Veolia Water
Technologies, ainsi que de l’activité atone de la SADE.

Le chiffre d’affaires du Groupe est impacté par la baisse du prix
des énergies
(-1,4%) principalement aux Etats-Unis et dans une
moindre mesure en Allemagne et en Europe Centrale.

La dynamique commerciale favorable (effet
Commerces/ Volumes
) de +98 millions d’euros, est liée :

  • à un effet climat favorable en Europe Centrale, atténué par un effet
    négatif aux Etats Unis ;
  • à l’impact négatif limité des renégociations contractuelles dans l’Eau
    en France ;
  • à la mise en service de l’incinérateur de Leeds au Royaume Uni, et de
    deux usines de cogénération en Hongrie ;
  • à la poursuite de bonnes performances à l’international
    (principalement en Asie et Afrique Moyen Orient) ;
  • à la bonne dynamique de l’activité Déchets spéciaux.

1.1 Chiffre d’affaires par segment

Chiffre d’affaires (M€)                
    Au 31 mars 2016   Au 31 mars 2015   Variation 2016/2015   Dont croissance interne   Dont croissance externe   Dont effet de change
France   1 322,9   1 320,1   0,2%   -0,5%   0,7%  
Europe hors France   2 265,3   2 312,0   -2,0%   -0,7%   -0,2%   -1,1%
Reste du monde   1 426,1   1 509,6   -5,5%   -2,5%     -3,1%
Activités Mondiales   1 067,7   1 111,9   -4,0%   -4,3%   1,3%   -1,0%
Autres   6,8   51,2   -86,7%   2,2%   -88,8%  
Groupe   6 088,8   6 304,8   -3,4%   -1,7%   -0,4%   -1,3%
  • France

Au 31 mars 2016, le chiffre d’affaires de la France ressort à 1 322,9
millions d’euros, en retrait de -0,5% à périmètre constant par rapport
au 31 mars 2015.

  • Le chiffre d’affaires des activités Eau est stable à périmètre
    constant par rapport au 31 mars 2015. L’impact commercial positif des
    nouveaux contrats (notamment Ileo à Lille), et des indexations
    tarifaires en progression de +0,2% sont atténués par les
    renégociations contractuelles défavorables, et par la baisse de
    l’activité travaux. Les volumes vendus à fin mars 2016 sont stables
    par rapport à mars 2015 ;
  • Le chiffre d’affaires des activités Déchets est en recul de -1,0% à
    périmètre constant. Malgré la bonne tenue des activités incinération
    et des volumes mis en décharge, le chiffre d’affaires est impacté par
    la diminution des volumes de collecte auprès des collectivités ainsi
    que par la baisse des volumes et du prix des matières recyclées
    (plastiques, ferrailles et métaux).
  • Europe hors France

Au 31 mars 2016, le chiffre d’affaires de l’Europe hors France ressort à
2 265,3 millions d’euros, en baisse de     -2,0% en courant et de -0,7%
à périmètre et change constants par rapport au 31 mars 2015. Corrigé de
l’impact des Travaux et du prix des énergies, le chiffre d’affaires
progresse de +1,2% à périmètre et change constants.

Cette variation s’explique par :

  • Europe Centrale : le chiffre d’affaires est stable. La hausse des
    volumes d’eau facturés en République Tchèque, le démarrage de deux
    usines de cogénération en Hongrie, et l’effet climat favorable en
    Lituanie et en Pologne sont compensés par la diminution des volumes
    vendus d’électricité et la baisse des tarifs de chaleur et
    d’électricité.
  • Royaume Uni et Irlande : retrait de -2,3% du chiffre d’affaires à
    périmètre et change constants. Le chiffre d’affaires est affecté par
    le recul des volumes mis en décharge, malgré le développement de
    l’activité de collecte commerciale et la mise en service de
    l’incinérateur de Leeds.
  • Europe du Nord : le chiffre d’affaires progresse de +2,7% à périmètre
    et change constants, malgré un léger recul en l’Allemagne (-0,7% à
    périmètre constant) en lien avec la diminution des prix du gaz et de
    l’électricité, partiellement compensée par une reprise des volumes de
    gaz vendus. Le chiffre d’affaires des autres pays d’Europe du Nord est
    en hausse, porté par la progression de l’activité recyclage, de
    l’activité travaux au Benelux, et des nouveaux contrats en Suède.
  • L’Italie, où le chiffre d’affaires des activités Energie diminue de
    7,9% à périmètre constant, sous l’effet de la restructuration du
    portefeuille commercial.
  • Reste du monde

Au 31 mars 2016, le chiffre d’affaires du Reste du monde ressort à
1 426,1 millions d’euros, en diminution de 5,5% en courant (-2,5% à
périmètre et change constants) par rapport au 31 mars 2015. Corrigé de
l’impact des Travaux et du prix des énergies, le chiffre d’affaires du
Reste du monde progresse de +1,5% à périmètre et change constants.

Le chiffre d’affaires du Reste du monde est le reflet d’une croissance
solide, à l’exception de l’Amérique du Nord :

  • En Amérique Latine (+5,4% à périmètre et change constants), en
    particulier en Argentine (hausse des volumes sur le contrat de Buenos
    Aires accompagnée d’une hausse des tarifs), et au Mexique ;
  • Le chiffre d’affaires de la zone Asie (+2,6% à change et périmètre
    constants) est en progression dans la plupart des géographies à
    l’exception de Singapour et de l’Inde. En Chine, le chiffre d’affaires
    progresse de 2,2% à périmètre et change constants, en lien notamment
    avec la progression des volumes vendus dans l’Energie (réseaux de
    chaleur de Harbin et Jiamusi) malgré la baisse du prix des énergies ;
  • En Afrique et au Moyen-Orient, la croissance du chiffre d’affaires
    (+8,5% à périmètre et change constants) est soutenue par la
    progression des ventes d’électricité au Gabon.

La forte croissance du Reste du monde est tempérée par une diminution du
chiffre d’affaires en Amérique du Nord (-14,9% à périmètre et change
constants) principalement liée à la baisse du prix dans l’énergie et la
baisse des volumes de chaleur vendus (en raison d’un hiver très doux),
la baisse des activités de nettoyage industriel, et celles de l’Eau
industrielle.

  • Activités mondiales

Au 31 mars 2016, le chiffre d’affaires du segment Activités mondiales
ressort à 1 067,7 millions d’euros, en baisse de -4,0% en courant (-4,3%
à périmètre et change constants) par rapport au 31 mars 2015. Le chiffre
d’affaires progresse de +4,8% à périmètre et change constants hors
impact des Travaux et du prix des énergies.

Cette évolution s’explique principalement par :

  • La bonne croissance des Déchets spéciaux (+5,7% à périmètre et change
    constants), liée notamment aux activités de stockage et de traitement,
    et à la hausse des services industriels dans la dépollution ;
  • La baisse de l’activité Travaux de la SADE à l’international en lien
    avec le décalage de projets au deuxième trimestre 2016 (Jordanie). Le
    recul des travaux en France est compensé par les bonnes performances
    dans les Télécoms ;
  • La fin de grands projets chez Veolia Water Technologies (Sadara et Az
    Zour North), malgré des commandes en hausse.

1.2. Chiffre d’affaires par activité

Chiffre d’affaires (M€)                
    Au 31 mars 2016   Au 31 mars 2015   Variation 2016/2015   Dont croissance interne   Dont croissance externe   Dont effet de change
Eau   2 633,5   2 705,7   -2,7%   -2,2%   0,0%   -0,5%
Déchets   2 012,1   2 077,1   -3,1%   +1,2%   -1,7%   -2,6%
Energie   1 443,2   1 522,0   -5,2%   -4,7%   +0,6%   -1,1%
Groupe   6 088,8   6 304,8   -3,4%   -1,7%   -0,4%   -1,3%
  • Eau

Le chiffre d’affaires de l’activité Eau est en repli de -2,2% à
périmètre et change constants par rapport au 31 mars 2015, et en
augmentation de +2,6% à périmètre et change constants hors impact de la
baisse de l’activité Travaux. Cette évolution s’explique par:

  • En France des effets commerciaux positifs liés à de nouveaux contrats
    gagnés (Lille) qui compensent les reconductions de contrats
    défavorables ;
  • Une augmentation des volumes vendus principalement en Europe centrale
    et orientale ;
  • La baisse pilotée de l’activité construction de Veolia Water
    Technologies : baisse de l’activité Travaux liée à la fin de gros
    projets (Az Zour North et Sadara en 2015).
  • Déchets

Le chiffre d’affaires de l’activité Déchets est en hausse de +1,2% à
périmètre et change constants par rapport au 31 mars 2015

La variation du chiffre d’affaires des Déchets s’explique par :

  • L’effet volume positif de +1,6%, et l’effet prix de +0,9% ;
  • Une bonne résistance de l’activité en France et au Royaume Uni et la
    croissance en Allemagne ;
  • Une baisse des volumes et des prix des matières recyclées ;
  • Une forte croissance dans les déchets spéciaux de +5,7% à périmètre et
    change constants ;
  • Un contexte difficile dans les services aux industriels aux Etats-Unis.
  • Energie

Le chiffre d’affaires de l’activité Energie est en recul de 4,7% à
périmètre et change constants par rapport au 31 mars 2015, et en
augmentation de +0,4% à périmètre et change constants hors impact de la
baisse des prix de l’énergie. Cette évolution s’explique par:

  • un impact climat globalement favorable de +0,5% (+20 millions d’euros
    en Europe mais -13 millions d’euros aux Etats-Unis) ;
  • la contribution positive du démarrage de nouvelles unités de
    cogénération en Hongrie.

2.  Autres éléments du compte de résultat

2.1 EBITDA

Au 31 mars 2016, l’EBITDA consolidé du Groupe s’élève à 840 millions
d’euros, soit une augmentation de 3,0% en courant et de 5,0 % à
périmètre et change constants par rapport au 31 mars 2015. Le taux de
marge passe ainsi de 12,9% en mars 2015 à 13,8% en mars 2016.

Cette progression de l’EBITDA est liée principalement aux
réductions de coûts
à hauteur de 53 millions d’euros. L’objectif
annuel de 200 millions d’euros d’économies de coûts est confirmé.

L’impact change sur l’EBITDA est négatif et
s’élève à -11,3 millions d’euros. Il reflète principalement la variation
de l’euro par rapport aux devises sud-américaines (-4,0 millions
d’euros, essentiellement le réal brésilien et le peso argentin), au
zloty polonais (-3,8 millions d’euros), et à la livre sterling (-2,4
millions d’euros).

L’effet périmètre (-5,4 millions d’euros)
concerne essentiellement la cession des activités du Groupe en Israël
(-3,6 millions d’euros).

Les effets prix sont négatifs, en
lien avec une indexation tarifaire nette du coût de l’inflation faible.
A noter que la baisse du prix des énergies est neutralisée en EBITDA par
les économies réalisées sur les achats de combustibles.

La contribution des plans d’économies de coûts
s’élève à 53 millions d’euros, et porte principalement sur les achats et
l’efficacité des organisations.

Par segment :

  • L’EBITDA de la France est en baisse :

    • Dans les métiers de l’Eau, les efforts de réductions de coûts ne
      compensent que partiellement les effets prix nets de l’inflation
      ainsi que les dépréciations de créances dans le cadre de la loi
      Brottes ;
    • Dans les activités Déchets, les économies de coûts et la baisse du
      prix du fuel sont compensés par la baisse du prix de la ferraille
      et par l’effet de comparaison défavorable lié à des éléments non
      récurrents en 2015.
  • Forte croissance de l’EBITDA en Europe hors France, portée par
    les efforts significatifs de réduction de coûts, l’impact favorable
    des gains commerciaux et du démarrage d’actifs (incinérateur de Leeds
    au Royaume Uni, usines de cogénération en Hongrie…), l’effet climat
    positif en Europe Centrale et les bonnes performances en Allemagne.

Contacts

VEOLIA ENVIRONNEMENT
Relations Presse Groupe
Laurent
Obadia
Sandrine Guendoul
+ 33 (0)1 71 75 12 52
sandrine.guendoul@veolia.com
ou
Relations
Investisseurs & Analystes

Ronald Wasylec – Ariane de Lamaze
+
33 (0)1 71 75 12 23 / 06 00
or
Terri Anne Powers (États-Unis)
+
1 312 552 2890

Read full story here