Press release

World-Check lance une solution de bonne pratique de sanctions à propos de l’Iran – deux nouveaux produits pour aider les clients à identifier les risques iraniens liés à la réputation et aux réglementations

0 0 Donnez votre avis

LONDRES, October 5, 2010 /PRNewswire/ — – Le leader sur le marché emploie ses ressources inégalées pour aider ses 4500+ clients à satisfaire leurs nouvelles exigences World-Check a annoncé aujourd’hui le lancement de sa solution Iran Economic Interest (IEI) suite à une abondance de nouvelles législations internationales, y compris le Comprehensive Iran Sanctions, Accountability and

LONDRES, October 5, 2010 /PRNewswire/ —

– Le leader sur le marché emploie ses ressources inégalées pour aider ses 4500+ clients à satisfaire leurs nouvelles exigences

World-Check a annoncé aujourd’hui le lancement de sa solution Iran Economic Interest (IEI) suite à une abondance de nouvelles législations internationales, y compris le Comprehensive Iran Sanctions, Accountability and Divestment Act (CISADA) de juillet 2010 du gouvernement américain, la Résolution du Conseil de Sécurité des Nations-Unies de 1929 (RCSNU, 1929), et de nouvelles lois de sanctions sur l’Iran adoptées par l’Union européenne (UE), le Canada, l’Australie, le Japon et bien d’autres pays.

Le premier nouveau produit, la base de données IEI de World-Check, permet aux entreprises d’identifier automatiquement tout client, relation et transaction pour les individus et entités suspectés d’avoir une relation avec l’Iran. Le second produit de World-Check, le Rapport IEI IntegraScreen, permet aux entreprises de commanditer de manière rapide et rentable un rapport de due-diligence amélioré et sur mesure à propos de toute entité ou relation présentant un lien important avec l’Iran.

Les sanctions internationales étendent l’ampleur des sanctions précédentes pour inclure non seulement le Corps des gardiens de la révolution islamique, que World-Check a suivi pendant une décennie, mais aussi de nouvelles restrictions considérables sur les secteurs de l’énergie, des finances, des assurances, du commerce et du transport iraniens, que la solution IEI de World-Check couvre dorénavant intégralement. De plus, la portée extraterritoriale du CISADA et des autres sanctions signifie que les organisations continuant de s’engager dans des activités interdites liées à l’Iran pourront être soumises à des peines civiles et financières, même s’ils n’ont pas de présence locale.

Le Sous-Secrétaire du Terrorisme et des Informations financières, Stuart Levey, a déclaré : « La trésorerie continuera de cibler toute banque, où qu’elle se trouve, soutenant les programmes de missiles ou nucléaires de l’Iran. » Le Département de trésorerie américain a spécifiquement déclaré : « Le CISADA impose un choix difficile : si vous réalisez certaines affaires avec l’Iran, vous ne pouvez pas en faire avec les états-Unis ». Le CISADA nécessite aussi que la Trésorerie interdise ou impose des conditions strictes sur l’accès au système financier américain par toute institution financière étrangère facilitant une transaction significative ou offrant des services financiers importants aux banques inscrites sur liste noire.

Les régimes mondiaux de sanctions sur l’Iran mandatent les entreprises à instituer des processus vastes et robustes de « Connaissance du client » (KYC) pour qu’ils puissent comprendre leur exposition liée à l’Iran et la gérer en conséquence. La définition de « en connaissance de cause » spécifiquement introduite dans le CISADA augmente le risque de potentielle responsabilité civile et criminelle en étendant la définition de « connaissances réelles » pour inclure « ce qui aurait dû être su ». Une fois que des informations significatives et/ou pertinentes deviennent librement disponibles dans le domaine public, on s’attend à ce que ces informations soient connaissables.

Pour aider ses clients à réussir le test de connaissance de cause, World-Check collecte et analyse les informations du domaine public dans plus de 62 langues, y compris le farsi, sur 5 continents avec plus de 450 chercheurs, en vue d’identifier les dizaines de milliers d’organisations suspectées d’avoir des intérêts commerciaux avec l’Iran. Les clients existants de World-Check peuvent faire en sorte que le nouvel ensemble de données IEI soit ajouté à leur téléchargement actuel pour qu’ils puissent immédiatement commencer à identifier les relations et transactions nouvelles et existantes vis-à-vis de cette liste actualisée au quotidien. Similairement, l’opération de recherche inégalée de World-Check peut élaborer un rapport personnalisé de due-diligence ciblant l’exposition de l’Iran sur toute entité à un prix défini en seulement quelques jours.

Dan Peak, PDG de World-Check, a ajouté : « Cette législation montre les crocs et n’hésitera pas à mordre s’il le faut. L’ampleur étendue de la nouvelle législation internationale signifie que vérifier de vieilles listes de sanctions poussiéreuses ou faire des recherches Internet sur tout ce qui mentionne l’Iran ne va pas suffire. Les entreprises ont besoin d’un véritable service de renseignements. Elles ont besoin de solutions qui soient gérables, rentables et, surtout, des solutions qui fonctionnent vraiment. Grâce à des essais réalisés auprès de ses clients, World-Check est tout à fait certain que ses solutions l’aideront à déceler les risques cachés liés à l’Iran. Nous sommes riches d’une expérience de dix ans en création de bases de données de surveillance et dans l’aide aux clients dans le but de déceler les véritables risques enfouis au sein de leurs organisations. »

Il poursuit : « Bien que de nombreuses sociétés d’Europe et d’Asie aient déjà imposé une interdiction complète des activités avec l’Iran, honorer ces sanctions ne sera pas simple. Les entreprises pourraient s’engager involontairement dans des transactions les exposant indirectement à des entités ou des agents sanctionnés, ou à des activités commerciales interdites. Les sanctions sur l’Iran sont un rappel opportun pour les sociétés de tous les secteurs que la « connaissance du client » réduit les risques réglementaires, juridiques et liés à la réputation ».

Pour de plus amples informations, veuillez visiter :

http://www.world-check.info/iransanctions.html

à propos de World-Check

Ayant gagné la confiance de plus de 4 500 institutions dans plus de 160 pays, y compris 49 des 50 plus grandes banques du monde, World-Check propose une solution de bout en bout pour évaluer, gérer et remédier aux risques financiers, à ceux concernant les réglementations et aux atteintes à la réputation. La base de données mondiale de World-Check des Personnes politiquement exposées (PEP) et des personnes et entités présentant un très grand risque, les rapports de due-diligence, la vérification des passeports et les outils d’évaluation des risques d’un pays fournissent les moyens d’aborder la gamme complète de risques sur tous les marchés et dans tous les secteurs. Représentée sur cinq continents, l’équipe internationale de recherche de World-Check surveille les risques émergents dans plus de 60 langues, couvrant plus de 240 pays et territoires dans le monde entier.

http://www.world-check.com

Source : World-Check

Press release

World-Check lance une solution de bonne pratique de sanctions à propos de l’Iran – deux nouveaux produits pour aider les clients à identifier les risques iraniens liés à la réputation et aux réglementations

0 0 Donnez votre avis

LONDRES, October 5, 2010 /PRNewswire/ — – Le leader sur le marché emploie ses ressources inégalées pour aider ses 4500+ clients à satisfaire leurs nouvelles exigences World-Check a annoncé aujourd’hui le lancement de sa solution Iran Economic Interest (IEI) suite à une abondance de nouvelles législations internationales, y compris le Comprehensive Iran Sanctions, Accountability and

LONDRES, October 5, 2010 /PRNewswire/ —

– Le leader sur le marché emploie ses ressources inégalées pour aider ses 4500+ clients à satisfaire leurs nouvelles exigences

World-Check a annoncé aujourd’hui le lancement de sa solution Iran Economic Interest (IEI) suite à une abondance de nouvelles législations internationales, y compris le Comprehensive Iran Sanctions, Accountability and Divestment Act (CISADA) de juillet 2010 du gouvernement américain, la Résolution du Conseil de Sécurité des Nations-Unies de 1929 (RCSNU, 1929), et de nouvelles lois de sanctions sur l’Iran adoptées par l’Union européenne (UE), le Canada, l’Australie, le Japon et bien d’autres pays.

Le premier nouveau produit, la base de données IEI de World-Check, permet aux entreprises d’identifier automatiquement tout client, relation et transaction pour les individus et entités suspectés d’avoir une relation avec l’Iran. Le second produit de World-Check, le Rapport IEI IntegraScreen, permet aux entreprises de commanditer de manière rapide et rentable un rapport de due-diligence amélioré et sur mesure à propos de toute entité ou relation présentant un lien important avec l’Iran.

Les sanctions internationales étendent l’ampleur des sanctions précédentes pour inclure non seulement le Corps des gardiens de la révolution islamique, que World-Check a suivi pendant une décennie, mais aussi de nouvelles restrictions considérables sur les secteurs de l’énergie, des finances, des assurances, du commerce et du transport iraniens, que la solution IEI de World-Check couvre dorénavant intégralement. De plus, la portée extraterritoriale du CISADA et des autres sanctions signifie que les organisations continuant de s’engager dans des activités interdites liées à l’Iran pourront être soumises à des peines civiles et financières, même s’ils n’ont pas de présence locale.

Le Sous-Secrétaire du Terrorisme et des Informations financières, Stuart Levey, a déclaré : « La trésorerie continuera de cibler toute banque, où qu’elle se trouve, soutenant les programmes de missiles ou nucléaires de l’Iran. » Le Département de trésorerie américain a spécifiquement déclaré : « Le CISADA impose un choix difficile : si vous réalisez certaines affaires avec l’Iran, vous ne pouvez pas en faire avec les états-Unis ». Le CISADA nécessite aussi que la Trésorerie interdise ou impose des conditions strictes sur l’accès au système financier américain par toute institution financière étrangère facilitant une transaction significative ou offrant des services financiers importants aux banques inscrites sur liste noire.

Les régimes mondiaux de sanctions sur l’Iran mandatent les entreprises à instituer des processus vastes et robustes de « Connaissance du client » (KYC) pour qu’ils puissent comprendre leur exposition liée à l’Iran et la gérer en conséquence. La définition de « en connaissance de cause » spécifiquement introduite dans le CISADA augmente le risque de potentielle responsabilité civile et criminelle en étendant la définition de « connaissances réelles » pour inclure « ce qui aurait dû être su ». Une fois que des informations significatives et/ou pertinentes deviennent librement disponibles dans le domaine public, on s’attend à ce que ces informations soient connaissables.

Pour aider ses clients à réussir le test de connaissance de cause, World-Check collecte et analyse les informations du domaine public dans plus de 62 langues, y compris le farsi, sur 5 continents avec plus de 450 chercheurs, en vue d’identifier les dizaines de milliers d’organisations suspectées d’avoir des intérêts commerciaux avec l’Iran. Les clients existants de World-Check peuvent faire en sorte que le nouvel ensemble de données IEI soit ajouté à leur téléchargement actuel pour qu’ils puissent immédiatement commencer à identifier les relations et transactions nouvelles et existantes vis-à-vis de cette liste actualisée au quotidien. Similairement, l’opération de recherche inégalée de World-Check peut élaborer un rapport personnalisé de due-diligence ciblant l’exposition de l’Iran sur toute entité à un prix défini en seulement quelques jours.

Dan Peak, PDG de World-Check, a ajouté : « Cette législation montre les crocs et n’hésitera pas à mordre s’il le faut. L’ampleur étendue de la nouvelle législation internationale signifie que vérifier de vieilles listes de sanctions poussiéreuses ou faire des recherches Internet sur tout ce qui mentionne l’Iran ne va pas suffire. Les entreprises ont besoin d’un véritable service de renseignements. Elles ont besoin de solutions qui soient gérables, rentables et, surtout, des solutions qui fonctionnent vraiment. Grâce à des essais réalisés auprès de ses clients, World-Check est tout à fait certain que ses solutions l’aideront à déceler les risques cachés liés à l’Iran. Nous sommes riches d’une expérience de dix ans en création de bases de données de surveillance et dans l’aide aux clients dans le but de déceler les véritables risques enfouis au sein de leurs organisations. »

Il poursuit : « Bien que de nombreuses sociétés d’Europe et d’Asie aient déjà imposé une interdiction complète des activités avec l’Iran, honorer ces sanctions ne sera pas simple. Les entreprises pourraient s’engager involontairement dans des transactions les exposant indirectement à des entités ou des agents sanctionnés, ou à des activités commerciales interdites. Les sanctions sur l’Iran sont un rappel opportun pour les sociétés de tous les secteurs que la « connaissance du client » réduit les risques réglementaires, juridiques et liés à la réputation ».

Pour de plus amples informations, veuillez visiter :

http://www.world-check.info/iransanctions.html

à propos de World-Check

Ayant gagné la confiance de plus de 4 500 institutions dans plus de 160 pays, y compris 49 des 50 plus grandes banques du monde, World-Check propose une solution de bout en bout pour évaluer, gérer et remédier aux risques financiers, à ceux concernant les réglementations et aux atteintes à la réputation. La base de données mondiale de World-Check des Personnes politiquement exposées (PEP) et des personnes et entités présentant un très grand risque, les rapports de due-diligence, la vérification des passeports et les outils d’évaluation des risques d’un pays fournissent les moyens d’aborder la gamme complète de risques sur tous les marchés et dans tous les secteurs. Représentée sur cinq continents, l’équipe internationale de recherche de World-Check surveille les risques émergents dans plus de 60 langues, couvrant plus de 240 pays et territoires dans le monde entier.

http://www.world-check.com

Source : World-Check

Press release

World-Check lance une solution de bonne pratique de sanctions à propos de l’Iran – deux nouveaux produits pour aider les clients à identifier les risques iraniens liés à la réputation et aux réglementations

0 0 Donnez votre avis

LONDRES, October 5, 2010 /PRNewswire/ — – Le leader sur le marché emploie ses ressources inégalées pour aider ses 4500+ clients à satisfaire leurs nouvelles exigences World-Check a annoncé aujourd’hui le lancement de sa solution Iran Economic Interest (IEI) suite à une abondance de nouvelles législations internationales, y compris le Comprehensive Iran Sanctions, Accountability and

LONDRES, October 5, 2010 /PRNewswire/ —

– Le leader sur le marché emploie ses ressources inégalées pour aider ses 4500+ clients à satisfaire leurs nouvelles exigences

World-Check a annoncé aujourd’hui le lancement de sa solution Iran Economic Interest (IEI) suite à une abondance de nouvelles législations internationales, y compris le Comprehensive Iran Sanctions, Accountability and Divestment Act (CISADA) de juillet 2010 du gouvernement américain, la Résolution du Conseil de Sécurité des Nations-Unies de 1929 (RCSNU, 1929), et de nouvelles lois de sanctions sur l’Iran adoptées par l’Union européenne (UE), le Canada, l’Australie, le Japon et bien d’autres pays.

Le premier nouveau produit, la base de données IEI de World-Check, permet aux entreprises d’identifier automatiquement tout client, relation et transaction pour les individus et entités suspectés d’avoir une relation avec l’Iran. Le second produit de World-Check, le Rapport IEI IntegraScreen, permet aux entreprises de commanditer de manière rapide et rentable un rapport de due-diligence amélioré et sur mesure à propos de toute entité ou relation présentant un lien important avec l’Iran.

Les sanctions internationales étendent l’ampleur des sanctions précédentes pour inclure non seulement le Corps des gardiens de la révolution islamique, que World-Check a suivi pendant une décennie, mais aussi de nouvelles restrictions considérables sur les secteurs de l’énergie, des finances, des assurances, du commerce et du transport iraniens, que la solution IEI de World-Check couvre dorénavant intégralement. De plus, la portée extraterritoriale du CISADA et des autres sanctions signifie que les organisations continuant de s’engager dans des activités interdites liées à l’Iran pourront être soumises à des peines civiles et financières, même s’ils n’ont pas de présence locale.

Le Sous-Secrétaire du Terrorisme et des Informations financières, Stuart Levey, a déclaré : « La trésorerie continuera de cibler toute banque, où qu’elle se trouve, soutenant les programmes de missiles ou nucléaires de l’Iran. » Le Département de trésorerie américain a spécifiquement déclaré : « Le CISADA impose un choix difficile : si vous réalisez certaines affaires avec l’Iran, vous ne pouvez pas en faire avec les états-Unis ». Le CISADA nécessite aussi que la Trésorerie interdise ou impose des conditions strictes sur l’accès au système financier américain par toute institution financière étrangère facilitant une transaction significative ou offrant des services financiers importants aux banques inscrites sur liste noire.

Les régimes mondiaux de sanctions sur l’Iran mandatent les entreprises à instituer des processus vastes et robustes de « Connaissance du client » (KYC) pour qu’ils puissent comprendre leur exposition liée à l’Iran et la gérer en conséquence. La définition de « en connaissance de cause » spécifiquement introduite dans le CISADA augmente le risque de potentielle responsabilité civile et criminelle en étendant la définition de « connaissances réelles » pour inclure « ce qui aurait dû être su ». Une fois que des informations significatives et/ou pertinentes deviennent librement disponibles dans le domaine public, on s’attend à ce que ces informations soient connaissables.

Pour aider ses clients à réussir le test de connaissance de cause, World-Check collecte et analyse les informations du domaine public dans plus de 62 langues, y compris le farsi, sur 5 continents avec plus de 450 chercheurs, en vue d’identifier les dizaines de milliers d’organisations suspectées d’avoir des intérêts commerciaux avec l’Iran. Les clients existants de World-Check peuvent faire en sorte que le nouvel ensemble de données IEI soit ajouté à leur téléchargement actuel pour qu’ils puissent immédiatement commencer à identifier les relations et transactions nouvelles et existantes vis-à-vis de cette liste actualisée au quotidien. Similairement, l’opération de recherche inégalée de World-Check peut élaborer un rapport personnalisé de due-diligence ciblant l’exposition de l’Iran sur toute entité à un prix défini en seulement quelques jours.

Dan Peak, PDG de World-Check, a ajouté : « Cette législation montre les crocs et n’hésitera pas à mordre s’il le faut. L’ampleur étendue de la nouvelle législation internationale signifie que vérifier de vieilles listes de sanctions poussiéreuses ou faire des recherches Internet sur tout ce qui mentionne l’Iran ne va pas suffire. Les entreprises ont besoin d’un véritable service de renseignements. Elles ont besoin de solutions qui soient gérables, rentables et, surtout, des solutions qui fonctionnent vraiment. Grâce à des essais réalisés auprès de ses clients, World-Check est tout à fait certain que ses solutions l’aideront à déceler les risques cachés liés à l’Iran. Nous sommes riches d’une expérience de dix ans en création de bases de données de surveillance et dans l’aide aux clients dans le but de déceler les véritables risques enfouis au sein de leurs organisations. »

Il poursuit : « Bien que de nombreuses sociétés d’Europe et d’Asie aient déjà imposé une interdiction complète des activités avec l’Iran, honorer ces sanctions ne sera pas simple. Les entreprises pourraient s’engager involontairement dans des transactions les exposant indirectement à des entités ou des agents sanctionnés, ou à des activités commerciales interdites. Les sanctions sur l’Iran sont un rappel opportun pour les sociétés de tous les secteurs que la « connaissance du client » réduit les risques réglementaires, juridiques et liés à la réputation ».

Pour de plus amples informations, veuillez visiter :

http://www.world-check.info/iransanctions.html

à propos de World-Check

Ayant gagné la confiance de plus de 4 500 institutions dans plus de 160 pays, y compris 49 des 50 plus grandes banques du monde, World-Check propose une solution de bout en bout pour évaluer, gérer et remédier aux risques financiers, à ceux concernant les réglementations et aux atteintes à la réputation. La base de données mondiale de World-Check des Personnes politiquement exposées (PEP) et des personnes et entités présentant un très grand risque, les rapports de due-diligence, la vérification des passeports et les outils d’évaluation des risques d’un pays fournissent les moyens d’aborder la gamme complète de risques sur tous les marchés et dans tous les secteurs. Représentée sur cinq continents, l’équipe internationale de recherche de World-Check surveille les risques émergents dans plus de 60 langues, couvrant plus de 240 pays et territoires dans le monde entier.

http://www.world-check.com

Source : World-Check

Press release

World-Check lance une solution de bonne pratique de sanctions à propos de l’Iran – deux nouveaux produits pour aider les clients à identifier les risques iraniens liés à la réputation et aux réglementations

0 0 Donnez votre avis

LONDRES, October 5, 2010 /PRNewswire/ — – Le leader sur le marché emploie ses ressources inégalées pour aider ses 4500+ clients à satisfaire leurs nouvelles exigences World-Check a annoncé aujourd’hui le lancement de sa solution Iran Economic Interest (IEI) suite à une abondance de nouvelles législations internationales, y compris le Comprehensive Iran Sanctions, Accountability and

LONDRES, October 5, 2010 /PRNewswire/ —

– Le leader sur le marché emploie ses ressources inégalées pour aider ses 4500+ clients à satisfaire leurs nouvelles exigences

World-Check a annoncé aujourd’hui le lancement de sa solution Iran Economic Interest (IEI) suite à une abondance de nouvelles législations internationales, y compris le Comprehensive Iran Sanctions, Accountability and Divestment Act (CISADA) de juillet 2010 du gouvernement américain, la Résolution du Conseil de Sécurité des Nations-Unies de 1929 (RCSNU, 1929), et de nouvelles lois de sanctions sur l’Iran adoptées par l’Union européenne (UE), le Canada, l’Australie, le Japon et bien d’autres pays.

Le premier nouveau produit, la base de données IEI de World-Check, permet aux entreprises d’identifier automatiquement tout client, relation et transaction pour les individus et entités suspectés d’avoir une relation avec l’Iran. Le second produit de World-Check, le Rapport IEI IntegraScreen, permet aux entreprises de commanditer de manière rapide et rentable un rapport de due-diligence amélioré et sur mesure à propos de toute entité ou relation présentant un lien important avec l’Iran.

Les sanctions internationales étendent l’ampleur des sanctions précédentes pour inclure non seulement le Corps des gardiens de la révolution islamique, que World-Check a suivi pendant une décennie, mais aussi de nouvelles restrictions considérables sur les secteurs de l’énergie, des finances, des assurances, du commerce et du transport iraniens, que la solution IEI de World-Check couvre dorénavant intégralement. De plus, la portée extraterritoriale du CISADA et des autres sanctions signifie que les organisations continuant de s’engager dans des activités interdites liées à l’Iran pourront être soumises à des peines civiles et financières, même s’ils n’ont pas de présence locale.

Le Sous-Secrétaire du Terrorisme et des Informations financières, Stuart Levey, a déclaré : « La trésorerie continuera de cibler toute banque, où qu’elle se trouve, soutenant les programmes de missiles ou nucléaires de l’Iran. » Le Département de trésorerie américain a spécifiquement déclaré : « Le CISADA impose un choix difficile : si vous réalisez certaines affaires avec l’Iran, vous ne pouvez pas en faire avec les états-Unis ». Le CISADA nécessite aussi que la Trésorerie interdise ou impose des conditions strictes sur l’accès au système financier américain par toute institution financière étrangère facilitant une transaction significative ou offrant des services financiers importants aux banques inscrites sur liste noire.

Les régimes mondiaux de sanctions sur l’Iran mandatent les entreprises à instituer des processus vastes et robustes de « Connaissance du client » (KYC) pour qu’ils puissent comprendre leur exposition liée à l’Iran et la gérer en conséquence. La définition de « en connaissance de cause » spécifiquement introduite dans le CISADA augmente le risque de potentielle responsabilité civile et criminelle en étendant la définition de « connaissances réelles » pour inclure « ce qui aurait dû être su ». Une fois que des informations significatives et/ou pertinentes deviennent librement disponibles dans le domaine public, on s’attend à ce que ces informations soient connaissables.

Pour aider ses clients à réussir le test de connaissance de cause, World-Check collecte et analyse les informations du domaine public dans plus de 62 langues, y compris le farsi, sur 5 continents avec plus de 450 chercheurs, en vue d’identifier les dizaines de milliers d’organisations suspectées d’avoir des intérêts commerciaux avec l’Iran. Les clients existants de World-Check peuvent faire en sorte que le nouvel ensemble de données IEI soit ajouté à leur téléchargement actuel pour qu’ils puissent immédiatement commencer à identifier les relations et transactions nouvelles et existantes vis-à-vis de cette liste actualisée au quotidien. Similairement, l’opération de recherche inégalée de World-Check peut élaborer un rapport personnalisé de due-diligence ciblant l’exposition de l’Iran sur toute entité à un prix défini en seulement quelques jours.

Dan Peak, PDG de World-Check, a ajouté : « Cette législation montre les crocs et n’hésitera pas à mordre s’il le faut. L’ampleur étendue de la nouvelle législation internationale signifie que vérifier de vieilles listes de sanctions poussiéreuses ou faire des recherches Internet sur tout ce qui mentionne l’Iran ne va pas suffire. Les entreprises ont besoin d’un véritable service de renseignements. Elles ont besoin de solutions qui soient gérables, rentables et, surtout, des solutions qui fonctionnent vraiment. Grâce à des essais réalisés auprès de ses clients, World-Check est tout à fait certain que ses solutions l’aideront à déceler les risques cachés liés à l’Iran. Nous sommes riches d’une expérience de dix ans en création de bases de données de surveillance et dans l’aide aux clients dans le but de déceler les véritables risques enfouis au sein de leurs organisations. »

Il poursuit : « Bien que de nombreuses sociétés d’Europe et d’Asie aient déjà imposé une interdiction complète des activités avec l’Iran, honorer ces sanctions ne sera pas simple. Les entreprises pourraient s’engager involontairement dans des transactions les exposant indirectement à des entités ou des agents sanctionnés, ou à des activités commerciales interdites. Les sanctions sur l’Iran sont un rappel opportun pour les sociétés de tous les secteurs que la « connaissance du client » réduit les risques réglementaires, juridiques et liés à la réputation ».

Pour de plus amples informations, veuillez visiter :

http://www.world-check.info/iransanctions.html

à propos de World-Check

Ayant gagné la confiance de plus de 4 500 institutions dans plus de 160 pays, y compris 49 des 50 plus grandes banques du monde, World-Check propose une solution de bout en bout pour évaluer, gérer et remédier aux risques financiers, à ceux concernant les réglementations et aux atteintes à la réputation. La base de données mondiale de World-Check des Personnes politiquement exposées (PEP) et des personnes et entités présentant un très grand risque, les rapports de due-diligence, la vérification des passeports et les outils d’évaluation des risques d’un pays fournissent les moyens d’aborder la gamme complète de risques sur tous les marchés et dans tous les secteurs. Représentée sur cinq continents, l’équipe internationale de recherche de World-Check surveille les risques émergents dans plus de 60 langues, couvrant plus de 240 pays et territoires dans le monde entier.

http://www.world-check.com

Source : World-Check