Primaires : la CNIL veille au grain avant dérapage sur les données persos

LégislationRégulations
cnil-campagne-politique
5 3

La CNIL rappelle les bonnes règles de gestion des données personnelles dans un cadre de communication politique. Une app mobile suspecte dans le camp Sarkozy a été repérée.

Dans cette période d’effervescence politique avec l’organisation de primaires dans les différents camps, la CNIL veille au grain à propos de l’enregistrement et de la collecte de données des citoyens et électeurs. Pour éviter d’éventuels débordements.

L’autorité de régulation en charge de la protection des données personnelles a remis au goût du jour les recommandations relatives à la communication politique initialement publiées en 2012 qui avaient servi ensuite lors des élections départementales et régionales de 2014.

Des fiches pratiques sont disponibles sur le site Internet de la CNIL dans ce sens, en collaboration avec le CSA.

Mais, l’actualité semble rattraper les consignes. Selon l’AFP, la Commission Nationale Informatique et Libertés a enclenché une investigation sur une application mobile utilisée par les militants de Nicolas Sarkozy pour géolocaliser les sympathisants potentiels. Une procédure d’enquête qui intègre un volet d’expertise technique et juridique.

A ce stade, la CNIL refuse d’en dire davantage sur l’avancée de cette investigation alors que le premier tour de la primaire de la droite et du centre est imminent (dimanche 20 novembre).

Knokin, une app trop curieuse ?

L’application Knockin (traduire « frapper à la porte » en anglais) avait été lancée à la rentrée de septembre. Elle permet de géolocaliser les personnes susceptibles d’être favorable au candidat Sarkozy. Une technique qui permettrait de gagner du temps sur le terrain en affinant le porte-à-porte.

Dès septembre, la radio RMC avait repéré cette application mobile associée aux fonctions d’engagement disponible sur la page Facebook de Nicolas Sarkozy ou sur son compte Twitter. Le Point l’avait baptisée le « Pokemon Go des sarkozystes ».

Cet usage des outils viraux des réseaux sociaux pourrait déraper au regard de la règlementation sur le traitement des données personnelles.

Déjà à cette époque, Axel Calandre,  conseiller Innovation et numérique du candidat Sarkozy, avait indiqué que l’équipe de Knockin travaillait avec un correspondant de la CNIL sur cette question.

Sur la fiche dédiée de l’application disponible sur Google Play, Knockin est présentée comme une « solution web pour accompagner les élus, les militants, les bénévoles dans leur travail de campagne terrain » : outil de gestion de bases de données, analyse cartographique, organisation de campagnes, géolocalisation des contacts…

Même le porte-à-porte au nom du militantisme devient « phygital » (condensé horrible entre physique et digital).

copie-ecran-knockin
Copie écran de l’app Knockin sur Google Play Store

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur