PRISM : un boulet à 35 milliards de dollars pour l’industrie IT américaine

Régulations
prism-industrie-it-etats-unis

Selon le think tank américain ‘The Information and Innovation Foundation’, le scandale PRISM occasionnera un manque à gagner de 35 milliards de dollars pour l’industrie IT aux Etats-Unis.

Les opérations d’espionnage effectuées par la NSA pourraient avoir de lourdes retombées financières sur les grandes sociétés IT américaines.

Telle est la position de l’ITIF (‘The Information Technology and Innovation Foundation’), groupe de réflexion qui fédère de grandes figures politiques, mais aussi des personnalités issues de sociétés comme Apple, Intel ou encore Oracle.

L’organisation estime que la perte de confiance engendrée par la révélation de ces écoutes à grande échelle coûtera, d’ici 2016, environ 35 milliards de dollars (25,7 milliards d’euros) à Cisco, Microsoft, IBM, HP, Google et consorts.

Comme le note Silicon.fr, les premiers effets du programme PRISM se font déjà ressentir : illustration chez Cisco, qui remarque une certaine hésitation face à ses offres sur les marchés émergents, tout particulièrement en Chine, avec des ventes en baisse de -18% ce trimestre.

L’une des problématiques soulevées dans cette affaire concerne la neutralité du Net.

Les industriels du monde IT craignent en l’occurrence que certains États ne décident de contrôler les flux sur leur partie du Web, afin de limiter les risques d’écoute et d’imposer leurs propres lignes de conduite.

Quand bien même elle n’a pour objectif affiché que de conserver une légitime souveraineté des nations, cette prise de contrôle au niveau local pourrait contrarier certains acteurs comme Google et Facebook, dont les services reposent sur un Web non régulé.

Pour enrayer le phénomène, les États-Unis devront certainement encadrer plus strictement les activités de leurs agences de renseignement.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : que savez-vous de la CNIL ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur