PRISM : refusant de collaborer avec les autorités, Lavabit ferme

Régulations
lavabit-fermeture-prism-snowden

Lavabit, le service de messagerie qui aurait été utilisée par Edward Snowden pour révéler le PRISM, a fermé pour ne pas collaborer avec les autorités.

Lavabit, service américain de messagerie chiffrée, ferme ses portes pour éviter d’avoir à contribuer au programme PRISM.

C’est en tout cas ce que déclare Lada Levison, propriétaire de Lavabit sur la page d’accueil de son site Internet.

« J’ai été contraint de prendre une décision difficile : devenir complice de crimes contre le peuple américain ou abandonner près de dix ans de dur labeur en fermant Lavabit. Après mûre réflexion, j’ai décidé de suspendre les opérations […] En l’état actuel des choses, je ne peux pas raconter ce qui m’est arrivé ces six dernières semaines, même si j’ai par deux fois fait les requêtes nécessaires »

Lavabit, qui aurait été utilisé par Edward Snowden, ancien consultant de la NSA à l’origine des fuites sur le programme américain de surveillance PRISM, a donc fermé le jeudi 8 août.

D’après Silicon.fr, la loi américaine autorise les services de renseignement à demander des données utilisateurs aux entreprises, mais leur interdit de reconnaître l’existence de ces demandes ou de divulguer des détails sur le sujet.

Le fondateur de Lavabit a donc préféré fermer boutique. Il a ajouté espérer obtenir de la justice une décision favorable pour « ressusciter Lavabit en tant que société américaine » dans le futur.

L’Electronic Frontier Foundation (EFF), qui a déposé plainte contre la NSA en juillet, a salué la décision de Ladar Levison. « Il est rare de voir un fournisseur de messagerie choisir d’arrêter son activité plutôt que de compromettre ses valeurs », a souligné l’organisation de défense des libertés numériques dans un billet.

« L’étrange message de Lavabit et le manque d’informations sur cette affaire sont particulièrement préoccupants pour les utilisateurs de services de grands fournisseurs tels que Facebook et Google, qui pourraient avoir été soumis à des pressions similaires », a ajouté l’EFF.

La fermeture de Lavabit fait suite aux révélations d’Edward Snowden sur PRISM. Ce programme défendu par l’administration Obama au titre de la sûreté nationale et de l’antiterrorisme, cible à la fois les communications téléphoniques et électroniques internes, vers et en provenance des États-Unis.

Lavabit, service lancé au Texas en 2004, déclarait dernièrement près de 350 000 utilisateurs. À partir d’un compte enregistré sur cette plateforme, Snowden aurait contacté des journalistes pour assister mi-juillet à une conférence de presse à l’aéroport de Moscou. Depuis, le « lanceur d’alerte » (whistleblower) a obtenu l’asile en Russie.

Lavabit n’est pas le seul à faire les frais de cette affaire… Silent Circle, plateforme de communications chiffrées, a annoncé, dans le même temps, mettre un terme à son service d’e-mail crypté.

« Nous avons décidé qu’il est préférable pour nous de fermer Silent Mail maintenant. Nous n’avons pas reçu d’assignations, de mandats, de lettres de sécurité ou quoi que ce soit d’autre de la part d’un gouvernement, et c’est pourquoi nous agissons maintenant », a expliqué dans un billet Jon Callas, cofondateur du service avec Phil Zimmermann, le créateur du logiciel de chiffrement Pretty Good Privacy (PGP).

——–Quiz———-

D’ICQ à Skype : avez-vous suivi l’évolution de la messagerie instantanée ?

————————

Crédit image : Lavabit


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur