Professions ubérisées : un challenge à l’Ecole 42 pour cerner les enjeux

Data-stockageEntrepriseManagementRessources humainesStart-up
professions-ubérisées-challenge-Ecole-42-cerner-enjeux
3 42

Altares, HEC Paris et l’Ecole 42 organisent le NATU Challenge : quelles réponses les métiers traditionnels doivent esquisser à l’ère du digital.

Après l’acronyme GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon), il faudra s’habituer à celui désignant le club des NATU (Netflix, Airbnb, Tesla, Uber).

En l’honneur de ces nouveaux symboles de l’économie numérique, Altares (issu du rapprochement des sociétés BIL et de Dun & Bradstreet France en 2006), HEC Paris et l’Ecole 42 animent le NATU Challenge.

Depuis le 25 novembre, une centaine d’étudiants répartis en une vingtaine d’équipes cherchent à cernent les enjeux des nouveaux métiers qui émergent dans le monde du digital face aux métiers traditionnels et règlementés à ré-inventer (experts-comptables, avocats, notaires, huissiers, commissaires aux comptes, conseils financiers, venture capitalists, chasseurs de tête…).

On en est pleine réflexion de l’ubérisation, un terme galvaudé mais que l’on peut résumer ainsi : nécessaire adaptation de ces professions à l’environnement numérique, risques et opportunités à esquisser dans cette nouvelle configuration susceptible de faire émerger de nouveaux acteurs offensifs. Le conflit Uber vs Taxis en est le symbole.

Le NATU Challenge  est en arrivé à la phase du travail de groupe et la répétition pour la présentation des projets. La finale aura lieu vendredi prochain (18 décembre).

Ce challenge s’inscrit dans la Majeure Digital d’HEC, censée permettre aux étudiants de travailler sur un sujet concret en mode « learning by doing ».

Le co-organisateur Altares est concerné par ce type d’enjeux : à l’ère de la Data Economy, Altares, qui exploite des bases de données de plus de 240 millions d’entreprises dans le monde, voit surgir des nouveaux concurrents dans la gestion de l’information BtoB.

La firme doit revoir ces process pour privilégier le big data mais aussi suivre avec attention l’ouverture aux données des entreprises mises à disposition en mode open data.

Le groupe Altares, qui compte 300 collaborateurs, réalise un chiffre d’affaires de 60 millions d’euros.

La jonction entre HEC et l’école 42 s’est faite auparavant : en juin, la grande école de commerce française et l’école de programmation de Xavier Niel ont signé un partenariat « pour favoriser le développement de l’entrepreneuriat numérique et la création de start-up ».

(Crédit photo : Shutterstock.com – Droit d’auteur : ProStockStudio)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur