Prospection par fichiers croisés : Orange bénéficie du soutien de l’Autorité de la concurrence

Cloud

“L’utilisation croisée de bases de clientèle est possible, y compris de la part d’Orange”, estime l’organisme de régulation de la concurrence. Ses deux principaux concurrents le font déjà.

Après auto-saisine, l’Autorité de la concurrence vient de rendre un avis pour améliorer la fluidité du marché de la convergence entre les télécoms fixes et mobiles.

Elle s’est concentrée sur l’utilisation croisée de bases de clientèle (dites de “cross selling”).

Par voie règlementaire, il était jusqu’ici interdit à France Telecom – Orange d’avoir recours à ce type de procédé pour recruter de nouveaux abonnés dans le triple play (Internet, téléphone fixe et télévision).

Contrairement à Bouygues Telecom et SFR qui ont les mains libres et qui se mettent en ordre de bataille pour développer des formules quadruple play (les mêmes services en y ajoutant un pendant mobile).

Bouygues Télécom a déjà de l’expérience en la matière en proposant dès octobre 2008 une offre ad hoc (Ideo devenu Ideo 24/24) et SFR qui “s’apprête à faire de même”, tout comme Orange.

Quant à Free, cela ne l’intéressait pas à la fin du premier trimestre.

Selon l’Autorité de la concurrence, ces deux opérateurs utilisent par ailleurs leurs fichiers clients et leurs réseaux d’agences relatifs à leur activité mobile pour promouvoir leurs offres d’accès à Internet haut débit.

France Telecom – Orange souhaiterait aussi disposer de cet outil de prospection. Et le régulateur n’y verrait pas d’inconvénient.

“L’utilisation croisée de bases de clientèle par Orange ne paraît pas pouvoir engendrer, à elle seule, d’effet d’éviction”, est-il souligné dans le communiqué de presse pour présenter l’avis.

Ce serait même bénéfique pour le consommateur final : “elles peuvent dégager des économies de coûts susceptibles d’être transmises aux consommateurs au travers de baisses de prix et d’accroître l’intensité de la concurrence par un abaissement des barrières à l’entrée.”

Le régulateur persiste: “Dans le secteur des télécoms, l’utilisation croisée par Orange, de ses bases de clientèle entre les marchés du mobile et du haut débit ne paraît pas, de prime abord, pouvoir distordre la concurrence à elle seule.”

Néanmoins, les concurrents de France Telecom – Orange seront vigilants à la sortie de la première offre quadruple play de l’opérateur.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur