Proximis lève 5 millions d’euros : une fenêtre e-commerce vers l’international

E-commerceEntrepriseLevées de fondsMarketing
proximis-levee-fonds
2 5

Deuxième tour de table (5 millions d’euros) pour Proximis, qui va unifier ses solutions SaaS de e-commerce omnicanal et de digitalisation des points de vente.

Digitalisation des points de vente et e-commerce omnicanal ne feront bientôt officiellement plus qu’un chez Proximis.

L’éditeur SaaS basé entre Strasbourg et Paris* met actuellement son site Web à jour pour refléter l’unification de ses deux offres en une plate-forme centrée sur les vendeurs en magasin et à laquelle se grefferont des modules utilisables à la demande, éventuellement en connexion avec d’autres solutions du marché.

Cette avancée technologique s’assortit d’une augmentation de capital de 5 millions d’euros ; la deuxième pour Proximis après le million levé fin 2013.

Naxicap (groupe Natixis) et 3T Capital, qui avaient participé à cette première opération de financement, remettent au pot. Il en va de même pour Ilan Benhaim, directeur innovation et stratégie de vente-privee. La société de gestion Entrepreneur Venture, fondée en 2000, rejoint le cercle des investisseurs, au même titre que le fonds M Capital Partners (ex-Midi Capital Partners), né en 2001 à Toulouse.

Du click & collect…

Pionnier dans l’exploration du Web to Store, Proximis avait véritablement intégré l’omnicanal dans sa stratégie en 2014, à la faveur du rachat de Change.

Cet éditeur, à l’origine du CMS e-commerce open source du même nom, avait alors quitté le giron du groupe RBS, au sein duquel Philip Bianchi, CEO et cofondateur de Proximis, avait travaillé avant de fonder Proximis en 2008 (sa carrière dans le retail avait débuté en Asie pour LVMH). Quant à son associé Jérôme Faure, il a quitté le navire il y a un an pour se lancer dans l’aventure IoT avec sa start-up Eego.io.

Soutenu dans ses premières années par Oséo Innovation, le ministère de la Recherche et la Région Alsace, Proximis se concentrait à l’origine sur l’optimisation des ventes en magasin grâce aux sites Internet.

Le click & collect avec paiement intégré avait fait son apparition au catalogue en 2009, suivi entre autres par la multidiffusion et la livraison dans l’heure, grâce à une technologie qui identifie le coursier le plus proche d’un magasin disposant des produits pour lesquels une commande a été passée.

… à la livraison express

Aujourd’hui hébergée sur la plate-forme cloud de Google, l’offre de Proximis compte environ 80 références, essentiellement dans le secteur du textile et de l’habillement : Lacoste, Aubade, The Kooples, Zadig & Voltaire, etc.

L’objectif est de doubler ce portefeuille d’ici à fin 2017, notamment en accompagnant des clients français dans leur développement à l’étranger (la mise en place d’un site e-commerce localisé est l’affaire de « 3 à 4 mois si la DSI est prête », nous confie-t-on). Pour ce qui est du chiffre d’affaires, pas d’ambition communiquée : on en reste aux 2,6 millions d’euros affichés sur l’année 2015.

L’un des grands chantiers pour 2016, c’est la mise à disposition des commandes le jour même à domicile, en partenariat avec Colis Web et Deliver.ee, spécialiste de la livraison urbaine à la demande avec qui la jonction a été établie en début d’année via un connecteur logiciel.

Dans le même temps, il s’agira aussi d’utiliser le numérique pour attirer la clientèle en point de vente. Sur ce point, Proximis fournit une statistique alléchante : 34 % des utilisateurs de services Web to Store déclarent avoir franchi pour la première fois le seuil d’un magasin pour y retirer un article commandé en ligne.

Que ce soit face à des pure players du click & collect tels qu’Evoke et SoCloz ou des généralistes d’envergure internationale comme Magento et Demandware (tombé cet été dans l’escarcelle de Salesforce pour 2,8 milliards de dollars), Proximis mise sur son réseau de partenaires et les synergies qui en découlent dans la e-réservation, la gestion des commandes, l’acquisition ou la fidélisation.

* La R&D est située à Strasbourg. Un bureau commercial est implanté à Paris.

Crédit photo : Billion Photos – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur