PSA prend un virage big data avec autobiz

Big dataData-stockageMobilité
psa-autobiz
4 22

PSA met ses billes dans autobiz, qui propose des outils d’aide à la décision pour les professionnels du secteur automobile.

Une date-clé s’est ajoutée dans l’historique qu’autobiz présente sur son site corporate.

La SA francilienne, qui a développé une expertise big data sous l’angle des solutions d’aide à la décision dans le secteur automobile, fait état de la « signature d’un partenariat » avec PSA.

Pour le constructeur français, ledit partenariat – dont les modalités financières ne sont pas communiquées – implique une prise de participation minoritaire au capital de cette société qui lui a déjà fourni ses services en concevant les sites Web « Reprise Cash by Peugeot » et « Reprise Citroën », permettant aux particuliers de revendre leurs véhicules.

PSA cherche à monter sur ce marché de l’occasion multimarque dans le cadre de son plan stratégique « Push to Pass », marqué, en octobre dernier, par l’acquisition d’Aramisauto.

Cible(s) élargie(s)

Concernant autobiz, il ne s’agit pas d’une prise de contrôle : l’opération « ne remet pas en cause l’autonomie et l’indépendance » de l’entreprise fondée en 2004 par Christophe Louvard (président ; diplômé de l’ESCP Europe) et Daniel Urbah (directeur R&D ; passé par l’ESSEC).

Historiquement orientée sur la cotation automobile, la production de données s’est diversifiée sur d’autres secteurs à partir de 2012. Aujourd’hui fondée sur « près de 350 sources » qui sont essentiellement des marketplaces, elle vise aussi bien les fonds d’investissement que les acteurs du e-commerce.

Les constructeurs, distributeurs, loueurs et assureurs restent toutefois le cœur de cible d’autobiz, qui revendique, avec sa cinquantaine d’employés répartis entre la France, l’Allemagne, l’Espagne et l’Italie, une présence sur 32 marchés.

Dix-sept d’entre eux sont couverts par l’offre autobizMarket, lancée en 2007 et destinée à la visualisation en temps réel des prix pratiqués sur les marchés du véhicule d’occasion.

Le périmètre de commercialisation est similaire pour autobizExpert, utilisable par les assureurs pour déterminer la valeur de remplacement d’un véhicule.

Le juste prix ?

En 2010, autobiz avait mis sa technologie de cotation au service des particuliers avec un site de reprise en ligne (dupliqué en Espagne en 2015, puis en Italie en 2016, avec des sites de reprise opérés sur place, en propre ou pour le compte de tiers). Les groupes de distribution peuvent y accéder sous la forme de services Web ; les constructeurs, en marque blanche.

Quelle base pour les estimations de valeur de vente et d’achat ? L’analyse quotidienne de 1,2 million d’annonces.

On aura soin de consulter les conditions d’utilisation du service*. Il y est notamment précisé que le prix donné est « généralement [inférieur] au prix qu’un vendeur pourrait obtenir en vendant son véhicule à un particulier, et ce, afin de prendre en compte les frais de remise en état, de vente, de garantie et la marge du professionnel ». Mais aussi dans quelle mesure les transactions peuvent faire l’objet d’une annulation.

* Challenges s’est intéressé aux « mauvaises surprises » que ces plates-formes peuvent réserver, au niveau des écarts entre les prix annoncés et ce que proposent réellement les experts partenaires des sites.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur