Publicité mobile : Google élargit le potentiel d’AdMob

MarketingPublicité
google-admob

Google enrichit sa plate-forme AdMob (monétisation des applications mobiles) avec des outils de ciblage, de gestion de campagnes et de native advertising.

Que devient AdMob plus de cinq ans après son rachat par Google ?

La plate-forme de monétisation du trafic mobile est aujourd’hui exploitée par 650 000 applications. De nouveaux outils y sont régulièrement greffés, comme ce jeudi dans le cadre de la conférence Google I/O dédiée aux développeurs.

Toujours en bêta, le service Audience Builder Tool gagne en flexibilité. Conçu à partir de la technologie Google Analytics pour segmenter l’audience d’une application en fonction de critères comportementaux, il permet désormais de définir des listes d’utilisateurs auxquels seront montrées des publicités données.

Google annonce, en parallèle, le franchissement du seuil des 40 partenaires pour AdMob mediation. Facebook, Twitter et Tencent font partie des derniers groupes Internet à avoir rejoint ce réseau publicitaire que les développeurs peuvent solliciter pour optimiser leurs taux de remplissage.

Autre service lancé en bêta : AdMob Reservations, destiné à aider les équipes commerciales dans la vente de leur inventaire. Ces dernières pourront réserver des campagnes en direct auprès des annonceurs, puis les gérer dans la même interface. Idéal pour les éditeurs en forte croissance qui souhaitent étendre leur audience tout en monétisant leur base d’utilisateurs.

Google mène aussi des travaux de simplification sur le native advertising. Avec la fonction Native Ads Express, les développeurs vont pouvoir modifier l’apparence des publicités par le biais d’une feuille de style CSS : plus besoin de toucher au code de l’application pour tester de nouvelles présentations.

A noter enfin l’intégration d’AdMob au sein d’Android Studio, l’environnement de développement officiel pour Android. Une passerelle cruciale pour Google, qui estime que « seulement un tiers des utilisateurs de smartphones ont déjà acheté une application » (eMarketer, février 2015) alors que dans le même temps, les développeurs exploitant le modèle freemium ont vu leur chiffre d’affaires augmenter en moyenne de 70 % entre 2013 et 2014 (source App Annie, mars 2015).

Crédit photo : nopporn – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur