Publicité mobile : Google fait la chasse aux clics involontaires

Marketing
publicite-mobile-etude-inmobi-m-commerce

Pour concilier les intérêts des mobinautes et des annonceurs, Google adopte un principe de précaution destiné à prévenir les clics involontaires sur des publicités, fréquents sur les petits écrans des smartphones.

Google prend des mesures face au “syndrome du gros doigt”, décrit comme l’ouverture involontaire de bannières publicitaires sur les petits écrans des smartphones.

Avec ce type de terminal, il est possible d’utiliser des services connectés. C’est donc un terrain privilégié des annonceurs.

Mais l’espace d’affichage est si restreint (en moyenne, 4 pouces de diagonale) qu’il n’est pas rare, pour l’utilisateur, de cliquer par inadvertance sur des publicités.

Google part du principe que ni l’utilisateur, ni l’annonceur, n’en tirent de bénéfice. Le premier est contrarié dans son expérience de navigation et le second paie pour un clic qui reste quasi systématiquement sans conversion.

Le groupe Internet de Mountain View a résolu partie du problème en juin dernier, à l’heure de faire du service AdMob une composante de la plate-forme AdWords.

La solution retenue a été d’adopter une démarche en deux temps, impliquant une demande de confirmation à moins que le mobinaute ne réalise un clic défini comme “volontaire”, sur zone de vérité matérialisée par un pictogramme.

En l’occurrence, une flèche blanche insérée dans un carré bleu est apparue sur certains formats de publicité, notamment les bannières au format texte.

Google : pub mobile

Seule une pression sur cette flèche déclenche l’ouverture immédiate du site marchand. Tout clic à un autre endroit entraîne l’affichage d’un message “Visiter le site”, avec une possibilité de retour en arrière.

Le concept s’élargit désormais aux publicités “in-app”, diffusées au sein même des applications mobiles.

Plus de flèche au rendez-vous, mais une zone clé située au centre de la bannière.

Google a choisi cet emplacement en fonction des conclusions d’une étude qui a démontré que les clics involontaires se localisent souvent sur les extrémités, lorsque l’on cherche à agir sur un élément contigu comme une barre de défilement.

publicité mobile Google

Quiz ITespresso.fr
Êtes-vous incollable sur les différents services de Google ?

Crédit photo : Oleksiy Mark – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur