Puces Apple A8 : Samsung et TSMC à ARM égales ?

ComposantsMobilitéPoste de travailSmartphonesTablettes
samsung-tsmc-soc-apple

Le passage de témoin entre Samsung et TSMC pour la production des futurs SoC Ax d’Apple devrait débuter, comme pressenti, en 2014, mais la transition pourrait s’échelonner à plus long terme que prévu.

Le brouillard se dissipe autour de la prétendue ‘passe d’ARM’ entre Samsung et Taïwan Semiconductor Manufacturing Company (TSMC) pour la production des futurs SoC A8(x) d’Apple.

Le processus de transition est bel et bien enclenché, mais la prise de relais se révélerait plus compliquée qu’escompté.

Aux dernières nouvelles, TSMC avait porté ses travaux sur la gravure en 20 nm, dans la fab située à Hsinchu.

Régie par un accord de partenariat signé sur 3 ans avec Apple, la conception des composants devait échoir à Global Unichip, dont le groupe taïwanais est actionnaire majoritaire.

Il était question de franchir le cap du 16 nm avec les A9 et A9x ; le seuil du 10 nm, avec les A10 et A10x, destinés respectivement à l’iPhone et à l’iPad.

Mais TSMC rencontrerait des contrariétés techniques qui l’empêcheraient, dans l’immédiat, de répondre à la demande de “la marque à la Pomme”.

Jusqu’à 40% des puces A8 pourraient ainsi, faute d’une alternative, sortir des usines… de Samsung, déjà sollicité – entre autres – pour fabriquer le SoC (System-on-a-Chip) A7 implémenté dans l’iPhone 5s.

C’est tout du moins ce que laissent entendre les témoignages concordants de plusieurs sources industrielles ‘proches du dossier’ qui se sont confiées au Korea Economic Daily.

Quoique retardée, la prise de distance entre Apple et Samsung semble inéluctable, dans la droite ligne d’une rivalité entretenue sur de nombreux fronts.

Quand bien même leur interdépendance semble gravée dans le marbre au gré d’accords technologiques à haute teneur stratégique, les deux groupes high-tech se sont forgé de solides inimitiés au gré de leur guerre des brevets et de leur bataille sur le marché de la mobilité.

Avec ce partenariat, “la marque à la Pomme” diversifierait également sa chaîne d’approvisionnement afin d’être moins dépendante de Samsung et de ne plus lui confier la production des composants clés basés sur sa propriété intellectuelle.

Dans l’ombre des TSMC, qui aurait initié une phase de pré-production de l’A8 en 20 nm pour une production commerciale au premier trimestre 2014, la firme de Cupertino pourrait à terme se tourner vers Intel, dont les technologies CMOS avancées (22 et 14 nm) sont des plus attrayantes en matière de rapport performance par watt.

—— A voir aussi ——
Quiz ITespresso.fr : sauriez-vous choisir le bon microprocesseur ?

Crédit photo : Pressmaster – Shutterstock.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur