Puces FPGA : la Chine vise Lattice Semiconductor mais les USA veillent

EntrepriseFusions-acquisitions
lattice-pavillon-chinois-usa-veillent
2 2 Donnez votre avis

L’acquisition de Lattice (fournisseur américain de puces programmables) par un fonds téléguidé par la Chine se révèle être un dossier sensible.

Il y a des acquisitions stratégiques qu’il vaut mieux surveiller de près en termes de transferts technologiques.

Le fonds d’investissement Canyon Bridge Capital Partners a récemment jeté son dévolu sur le fabricant américain de semi-conducteurs Lattice Semiconductor (fournisseur de FPGA ou circuits logiques programmables coté au NASDAQ) pour 1,3 milliard de dollars.

L’acquisition devrait normalement être finalisée début 2017, si elle reçoit l’aval des autorités compétentes. Mais il n’est pas certain que cela soit du goût de l’administration américaine à la lueur des coulisses dévoilées par Reuters.

Un document financier que Lattice a transmis à la SEC (Securities and Exchange Commission,  gendarme des marchés financiers aux Etats-Unis) laisse entrevoir des liens ténus avec la Chine susceptibles de remettre en cause l’acquisition. 

Le fonds acquéreur Canyon Bridge, qui dispose d’une branche à Palo Alto (Californie), est essentiellement alimenté par China Reform Fund Management.

Cette structure d’investissement, basé à Pékin, est contrôlée par le SASSAC (State-owned Assets Supervision and Administration Commission of the State Council), un organisme de gestion des actifs et des prises de participation dans des entreprises supervisés au nom de l’Etat chinois.

Les technologies de pointe de Lattice pouvant être qualifiées de sensibles, le projet d’acquisition par Canyon Bridge pourrait capoter par un véto du côté des Etats-Unis.

Le Committee on Foreign Investment in the United States (CFIUS, comité examinant les investissements étrangers sur le territoire américain) pourrait scruter cette opération sous l’angle de la sécurité nationale et stopper le processus de rapprochement.

En 2012, des responsables chinois avaient été interpellés pour avoir tenté de dérober des terminaux intégrant des puces FPGA conçues par Lattice.

Vigilance dans les transferts technologiques

Les prises de positions chinoises dans Lattice sont rampantes. Ainsi, Reuters a déniché une participation de 6% détenue par Tsinghua Unigroup. Une autre firme contrôlée par l’Etat chinois.

Parallèlement, Tsinghua Unigroup avait pris une part minoritaire dans le capital de Western Digital Corp (fabricant américain de disques durs). Mais, là aussi, le CFIUS est aux aguets.

Les composants Field Programmable Gate Array constituent des puces programmables largement utilisées dans le secteur télécoms mais aussi l’informatique, l’automobile, et plus globalement l’industrie.

Intel est conscient de l’intérêt de ce segment dans les semi-conducteurs : la firme américaine a acquis Altera pour 16,7 milliards de dollars.

En termes de part de marché, Lattice Semiconductor est positionné à la troisième place (6,6% en 2015) face à Xilinx (50%) et Altera (37%).

(Crédit photo : archives NME)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur