Quand les pirates font le jeu d’Oracle

Cloud

Pour sa dernière campagne de publicité, Oracle a choisi de communiquer sur la sécurité de ses produits. Pour cela, l’éditeur affirme que ses produits sont “incassables”. Une cible idéale pour les pirates informatiques…

Incassable. Quand on est hacker, c’est certainement le mot qui dérange. Alors lorsqu’un éditeur, en l’occurrence Oracle, en fait carrément le leitmotiv de sa dernière campagne publicitaire, il y a de quoi agacer les pirates informatiques en tout genre. Et visiblement, le défi lancé par Oracle a été relevé au-delà même de toutes ses “espérances”. Selon l’éditeur de logiciels, ils seraient plusieurs milliers à vouloir attaquer le site Web de la société. Larry Ellison estime que les attaques sur le site d’Oracle ont été multipliées par dix depuis le début de la campagne, soit environ 30 000 en sept semaines.

Oracle précise toutefois qu’il n’invite pas les hackers à prendre son site d’assaut. Mais parions que ces attaques à répétition sont d’autant d’éléments que l’éditeur ne manquera pas de mettre au crédit de ses solutions et de leur solidité… Avec un budget marketing de 30 millions de dollars auxquels devraient s’ajouter 70 millions supplémentaires, il est difficile d’imaginer que l’éditeur n’ait pas envisagé que son slogan “Unbreakable” puisse lui attirer les foudres des pirates afin que ces derniers fassent eux-mêmes sa publicité.

Pied de nez à Microsoft

En attendant, Oracle n’hésite pas à lancer quelques piques à son concurrent Microsoft. Selon l’éditeur, si le site tien bon, c’est en partie parce que les pirates tentent d’exploiter les vices potentiels de Windows NT alors qu’Oracle utilise son serveur Oracle 9i Application Server sous Unix, explique à Reuters le chef du département marketing d’Oracle, Mark Jarvis.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur