Quanta paré pour l’iMac à écran plat ?

Mobilité

Même si Apple n’a pas encore confirmé l’existence prochaine d’un iMac à écran plat, de nombreuses sources désignent le taiwanais Quanta comme son très probable fabricant. Entièrement externalisée, cette production donne à réfléchir sur la stratégie de la Pomme concernant la fabrication de l’ensemble de ses gammes.

De Bloomberg à CNet en passant par les taiwanais Economic Daily News ou United Daily News, relayés par Digitimes, Quanta, le plus gros producteur d’ordinateurs portables de la planète, est montré comme le plus probable fabricant du prochain iMac à écran plat. Si ces sources s’avèrent, l’iMac sera le premier ordinateur de bureau produit par Apple en totalité à l’extérieur de ses propres usines. Et la commande pourrait concerner un million de machines, ce qui correspond peu ou prou au niveau de ventes de l’iMac en 2001. Il s’agira également de la première machine de bureau produite par Quanta, firme habituellement spécialisée dans la fabrication d’ordinateurs portables pour le compte de grandes marques. Le PowerBook TiG4 ou TiBook d’Apple est également produit sur ses lignes de fabrication, tout comme certaines machines de Compaq. La raison du choix de Quanta n’est pas indiquée mais la firme semble avoir été choisie au détriment de Foxconn, un autre sous-traitant taiwanais déjà chargé de la fabrication d’iMac en Europe (voir édition du 16 novembre 2000). L’intégration d’un écran plat 15 pouces LCD semble sceller pour Apple le rapprochement entre machines portables et machines de bureau, dont les procédés de fabrication et de conception pourraient désormais converger. Les taiwanais sont les spécialistes mondiaux incontestés de l’intégration électronique de machines équipées d’écrans plats et de batteries.

Que deviennent les capacités de production d’Apple ?

L’hypothèse d’une externalisation totale de la production d’iMac serait aussi un nouvel indicateur des recherches de réduction de coûts et de souplesse de production menées par Apple. La firme s’appuyait précédemment sur trois usines lui appartenant et plusieurs sous-traitants de par le monde pour produire son cheval de bataille grand public. La réduction des commandes d’iMac de plus de 1,6 millions de machines à près d’un million, le nécessaire savoir-faire à détenir pour fabriquer des machines équipées d’écrans à cristaux liquides et les coûts bas proposés par Taiwan auront incité la firme à faire le choix d’abandonner la production de ses ordinateurs par ses propres moyens (voir édition du 4 juillet 2001). Conséquence immédiate : l’espoir de voir présenter un nouvel iMac début 2002 se renforce un peu plus, que ce soit à MacWorld San Francisco ou à Tokyo. Conséquence induite : que vont devenir les capacités industrielles d’Apple ? La Pomme est-elle en train de terminer son cycle d’externalisation pour initier en 2002 un modèle de production sans usines de la marque ? Il ne devrait en effet plus rester que la production de PowerMac pour faire tourner les lignes de fabrication, l’iBook, le PowerBook, l’iPod et l’iMac étant tous fabriqués à Taiwan ! A un million d’exemplaires par an actuellement, contre près de 3 millions il y a un an, les trois usines d’Apple (Sacramento, Singapour et Cork) sont très clairement sous-utilisées. La firme pourrait soit s’en débarrasser, soit les utiliser à autre chose. Mais à quoi ? Un autre type de Mac ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur